Âge pivot à 64 ans : "c'est négociable", affirme un membre du gouvernement (Agnès Pannier-Runacher)

 |   |  386  mots
Agnès Pannier-Runacher
Agnès Pannier-Runacher (Crédits : BENOIT TESSIER)
La secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, Agnès Pannier-Runacher, a rappelé samedi que l'âge pivot à 64 ans pour la retraite était "négociable", soulignant que les négociations restaient ouvertes

La secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, Agnès Pannier-Runacher, a rappelé samedi que l'âge pivot à 64 ans pour la retraite était "négociable", soulignant que les négociations restaient ouvertes.

"Pas une question de recul"

L'âge pivot à 64 ans, le Premier ministre "ne dit pas que c'est absolu, que ce n'est pas négociable, il dit c'est une proposition, c'est négociable et notre porte est ouverte", a-t-elle déclaré, interrogée sur BFMTV.

"Ce n'est pas une question de recul, c'est une question d'objectif: qu'au départ les jeunes ne partent pas avec un système déséquilibré parce qu'on leur mentira. Il y a différentes façons de le faire, et nous il nous semble que la meilleure façon c'est cet âge pivot", a assuré la secrétaire d'Etat.

"Le Premier ministre a indiqué que si on veut faire une réforme systémique jusqu'au bout, il faut qu'elle soit équilibrée, c'est-à-dire qu'on ne démarre pas en faussant les paramètres, en permettant à ceux qui sont les plus âgés de partir tranquillement, quand les plus jeunes n'ont aucune garantie que leur retraite sera financée, parce qu'en fait on triche dès le début", a-t-elle ajouté.

"Notre main est tendue", a encore déclaré Agnès Pannier-Runacher.

Négociations en début de semaine

Des négociations vont avoir lieu "en début de semaine", a-t-elle rappelé, en évoquant les discussions qui se sont déroulées vendredi: "Lorsqu'on négocie avec la SNCF et que la CGT ne vient pas à la table des négociation c'est un constat (...), il faut être deux pour négocier".

"Nous travaillons aussi pour faire partir les Français à Noël, pour que les trains fonctionnent", et que les fêtes de Noël soient "les plus sereines possibles", a ajouté la secrétaire d'Etat.

Le gouvernement tente depuis jeudi de faire revenir à la table des négociations la CFDT, très hostile à "l'âge d'équilibre" (ou âge pivot), dont l'instauration progressive a été annoncée par le Premier ministre Edouard Philippe, pour atteindre 64 ans en 2027, avec un système de bonus/malus.

Lire aussi : Matignon veut le "plan transport" de la SNCF pour les fêtes, la SNCF va tenter de faire des "miracles"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2019 à 15:55 :
Encore un petit rappel, on oublie vite qu'en 1981 la retraite était à 65 ans avant que Mitterrand pille les réserves des caisses de retraites. en plus depuis la durée de vie ayant augmenté, la durée de la retraite a elle aussi beaucoup augmentée. c'est beaucoup demander qu'essayer de faire preuve d'objectivité. Quand aux travaux pénibles, ils sont si pénibles que les congés supplémentaires peuvent être consacré à une autre activité.
a écrit le 16/12/2019 à 8:06 :
Au lieu de chercher à mettre en porte-à-faux les membres du gouvernement, pourquoine pas publier un simple tableau comparatif montrant que "l'âge pivot" de départ en retraite en Europe est supérieur au niveau de celui qu'on veut fixer en France ? Le vrai problème est celui des enseignants, dont la rémunération évolue selon des règles incompatibles avec le nouveau calcul de la retraite si on ne les augmente pas drastiquement, mais pour les autres...
Réponse de le 16/12/2019 à 13:09 :
Les allemands, comme la plupart des européens ont arrêté de faire des gosses il y a 20.ans. Ce qui n'est pas notre cas.

L'âge pivot ne peut pas être un dogme.
Pour équilibrer un régime de retraite il y a bien d'autres possibilité. On peut augmenter le montant des cotisations, on peut réduire le chômage, on peut inciter et aider les femmes à travailler, on peut instaurer plus de justice dans les salaires homme-femme, on peut faire appel aux impôts sur les revenu, ou à une taxe sur les transactions financières.

En s'arcboutant sur l'âge pivot en refusant d'explorer les autres pistes le gouvernement fait preuve de dogmatisme.

Et puis il y a bien d'autres points à discuter avant de décider d'augmenter l'age de départ en retraite. Il faut prendre en compte les effets du vieillissement, adapter les postes de travail, les horaires, les fonctions.
Il faut discuter des salaires, de la prise en compte de la pénibilité et décider si on la compense par les salaires, les durées de travail, un bonus en points pour la retraite.

Tout ceci n'a jamais été discuté et négocié entre les syndicats et le gouvernement. Pendant deux ans Delevoye a papoté et a finalement accouché d'un rapport vide de négociation et qui de plus a été invalidé par Phillipe avec l'âge pivot.
a écrit le 15/12/2019 à 18:10 :
Et Paf ! On envoie une zéro annoncer un blurg (Baliverne Lamentable à Usage Réservé des Gogos) se faire latter la tronche pour tester une idée de déculottage nulle. .Un pion sacrifié pour la sauvegarde des vicieux aux commandes. On a vraiment à faire à des amateurs..
a écrit le 15/12/2019 à 17:21 :
Les efforts c'est pour les autres.Voir la fiche de cette dame sur HATVP.On ne vit pas dans dans le meme monde.
a écrit le 15/12/2019 à 10:24 :
Il faut sauver le soldat Berger! connaissant un.peu le système, il.ne faudrait pas que la cfdt perde des adhérents et sympathisants comme cela s'est passé en 2004. pour ma part je pense que berger veut faire descendre ses troupes dans la rue mardi histoire de dire qu'ils y ont été et mercredi je vois bien une annonce de la suppression de l'age pivot histoire de redorer le blason de la cfdt qui pourra crier "On a réussi, on a gagné et obtenu..." et là... fin du mouvement.... le gouvernement est content la cfdt aussi.
a écrit le 14/12/2019 à 17:19 :
Et les retraites des hauts fonctionnaires qui pour certains vont passer de 5000 € par mois à 8000 € avec l'intégration de leurs primes, c'est négociable, pendant que les catégories C vont mécaniquement baisser !!!!
a écrit le 14/12/2019 à 15:46 :
Avoir lâché pour le régime spécial des policiers sent le coup de matraque
Réponse de le 15/12/2019 à 8:51 :
Il faut lire le livre d'Alexandre Langlois (ex-policier):l'ennemi de l’intérieur ,qui démontre comment ce gouvernement a noyauté tout le système judiciaire, effrayant.
Réponse de le 15/12/2019 à 11:22 :
C'est vrai.
On vit ds une dictature qui ne dit pas son nom.
Il faut s'exiler en Amérique du Sud, ds les Etats signataires du plan Condor des années 80...
a écrit le 14/12/2019 à 15:37 :
C'est le jackpot je vous l'assure , vous mettez 10 euros dans la machine de marque Delevoy et 44 ans plus tard vous tirez sur la manette , il tombe 59 centimes valeur du point .ha ! ha !ha .
a écrit le 14/12/2019 à 15:31 :
Et la ministre des sports elle en dit quoi? Je pensais a notre Platoche, il a justement eu 64 cette année, vous imaginez s'il avait du rester sur le terrain? Avec l'age on prend vite de l'arthrite et du bide, ça aide pas pour courir après le ballon. Ses dernières années de carrière il n'aurai surement pas marqué beaucoup de buts même avec un temps de jeu aménagé.
Alors Madame Maracineanu, 64 ans vous pensez vraiment que c'est raisonnable?
a écrit le 14/12/2019 à 15:14 :
Mon dieu, je viens d'aller voir ses fiches hatvp, on est pas du même monde, elle a pas de soucis a se faire pour se retraite la madame.
Réponse de le 14/12/2019 à 21:37 :
En matière de cumul Delevoye fait figure d'amateur....encore une personne tout à fait au courant de la vie de la France d'en bas....
Réponse de le 14/12/2019 à 23:47 :
Parcours des clones quoi ! J'aime bien se mot, car les gens se ressemble aussi, du coup le mot correspond aux points de passages, mais aussi la capacité d'avoir une cacophonie qui sent le plan manipulation mentale!

Mais oui il a nommé tout ces gens qui gravitent dans les multinationales dans des postes représentatif, sans route.

Le vocable et la sémantique touchant au commun avec celui ou celle qu'elle est censé représenter.

Les clones quoi. Produit de l'establishment !

Le niveau de reproduction social est du fait intéressant dans l'observation, comme les écoles, comme le savoir était exclusif aux écoles, disons que l'on constate la vacuité finalement.

La com ne remplace par le réel !
a écrit le 14/12/2019 à 15:14 :
On s'attaque aux conséquences au lieu de remédier la cause pricipale qui est le chômage: la délocalisation, les travailleurs détachés, l'immigration, ainsi que notre manque de compétitivité, que la TVA sociale aurait pu enrayer, nous paralyse!
Mais sans une politique souveraine, il n'y aura aucune amélioration!
a écrit le 14/12/2019 à 15:05 :
Si c'était négociable pourquoi ne pas en avoir informé la CFDT et l'UNSA avant des les pousser à rejoindre l'opposition active au projet?

Ce genre de posture qui varie en fonction de la météo prévue à 15 jours a tué le peu de confiance qui restait entre les derniers syndicats ouverts au dialogue et le gouvernement.
Pour les français c'était fait depuis longtemps.

Pas de confiance, pas de réforme d'ampleur possible. Et comme la confiance, ça ne se décrète pas, ça ne s'achète pas mais ça se mérite, c'est foutu pour l'exécutif.

Le pire est à craindre pour la paix civile s'ils s'obstine.Et je ne parle pas de bousculades pour une place de métro où de routes embouteillées pour le réveillon.
Réponse de le 14/12/2019 à 23:58 :
Oui c'est en cela que c'est inacceptable en terme de gestion.
Négocier une fois le conflit commencer, sachant que l'on ne veut rien lâcher, est de fait une posture qui du coup valide la théorie qui est la mienne.

Est que le traitement de ceux qui galèrent par les transports, est le jeu d'un premier ministre pour une réforme dont chacun a l'heure d'aujourd'hui ne peut se situer....

C'est pas fort quand même!!

Cela montre aussi les mécanismes de manipulation de l'opinion, puisque sans projet, mais des mots, finalement aucun texte n'est la si ce n'est des échanges entre des partis ou chacun peut comprendre a présent le cynisme de situation.

Du fait de noêl il me semble évident aussi que la présentation est faite volontairement pour produire un passage en force au moment des fêtes.

C'est plus que sordide pour un problème de retraite que l'on ne doit pas régler avant quelques années pour une application sur plusieurs générations.

Instituant l'inégalité d'âge, de genre et valorisant essentiellement une élite administrative vers la sécurité de ce qu'ils font tout en étant pas dans les lois qu'ils votent!

Moi aussi je ne peux voir ma famille le week end, je galère dans les transports, et je trouve que pour le coup le mot prise d'otage du gouvernement a ce moment n'est que plus insupportable !!!

Pour des gens, peu nombreux, qui œuvre a me squeezer 30% de la maigre retraite du fait qu'ils soient incapable de créer l'emploi depuis 30 ans.

Et macron ne peut s'extirper de cela dans le sens ou il est dans la machine depuis longtemps a présent.

Ministre de l'économie, les seuls emplois sont dans low costisation de l'emploi.

Donc pour arriver a cela, franchement le type prend les gens pour c...

Alors le prix oui, c'est celui de se servir de la population pour intrigue de manipulations pour satisfaire ces mêmes amis du monde assurantiel.

Et Delevoy est exactement l'exemple de tout cela.

Comment peut on fauter autant pour faire des transformations qui touchent des dizaines de millions de personnes avec autant de cynisme!!!!!!!!!!!!!!!

En tout cas pas de doute pour moi de la responsabilité du gouvernement et macron dans cette situation!
Réponse de le 15/12/2019 à 0:27 :
Parce qu'ils ont parié : ça passe ou ça casse. Ça a cassé, ils ont perdu sur ce coup là. Ils lachent du lest.
En bons négociateurs, Berger et son copain de l'UNSA vont enfoncer le clou et dder plus...
Dans la négociation, c'est une question de rapport de force. La confiance a peu de place, sauf ds le cadre d'un accord où les parties se doivent de respecter les engagements qui les lient à cet accord.
Je pense que B. ddera la suppression pure et simple de l'âge pivot, condition intangible de son soutien à la réforme, comme il l'avait préalablement annoncé ( la ligne rouge...).
a écrit le 14/12/2019 à 15:02 :
Toujours surpris de voir un ministre, un secrétaire d'état qui n'avait jusque là rien dit sur un sujet, venir la ramener sur un point précis particulièrement polémique. Parle t elle vraiment au nom du gouvernement, il me semblait qu'il y avait un responsable du dossier retraite et surtout un premier ministre qui s'est particulièrement impliqué ou cherche telle à se faire connaître en ayant par exemple sa photo en illustration d'un article de la Tribune?
a écrit le 14/12/2019 à 15:02 :
Dans une Europe optimiste on n'aurait pas eu a diminuer les charges mais on aurait augmenter les bénéfices! Mais les promesses ne sont que des promesses et l'économie européenne est en déclin!
a écrit le 14/12/2019 à 15:01 :
Ben, pourquoi pas?? C'est négociable maintenant parce-que ces messieurs dames ont chaud quelque part à cause de cette révolte populaire à laquelle ils ne s'attendaient pas..Avant ça, rien n'était négociable mais maintenant, ils prient le petit Jésus et la Ste Vierge pour que quelque chose de cette "réforme" reste et ce pour la gloire de Macron..car c'est la seule chose qui les importe..avoir l'espoir d'être réélu en 2022 sur la base d'un bilan présentable..le bonheur et les retraites des Français, ils s'en balancent, chacun d'entre eux ayant plus que le nécessaire pour passer les vieux jours !
a écrit le 14/12/2019 à 14:29 :
Si c'est aussi tordu que la promesse de retour au 90 km/h je comprends que les syndicats ne leur fassent pas confiance surtout que là on envoie une simple secretaire d'etat : qui disons le en passant est une personne de trop dans ce gouvernement pléthorique
a écrit le 14/12/2019 à 14:25 :
Bah! Nous sommes dans la posture du côté des boulets. La question est de mettre enfin les systèmes sur la même ligne (il y a de nombreuses raisons à cela: la multiplicité des carrières au cours de la vie, et la fin des raisons qui prévalaient à ces régimes spéciaux, notamment la soit-disant pénibilité). In fine, les syndicats doivent être renvoyés à des discussions avec leurs employeurs, mais le gouvernement et l'Assemblée Nationale sont là pour défendre l'intérêt général (aujourd'hui non respecté puisque les régimes sont non financés). Et pour éviter que cette situation de blocage se reproduise, prenons exemple sur le système des autoroutes: toujours ouvertes, pour un cout acceptable, contribuant positivement aux finances de l'état et sans une dette de plus de 50 milliards à charge des finances publiques comme celle de la SNCF: il importe urgemment d'ouvrir à la concurrence et de la liquider la SNCF. Les conducteurs de train ne devraient pas avoir de difficultés pour trouver un job dans le privé jusqu'à 65 ans s'ils le désirent comme partout en Europe!
a écrit le 14/12/2019 à 14:05 :
64 ans c'est déjà acté , d'ailleurs la CFDT a signé pour l'Agirc /Arcco le principe du bonus malus , on se demande à quoi joue Berger. Il dit oui pour une retraite bonifiée si l'on part plus tard en retraite pour le privé, il dit non pour le public. Faut pas chercher à comprendre.
Réponse de le 15/12/2019 à 10:22 :
La base de la cfdt doit se dissocier de Son chef Il sera recasés lui
Com me les prédécesseurs qui ont signé les suiveurs non !!!!
C est une escroquerie
FAut ce battre aujourd'hui hui , fête ou non , c est pas le soucis
Réponse de le 15/12/2019 à 10:23 :
La base de la cfdt doit se dissocier de Son chef Il sera recasés lui
Com me les prédécesseurs qui ont signé les suiveurs non !!!!
C est une escroquerie
FAut ce battre aujourd'hui hui , fête ou non , c est pas le soucis
Réponse de le 15/12/2019 à 10:25 :
La base de la cfdt doit se dissocier de Son chef Il sera recasés lui
Com me les prédécesseurs qui ont signé les suiveurs non !!!!
C est une escroquerie
FAut ce battre aujourd'hui hui , fête ou non , c est pas le soucis
Berger s est fait piétiner avec l âge pivot et sa ligne rouge
Maintenant il veut une trêve
N importe quoi
C est une escroquerie ce mec
Réponse de le 15/12/2019 à 10:26 :
La base de la cfdt doit se dissocier de Son chef Il sera recasés lui
Com me les prédécesseurs qui ont signé les suiveurs non !!!!
C est une escroquerie
FAut ce battre aujourd'hui hui , fête ou non , c est pas le soucis
Berger s est fait piétiner avec l âge pivot et sa ligne rouge
Maintenant il veut une trêve
N importe quoi
C est une escroquerie ce mec
Réponse de le 15/12/2019 à 10:26 :
La base de la cfdt doit se dissocier de Son chef Il sera recasés lui
Com me les prédécesseurs qui ont signé les suiveurs non !!!!
C est une escroquerie
FAut ce battre aujourd'hui hui , fête ou non , c est pas le soucis
Berger s est fait piétiner avec l âge pivot et sa ligne rouge
Maintenant il veut une trêve
N importe quoi
C est une escroquerie ce mec
Réponse de le 15/12/2019 à 10:27 :
La base de la cfdt doit se dissocier de Son chef Il sera recasés lui
Com me les prédécesseurs qui ont signé les suiveurs non !!!!
C est une escroquerie
FAut ce battre aujourd'hui hui , fête ou non , c est pas le soucis
Berger s est fait piétiner avec l âge pivot et sa ligne rouge
Maintenant il veut une trêve
N importe quoi
C est une escroquerie ce mec
Réponse de le 15/12/2019 à 11:13 :
Actuellement, la retraite est tjrs bonifiée ts régimes confondus, dès lors qu'on continue après 62 ans.
Le malus n'existe que si l'on n'a pas ses 42 années de cotisation.
a écrit le 14/12/2019 à 13:54 :
cette réforme est une pure escroquerie aux yeux de tous . enfumage

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :