Carrières précaires : les femmes deux fois plus touchées que les hommes

 |   |  722  mots
Selon l'étude, les personnes ayant connu la précarité acceptent des emplois moins bien rémunérés.
Selon l'étude, "les personnes ayant connu la précarité acceptent des emplois moins bien rémunérés". (Crédits : REUTERS)
Les femmes aux parcours professionnels chaotiques déclarent "avoir le sentiment d'être exploitées" et "devoir faire des choses qu'elles désapprouvent" selon une enquête du ministère du Travail. Ce document alarmant met en exergue les inégalités persistantes entre les hommes et les femmes dans le monde du travail actuel.

Les conséquences des parcours professionnels tortueux peuvent être terribles. Dans une étude publiée ce mercredi 17 janvier, le service statistique du ministère du Travail a indiqué que, à profession identique, "les salariés ayant eu une carrière « précaire » connaissent de fortes exigences émotionnelles et un manque de reconnaissance dans leur emploi actuel". Ce constat alarmant concerne particulièrement les actifs ayant connu un déclassement ou des aléas de parcours.

> Lire aussi : Emploi : les inégalités femmes-hommes persistent en Europe

Les femmes fortement touchées par la précarité

D'après les résultats obtenus par les auteurs de l'enquête, 26,6% des salariés en France ont connu des périodes de chômage et d'inactivité de longue durée, des carrières descendantes et des changements d'emploi. Dans ce groupe de salariés, les femmes sont fortement marquées par la précarité. Elles seraient 62% à avoir connu ce type de trajectoire contre 32% des hommes. "Les parcours précaires concernent plus souvent des personnes peu diplômées et ayant une santé altérée" ajoutent les auteurs.

À l'inverse, 35,4% des salariés ont connu des parcours stables. Ils correspondent aux carrières stationnaires des cadres et des professions intermédiaires, mais aussi "des ouvriers et des employés qui changent peu ou pas d'emploi et ne subissent pas d'aléas de carrière". Le profil de ces salariés se caractérise par des niveaux de diplômes intermédiaires ou élevés (au minimum bac +2). 40% d'entre eux ont ce niveau contre 35% pour l'ensemble de la population. Les hommes connaissent plus souvent des carrières stables que les femmes (55% contre 45%). Les postes occupés se situent souvent dans des services d'études, de recherche et développement, d'enseignement, dans des entreprises de plus de 500 salariés, plus souvent du secteur de l'industrie.

Enfin, 38% des salariés connaissent des trajectoires professionnelles dynamiques. Cela correspond à des carrières "avec des promotions peu linéaires et très instables de personnes changeant souvent d'emploi pour progresser professionnellement."  Les actifs ayant ce type de parcours occupent des postes liés au commerce ou au secrétariat et à la comptabilité. "Les hommes y sont plus nombreux que les femmes et  les salariés y sont plus jeunes que la moyenne."

Des salariés précaires plus exposés

Les salariés aux carrières précaires souffrent davantage que les autres d'"un manque de reconnaissance" au travail, qu'il s'agisse de "gratifications symboliques" (marques de respect et d'estime) ou de leur rémunération. Ils sont également plus souvent "victimes de déclassement professionnel" en exerçant une profession ne correspondant pas bien "à leur formation". Ils déclarent également être plus exposés aux risques psychosociaux que ceux aux carrières stables

Les hommes aux carrières précaires regrettent "un manque d'autonomie". Ils déclarent ne pas pouvoir utiliser pleinement leurs compétences dans leur travail ou ne pas pouvoir organiser leur travail de la manière qui convient le mieux. Ils indiquent subir "une plus forte pénibilité physique" que les autres salariés ("mouvements douloureux ou fatigants", contact avec des produits dangereux, port de charges lourdes, postures pénibles...).

Les femmes aux carrières précaires déplorent "une insécurité socio-économique" et ont plus souvent que les autres salariées le "sentiment d'être exploitées". Ces femmes se plaignent aussi davantage "d'avoir reçu des propositions à caractère sexuel, d'avoir été victimes d'une agression verbale de la part de l'entourage professionnel, de s'être entendu dire des choses obscènes ou dégradantes ou encore d'avoir subi un sabotage au travail". Des déclarations qui font écho à la multiplication des récents témoignages de femmes victimes de harcèlement dans le monde du travail, la sphère domestique ou dans l'espace public.

> Lire aussi : Harcèlement sexuel : « Si tu veux rester dans la société, il faut que tu t'y fasses »

Les femmes aux carrières dynamiques "connaissent également des rapports sociaux au travail plus problématiques que les femmes aux parcours stables": leurs relations avec leurs collègues sont plus souvent tendues et elles souffrent davantage de moqueries ou de comportements visant "à les ridiculiser".

> Lire aussi : Egalité entre les femmes et les hommes : la France progresse mais le monde régresse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2018 à 11:03 :
salariés précaires plus exposés pas qu'aux risques psy ! : voir " Précarité de l’emploi et risques professionnels " ; http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/psychologie-du-travail/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=163&dossid=552
a écrit le 18/01/2018 à 20:36 :
Ce n’est pas plutôt un problème au niveau du «  processus de négociation » et de bien choisir le poste au départ ?

Souvent il y a des créations de poste et des fois lors du recrutement tous les problèmes d’equipes Sont «  occultés «  volontairement et le ou la nouveauté recrue est mise à épreuve pour trouver sa place

Ça peut se passer bien ou bien des fois déborder jusqu’à de l’harcelement

Les femmes sont plus touchées car elles sont naïves sur peut être les processus de calcul et stratégie ?

C’est un monde d’hommes et des fois de brutes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :