Climat, gilets jaunes, retraites, journées du patrimoine : Paris sous tension

La journée de samedi a démarré sous haute surveillance des forces de l'ordre, particulièrement à Paris, entre marches pour le climat, acte 45 des "gilets jaunes", Journées du patrimoine et manifestation contre la réforme des retraites.

4 mn

A 11H35, il y avait eu 65 interpellations, et plusieurs personnes verbalisées aux abords des Champs-Elysées, zone où il est interdit de manifester, a indiqué la préfecture de police de Paris.
A 11H35, il y avait eu 65 interpellations, et plusieurs personnes verbalisées aux abords des Champs-Elysées, zone où il est interdit de manifester, a indiqué la préfecture de police de Paris. (Crédits : Reuters)

Vert, jaune, voire black (blocks)... La journée de samedi promet d'être chaude et particulièrement à Paris, sous l'effet des marches pour le climat, de l'acte 45 des "gilets jaunes", des Journées du patrimoine et de la manifestation contre la réforme des retraites.

A Paris, les autorités craignent ainsi un retour des violences, comme au plus fort du mouvement des "gilets jaunes". Une source sécuritaire a ainsi évoqué des risques de "convergence" entre ces derniers et "black blocs qui veulent tout casser" mais aussi d'"infiltration" de la marche pour le climat.

Lire aussi : Climat: les manifestations massives poussent l'Allemagne à débloquer plus de 100 milliards d'ici 2030

65 interpellations avant midi

Dans la matinée, plusieurs centaines de personnes se revendiquant des "gilets jaunes" étaient rassemblées dans différents points de la capitale. Certains ont été bloqués par les forces de l'ordre dans le quartier de la gare Saint-Lazare. Celles-ci ont tiré une fois du gaz lacrymogène pour disperser les manifestants, qui se dirigeaient ensuite vers les Champs-Elysées.

A 11H35, il y avait eu 65 interpellations, et plusieurs personnes verbalisées aux abords des Champs-Elysées, zone où il est interdit de manifester, a indiqué la préfecture de police de Paris. "Nous sommes traités comme des criminels", s'est énervée Brigitte, militante écologiste. Parmi les slogans entendus: "la rue, elle est à nous".

Sur les Champs-Elysées, des patrouilles des forces de l'ordre et des fouilles étaient en cours dès le matin, a constaté l'AFP. Des commerces étaient barricadés derrière des protections en bois, même s'il y avait aussi des terrasses installées pour profiter du soleil. Endommagée lors d'une manifestation il y a plusieurs mois, la célèbre brasserie parisienne Le Fouquet's était barricadée et gardée par deux policiers. Et les rassemblements étaient interdits dans des quartiers entiers de la capitale: outre Champs-Elysées/avenue de la Grande Armée, Assemblée Nationale, Hôtel Matignon, Trocadéro et Tour Eiffel, Sénat, cathédrale Notre-Dame et - pour la première fois - bois de Vincennes et bois de Boulogne.

Lire aussi : Les retraites, entre le spectre de 1995 et le couperet de 2022

Portes closes malgré les Journées du patrimoine

Par mesure de précaution, plusieurs monuments sont fermés, comme l'Arc de triomphe, sérieusement dégradé en décembre par des manifestants, et, toujours dans le secteur des Champs-Elysées, les musées des Petit et Grand Palais. Le ministère de l'Éducation nationale garde également portes closes, tandis que l'Elysée n'est cessible que sur réservation dans le cadre des Journées du patrimoine qui draine chaque année des dizaines de milliers de visiteurs.

Le préfet de police Didier Lallement a annoncé un dispositif de sécurité important, avec 7.500 membres des forces de l'ordre, des lanceurs d'eau, et le retour dans les rues de véhicules blindés de la gendarmerie. Face à "des gens qui manifestement veulent prendre des revanches sur je ne sais quelle journée" et qui "annoncent: +nous ne lâcherons rien+, je réponds +nous serons là+", a-t-il déclaré.

Les appels de groupes "gilets jaunes" à monter sur la capitale se sont multipliés, certains faisant des ouvertures aux écolos qui entendent de leur côté maintenir la pression sur le gouvernement, au lendemain d'une "grève mondiale pour le climat" historique, même si la mobilisation n'a pas été énorme en France.

Convergence des luttes ?

Une centaine de personnes se sont rassemblées samedi matin à Madeleine pour un "moment symbolique" de convergence entre "gilets jaunes" et militants écolo, avant d'être évacués vers 09H00.

"Cette journée est symbolique pour nous, pour la convergence des luttes entre le climat, les retraites", explique Eric, "gilet jaune" venu de Toulouse avec sa compagne, tous deux cadres. Ils iront dans l' après-midi à la marche climat qui partira du jardin du Luxembourg en direction du parc de Bercy. D'autres activistes écolos semblent en revanche plus circonspects, alors que le mouvement des "GJ" est morcelé et né d'un refus de l'augmentation des prix du carburant.

Les organisateurs espèrent dans tous les cas une forte mobilisation. La capitale sera également dans l'après-midi le théâtre d'une manifestation contre la réforme des retraites à l'appel du syndicat FO, avec un départ à 13H30 au métro Duroc.

"C'est bien que les gens s'expriment (...) il faut que cela puisse se faire dans le calme", a souhaité le président Emmanuel Macron vendredi. Dans le reste du pays, des appels habituels pour les rassemblements hebdomadaires ont été lancés, comme à Toulouse pour une marche "Unis contre le système" ou à Bordeaux où un cortège devrait rejoindre la marche pour le climat.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 38
à écrit le 23/09/2019 à 9:43
Signaler
Convergence des dures luttes. Foires aux vins, vider les et préparez vos cocktails Molotov, le petit Marquis fait chauffer les turbines de son hélico pour Davos

à écrit le 22/09/2019 à 21:36
Signaler
@observations Ca fait bien longtemps que Pasqua alors ministre de l' intérieur confiait que l' infiltration des manifestation par des casseurs entrainés permettrait de délégitimer le mouvement et ses organisateurs. Et c' est un suj...

le 22/09/2019 à 23:50
Signaler
@ Martillat a écrit le 22/09/2019 à 21:36 : votre information est exacte ; Question que deviennent donc ces opportuns blacks blocks une fois arrêtés ? ils sont restaurés, peuvent prendre une douche et se vêtir en citoyen lambda puis sont véhicu...

à écrit le 22/09/2019 à 17:43
Signaler
Les forces de l'ordre arrêtent les gens qu'ils ne connaissent pas pour laisser ceux qu'ils connaissent en liberté! C'est presque une entente cordiale!

à écrit le 22/09/2019 à 16:59
Signaler
Climat, gilets jaunes, retraites, journées du patrimoine, Paris sous tension ... Portes closes malgré les Journées du patrimoine l'on nous explique que des "black blocks" violents sèment des désordres, cassent des biens publics et des commerces ; ...

le 22/09/2019 à 17:25
Signaler
Continuez à regarder des films.

le 22/09/2019 à 17:43
Signaler
Le simple fait que vous parliez "d'extrêmes violences policières" discrédite vos propos. Pour leur part la police, les pompiers subissent d'extrêmes violences, eux. Le boxeur Dettinger, qui s'est permis de frapper un policier à terre, en est sorti v...

le 22/09/2019 à 18:06
Signaler
Ces méthodes de gouvernement ne sont pas réservées qu'à la France, il est clair que des troupes d'élites gouvernementales sont actionnées pour briser toutes contestations, comme dans toutes les dictatures. Les journalistes d'enquête sérieuse ne doiv...

le 23/09/2019 à 7:34
Signaler
c'est un véritable scandale que des ponctionnaires bien gavés à vie puissent taper sur des français qui crèvent !!!

à écrit le 22/09/2019 à 12:16
Signaler
Ras le bol des gilets jaunes et leurs cohortes de casseurs. Cela fait 45 W.E. que les français.sont exaspérés par ces populations qui manifestent sans que leurs motivations soient présentées de façon claire par les médias qui en font leurs choux gra...

le 22/09/2019 à 14:05
Signaler
justement, c'est ca l'idée....

à écrit le 22/09/2019 à 11:28
Signaler
Marre de voir que cette France des pleurnicheurs et donneurs de leçons en tout genre monopoliser les médias. Ceux qui essayent de s'en sortir par leur propres moyens et y arrivent le plus souvent, vous saluent bien!

à écrit le 22/09/2019 à 10:35
Signaler
Bjr, il est clair que rien ne va et que tout empire chaque jour sur notre planète. On est prêt à tout détruire pour l'Europe. Nos politique sont tellement déconnectés des classes populaires qu'ils n'hésitent même plus à se traiter de bourgeois ? Dans...

à écrit le 22/09/2019 à 10:01
Signaler
Les forces de l'ordre arrêtent les gens qu'ils ne connaissent pas pour laisser ceux qui connaissent en liberté! C'est presque une entente cordiale!

à écrit le 22/09/2019 à 9:56
Signaler
Quand on veut cacher une manif, on en construit une plus sympathique puis une autre, pour qu'elle est moins d'ampleur et une autre afin de les diviser pour aboutir a un désordre!

à écrit le 22/09/2019 à 9:26
Signaler
Ne dites plus "casseurs" dites "black blocks". Mais qu'est qui a donc changé ,? La quantité de gens énervés, au bout du rouleau, exaspérés par la Machine qui s'est emballée.

à écrit le 22/09/2019 à 8:45
Signaler
Une société qui hésite entre infantilisation ("marche pour le climat" quand tous ceux qui veulent améliorer leurs empreintes, manger bio, refuser l'avion, passer ses vacances dans la Creuse, manger bio, planter ses tomates, refuser d'acheter des arti...

à écrit le 22/09/2019 à 8:44
Signaler
le déclin de la FRANCE est il en marche ?

à écrit le 22/09/2019 à 7:48
Signaler
Pour que les forces de police deviennent des forces de l'ordre, il faut qu'il y ait un désordre. Je trouve inquiétant qu'on parle si souvent de maintien de l'ordre; notre République n'est pas si brillante où l'Exécutif règne sur le Législatif, le Jud...

à écrit le 21/09/2019 à 23:05
Signaler
c'est bien d'interpeller les fauteurs de trouble, mais il fzaut les juger, les condamner, leur faire payer leurs amendes et les emprisonner.

le 22/09/2019 à 17:18
Signaler
Vous rêvez On ne fait rien juste des rappel à la loi etc

à écrit le 21/09/2019 à 21:27
Signaler
J'ai pu observer sur les actualités de Edge se matin une manifestation anti-capitalisme à la Madelaine avec des policiers avec gros plan sur leurs visages et un homme avec l'arcade sourcilière en sang, comme il est bizard de retrouver des policiers e...

à écrit le 21/09/2019 à 20:12
Signaler
Papy conduit depuis 1966 Papy 15000 km/h Papy toute la France caravane camping car Papy zéro accident routier depuis 1966 Papy à déclaré 2 bris de glace et une aile en sortant garage (entrée garage 2.20) depuis 1966 Papy alignée par un radar...

à écrit le 21/09/2019 à 19:00
Signaler
De puis l arrive de Macron la France ils nia pas au autant des manifestations Macron un président d e stabilisateur la France c est le bordel puis l arrive de Jupiter le président des riches ils est dans le mure avec Philippe Buzyn darmanin Lemaire l...

à écrit le 21/09/2019 à 18:03
Signaler
On doit être le seul pays incapable de faire régner l’ordre dans les rues

le 22/09/2019 à 19:11
Signaler
Quel pays fait mieux que nous sur ce sujet? Même la Chine n'y est pas arrivé à tiananmen et pourtant ils ont tiré à vue, c'est ça que vous voulez?

à écrit le 21/09/2019 à 17:56
Signaler
Macron se promène , discourt , se climatise subitement mais ne comprend pas que ce pays attend la fin de la récréation .

à écrit le 21/09/2019 à 17:12
Signaler
Quand est ce que ce gouvernement va t il prendre les mesures qui s'imposent pour faire cesser cette casse récurrente, perpétrée par les mêmes individus? S'il s'agissait de factions d'extrême droite, il y a très longtemps que l'on aurait eu les perqui...

à écrit le 21/09/2019 à 16:59
Signaler
Paris capitale de la chienlit.

à écrit le 21/09/2019 à 16:36
Signaler
Souhaitons beaucoup de dégâts et destructions...

à écrit le 21/09/2019 à 16:34
Signaler
Arretez de faire leur promo ! Paris n'est pas la France et en république démocratique que nous sommes , ce ne sont pas quelques centaines ou milliers de trublions qui vont faire la loi .

à écrit le 21/09/2019 à 16:28
Signaler
quand va t'on se décider à mettre ces paumés à l'asile.

à écrit le 21/09/2019 à 14:56
Signaler
Pas sûr que le patrimoine soit aujourd'hui à la fête. Les GL en ont déjà pas mal cassé, il faudrait classer les radars au patrimoine, peut-être seraient-ils impressionnés?

à écrit le 21/09/2019 à 14:34
Signaler
Les casseurs sont de retour à Paris après plusieurs mois de vacances, les chaînes d'information propriété de Drahi, Bouygues, Bolloré et Niel se demandent si elles vont battre leur record d'audience de l'hiver dernier avec le point d'orgue le saccage...

à écrit le 21/09/2019 à 13:08
Signaler
Il faut baisser les prix des produits de premières nécessité au niveau de la moyenne mondiale, nous sommes largement trop au dessus. Il n'y a rien qui justifie de tels tarifs.

le 21/09/2019 à 13:58
Signaler
Rien qui ne justifie? Vous oubliez sans doute le niveau de charges sociales et de taxes qui doivent représenter au bas mot la moitié du tarif que vous payez.

le 21/09/2019 à 22:53
Signaler
Salaires, coût de production, charges,... voulez vous affamer les producteurs français ou importer de l autre bout du monde?

le 22/09/2019 à 20:47
Signaler
Je serais curieux de savoir ce que vous mettez sur la liste des produits de 1è nécessité....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.