Réforme des retraites : le projet de loi sera voté "d'ici l'été prochain"

 |   |  440  mots
Le Premier ministre, Edouard Philippe, a promis jeudi de prendre le temps pour élaborer le régime universel des retraites souhaité par Emmanuel Macron et prévu son adoption d'ici la fin de la session parlementaire de l'été 2020.
Le Premier ministre, Edouard Philippe, a promis jeudi de "prendre le temps" pour élaborer le régime universel des retraites souhaité par Emmanuel Macron et prévu son adoption d'ici la fin de la session parlementaire de l'été 2020. (Crédits : POOL New)
Le futur projet de loi sur la réforme des retraites sera voté "d'ici la fin de la session parlementaire de l'été prochain", a annoncé ce jeudi 12 septembre le Premier ministre, Edouard Philippe devant le Conseil économique social et environnemental (Cese).

Le calendrier et la méthode se précisent. La réforme des retraites fera l'objet de "consultations citoyennes" de fin septembre "jusqu'à la fin de l'année", devant aboutir à un projet de loi voté "d'ici la fin de la session parlementaire de l'été prochain", a annoncé ce jeudi 12 septembre le Premier ministre, Edouard Philippe.

"Au coeur du contrat social"

"Parce que la méthode que voulons utiliser pour ce grand projet, c'est celle de l'acte II : plus d'écoute, plus de dialogue avec les corps intermédiaires. Nos convictions sont fortes et notre détermination entière. Mais la réforme n'est pas écrite. Nous avons besoin de l'engagement de tous, et nous sommes prêts à prendre le temps qu'il faudra. Certains diront d'ailleurs que la préparation de cette réforme prend trop de temps. Ce sont souvent les mêmes qui nous disaient, il y a peu, que nous allions trop vite", a expliqué le chef du gouvernement.

"Nous sommes décidés à prendre tout le temps nécessaire", a-t-il déclaré devant le Conseil économique social et environnemental (Cese), précisant que ce délai servira à "définir le système cible et les générations concernées" par le "système universel" par points voulu par Emmanuel Macron.

Le chef de l'Etat lancera "avant la fin du mois de septembre" un cycle de "consultations citoyennes" qui "se termineront à la fin de l'année", via notamment une "plateforme numérique", a annoncé M. Philippe.

"Une mission à Sophie Bellon"

En parallèle, des concertations avec les partenaires sociaux "vont commencer dès la semaine prochaine" et "dureront jusqu'au début du mois de décembre". Ces discussions porteront sur quatre thèmes, dont les "conditions d'ouverture des droits", en particulier "l'importante question de l'âge (de départ) et de la durée (de cotisation)", et le "pilotage financier du système", pour le ramener à l'équilibre d'ici 2025.

Sur le thème clef de l'âge de départ à la retraite ou de durée de cotisation, le Premier ministre a annoncé qu'il allait "confier une mission à Sophie Bellon, présidente du conseil d'administration de Sodexo qui aura à ses côtés Jean-Manuel Soussan, directeur des ressources humaines du groupe Bouygues Construction, et à Olivier Mériaux ancien directeur général adjoint de l'agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact)".

Promesse de campagne d'Emmanuel Macron, le projet de loi sur la réforme des retraites vise à mettre fin au 42 régimes existants en créant un système universel par points en 2025 dans lequel "un euro cotisé donne les mêmes droits".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2019 à 22:18 :
le barbu propose de voter dans plus d'un an , un projet de loi qui déboucherait sur une intention de préparer une loi qui pourrait à un horizon indéterminé réformer le système de retraites ultra privilégié et ruineux des personnels du secteur public , après avoir préalablement siphonné toutes les réserves financières des caisses de retraite du secteur privé .
les bourgeois de Calais avaient la corde au cou , les réformateurs macronistes ont le pantalon sur les chevilles ...
a écrit le 13/09/2019 à 8:24 :
Ce que je comprends du sujet: la pension des fonctionnaires d'état est assurée par le budget de l'état et non par une caisse des pensions et les cotisations figurant sur la fiche de traitement sont donc parfaitement fictives; à ajouter que les fonctionnaires d'état peuvent bénéficier d'un système complémentaire par capitalisation; si le secteur Public, hors fonctionnaires d'état, est affilié à des caisses de retraite SPECIALES, celles-ci affichent des résultats déficitaires, et, donc, c'est le contribuable qui bouche les trous. Le secteur Privé, au moins pour les retraites complémentaires, équilibre les comptes et aurait accumulé des provisions de l'ordre de 150 milliards d'Euros. Le système de retraite unique consisterait, pour le gouvernement, à mettre la main sur ce pactole. Une meilleure solution ne serait-elle pas de remplacer l'équipe gouvernementale par les gestionnaires des retraites du Privé?
a écrit le 12/09/2019 à 14:20 :
" La réforme des retraites fera l'objet de "consultations citoyennes" de fin septembre "

Concertation, consultation, discussion ,puis vous rajoutez au bout pour faire jolie "citoyenne" et le tour est joué.Par contre, négociation,rien.Vous faite passer ensuite tout ce cirque par une décision unilaterale du gouvernement pendant l'été prochain et l'affaire est reglée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :