Convention citoyenne sur le climat : début du tirage au sort des participants

 |   |  365  mots
(Crédits : Marko Djurica)
Le tirage au sort des 150 Français qui participeront à la Convention citoyenne pour le climat a débuté lundi et s'achèvera fin septembre, avant une première réunion début octobre, a annoncé ce lundi 26 août l'institution.

Le tirage au sort des 150 Français qui participeront à la Convention citoyenne pour le climat a débuté ce lundi et s'achèvera fin septembre. Cette convention citoyenne voulue par Emmanuel Macron comme l'une des réponses au grand débat né de la crise des "gilets jaunes" proposera des mesures pour lutter contre le réchauffement climatique, alors que la France est loin de tenir ses engagements.

"Le tirage au sort des 150 citoyens est une étape clé qui doit permettre que la convention soit 'une France en petit'", soulignent Thierry Pech et Laurence Tubiana, coprésidents du comité de gouvernance de la Convention citoyenne pour le climat dans un communiqué. Des numéros de téléphone seront générés automatiquement - 85% de portable et 15% de fixe - et environ 250.000 personnes seront appelées, pour en sélectionner 150.

Une indemnisation de 86 euros par jour

Des critères sont fixés pour représenter au mieux la population française: 52% de femmes pour 48% d'hommes, six tranches d'âge (si possible à partir de 16 ans), niveaux de diplômes, diversités de métiers. Seront aussi pris en compte le poids des régions, avec quatre représentants pour les Outre-Mer, et la répartition urbaine entre les pôles urbains, leurs couronnes et les zones rurales.

Six week-ends de trois jours de travail sont programmés, avec une journée bilan, fin janvier 2020. "Les 150 citoyens bénéficieront d'une indemnisation, sur le modèle des jurés d'assises (86 euros par jour à quoi s'ajoute une indemnité de perte de revenue). Les frais de transport, d'hébergement et de restauration seront également pris en charge, et une indemnité de garde d'enfants sera mise en place", précise le communiqué.

Les débats seront pilotés par un comité de gouvernance co-présidé par le directeur général de la fondation Terra Nova, Thierry Pech, et Laurence Tubiana, ex-négociatrice pour la France lors de la COP21.

"Le gouvernement publiera ensuite un calendrier prévisionnel de mise en œuvre de ces propositions. A la suite de quoi, les citoyens pourront formuler une réaction commune et publique aux réponses du gouvernement", précise la convention.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2019 à 14:44 :
encore un beau gaspillage
a écrit le 27/08/2019 à 13:05 :
Quand on voit les réactions de la France du "non à tout", (bref, citoyen blasé et bah), on se dit que notre nation a bien du souci à se faire. Quoique fasse le gouvernement ce ne sera jamais bien, et quelque gouvernement que ce soit d'ailleurs, ..... Ce n'est pas la France insoumise c'est LFI nsastifaite pour toujours......
Réponse de le 28/08/2019 à 17:21 :
Ce sont des trolls.
Cordialement
a écrit le 27/08/2019 à 12:34 :
Compte tenu du montant des indemnités, il sera peut-être difficile de réunir un panel représentatif.
Cordialement
a écrit le 27/08/2019 à 10:32 :
Quand l'organisation vient d'en "haut" c'est la peur qu'elle vienne d'en "bas"!
a écrit le 26/08/2019 à 16:41 :
"Des numéros de téléphone seront générés automatiquement"

On nous prend pour des gonds, mauvaise stratégie.
a écrit le 26/08/2019 à 16:36 :
D'une part, tout ça pour légitimer des décisions déjà prise qui seront imposés et d'autre part d'avoir le moins de réticence possible a des objectifs imposés par Bruxelles!
Réponse de le 27/08/2019 à 4:31 :
@bah : c'est surtout votre opinion qui est déjà prise avant même le lancement du processus!
Vous avez adopté les méthodes de travail de LFI 😀 : les éléments de langage sur les conclusions du G7 étaient prêts 2 jours avant le lancement du G7, et maintenant les porte paroles LFI galerent dans les médias avec leurs fiches éloignées de la réalité

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :