Covid-19 : les entreprises devront acheter 10 semaines de stocks de masques

 |   |  521  mots
(Crédits : https://unsplash.com/photos/-o0A00pF8P0)
Le gouvernement souhaite que les entreprises se prémunissent face au risque d'une deuxième vague de l'épidémie de Covid-19. Pour cela, la secrétaire d'Etat à l'Economie, Agnès Pannier-Runacher, a annoncé qu'il sera demandé aux entreprises d'avoir pas moins de dix semaines de stocks de masques d'avance pour leurs salariés.

Au lendemain des explications de l'ex-ministre de la Santé, Agnès Buzyn, sur la gestion critiquée de la crise du coronavirus, le gouvernement souhaite, cette fois-ci être plus prévoyant en cas d'une seconde vague de l'épidémie. Mais plutôt que de faire peser cette responsabilité sur l'État, l'idée serait désormais de la transférer sur les entreprises. Résultat, ce seront les entreprises qui devront prévoir pas moins de dix semaines de stocks de masques pour leurs salariés, a indiqué ce mercredi, la secrétaire d'Etat à l'Economie Agnès Pannier-Runacher.

"Nous préparons la rentrée et il y a un risque de re-circulation du virus (...), et nous demanderons aux entreprises de prévoir 10 semaines de stocks de masques, avec un petit rappel du fait que nous avons désormais des producteurs français", a-t-elle déclaré lors d'une audition par la délégation aux entreprises du Sénat. Agnès Pannier-Runacher a précisé que la note indiquant cette demande va également être paraphée par la ministre du Travail Muriel Pénicaud et le ministre de la Santé Olivier Véran.

Lire aussi : Gestion de la crise du Covid-19: le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire pour "mise en danger de la vie d'autrui"

Une solution pour écouler les stocks ?

La secrétaire d'Etat répondait à une question de la présidente de la délégation aux entreprises, la sénatrice Elisabeth Lamure (LR), qui s'inquiétait du sort des entreprises françaises qui s'étaient lancés dans la production de masques de protection et qui aujourd'hui ont du mal à se débarrasser de leurs stocks. En effet, en mars dernier, à l'appel du gouvernement, plusieurs PME s'étaient précipitées dans la production de masques. Cependant, la baisse de la demande les a vite pris au dépourvu, à tel point que, d'après l'Union des industries textiles en France (UIT), 40 millions de masques fabriqués en France n'auraient pas trouvé preneurs.

Sur ce point, selon Agnès Pannier-Runacher, certaines entreprises auraient de toute façon fait faillite car "elles n'avaient plus de commandes""Cette production a sauvé des milliers d'emplois et des centaines d'entreprises", a-t-elle insisté.

La secrétaire d'Etat à l'Economie a appuyé son propos en critiquant une entreprise, sans la citer, qui aurait fabriqué "un stock de 20 millions de masques à usage unique sans avoir de contrat. [...] On est en train de travailler pour aider, mais je dirais (...) qu'il est quand même d'usage de fabriquer en ayant des commandes".

"Il est important de faire la part des choses" entre les entreprises qui ont des stocks de masques à écouler avant de reprendre leur activité traditionnelle et celles "qui ont continué (à produire des masques) en disant que vaille que vaille il allait bien se passer quelque chose", a estimé Mme Pannier-Runacher.

Mais la secrétaire d'Etat a aussi appelé à la responsabilité les collectivités locales, "dont certaines ont annulé des commandes", mettant les producteurs de masques en difficulté.

Lire aussi : La France en pénurie de masques : aux origines des décisions d'État

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2020 à 14:27 :
L'état est il une entreprise? Peut être qu'à la prochaine crises les soignants et les malades pourront en porter pour éviter un second drame !!!
a écrit le 03/07/2020 à 0:00 :
C'est drôle certains en sont à réclamer continuellement que l'Etat contrôle tout, paye tout ( dont des masques) pour tout le monde tout en pleurant pour leurs libertés... Bon en même temps, il y en a une partie qui veut en fait que ce soit les autres qui payent pour ne surtout pas changer leurs propres train de vie quoiqu'il arrive...
a écrit le 02/07/2020 à 17:03 :
On recommence a les fabriquer en Bretagne ? Comme du temps de Roselyne Bachelot ?
Réponse de le 05/07/2020 à 11:56 :
Ben en fait le premier ministre et le président l'on dit, maintenant on va continuer a les acheter en Chine, et on les sur emballera en Bretagne pour mettre l'étiquette "made in France" dessus !
a écrit le 02/07/2020 à 13:47 :
On ne peut que louer l'opportunisme de nos soit disant responsables dans l'anticipation!
Réponse de le 05/07/2020 à 11:57 :
Les dirigeants sont juste l'image de l'état de notre pays, inapplicabilité, nullité, déclin !
a écrit le 02/07/2020 à 12:48 :
Le but n'est pas dénué de pertinence mais la ficelle est énorme.

L'état veut imposer aux autres (le secteur privé) ce qu'il n'est pas capable de faire pour lui-même (la fonction publique).

Sans compter qu'au cas où le virus s'éteindrait au cours de l'été, les entreprises auraient des stocks de masques inutiles dont le destin sera de finir à la benne.

Comme en 2009... avec la Madone en tailleur rose. un milliard de masques en stock, dont la moitié devra être jetée et détruite une fois la peremption passée.
Réponse de le 05/07/2020 à 12:58 :
@ faire n'importe quoi !
On peut très bien gérer un stock roulant d'1 milliard de masques fabriqués en Bretagne . Six mois avant qu'un lot ne devienne périmé, on le donne à lOMS, à la Croix-Rouge, à MSF, etc ...quitte à eux de les utiliser dans leurs missions sur le terrain dans les six mois, et on recommande la même quantité de masques neufs en...Bretagne ! Honneur à Roselyne, plus compétente que les Buzynette et autre Tourangelle !
a écrit le 02/07/2020 à 12:44 :
Cette brave secrétaire d' Etat nous prend pour des billes. Depuis quand, ce sont aux entreprises de prendre en charge l'incompétence de l' Etat? D'ailleurs, certaines entreprises se sont lancées dans des marchés (celui des masques) de manière impromptue. il est nécessaire de faire une étude de marché avant de produire des biens à utiliser que dans certaines conditions. La fabrication de masques ne nécessite pas de créer des usines spécialisées mais seulement des ateliers provisoires au sein d'entreprise du milieu du textile. Demander de s'approvisionner obligatoirement est fait pour absorber ce surplus de masques fabriqués dans la précipitation et invendables.
a écrit le 02/07/2020 à 12:29 :
Je pense que c'est pas fini,dès qu'il y aura un vaccin de disponible ,l’employeur obligera le salarié a l'avoir muni ensuite d'une attestation pour reprendre le boulot, sinon, ce sera la porte.En gros ,le vaccin sera obligatoire et non facultatif comme pour le H1N1 par exemple ou seulement 6 millions de français l'avaient pris.
a écrit le 02/07/2020 à 8:46 :
ON a été incompétents alors vous, les entreprises allez devoir payer et être en charge du problème.Dramatique et cynique.
a écrit le 02/07/2020 à 8:19 :
Covid-19, la secrétaire d'Etat à l'Economie, Agnès Pannier-Runacher a déversé sa bile sur les entreprises qui se sont mobilisées pour palier aux manquements du gouvernement PHILIPPE Edouard,

que de propos imbéciles et de conneries dans la bouche des membres de ce gouvernement de la Macronie
a écrit le 02/07/2020 à 6:43 :
L etat en failllite demande aux francais de faire les stocks stratégiques à sa place... Puis s il en a besoin, il ira réquisitionner ces stocks...
Réponse de le 03/07/2020 à 9:05 :
et penser que les employeurs sont responsables de la santé de leurs employés et des gens qui fréquentent leurs établissements, et qu'ils doivent avoir suffisamment de stock de masques pour encaisser une nouvelle crise épidémique sans être obligé de fermer la boutique pendant des semaines.

Ceci dit, pour les employeurs c'est une évidence, économique. Et vu l'incurie du pouvoir en la matière, les français ont intérêt à se préparer eux-même à un rebond.

Ce qui est curieux c'est que le gouvernement se sente obligé de le redire.... influence évidente de la prestation arrogante et détestable de Bachelot à la commission parlementaire.
a écrit le 02/07/2020 à 0:11 :
Cette décision devrait déboucher sur une hausse des prix et donc de l'inflation souhaitée par la BCE.
a écrit le 01/07/2020 à 20:54 :
Des masques en tissu à mettre à la machine tous les soirs, puis sur les radiateurs pour les faire sécher !! Excellente idée en pleine canicule, alors que certains départements (12 ou 13) surveillent déjà de très près le débit de l'eau.......... quelle idée géniale ! Il fallait être très intelligent comme Macron pour penser de telles choses !!
Réponse de le 02/07/2020 à 12:38 :
Le pire n'est jamais sûr, mais comme l'une des alternatives au port du masque c'est potentiellement de passer 4 semaines en réanimation et ensuite 6 mois en rééducation, j'ai choisi le masque.
Ca m'évitera aussi de contaminer les autres.

Au passage, vous pouvez parfaitement laver votre masque à la main et à l'eau chaude savonneuse et le sécher au fer à repasser.
a écrit le 01/07/2020 à 20:52 :
"Mais plutôt que de faire peser cette responsabilité sur l'État, l'idée serait désormais de la transférer sur les entreprises. "
j'ai l'impression que la décision à une époque de ne plus avoir de stock "stratégique" national, c'était ça l'idée : chacun s'assure d'avoir des stocks "suffisants" (vs quoi ??), particuliers, entreprises de toute sorte, administrations, hôpitaux, armée, etc etc ça réduit les dépenses et charges (gardiennage, gestion des stocks, destruction et achats pour renouveler) du pays. Il a juste manqué à l'époque une annonce globale aux français "faites vous des stocks, nous on ne s'en occupera plus". J'avais acheté des FFP2 en solde because presque périmés en pharmacie, marqué "pour bricoler" (5€/boite de 20, une marque GB), deux ans plus tard (2020) ils sont un peu plus périmés, mon gel hydroalcoolique est arrivé à la DLC l'an passé, avoir des stocks veut dire les gérer : jeter et racheter régulièrement. Comme l'éthylotest de la voiture, à jeter régulièrement même quand on carbure à l'eau du robinet.
a écrit le 01/07/2020 à 20:16 :
Euh, et les 3 mds de commandés par l'etat c'est pour faire mumuse?Ou vous nous mumusez? Pauvre pays
Réponse de le 01/07/2020 à 20:55 :
3 milliards d'euros, dollars ou masques ? Pour les soignants peut-être. (?) Ou carnaval.
Ils les revendront dix fois le prix à ceux n'en ayant pas, ça permettra de boucher 'un peu' le trou des dettes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :