Covid : la situation est "critique", il faut "durcir le couvre-feu" ou "reconfiner" préconise le Conseil scientifique

 |  | 453 mots
Lecture 2 min.
La deuxième vague va probablement être plus forte que la première, s'inquiète Jean-Francois Delfraissy, président du Conseil scientifique chargé d'éclairer les choix de l'exécutif (en photo, ici à gauche, lors d'une conférence de presse avec le ministre de la Santé Olivier Véran -et le Premier ministre Edouard Philippe hors cadre- le 13 mars 2020).
"La deuxième vague va probablement être plus forte que la première", s'inquiète Jean-Francois Delfraissy, président du Conseil scientifique chargé d'éclairer les choix de l'exécutif (en photo, ici à gauche, lors d'une conférence de presse avec le ministre de la Santé Olivier Véran -et le Premier ministre Edouard Philippe hors cadre- le 13 mars 2020). (Crédits : Reuters)
"Nous sommes nous-mêmes surpris par la brutalité de ce qui est en train de se passer depuis 10 jours", a déclaré le professeur Delfraissy sur RTL. Selon le président du Conseil scientifique chargé d'éclairer les choix de l'exécutif, le chiffre de 52.000 nouveaux cas recensés en 24 heures est largement en dessous de la réalité, chiffre qui devait être "autour de 100.000 par jour".

La situation face au Covid est "difficile, voire critique", a estimé lundi Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, estimant qu'il faudrait au minimum durcir et étendre le couvre-feu face à une deuxième vague épidémique "brutale".

"On est dans une situation difficile, voire critique. (...) On avait prévu qu'il y aurait cette deuxième vague, mais nous sommes nous-mêmes surpris par la brutalité de ce qui est en train de se passer depuis 10 jours", a déclaré le professeur Delfraissy sur RTL.

Relevant que "beaucoup de nos concitoyens n'ont pas encore pris conscience de ce qui nous attend", il exprime son inquiétude sur la suite :

"La deuxième vague va probablement être plus forte que la première."

Il a estimé que le chiffre réel des cas devait être "autour de 100.000 par jour", alors que les cas confirmés ont atteint ces derniers jours des chiffres record, dépassant dimanche la barre des 50.000 en 24 heures pour la première fois depuis le début des tests massifs.

Lire aussi : La seconde vague plombe le rebond de l'économie française

Deux hypothèses pour juguler la 2e vague

Selon lui, il y a "deux hypothèses" pour tenter de juguler cette deuxième vague.

La première est "d'aller vers un couvre-feu plus massif, à la fois dans ses horaires, dans son étendue au niveau du territoire national, et qui puisse également être mis en place le weekend". Après "10 à 15 jours (...) on pourrait regarder la courbe des nouvelles contaminations (...) et si on n'est pas dans la bonne direction, aller vers le confinement".

La deuxième hypothèse est "d'aller directement vers un confinement, moins dur que celui du mois de mars, qui permette à la fois le travail, qui évidemment s'accentuerait en terme de télétravail, qui permettrait probablement de conserver une activité scolaire et qui permettrait aussi de conserver aussi un certain nombre d'activités économiques, qui pourrait être de plus courte de durée et qui serait suivi de conditions de déconfinement très particulières, puisqu'on déconfinerait en passant par un couvre feu".

"Plus on prendra des mesures rapidement, plus (elles) auront une certaine forme d'efficacité", a-t-il insisté, tout en soulignant que le Conseil scientifique, chargé d'éclairer les choix de l'exécutif, "ne préconise rien, nous mettons sur la table les deux grandes stratégies qui sont possibles". Il s'agit de "décisions éminemment politiques", a-t-il relevé.

"Cette vague elle est en train d'envahir l'Europe (...) elle va durer plusieurs semaines, voire un ou deux mois", a-t-il poursuivi, tout en refusant de se prononcer sur la situation lors des fêtes de fin d'année: "On verra pour les vacances de Noël".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2020 à 8:38 :
Selon cet oracle , la France comptabiliserait ainsi CHAQUE JOUR un nombre de contaminations et comme le rapporte l' UPR,
- 67% supérieur à celui des États-Unis ( 60 000 contaminations par jour dans ce pays pourtant 5 fois plus peuplé que la France, avec 332M hab)
- 122% supérieur à celui de l'Inde ( 45 000 contaminations par jour dans ce pays pourtant 20,5 fois plus peuplé que la France, avec 1373M hab)
- 5000 fois supérieur à celui de la Chine ( 20 contaminations par jour dans ce pays pourtant 20,9 fois plus peuplé que la France, avec 1400M hab)

De deux choses l'une,

soit M. Delfraissy ment et exagère délibérément la situation, en gonflant artificiellement les décomptes statistiques, ou en donnant un sens très vaste au concept flou de "cas".
En bref, il présente la situation sous le jour le plus inquiétant pour faire peur aux Français et les préparer psychologiquement à accepter une réduction toujours plus inquiétante soit ce président du "Conseil scientifique Covid-19" n'exagère pas.
C'est alors la preuve éclatante que les "conseils" qu'il a donnés au gouvernement depuis 7 mois sont tragiquement erronés et contre-productifs !

Dans les 2 cas, le gouvernement n'a qu'une solution sage et conforme à la nécessité urgente de protéger et de rassurer les Français : il faut virer ce monsieur.
Il faut d'autant plus le convier à prendre sa retraite qu'il s'est accaparé un pouvoir démesuré et sans le moindre contrôle dans l'appareil d’État. Un pouvoir démesuré, non seulement sur la gestion sanitaire, mais aussi sur la gestion politique et démocratique de notre pays..
a écrit le 26/10/2020 à 19:44 :
« Les tests réalisés en France ne montrent pas la réalité de l’épidémie. Les positifs asymptomatiques ne sont pas malades, ni contagieux. Il faut baisser le seuil de détection des tests RT-PCR du Covid-19 pour mieux dépister les individus contagieux selon de nombreux médecins et scientifiques. Comme par hasard il y a 4 a 6 fois moins de positifs en Allemagne avec des seuils de détection plus bas.
Ce gouvernement incompétent et irresponsable est en en train de couler notre économie et de mettre en faillite des centaines de milliers de petites entreprises. »

Ca vous rappelle quelque chose ? Des taux d'incidence hyper élevés, des cartes écarlates, 21200 décès (surmortalité par rapport à une mortalité déjà constatée), 300 morts par jour en moyenne sur 10 semaines, des courbes en cloche, des rea débordées... C'est... ? Le rapport épidémiologique de la grippe 2016/2017 de santé publique France.
a écrit le 26/10/2020 à 17:09 :
Que ceux qui veulent confiner restent confinés chez eux et qu'ils laissent les autres se comporter en personne responsable mais libre.
a écrit le 26/10/2020 à 17:09 :
"Nous sommes nous-mêmes surpris par la brutalité de ce qui est en train de se passer depuis 10 jours", a déclaré le professeur Delfraissy sur RTL"

Ce monsieur a été masqué ,testé ,confiné ,lors de la grippe de Hongkong en 68/69 et ses 31000 morts bien sur que non.Il avait 20 ans à l'époque et balançait des pavés pour assurer ensuite sa petite carrière et être toujours président d'un Conseil scientifique à 72 ans,sans parler de tout ces éditorialistes à la TV du même âge qui nous font des leçons de moral ,beurk .Cette génération maintenant qu'elle est dans le collimateur du virus à la trouille et faut que tous le monde vivent dans une cave pour les sauver.
a écrit le 26/10/2020 à 13:10 :
la dissémination du virus a dépassé nos capacité de contrôle, même en appliquant un confinement drastique. Chaque famille, chaque entreprise, chaque école (lycée, fac...) est devenue un cluster qui s'ignore.

On n'échappera pas au confinement pour raisons politique. Ayant tout raté, le macronisme doit tenter de montrer qu'il agit s'il veut survivre.

Néanmoins les responsables doivent dès maintenant prendre un bon avocat. Les familles de ceux et celles qui ont cotisé pendant des décennies et qu'on va laisser mourir sans soin (et pour certains sans sédation pour cause de pénurie) ne vont pas les louper.
a écrit le 26/10/2020 à 12:21 :
Age moyen de mortalité en France 82 ans. Age moyen de décès avec le Covid 84 ans. De quoi se plaint on? Ça va un peu plus vite, c'est tout.
a écrit le 26/10/2020 à 11:51 :
Au lieu d'amuser la galerie avec des solutions qui datent du moyen-âge ou de la dernière guerre mondiale, et si le Conseil proposait de vraies mesures intelligentes et efficaces : systématiser le télétravail en entreprises, fermer les écoles, qui sont les lieux où l'on se contamine le plus ?
Réponse de le 26/10/2020 à 17:15 :
"systématiser le télétravail en entreprises"

Le télétravail concerne 1 salarié 3 dans les entreprises ,ce n'est donc pas tout le monde et dans le paquet ce sont majoritairement des cadres à près de 90%. Ce sont eux d'ailleurs qui ont pu mettre en moyenne 7200€ sur leur caisse d"épargne en économisant sur le carburant , la bouffe etc...pendant que d'autres piochaient dedans.
a écrit le 26/10/2020 à 11:10 :
Faut avouer que le confinement avait ses avantages, quel silence sans toutes ces bagnoles circulant partout ! Quel calme, quelle air épuré !

Que du bonheur même si on occulte la partie économique, mais vraiment. Et puis comme les vieux ne veulent pas rester chez eux car complètement shootés à la société de consommation, si on veut les sauver il va falloir re-confiner.

C'est l'avantage en plus, les vieux vont être obligés, enfin il serait temps, de se rendre compte que l'on sacrifie tout le monde pour eux et ce depuis bien avant le covid..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :