Dans la vie politique française, la réalité dépasse parfois la fiction

POLITISCOPE. La France politico-médiatique est sous pression comme dans une cocotte-minute. La gifle adressée à Emmanuel Macron est le signe d'une montée de la violence politique dans un pays abimé par la crise sanitaire. Le choc des images inquiète à un an de l'élection présidentielle. Mais le spectacle heureux donnée par une jeunesse mélangée dans les rues déconfinées apporte un démenti à ceux qui agitent le spectre de la guerre civile.
Marc Endeweld

4 mn

Pour le chef de l'Etat, le coupable idéal est tout trouvé : les réseaux sociaux sont les initiateurs de la violence dont il a été la victime cette semaine.
Pour le chef de l'Etat, le coupable idéal est tout trouvé : les réseaux sociaux sont les initiateurs de la violence dont il a été la victime cette semaine. (Crédits : Reuters)

La présidentielle, c'est dans moins d'un an. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les esprits commencent à s'échauffer sérieusement dans le petit Paris politique et médiatique. Mélenchon et ses élucubrations, Macron victime d'une gifle, une vidéo de « charme » sortie contre un candidat RN en Bourgogne-Franche-Comté, chaque jour passe, et les événements, petits et grands, qui scandent le débat « politico-médiatique » en France, dépassent toujours un peu plus n'importe quel scénario de série à la télé. Un président giflé, d'ailleurs, on trouvait l'épisode dans le « Baron noir ». Dans une scène de la troisième saison de la série politique de Canal +, la présidente (fictive) de la République, Amélie Dorendeu, va ainsi à la rencontre d'un groupe de manifestants, et reçoit une gifle en retour. Réalité, fiction, tout se mélange dans la France de 2021.

Un grand fourre-tout qu'on retrouve sur les réseaux sociaux, où extraits vidéos, rumeurs, vraies informations, fake news, participent à créer une véritable hystérie collective... du moins chez les journalistes, « communicants », et autres tâcherons de la vie politique française. Il y a quelques années, Jean-François Kahn alertait son public sur les « bulles médiatiques ». Aujourd'hui, de bulles uniformes, on est passé à un univers patchwork, où chacun voit de plus en plus midi à sa porte, et où chaque responsable politique a tendance à fragmenter sa parole.

Pour le chef de l'Etat, le coupable idéal est donc tout trouvé : les réseaux sociaux sont les initiateurs de la violence dont il a été la victime cette semaine : « Au fond, ça vient de ça. On s'habitue à une haine et une violence sur les réseaux sociaux qui après se normalise, et quand on se retrouve face à face, on a l'impression que c'est la même chose ». Cette séparation qu'il y aurait entre la « RL », la « real life », et le « virtuel » est aussi vieux que la diffusion du numérique dans nos sociétés. Déjà dans les années 1990, les jeux vidéo étaient pointés comme la cause de la violence. Comme si jeux vidéo et les réseaux sociaux n'étaient pas de simples miroirs tendus à nous-mêmes.

En réalité, tout est réel. Et la violence provient davantage des circonstances historiques (une épidémie qui a fait exploser les inégalités), de la situation internationale (escalade des tensions entre grandes puissances, notamment entre la Chine et les Etats-Unis), et aussi d'une certaine pratique du pouvoir, en France, comme ailleurs, qui a largement utilisé les réseaux sociaux pour mieux décrédibiliser tous les corps intermédiaires.

Peur panique face à la puissance des réseaux sociaux


Responsables politiques comme firmes de la « big tech » ont joué avec le feu, et maintenant, ils en appellent à contrôler ces mêmes outils. On voit ainsi se multiplier les décisions unilatérales de censure de Twitter et de Facebook à l'encontre de tel ou tel. Où sont les libertés dans ces conditions ? De fait, ces entreprises se transforment en autant d'églises qui procèdent (trop) facilement à des excommunications. Alors que les mêmes ne s'interrogent guère sur leur utilisation maladive d'algorithmes qui manipulent les foules pour mieux rentabiliser leur modèle économique.

Mais dans un autre sens, les pouvoirs politiques dans le monde entier ont aujourd'hui une peur panique de la puissance de déstabilisation de ces réseaux sociaux. Sans Facebook, y aurait-il eu en 2011 le fameux « printemps arabe » ? On peut se le demander. Sans réseaux sociaux, y aurait-il eu en 2018/2019 les Gilets Jaunes ? La question se pose. Reste une chose : le degré de tensions dans le discours politique n'est bien souvent le fait que des acteurs eux-mêmes. Et à ce jeu-là, le niveau du débat public en France est particulièrement inquiétant.

Va-t-on vers une campagne présidentielle où, en guise d'échanges et de confrontations, seul le choc des images restera sur la rétine de nos concitoyens. C'est peut-être le vrai sujet : trop d'images et trop d'incertitudes. « Ils sont paranos ». Voici comment on présente aujourd'hui le pouvoir macronien dans les couloirs de l'Assemblée nationale. Paranos et sûrs d'eux. Au point de commettre des imprudences ? Reste que pour l'instant aucun candidat ne semble en mesure de challenger réellement le couple de favoris médiatiques et politiques formé par Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Et à ce compte-là, rien n'empêchera de voir surgir de nulle part des surprises. Pour le meilleur comme pour le pire.

Rassurons-nous tout de même : il n'y avait qu'à voir la jeunesse, de toutes origines, fêter le dé-confinement dans les rues et parcs des villes de France, et à Paris ces derniers jours, pour comprendre que les responsables politiques adorent agiter le spectre d'une guerre civile d'abord pour se trouver une posture. Et surtout à défaut de proposer un projet d'avenir. L'année risque d'être encore longue...

Marc Endeweld

4 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 37
à écrit le 15/06/2021 à 12:48
Signaler
Tiens , nos young leaders se félicitent entre eux de leur travail contre le pays. Emmanuel Macron va décorer son ancien Premier ministre Edouard Philippe de l’ordre de grand officier de la Légion d’honneur ce mardi à 12 heures, a indiqué l’Elysé...

à écrit le 14/06/2021 à 13:06
Signaler
Ça fait quatre ans que Macron gifle la France et les français, et encore , des fois ce sont des bourre-pifs, mais là, curieusement, aucun commentaire, aucu edito. La supposée violence politique en France vient de l'état, notamment depuis Hollande....

à écrit le 14/06/2021 à 10:47
Signaler
Toujours deux justice dans notre, pays... Comment peut on avoir jugé et pire encore condamné celui qui a mit une simple gifle au président (qui la mérite largement quand on voit son bilan..) et en même temps relacher et jamais condamné Sarkozy et to...

le 14/06/2021 à 11:08
Signaler
Parce que dans un système mafieux, ils ne vont pas faire tomber le boss !!! qui aujourd'hui au tribunal pour la première fois pour son financement illégale après 15 jours, un petit tour et puis s'en va !!! responsable de rien, mais gagnant sur tout, ...

à écrit le 14/06/2021 à 9:23
Signaler
Tout dépend ou se trouve la caméra, on peut faire dire n'importe quoi aux images, bisounours ou violence.

à écrit le 14/06/2021 à 8:44
Signaler
La violence envers les élus est uniquement le fait ....... d'eux mème !.. ..mais plutôt se couper un bras que de le reconnaitre ..... Perte de moralité , d'exigences , d'exemplarité , soif de médias ,de nombrilisme ,de carriérisme sur ...

à écrit le 14/06/2021 à 8:06
Signaler
Peut être que dans la fiction, on respecte l'intelligence des acteurs!

à écrit le 13/06/2021 à 10:54
Signaler
L'erreur, c'est un mandat de 5 ans renouvelable. Nous sommes en perpétuelles élections. 1 mandat de 7 ans, non renouvelable eut été préférable. Ce qui attise les tensions c'est la quasi certitude que Macron sera réélu. Cela ne pourrait arriver s'il n...

le 14/06/2021 à 6:21
Signaler
@Valbel. La Coree devrait vous inspirer en termes de Democratie. Savez-vous, par exemple qu' ici un president est elu pour 4 ans, et ne peut en aucun cas se representer ? Vous reclamez 7 ans pour votre republique sclerosee, malheureux, imaginez un ...

à écrit le 13/06/2021 à 10:53
Signaler
J espère que ceux qui ont soutenu Fillon le voleur sont mal dans leurs baskets... le masque est tombé !! le petit jesus attendra sa dîme en rouble - roublard....c est plus « tintin chez les soviets « c’est « le petit jesus chez les soviets » on n...

à écrit le 13/06/2021 à 10:30
Signaler
La guerre civile n'existe qu'au travers des médias de masse qui nous imposent de voter pour le mal contre le pire, nous lobotomisant avec une pensée binaire au ras des pâquerettes peu représentative de l'état d'esprit des français, oui il y a des fac...

à écrit le 12/06/2021 à 23:11
Signaler
La violence est inacceptable . Il y a 2 sortes de violence: la gifle ou la bise car embrasser quelqu’un qui ne veut pas ; ceci est aussi une forme de violence . Je me demande comment de femmes en France voudraient embrasser M . Macron ? 😉

à écrit le 12/06/2021 à 18:33
Signaler
le constat du jour voici que nos elus s'en moque de la france ce qui leur inporte plus que tout c'est le fric car celui qui se presenter en voulant reduire les remuneration des francais et augmenter les taxes. va se faire payer par une nation etra...

à écrit le 12/06/2021 à 18:28
Signaler
"Dans la vie politique française, la réalité dépasse parfois la fiction" L'ancien Premier ministre français François Fillon a été proposé au conseil d'administration d'un groupe pétrolier public russe, Zaroubejneft, selon un décret du gouverneme...

le 14/06/2021 à 12:44
Signaler
La corruption des hommes politiques français déchus, par des puissances étrangères ni amies, ni démocratiques est un grand classique contemporain. Raffarin est devenu lobbyiste officiel pour la république chinoise depuis des années, Villepin est au C...

à écrit le 12/06/2021 à 8:28
Signaler
Jupiter remercié par les premiers de cordée. « Merci Macron, Merci Macron ». Cette fois pas de couac ni de polémique ! A la place... une immense ferveur populaire. Alors que mercredi dernier, pour la dernière session nocturne du tournoi les specta...

le 13/06/2021 à 7:32
Signaler
@lachose: Du pain et des jeux.... Nous risquions la révolution!

à écrit le 12/06/2021 à 7:59
Signaler
ce n'est pas le plus grave la veritable question est quand le pouvoir vas t'il prendre conscience que les francais demande une veritable nation qui leur offre emploi et securite et bien vivre ensemble si le peuple se tourne vers la droite la ques...

à écrit le 11/06/2021 à 23:12
Signaler
Bienvenue au rétablissement du crime de lèse-majesté au pays de l'abrogation des privilèges.

à écrit le 11/06/2021 à 20:17
Signaler
L'apaisement politique avec 18 mois de prison dont 4 mois fermes pour une simple gifle avortée tandis que les féministes chouinent à longueur de journée que leur ex-conjoint menace leur vie avec un futile bracelet électronique apportant la prison ...

à écrit le 11/06/2021 à 18:26
Signaler
bien triste de voir un president se faire calotter mais a present plus rien n'etonne la violence est partout et si on envoyait les sbires du president les gros costauds dans les citees pour mettre de l'ordre simpl plaisanterie ils n'iront pas ils ...

le 11/06/2021 à 20:31
Signaler
Désolé de vous décevoir mais je pense que les enfants gâtés de la république ont manqué de fessée éducative et manifestement le roi président n'a pas retenu la leçon du peuple qui ne souhaite plus subir l'autoritarisme d'une monarchie républicaine...

à écrit le 11/06/2021 à 17:54
Signaler
Pour éviter d’autres baffes : Encore un an de répit. L'Assemblée nationale a annoncé le report d'un an de la hausse du tarif du gazole non routier, ce vendredi. Le gouvernement proposait de son côté un report de 18 mois, au 1er janvier 2023, mais ...

à écrit le 11/06/2021 à 17:26
Signaler
La gifle est importante en France: le Cid de Corneille, le film, la gifle de Giscard (en privé), le chasse mouche du Dey d'Alger et celle de l'évêque. Cela dit, si le Président peut représenter la France à l'étranger, il ne représente que lui face à ...

à écrit le 11/06/2021 à 17:07
Signaler
C'est marrant son obligation de soins psychologiques, car quand on lit sa défense, elle est parfaitement sensée. Au passage, la "justice" en profite pour supprimer le droit de vote d'un opposant politique de notre président. On se demande aussi pourq...

le 11/06/2021 à 17:26
Signaler
Je suis de votre avis. Vous avez noté que concernant l'affaire Benalla, ça ne doit pas être le même juge parce que c'est marrant de voir à quel point, par malchance, on est tombé sur un juge lent, mais lent ... à un point que ce n'est pas permis.

le 11/06/2021 à 17:27
Signaler
Je suis de votre avis. Vous avez noté que concernant l'affaire Benalla, ça ne doit pas être le même juge parce que c'est marrant de voir à quel point, par malchance, on est tombé sur un juge lent, mais lent ... à un point que ce n'est pas permis.

à écrit le 11/06/2021 à 16:02
Signaler
Une justice et immédiate pour le président 18 mois de prisons dont 4 ferme pour une claque filmée...Et qu elle justice pour les policiers agressés? Ce deux poids deux mesures montre que la justice est au service du pouvoir et non de l intérêt général...

à écrit le 11/06/2021 à 13:15
Signaler
Tellement d'injustices et l'indifference de ceux qui pourraient légiférer pour les supprimer, ça rend fou de rage.

à écrit le 11/06/2021 à 13:15
Signaler
Tellement d'injustices et l'indifference de ceux qui pourraient légiférer pour les supprimer, ça rend fou de rage.

à écrit le 11/06/2021 à 12:08
Signaler
Macron se vantait de rester à porter de gifle des électeurs... Il a pris une baffe, c'est ce qu'il voulait non?. S'il avait attendu son SO, ca ne serait pas arrivé. Au passage son SO lui a aussi sauvé les fesses en ceinturant le président pour l'empé...

à écrit le 11/06/2021 à 11:46
Signaler
Actuellement en politique, il y a deux options! Soit une remise en "cause" pour remettre la locomotive sur les rails, soit retoucher aux "conséquences" avec une peinture adéquate! Vous devinerez sans doute qui est qui?

à écrit le 11/06/2021 à 10:41
Signaler
L'état français a beaucoup trop déliré, avec le COVID-19, et continue de le faire. Alors qu'aujourd'hui, il est évident que la pandémie est terminée, l'état français continue avec ses mesures sanitaires sans objet. Le peuple en a raz le bol

le 12/06/2021 à 9:33
Signaler
"L'état français a beaucoup trop déliré, avec le COVID-19" Tous ce que nous connaissons depuis 14 mois au niveau mondial vient du Dr Anthony Fauci, l'immunologue américain, conseiller principal de Donald Trump puis de Joe Biden, au sujet de la cri...

à écrit le 11/06/2021 à 10:37
Signaler
La fin de l article est un peu optimiste. jusqu a maintenant l argent de la BCE fait que les consequences de la pandemie ne sont pas visible. Mais il va bien falloir payer les dettes et la france sort affaiblie (aeronautique, automobile et tourisme o...

à écrit le 11/06/2021 à 10:12
Signaler
en démocratie les médias ne peuvent pas etre la courroie de transmission orienté au service d une politique

le 12/06/2021 à 2:44
Signaler
Ca fait plus de 4 ans que vous etes en democrature.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.