Déterminé, Emmanuel Macron veut aller "plus loin et plus fort" dans les réformes

 |   |  770  mots
Emmanuel Macron a réaffirmé sa volonté de continuer à réformer la France, en dépit de l'hostilité auquelle il est confronté, lors du conseil des ministres de ce vendredi 4 janvier.
Emmanuel Macron a réaffirmé sa volonté de continuer à réformer la France, en dépit de l'hostilité auquelle il est confronté, lors du conseil des ministres de ce vendredi 4 janvier. (Crédits : Benoit Tessier)
Le président Emmanuel Macron a affiché, ce vendredi, à l'occasion du premier conseil des ministres de l'année, sa volonté de continuer à réformer la France en profondeur face aux "agitateurs" qui souhaitent "renverser le gouvernement".

C'est la rentrée des classes pour Emmanuel Macron. Le président de la République a réuni, ce vendredi, l'ensemble des membres du gouvernement à l'occasion du premier conseil des ministres de l'année. L'occasion pour lui de démontrer, après ses voeux aux Français le lundi 31 décembre dernier, que, malgré le mouvement des "Gilets jaunes" dont plusieurs manifestation sont prévues ce week-end à Paris et en régions, et l'hostilité croissante dont il est l'objet, il entendait poursuivre son train de réformes. Le président "a estimé qu'il était nécessaire que nous allions plus fort, plus loin et plus radicalement dans la transformation du pays", a rapporté le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux lors du compte rendu du conseil.

"Avec le constat que nous avons pris le bon chemin mais que des choses peuvent naturellement être améliorées", a-t-il souligné. "Pour beaucoup de nos concitoyens, les choses n'ont pas réellement changé dans leur vie et dans leur quotidien (...), ils n'ont pas connu de changement suffisamment substantiel et concret dans leur vie de tous les jours".

"Nous devons aller sans doute encore plus loin dans le changement, être beaucoup plus radicaux dans nos méthodes, dans nos manières de faire, dans notre style, nous devons aller au bout de l'envie de changement des Français car c'est cette envie qui nous a portés au pouvoir", a-t-il ajouté. "Peut-être avons-nous trop composé avec certains conservatismes, il faudra changer cela, et ce travail nous serons heureux de le conduire avec nos administrations, les territoires, leurs élus, tous ceux qui souhaitent sincèrement transformer notre pays".

Fermeté et main tendue

Malmené dans les sondages, ébranlé par les violences qui ont émaillé plusieurs manifestations à Paris en novembre, Emmanuel Macron avait achevé l'année 2018 en faisant, le 10 décembre, un mea culpa et en annonçant une série de mesures en faveur du pouvoir d'achat chiffrées à plus de 10 milliards d'euros. Depuis, le ton a changé. Lors de ses voeux aux Français lundi soir, le chef de l'Etat s'en est pris aux "porte-voix d'une foule haineuse s'en prennent aux élus, aux forces de l'ordre, aux journalistes, aux juifs, aux étrangers, aux homosexuels" et déclaré avoir entendu "l'inacceptable".

Il a fermé la porte à tout "renoncement", appelé les Français à "accepter la réalité" et réaffirmé sa détermination à mener son train de réformes à son terme, dont celles des retraites, de l'assurance chômage et de la fonction publique. "Nous avons apporté des réponses concrètes aux demandes premières et légitimes portées par le mouvement dit des 'Gilets jaunes' notamment sur le pouvoir d'achat", a dit Benjamin Griveaux. "Depuis ces annonces, le mouvement (...), pour ceux qui restent encore mobilisés, est devenu le fait d'agitateurs qui veulent l'insurrection et au fond renverser le gouvernement".

"En revanche, nous sommes prêts à discuter avec des gens sincères, qui ne font pas d'instrumentalisation politique, de la difficulté que connaissent certains de leurs concitoyens", a-t-il ajouté.

Pour le gouvernement, le grand débat national fera office de test

Il n'en reste pas moins que la réponse à apporter et le ton à adopter face aux "Gilets jaunes" interrogent au sein même du gouvernement. Dans une tribune publiée dans Le Monde, le secrétaire d'Etat chargé du numérique Mounir Mahjoubi voit dans le mouvement "une chance pour la France" et appelle les membres de la République en Marche (LaRem) à ne pas s'enfermer "dans une représentation biaisée" des manifestants.

En baisse depuis quelques semaines, la mobilisation de samedi sera scrutée de près par un exécutif désireux de reprendre la main en dépit d'un contexte social encore tendu et de récentes révélations sur Alexandre Benalla. La tâche s'annonce délicate. Dix-neuf mois après l'élection d'Emmanuel Macron, 75% des Français se disent "mécontents" de l'action menée par le gouvernement, soit 16 points de plus qu'en avril dernier, selon un sondage Odoxa Dentsu consulting publié jeudi.

Dans ce contexte, l'issue du "grand débat national" et la réponse qu'apportera le gouvernement s'annoncent cruciaux. "J'invite l'ensemble de nos concitoyens à y participer activement et à faire entendre leurs voix, c'est important dans cette période", a déclaré Benjamin Griveaux, à l'heure où plusieurs figures des "Gilets jaunes" refusent de participer à ce qu'ils considèrent être "un piège politique".

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/04/2019 à 15:03 :
si macron ne met pas le smic a 1500 euros pour tous meme pour les deputes ca sera la revolution moi je le met a la porte puis je prends sa place je ne me ferais pas de salaire comme lui alors ce gouvernement dehors si vous voulez vous en sortir il faut un president gratuit et les riches seront obliges de donner leur argent pour nourir les gens francais qui touchent 500 euros mois merci je suis pret malgre mes 84 ans
a écrit le 09/01/2019 à 4:37 :
La photo est tres evocatrice : Levres pincees.
Cela augure du plus dur. Normal, c'est un nerveux associal.
a écrit le 08/01/2019 à 20:10 :
C'est hallucinant tout ces politiciens qui croient que les citoyens (de France comme des autres pays d'Europe, d’Amérique..) peuvent croire que ces eux qu'on veut renverser... Après tant d'extrême qui accèdent au pouvoir voir pour notre pays au second tour des élections, ils n'ont même idée que la république est à bout de souffle et qu'il est grand temps de faire quelque chose pour que les citoyens de nos pays aillent mieux et que la mondialisation qui s’enrichit toujours plus en appauvrissant les citoyens des pays doit cesser...
a écrit le 07/01/2019 à 12:34 :
Helios@,vous avez raison. Les" réformes",demandées par les multinationales, les compagnies d'assurance, la CE, la BCE, Schauble etc., c'est la précarisation des contrats de travail (préconisée aussi par Tirole), la privatisation de la santé et de la retraite (retraite par points).On donne comme excuse la nécessité de rembourser la dette, mais en fait il s'agit de récupérer les cotisations sociales publiques et de les donner aux banques et compagnies d'assurance, pour qu'elles puissent faire du business avec, et du coup les prestations de santé et le montant des retraites diminueront.C'est ça les "réformes"que les politiques français (LR, PS et maintenant LREM) ,veulent nous imposer depuis 30 ans
a écrit le 07/01/2019 à 11:15 :
Ca fait 30 ans qu'on reforme la France, tout ça pour en être arrivé à quelques millions de chômeurs et une partie des Français qui ne peuvent finir le mois.
a écrit le 07/01/2019 à 10:53 :
Pendant ce temps :

Nouvel épisode dans le feuilleton Benalla. Quelques jours après la révélation des déplacements au Tchad de l'ancien collaborateur de la présidence, le quotidien 20 minutes dévoile de nouvelles informations.Myriam B, la compagne de l'ex chargé de mission, était salariée de La République en Marche, le parti fondé par Emmanuel Macron, au moment de la polémique au sujet des violences commises par Alexandre Benalla lors des manifestations du 1er mai dernier.
"Elle était salariée. Ce que je ne sais pas, c'est si elle l'est toujours", a indiqué à 20 minutes une source proche du parti. Mais ce n'est pas tout. La jeune femme a tenté de cacher sa situation professionnelle aux enquêteurs de la Brigade de répression de la délinquance contre les personnes (BRDP). La République en Marche a confirmé le statut de salariée de la femme d'Alexandre Benalla, sans toutefois indiquer la fonction qu'elle occupait, ni si elle était toujours rémunérée par l'organisation politique.
a écrit le 07/01/2019 à 7:00 :
En gros, le gouvernement ne tient que grâce à la police et à 4 où 5 milliardaires qui disent aux médias que faire...
a écrit le 06/01/2019 à 21:37 :
Il est vrai qu'au lieu de fermer des maternités,des services hospitaliers et des hôpitaux dans les territoires,il faudrait diminuer les fonctionnaires territoriaux,réduire le train de vie des ministères ,supprimer le sénat et diminuer de moitié le nombre de députés
a écrit le 06/01/2019 à 19:01 :
En bref, c'est Robin des Bois à l'envers; prendre le maximum aux pauvres pour encore donner plus aux riches !
Réponse de le 08/01/2019 à 10:41 :
je soutient la cagniotes faites pour le boxeur faut réponde au flic de la meme facon qu il nous traite
a écrit le 06/01/2019 à 18:14 :
où l'art de foncer dans un mur en klaxonnant bien fort pour qu'on l'admire.

Vu de l'étranger ce doit être assez étonnant, ce Don Quichotte de pacotille qui se rue sur les moulins à vents.
a écrit le 06/01/2019 à 17:54 :
Déterminé à quoi ?! A attendre que son mandat s'écoule sans rien pouvoir mettre en oeuvre des sales tours qu'il destinait aux classes moyennes et pauvres pour le compte de ceux qui possèdent la France... il est archi-cuit.
a écrit le 06/01/2019 à 16:46 :
Si le prélèvement à la source est plein de bugs, c'est la fin des haricots pour M.Macron, en plus des dégâts économiques énormes. Par prudence la reconnaissance du vote blanc me semble plus qu' urgente. Il n'est pas acceptable que 50.000 manifestants puissent représenter 67.000.000 d'habitants.
a écrit le 06/01/2019 à 13:48 :
Macron et France Stratégie qui le conseille, auront permis de faire émerger aux élections européennes le parti du Rassemblement Nationale, après avoir pulvérisé les retraités.
a écrit le 06/01/2019 à 13:29 :
Décryptage : "Nous sommes au bord du gouffre, fermons les yeux et faisons un pas en avant"
a écrit le 06/01/2019 à 13:29 :
On ne va pas attendre le mois de Février pour remplir les frigos.
Vite de nouvelles élections vu l'incompétence profonde de ce gouvernement ou sinon une bonne révolte.
Que le gouvernement commence déjà par diviser par deux les salaires de Ministres, Députés, Sénateurs, Président (ils ont intérêts à faire vite) au lieu de détruire a chaque fois les pauvres et la classe moyenne.
On ne veut pas des miettes, on veut de la justice fiscale et que chaque Français puisse vivre dignement.
a écrit le 06/01/2019 à 11:57 :
Cela fait des années que l'état français vit au dessus de ses moyens et qu'il matraque fiscalement le citoyen de taxes et impôts comme si c'était la seule solution...
Or aujourd'hui, le citoyen en a raz le bol de tout ce merdier fiscal .
Curieusement, vous n'entendez aucun politicard vous dire qu'il faut faire des économies budgétaires notamment sur le nombre de fonctionnaires territoriaux ( plus de 600.000 embauches entre 2000 et 2014 un record !!!!)
Sur le nombre de sénateurs, de députés, là aussi un record par rapport à l’Allemagne ou les USA.
La liste est longue....à tous les niveaux de l'état...beaucoup de politicards se servent mais ne servent pas la France !
a écrit le 06/01/2019 à 11:37 :
il n y a qu une facon de tuez le capitalisme des impots ;des impots; et toujours des impots ///karl marx/// VOILA POURQUOI LE PEUPLE SE REVOLTE /// KARL MARX ETAIS UN GRAND PENSEUR SUR LES PROBLEMES DE NOTRE SOCIETE???
a écrit le 06/01/2019 à 11:32 :
le jeu dangereux de MACRON qui pense que les français voteront pour son groupe parlementaire (lrm) pour les européennes par dépits….tznt il est vrai que l'opposition est absente par ses propositions et ce n'est pas l'attitude de MELENCHON qui incite à voter pour "son" parti !!
MACRON n'a toujours pas compris avec ses courtisans que les français veulent vivre décemment de leur travail et non de compléments d'aides sociales.
Je suggère donc à M. Le président de la république d'agir sur les couts en :
- supprimant la tva sur la main d'œuvre facturée par les prestataires de services (facture garagiste, plombier, coiffeur etc...)
- récupérer les aides allouées aux entreprises qui distribuent des dividendes et modifier l'impôt sur les sociétés :
1 - toutes entreprises qui distribuent des dividendes doit rembourser le montant équivalent des aides sociales et fiscales obtenues (exemple distribution de 100 000 € aides obtenu 150 000 € remboursement des aides obtenues à hauteur de 100 000 €)
2 - impôt sur les sociétés sur les dividendes au taux de 50 % (taux qui était pratiqué il y a quelques années)
3 - abaisser le taux d'IS à 15% pour les bénéfices réinvestis ou permettant le désendettement
4 - suppression de la tva déductible sur les frais de réception et de bouche, et limitation de ces frais déductibles du résultat à hauteur du barème de l'administration (15.25 € par repas/personne)

- supprimer l'imputation des déficits catégoriels (dont déficit agricole, bic, bnc, revenus fonciers) sur le revenu global mais accepter le report du déficit sans limitation dans le temps dans la catégorie des revenus concernés


bien sur on peut aussi voir du coté de la taxe sur les transactions financières :
- exonération de cette taxe pour les augmentations de capital ou introduction en bourse
- taxe à réduire à 0.35 % applicable sur toutes les transactions (vente) de titres existant sur le marché dès le 1er euro. Taxe pour pourrait être diminuée voire supprimée sur les titres détenus depuis plus de 5 ans.

etc....
a écrit le 06/01/2019 à 10:40 :
"Pour le gouvernement, le grand débat national fera office de test"
"Emmanuel Macron veut aller "plus loin et plus fort" dans les réformes"

Faut savoir.
a écrit le 06/01/2019 à 10:12 :
Pendant ce temps ;

Le décret fixant les modalités d’application de la nouvelle prime à la conversion est paru le 28 décembre 2018 au Journal officiel. Et, comme l'a repéré Auto Plus, celui-ci réserve son lot de mauvaises surprises...
Si les montants d’aide sont effectivement rehaussés pour un certain nombre de personnes, la prime en elle-même concernera moins de véhicules à l’achat. Et le gouvernement s’est bien gardé de l’annoncer… Souvenez-vous : en 2018, pour bénéficier d’une prime comprise entre 1.000 et 2.500 euros, vous deviez acheter un véhicule dont le niveau d’émission était de 130 grammes de CO2 / km maximum. Depuis le 1er janvier, ce seuil est abaissé à 122 grammes de CO2 / km. De fait, ce nouveau seuil exclura donc certains véhicules qui étaient encore concernés en 2018. Simple mesure de bon sens, vous direz-vous : le seuil d’entrée au barème du malus écologique ayant été abaissé à 117 grammes de CO2 / km, autant exclure un maximum de véhicules malussés de la prime à la conversion… Sauf que l’entrée en vigueur de nouvelles normes de tests d’émissions pourraient encore réduire le nombre de véhicules éligibles à ces seuils réduits. Les nouvelles normes WLTP, entrées en vigueur au 1 septembre 2018, imputent effectivement des valeurs d’émissions plus réalistes et plus élevées que les anciens cycles d’homologation.Et ce n’est pas tout. Le décret a également exclu de la liste des véhicules éligibles à l’achat les modèles classés en Crit’air 2, pour les ménages imposables. Or cette catégorie comprend notamment tous les diesel des normes Euro 5 et 6, à savoir les modèles sortis depuis janvier 2011. Comme la catégorie Crit’Air 1 ne comprend aucun véhicule diesel, les ménages imposables ne pourront donc tout bonnement pas bénéficier de la prime à la conversion pour l’achat de véhicules utilisant le gazole comme carburant principal.
a écrit le 06/01/2019 à 9:28 :
Reste a savoir si son équipe de parvenus issus du privé suivra !
On ne gouverne pas CONTRE une nation !!!
a écrit le 06/01/2019 à 7:34 :
m macron s v p arretez vos promesses
seul la reforme complete de l'états et de son fonctionement et indispensable
ainsi que la remise a plat des impots
inutile de s'en prendre au autre reforme comme celle des retraites et autres
pour penalise les petit revenue
seul la gabjie de l'etat est a reforme en premier
a écrit le 06/01/2019 à 0:50 :
Donner encore plus aux très riches et appauvrir encore plus les plus pauvres.. C’est un peu son programme.
a écrit le 05/01/2019 à 22:52 :
Quant aux 3 jours de carence,ils ont déjà été rétablis par Darmarin
a écrit le 05/01/2019 à 22:51 :
L'évolution au mérite ce sera plutôt a la tête du client et comme déjà les fainéants sont favorisés et les dynamiques mal vus dans l'administration publiqie,ça promet cette évolution au mérite.Vous voulez donner encore plus de pouvoir aux médiocres?.
Vous connaissez très mal la fonction publique!
a écrit le 05/01/2019 à 22:48 :
marionnette d'une clique d'apatrides de l'union europeenne
a écrit le 05/01/2019 à 20:05 :
Encore 6 mois et il se proclame empereur de France.
a écrit le 05/01/2019 à 19:05 :
Jupiter doit rendre l argent aux retraitees La retraite parts point une arnaque de macron bientôt La carsat et arrco tu payers mais tu n'as pas de retraite macron fait arnaque sur arnaque Jupiter se radicalise le roi et mort vive la république
a écrit le 05/01/2019 à 18:57 :
avant toute autre réforme il faudra réformer les institutions et simplifier la (couteuse !)vie politique de ce pays ; l'exemplarité n'est pas à l'ordre du jour de l'exécutif les gilets jaunes sont en train de le lui rappeler
a écrit le 05/01/2019 à 18:55 :
Bâti sur une escroquerie (on dit aussi 'une opération de comm'), Macron est impuissant, acculé, et trépigne en supposant que ses postures qu'il imagine martiales impressionnent qui que ce soit.
Il a fait moult bras d'honneurs en parlant de son casse électoral, et de l'inutilité supposée de la moindre expérience en tant qu'élu, puis s'est enfoncé dans l'arrogance la plus vulgaire en parlant des Français et à des Français en des termes innaceptables.
Quand aux pieds nickelés de son 'gouvernement', on n'en parlera pas trop : le godillot Philippe, le bellâtre Griveaux, la RDH cost-killeuse et le reste de cette fine équipe suffisent pour achever de justifier les réactions les plus exaspérées.
Il a allumé le feu et vient pleunicher que la maison brûle ...
a écrit le 05/01/2019 à 17:58 :
Après , la France ,l'Italie ,l'Allemagne ,L'Espagne, La Belgique etc...on impose de force aux salariés la loi travail pondue par Bruxelles en Hongrie :

Plusieurs milliers de Hongrois ont défilé samedi dans le centre de Budapest pour protester contre une nouvelle loi sur le travail et critiquer l'autoritarisme prêté au gouvernement nationaliste de Viktor Orban.« Balayons ce régime », pouvait-on lire notamment sur une banderole. « Nous sommes en désaccord avec pratiquement tout ce qui se passe depuis que ce gouvernement a pris le pouvoir en 2010, notamment toute cette corruption et cette pseudo-démocratie », a déclaré Eva Demeter, une mère au foyer âgée de 50 ans croisée dans la foule.« Il y a déjà eu de grosses manifestations, qui se sont arrêtées, mais la colère semble plus importante maintenant parce que cette loi esclavagiste affecte plus de monde », a-t-elle ajouté. Des appels à une grève générale ont également été lancés sur les réseaux sociaux.Le gouvernement hongrois dénonce des « criminels »
a écrit le 05/01/2019 à 17:53 :
gouverner a l encontre du peuple ! apres avoir été accrédité avec 18% des votes !

échec assuré
a écrit le 05/01/2019 à 17:25 :
Macron est a la solde de l'UE a qui on a promis un evolution de carriere apres son mandat de president cette personne est un arriviste et un carrieriste qui ne voit que son confort personnel ainsi que que sa dame brigitte ,les français non rien a attendre de ce vendu!!!!
Réponse de le 05/01/2019 à 20:12 :
Pourquoi dites vous ça ?
Quelle évolution de carrière voyez vous ?
Et vous, personnellement, n'êtes vous pas carriériste ? Quel est le mal ?
a écrit le 05/01/2019 à 17:14 :
Le pion de Bruxelles ne peut reculer, sinon il saute!
a écrit le 05/01/2019 à 16:46 :
Macron veut une méthode plus radicale pour faire avancer les réformes .
Alors une suggestion pour la fonction publique : suppression immédiate du point d'indice . évolution des rémunérations individualisées au mérite plus ancienneté . Temps de travail plein porté à 36 heures hebdomadaire sur 47 semaines (avec contrôle obligatoire ) . instauration de 3 jours de carence . Publicité obligatoire des recrutements sur concours et sur titres ,suppression des emplois réservés sauf handicapés .
gel des recrutements de remplacement sur trois ans pour toutes les administrations sauf enseignants en charge de classes , agents administratifs et techniques interfaces du public , personnels actifs de sécurité .
a écrit le 05/01/2019 à 16:08 :
Le pouvoir d'achat est en baisse pour les 20% les plus pauvres en France.
On donne des miettes a la classe moyenne en pensant qu'ils sont naïf et qu'ils vont se taire.
En plus nous sommes dans une fausse démocratie car pas de proportionnelle a 100%.
Que les députés, Ministres, sénateurs et président commencent par diviser par deux leurs propres salaires.
a écrit le 05/01/2019 à 15:40 :
Après beaucoup d'agitations et de revendications diverses il reste l'idée fondamentale du RIC que monsieur Macron transforme en RIP. A une lettre près on est d'accord.
On ne veut absolument pas d'un Référendum d'Initiative Présidentielle
Ça c'est très clair et pas négociable.
Réponse de le 05/01/2019 à 16:51 :
Qui est "On" ?

Moi je ne veux absolument pas du RIC, car faire voter des ignorants sur des sujets fondamentaux, c'est le pire des populismes.

Avec un RIC qui sait si la population ne serai pas prête à rouvrir des camps ou stigmatiser une partie de la population ? (Au hasard : les arabes, ou les soit disant riches, ou les "propriétaires", ou la minorité qui paye l'IR, ou autres).

On vote pour des experts, on voit déjà ou ça nous mène, alors si tout le monde devient expert, c'est encore pire, c'est la fin de tout, et la loi du plus populiste.

Finalement, les technocrates élus, c'est la moins pire des solutions. Encore faudrait il que les électeurs parviennent à déceler l'expertise et la compétence. Même ça, c'est difficile.

Parmis ceux qui réclame le RIC, combien arrive à lire et comprendre un texte de loi ? Pas moi en tout cas, ou difficilement.
Réponse de le 05/01/2019 à 18:11 :
Moi je veux absolument du RIC si il y a 900 000 signatures pour déclencher un Référendum.
C'est a la majorité du peuple de faire les lois et ce n'est pas a la minorité de faire les lois que la grande majorité refuse.
D'où l'intérêt de mettre en place et de respecter entièrement les résultats des référendums même si c'est ce sera rageant pour la "minorité".
Le peuple Français doit retrouver sa vraie souveraineté. N'en vous déplaise.
Le respect des votes mêmes contraire a soi même ainsi que la mise en place de la proportionnelle a 100% ça s'apprend.
Oui au RIC
Réponse de le 06/01/2019 à 3:27 :
Quels propos dégueulasse de Yannick! Dois je vous rappeler que les camps de la mort ont été pensés et mis en place par des experts très éduqués à la grande culture pas par les gens du peuple à l'intelligence moyenne mais aux principes moraux solides et durables en toute circonstance.
Réponse de le 06/01/2019 à 10:07 :
==> "C'est a la majorité du peuple de faire les lois"

C'est déjà le cas à travers nos représentants.
Le RIC, c'est juste du populisme. Celui qui communiquera le plus fort pourra gagner le référendum. Le plus efficace en politique pour rassembler les masses étant de jouer sur l'émotionnel et la peur, on imagine ou cela peut nous porter. Ou sera le garde fou ? Le RIC me terrorise.

Prenez le Brexit : Le peuple qui a voté n'a certainement pas anticipé les difficultés qui s'annoncent, par manque de compétence, d'information, et parce que les 2 camps ont jouer sur les peur et la colère plus que sur la réalité des choses. Que l'on soit pour ou contre le Brexit, force est de constaté que le peuple a voté un projet qu'il ne comprenait pas.

==> "rageant pour la "minorité""
La minorité est aux 2 bouts de l’échiquier : Ça peut aussi bien se retourner contre les plus pauvres et les plus défavorisés que contre les plus riches. Par exemple, on pourrait très bien imaginer un RIC se faisant sur la suppression du RSA de la part des salariés qui demandent à baisser leur cotisations salariales ? N'est ce pas le début d'une guerre civile permanente ?

'La démocratie, ce n'est pas la loi de la majorité, mais la protection de la minorité' (A.Camus)


==> "Quels propos dégueulasse de Yannick! Dois je vous rappeler que les camps de la mort ont été pensés et mis en place par des experts très éduqués"

C'est vrai, mais je ne parlais pas particulièrement des camps de concentration (tout de suite la caricature !).
Quand je vois le niveau du RN (ex FN) en France, je me dis que des camps de migrants par exemple pourraient très bien revoir le jour à la suite d'un RIC. C'est très possible.

Evidemment, selon ses convictions, le RIC permet d'espérer : Si on veut des camps de migrants, on est pour le RIC. Si on veut taxer les riches à 90%, on est pour le RIC, si on veut augmenter le smic à 2500 €, on est pour le RIC etc... Mais tout est contradictoire.

Le RIC, c'est une idée qui semble merveilleuse, la démocratie ultime, mais à mon sens, c'est tout l'inverse, c'est antidémocratique car c'est opposer majorités et minorités avec un pouvoir absolue, sans contre pouvoir, et surtout, par des incompétents que nous sommes majoritairement (ou si vous préférez : mal informé, ou soumis à des tactiques de communications et à l'émotion).

Non, le RIC, par pitié, pas ça.
Allez voter aux élections plutôt, ou si vous vous sentez l'âme d'un citoyen éclairé et compétent, présentez vous pour une de ces places soit disant si confortables.
Réponse de le 06/01/2019 à 12:40 :
Non yannick, on ne gouverne pas contre son peuple et comme c'est écrit au dessus de votre commentaire: ce n'est pas a la minorité de Macron d'avoir un blanc-seing.
Oui la mise en place d'un RIC avec 800 000 ou 900 000 signatures vérifiées permettra de déclencher un référendum sur le sujet proposé (Arguments contre Arguments).
Macron a été élu pour faire barrage a Marine, c'est tout.
Le peuple n'est pas représenté du tout a l'assemblée nationale car ils ne prends pas en compte les votes dans sa globalité.
Chacun ses opinions, N'en vous déplaise.
Faisons un Référendum sur le RIC et que la démocratie vivent totalement.
a écrit le 05/01/2019 à 14:55 :
Macron doit partirez une 6 m république macron un dicta du ps qui met Le pais en dangers macron hollande Sarkozy et Juppé doive partirez Édouard philippe doit quittele gouvernement Avec le maire darmanin et buzyns
a écrit le 05/01/2019 à 14:16 :
Il y a les paroles, et puis « en même temps «  la réalité des choses. Hollande nous a déjà fait le même coup !!! On dit qu’on continue et puis en fait on ne fait plus rien jusqu’au prochaine élections, parce qu’il n’y a tout simplement plus de soutient de l’opinion !!!
a écrit le 05/01/2019 à 13:32 :
Il faut un pouvoir autoritaire éclairé ouvert aux temps présents ( célibat , Uber , coloc ) . Le contrat social doit privilégié les femmes seules avec enfants ) . Pour le reste c'est retour à l'autorité généralisée ... école , justice , hôpital etc... Fin de nos gesticulations militaires exterieures et révision de notre présence outre mer ruineuse et méprisée .
a écrit le 05/01/2019 à 13:12 :
Vous avez raison,le soutien aux propositions des GJ,est très fort en Province
a écrit le 05/01/2019 à 12:47 :
Sommes-nos à l'aube d'une nouvelle république, une Fluocratie voulue par les gilets jaunes an lieu et place de notre V ème république épuisée? A suivre .....
Réponse de le 05/01/2019 à 15:06 :
@BA: je trouve agaçant de numéroter "les" républiques, en France, et non moins agaçant de l'affubler de "française"; LA REPUBLIQUE est LA REPUBLIQUE, et, en FRANCE, elle est DE FRANCE; l'adjectif "française" signifierait qu'elle a une particularité, et je lui trouve quelque chose de dévalorisant.
a écrit le 05/01/2019 à 12:22 :
bon s'il veut aller plus loin il faudra que tous ces politiques abandonnent leur privilèges, il faudrait que Jupiter empoigne sa moitié et rendre le soir dans son duplex. Hier, j'ai lu un article de quelqu'un qui ne connait rien à la vie sauf qu'il a un langage châtié et avance des chiffres. Pour le train de vie de l'Elysée il avance 700 000 millions d'euros de fonctionnement pas important d'après lui. Vous ne croyez pas franchement que cet argent serait plus utile à un EPAD public ou les pensionnaires n'ont rien (et se partagent les fringues lors du décès de l'un deux) de toute manière il faut bien entendre qu'il y a quelques gilets jaunes, mais que la France entièrement et silencieusement est avec eux. Sortez de PARIS.
Réponse de le 05/01/2019 à 20:05 :
@jac

"Vous ne croyez pas franchement que cet argent serait plus utile à un EPAD public ou les pensionnaires n'ont rien"

Qu'est ce que vous en savez ? Avez vous vraiment étudier à quoi sert le budget de l'Elysée ?

Visiblement, non. Et le budget de l'Elysée, c'est 102 millions et non 700 millions. Déjà un mensonge de votre part.

Le budget pour la dépendance, c'est 30 milliards, donc, 30 000 millions.

Je répond à votre question : Non, 30.000 millions ou 30.100 millions, ça ne changera pas grand chose pour les Ehpads (ça s'écrit avec un H).

On sent l'avis éclairé.

Vite un RIC pour voter n'importe comment par des gens qui n'y connaissent rien, ça améliorera certainement la situation !
Réponse de le 06/01/2019 à 12:29 :
vous êtes dur et par cela même injuste. Je connais très bien cet ehpad
inutile de m'en dire l'ortographe, là n'est pas le problème. Dans les epads publics ne vous en déplaise les résidents ont de petites petites retraites, on leur laisse une cinquantaine d'euros par mois et le cas que je relate je l'ai vécu en direct. Et quand votre secte arrêtera de nous dire qu'il ne faut pas toucher à ça que ce se sont des sommes ridicules on comprend très bien que vous tenez surtout à vos avantages. Rien qu'à vous lire, j'ai envie de vomir
Réponse de le 06/01/2019 à 13:35 :
pour commencer et pour pouvoir vous regarder dans une glace il faut respecter la presse et ses écrits. Il faut savoir avec intelligence respecter les fautes d'ortographes (la Tribune elle le fait) dans tout article il y a du bon et peut être du mauvais, il faut trier et analyser (ce que vous ignorez). Je donne comme exemple les ephads, mais l'argent de l'Elysée et celui attribué à la femme de Jupiter pourrait rendre service à d'autres causes même si c'est minime. Quand on rentre dans la vie politique ce n'est pas pour faire de la figuration c'est pour servir à la France même à son propre détriment. Mais cela beaucoup l'ignore ! Autre chose, je me suis aperçue, que les revendications publiées par les gens comportant le plus de fautes d'orthographes et la moins bonne tournure étaient reprises sur les plateaux de télévision par les journalistes comme quoi, toute revendications est bonne
a écrit le 05/01/2019 à 12:11 :
Après 18 mois et voté pour cette majorité force est de constater que rien ne change sur le fond. Les ordonnances plus dans le bombage de torse que dans la réalité économique de l'entreprise sauf pour des entrepreneurs à la marge de la légalité peu scrupuleux parfois dans la gestion des salariés. Une loi sur la formation qui permet au gouvernement et aux députés de disserter mais sur le fond peu ou pas grand chose dans la réalité des besoins de notre économie. Toujours un budget en hausse de l'éducation nationale sans hausse de nos classements à l’international. Un grand serviteur des armées poussé dehors pour avoir déplu dans la vérité du budget des armées, vérité qui malgré les discours du Président se vérifie encore en 2018 par une ponction du ministère des comptes publics pour boucher les trous d'une mauvaise gestion générale Reste comme les prédécesseurs une compétence! en terme de fiscalisation. Je retiens surtout rien ou à la marge sur la dépense publique rien au contraire sur une refonte des règles ou des obligations imposées à notre industrie , aux services par le malheur de notre pays la haute fonction publique qui maintient une emprise négative sur le développement de notre économie. En fait ce pouvoir comme ses prédécesseurs gesticule beaucoup, adepte des petites phrases parfois à la limite de l'insulte mais les chiffres sont tenaces et eux ne mentent pas et ne sont pas tributaires d'un discours de gloriole à la limite du ridicule parfois, surtout de la part des députés LaREM, même si pour leur leader l'intelligence n'est pas au rdv chez les citoyens, le chômage toujours dans la fourchette des 9 points la dette qui s'envole, les déficits publics au plus haut un état INCAPABLE de faire la moindre économie. Non M. Macron la déception dépasse largement les gilets jaunes. Une partie de ceux qui y ont cru dès le début de la campagne ont bien compris que vos "coups de gueules" sont bien loin de la compétence que vous sembliez avoir pour gouverner économiquement ce pays. Un gouvernement et une majorité qui se plaisent à diviser notre pays entre les actifs et les retraités entre les plus démunis et les plus riches entre ceux qui ont le savoir (parait-il ) et les imbéciles qui semblent être pour ce pouvoir la grande majorité de ce pays, entre les villes et la ruralité. L’Exécutif et sa majorité sont entrain de mettre à mal ce qui fait un pays son UNITE. La méthode diviser pour régner est extrêmement dangereuse pour la cohésion de notre pays. Seul les pays au moins autocrate emploie cette méthode pour mieux étendre leur pouvoir. Le Président et la majorité pratiquent un jeu extrêmement dangereux qui ne peut qu'affaiblir ce pays qui a grand besoin d'unité. Il y a un certain parallèle entre la méthode de M. Trump et celle de M. Macron parler à leur électorat au détriment d'une cohésion nationale sur un projet ambitieux et non un projet sans projet juste des phrases. Tout comme pour l'Europe un discours de la Sorbonne qui a fait un flop et le nouveau programme,progressiste, mot qui a peu de sens et populiste, n'a jamais et surtout actuellement crée une dynamique pour une grande Europe qui pèse sur la scène internationale autant politiquement qu’économiquement. La politique de l'exécutif et de sa majorité ne montrent aucune flexion du chômage de masse, de la dette,du déficit budgétaire d'un état toujours dans la démagogie de la dépense.
a écrit le 05/01/2019 à 12:05 :
- ah des réformes.... cela veut il dire budgets à l´équilibre? après 20 ans de gabégie?
- réduction des dépenses et des effectifs de l´état obèse

ohhh non cela n´est pas possible.... ils vont plutot trouver de nouvelles taxes, impots
a écrit le 05/01/2019 à 11:28 :
"Plus loin et plus fort"

Vous êtes sûr que c'est pas un message perso adressé à Ben ? Non parce qu'on voit bien que vous avez du mal à comprendre le langage lrem alors que seulement autocentré.
a écrit le 05/01/2019 à 11:27 :
-Il faut supprimer le Sénat car la France a besoin d'un seul parlement qui est l'Assemblée nationale et il faut mettre la proportionnelle a 100%.
-Macron a 52 conseillers seulement a l'Elysée, il faut en supprimer au moins 30 pour faire des économies.
-Combien de conseillers en trop au ministère de l'économie et au ministère de l'Action publics et a Matignon ? La réponse est beaucoup
-Le gouvernement attend quoi de baisser le salaire de la maquilleuse a Macron qui est exactement a 9000 euros ?
-Le gouvernement attend quoi de diviser par deux le salaires des Députés, Ministres, des Grands Maires d'Agglomération et du président lui même ?
-Le gouvernement attend quoi de lutter contre les 60 a 80 Milliards d'euros de Fraude Fiscale ?
-Le gouvernement attend quoi d'augmenter la CSG des retraités gagnant entre 5000 et 15000 euros par mois et baisser la CSG des retraités gagnant moins de 3000 euros ?
-Le gouvernement attend quoi de demander le remboursement des subventions des patrons voyous ?
-Le gouvernement attend quoi de taxer toutes les Transactions Financières ?
-Le gouvernement attend quoi de taxer un robot qui remplace un Être Humain, c'est juste normal ?
-Le gouvernement attend quoi de Taxer le Fioul et le Kérozen ?
-Le gouvernement attend quoi pour taxer plus fortement les GAFAS ? 500 Millions d'euros c'est très très peu, donc soit le gouvernement est naïf soit il est corrompu ?
-Le gouvernement attend quoi de réformer les tranches d'impôts et de mettre au minimum 10 tranches d'impôts progressifs et équitable ?
-Le gouvernement attend quoi pour créer un revenu de base unique et par personne (APL, Bourse du Crous, RSA, Prime de Noël, chèque Énergie, Prime d'activité, ASS, Compte personnel de formation, Allocation Familiale) ? La réalité c'est qu'on baissera le cout du fonctionnement de traitement papier et tant mieux.
-Le gouvernement attend quoi de demander aux grands actionnaires de déployer l'argent en surplus pour une hausse des salaires des salariés ?
-Le gouvernement attend quoi de Taxer Starbucks ?
-Le gouvernement attend quoi de baisser les impots sur les TPE et augmenter celle des très grandes entreprises avec un très grand bénéfice ?
-Stop ou encore ?
-Donc pour conclure il ne faut pas réduire les Aides Sociales et il faudra les augmenter et les donner aux Pauvres et a la classe moyenne car eux consomment entièrement leurs argents en France et ça aide nos TPE.
Réponse de le 05/01/2019 à 12:05 :
Oui et aussi:
-Lutter contre les lobbys des cigarettes qui coute énormément a la branche santé de la sécurité sociale.
-Le nombre de cancers a fortement augmenter a cause de nombreux pesticides et colorants de l'industries alimentaires.
-Supprimer la niche fiscale des Journalistes.
- Oui a la proportionnelle a 100% car ce n'est pas a la minorité de décidé pour la majorité, c'est donc a la majorité des Français de faire les lois avec la mise en place d'un référendum si il y a 900 000 signatures vérifiées pour accéder a un référendum définitif sur le sujet proposé. (Arguments contre Arguments avec de très grands débats a la TV, Radio, a la presse).
Bien sur on ne pourra pas reproposer le même référendum chaque année, il faudra donc laisser un délai de 8 a 9 ans pour pouvoir reproposer le même référendum si des personnes le souhaitent encore.
Bien sur il faudra respecter entièrement les résultats des référendums même si c'est parfois rageant. (c'est la vraie démocratie)
Réponse de le 05/01/2019 à 17:40 :
@oui

"Supprimer la niche fiscale des Journalistes"

19/12/2018

Les journalistes rémunérés plus de 6000 euros nets par mois ne pourront plus prétendre à l'abattement de 7650 euros.Ça ne concerne qu'une minorité de journalistes, car, comme L'Express l'expliquait récemment, le revenu médian des journalistes français en CDI, en 2017, est de 3591 euros brut mensuels.Mais l'Assemblée nationale a néanmoins adopté, mardi 18 décembre, un article introduit par le Sénat, et initié par le sénateur Yvon Collin, membre du groupe Rassemblement démocratique et social européen, visant à limiter les bénéficiaires de l'abattement fiscal des journalistes, dans le cadre du projet de budget pour 2019. Désormais, seuls ceux qui gagnent moins de 6000 euros nets par mois (et moins de 93 510 euros par an) auront la possibilité de défalquer 7650 euros de leurs revenus annuels.
Réponse de le 05/01/2019 à 18:41 :
Pour répondre a "Lachose": justement il faut y aller plus loin et donc ne permettre pour aucun Journaliste de toucher cette niche fiscale, il faut donc la supprimer entièrement: "Équité" envers toutes les autres personnes qui travaillent et qui n'ont rien.
Ils peuvent vivre normalement de leurs salaires.
Réponse de le 07/01/2019 à 10:56 :
Bravo Maurice,

de l'argent il y en a, mais il est mal redistribué. J'aurai ajouté : il attend quoi pour agir pour le climat ?
a écrit le 05/01/2019 à 11:23 :
l attente social est tres forte en cette annee 2019, macron ne contenteras pas toute les categories de revendications , il a un programmes sur 5ans il vas falloir attendre les resultats des cahiers de doleances, ,? mais il vas falloir lui laisse du tempt ;il ne pourras pas resoudre l incompetance de 40 annees de droite comme de gauche? ///IL FAUT UNE INFINIE PATIENCE POUR ATTENDRE TOUJOURS CE QUI N ARRIVE JAMAIS/// PIERRE DARC///
a écrit le 05/01/2019 à 11:20 :
Aller plus loin et plus fort ? Pour ma part, je n'ai vu que des hausses (taxes habitation et foncière, mutuelle, alimentaire, assurances, CSG, ...) et un rabotage (pension de retraite, taux du livret A,...). Alors Macron peut s'abstenir de ses réformettes nuisibles à nombre de Français. Sans parler de l'insécurité croissante, de l'immigration incontrôlée, des zones de non-droit, du pacte de Marrakech, ...
Réponse de le 05/01/2019 à 11:41 :
Beaucoup de baisses:charges sociales,suppression de la taxe d'habitation,lunettes gratuites,etc...De plus pas de hausses au 1er Janvier,l'énergie restera stable alors qu'elle aurait du augmenter.Le pouvoir d'achat sera en hausse ce premier trimestre,c'est inévitable!
Réponse de le 05/01/2019 à 17:48 :
@ Aurore de Montchalin: ma taxe d'habitation n'a pas été supprimée, mais augmentée, ainsi que ma CSG. Quant aux lunettes gratuites, encore une promesse que j'attends de voir concrètement. Et l'alimentaire est en hausse aussi. Je ne vois réellement qu'une baisse de mon pouvoir d'achat depuis quelques années
Réponse de le 06/01/2019 à 2:39 :
Lorsque ce gouvernement parle d augmentation du pouvoir d'achat,ça doit être pour la France des français,les plus riches,car la suppression partielle de l'ISF+la flat tax pour les revenus financiers ont coûté 10 milliards d euros au fisc ,en 2018.En 2018 il y a eu les 1.7% de CSG pour les retraités et les 4 milliards d'euros d'augmentation des taxes sur l'essence.Ça c'est de l'amputation de pouvoir d'achat,pour une grande majorité des français.Quant à la suppression de la taxe d'habitation,elle n'a pas été appliquée partout et lorsqu'elle a été appliquée,elle n'a compensée qu'une partie de la perte de pouvoir d'achat,due à l'augmentation de la CSG.Un exemple concret,un retraité mensualisé , qui a perdu 60 euros par mois (CSG),n'a que 16 euros/mois,en moins de taxe habitation. Cela fait ,au total,44E/mois de perte de pouvoir d'achat.Sans parler des taxes sur l'essence,s'il utilise une voiture
Réponse de le 07/01/2019 à 10:59 :
Aurelie , sauf que EDF par exemple rattrapera ce manque à gagner comme ils l'ont fait par le passé.
Pour la hausse de la prime d'activité, celle ci a fait baissé les APL de certains.
On en parle aussi de la pension de reversion ?
a écrit le 05/01/2019 à 11:16 :
Voici les conclusions du débat : les réformes commencent à porter leurs fruits, même si les français n'en percoivent pas entièrement les fruits, c'est pour cela qu'elles ne sont pas toujours comprises, il faut poursuivre et faire plus de pédagogie.
Circulez...
a écrit le 05/01/2019 à 11:14 :
Ma femme me demande souvent la même chose ... le resultat est souvent bon maiw pour vous, les 18 ne sont pas tres convaincant. Quis des dépenses publiques ..
Réponse de le 05/01/2019 à 18:21 :
@plus fort

"Ma femme me demande souvent la même chose .."

Par contre ,plus loin ...
a écrit le 05/01/2019 à 11:09 :
La "force et détermination" ne sont exhibées que pour mieux masquer le manque de vision, d'imagination, d'esprit d'innovation. Pire encore, c'est la complexification et le manque de transparence de l'Etat qui se mettent en place.
Exemple, l'Etat taxe les paiements par chèque (0,2%), et peu après, droit à l'erreur oblige, rembourse les contribuables par petits chèques. Quel sublime gaspillage administratif!
D'autres formules historiques ont déjà été utilisées : "force et honneur" "honneur et patrie", "patrie, famille, travail" etc.devenus des non sens aujourd'hui.
a écrit le 05/01/2019 à 11:05 :
Lorsqu'on constate qu'un minimum de 75% de ce que l'on gagne (charges sociales employeur + salarié + TVA), sans compter l'impôt, sont prélevés par l'état avec des résultats de plus en plus médiocres et une baisse continue des prestations sociales distribuées d'ailleurs à une foule de gens sans travail (officiel ou pas) et des services publics (santé, éducation, police) en déliquescence, une furieuse envie de foutre tout le système en l'air vous prend à la gorge. Avant d'aller voir ailleurs si l'herbe y est plus verte, pour ceux qui peuvent se le permettre, une boulevard est en train de s'ouvrir dans ce pays pour le vote populiste. Les prochaines élections vont voir une montée spectaculaire du FN ou apparenté en réaction à l'absence totale de lucidité des partis en place. Dommage que ce pays soit trahis par son 'élite'.
a écrit le 05/01/2019 à 10:59 :
A vrai dire, pour le moment les réformes ont elles commencé ? A part cette imbroglio sur l'ISF, économiquement insignifiant, qui sert surtout de symbole pour se plaindre d'injustices réelles ou prétextees. Dans un pays qui a des niveaux de prélèvements aussi élevés et des niveaux de dépense publique et sociale battant des records. Au point d'en arriver à confondre coût et efficience, au point d'en devenir figé dans la nostalgie d'un système maintenant adapté au passé, plus qu'au présent. On peut tirer prifit de changements, plus utilement qu'à s'enorgueillir ou à se complaire dans le passé. On peut toujours se réfèrer et commémorer, voire glorifier avec parcimonie, mais on ne va tout de même pas se mettre à béatifier.
Soyons sérieux, pour faire face à l'avenir et à l'actualité du monde, des réformes sont indispensables et ne pourront être à la marge. Cela fait plusieurs décennies que tout le monde le sait. L'urgence n'empêche nullement la concertation, l'égalité et le respect d'un modèle social. Question d'équilibre autant que d'evolution de la société et c'est là qu'est la complexité. Désaccords, dialogues, coups de gueules, manifestations,... mais ne jamais remettre en question la démocratie.
a écrit le 05/01/2019 à 10:51 :
Et s'il ne reste qu'un je serai celui la...le système pourrait imploser.
a écrit le 05/01/2019 à 10:45 :
Ah plus vite et plus fort. On va appliquer à la lettre ces paroles de dictateur, et je pense qu'il va être en burn out bien avant la fin des ces 3 ans, qui vont être très longs pour tous les Français qu'il est en train de faire souffrir. A moins que d'ici là une révolution vienne stopper la République en Marche Arrière.
a écrit le 05/01/2019 à 10:30 :
Macron bombe le torse devant les français et montre le croupion devant Benalla.
Réponse de le 05/01/2019 à 11:02 :
C'est assez imagé...
a écrit le 05/01/2019 à 10:28 :
"Il a fermé la porte à tout "renoncement", appelé les Français à "accepter la réalité" et réaffirmé sa détermination à mener son train de réformes à son terme, dont celles des retraites".

Comme pour la loi travail, la SNCF ou la privatisation de nos barrages en mars 2018 ,Macron suit Bruxelles à la lettre pour mener ses réformes ou plutôt régression pour les salariés qui eux constatent cette réalité sans l'accepter.

Juin 2018 :
Retraites: Bruxelles pousse la France à faire des milliards d'euros d'économies:
Et si Emmanuel Macron profitait de la grande réforme des retraites à points de 2019 pour revoir à la baisse les dépenses de pension ? C’est en tout cas ce que lui suggère la Commission européenne.La Commission européenne s’appuie sur une étude du think tank libéral Ifrap pour inciter la France à réduire ses dépenses de retraite. Plus de 5 milliards d’euros pourraient être dégagés sur les régimes des fonctionnaires en 2022.Pour appuyer sa requête, la Commission européenne cite une "étude récente" qui estime qu’un alignement des régimes de retraite des fonctionnaires sur ceux du privé "réduirait de plus de 5 milliards d’euros les dépenses publiques à l’horizon 2022". Une mention qui a surpris nombre de spécialistes des retraites à Matignon et Bercy. "J’ai cherché mais je ne vois absolument pas de quelle étude il s’agit, confie un haut fonctionnaire. Il est d’ailleurs étonnant que Bruxelles ne cite pas sa source.
Réponse de le 05/01/2019 à 11:05 :
Micron n'est en effet que le courroie de transmission de Bruxelles elle même celle de tous ces archi milliardaires qui veulent que le Monde soit à leurs bottes.
Réponse de le 06/01/2019 à 2:48 :
Quand on voit les résultats de la réforme de la retraite en Suède (la retraite par points que veut faire EM),on constate un appauvrissement des plus de 66 ans .Chose qu'on voit pas en France ou dans les autres pays scandinaves,qui sont en tête des pays où les retraités sont les moins pauvres.
a écrit le 05/01/2019 à 10:02 :
Il peut dire ce qu'il veut, il est cuit pour la suite de son mandat. Englué par le scandale Ben Alla et tétanisé par la révolte populaire.
Réponse de le 05/01/2019 à 11:09 :
...si vous le dites ça doit être vrai.
a écrit le 05/01/2019 à 9:50 :
Tant que le coût de la vie sera aussi élevé en France pour des services publics aussi médiocres, médicaux compris, le malaise continuera.
Il n'y aucune raison à tous ces prélèvements excessifs, de nombreux pays font beaucoup mieux partout dans le monde.
Les salaires sont aussi excessifs dans cette course aux augmentations en dehors de toute réalité.
a écrit le 05/01/2019 à 9:30 :
Une rigidité virtuelle de convenance, propre aux impuissants.Le verbe se fait rigide quand le reste ne l'est plus.
a écrit le 05/01/2019 à 9:25 :
"Emmanuel Macron veut aller "plus loin et plus fort" dans les réformes"

Comme des sanctions plus dures sur le contrôle des chômeurs en 2019 avant ce fameux grand débat ?
a écrit le 05/01/2019 à 9:22 :
Avec le constat que nous avons pris le bon chemin mais que des choses peuvent naturellement être améliorées", a-t-il souligné. "Pour beaucoup de nos concitoyens, les choses n'ont pas réellement changé dans leur vie et dans leur quotidien (...), ils n'ont pas connu de changement suffisamment substantiel et concret dans leur vie de tous les jours".

"Nous devons aller sans doute encore plus loin dans le changement, être beaucoup plus radicaux dans nos méthodes, dans nos manières de faire, dans notre style, nous devons aller au bout de l'envie de changement des Français car c'est cette envie qui nous a portés au pouvoir", a-t-il ajouté. "Peut-être avons-nous trop composé avec certains conservatismes, il faudra changer cela, et ce travail nous serons heureux de le conduire avec nos administrations, les territoires, leurs élus, tous ceux qui souhaitent sincèrement transformer notre pays".

Personnellement je ne vois aucun changement. Toujours la même langue de bois d'énarque, un assemblage de mots ambigus qui mis bout à bout forment une phrase grammaticalement correcte mais sans aucun sens concret. Il n'annonce rien à part qu'il va "continuer". Quoi ? On en sait rien.
Pourquoi vous ne parlez pas du décret passé en douce le 31 décembre (faut être gonflé quand même, mais la presse ne parle jamais de ces mesures prises en catimini. A part ça les GJ ont tort oui oui..) qui durcit le contrôle des chômeurs ?

Merci cher journaliste de bien vouloir faire ton travail de fonctionnaire. Tu as oublié que tu es subventionné ? Nous non.
a écrit le 05/01/2019 à 8:46 :
2019 macron une bombé à retardement financier et sociales LeS retraites arrco travaille plus pour avoirs mois ? Jupiter donner ? D'une main 🤚 ils prénd Avec deux mains
a écrit le 05/01/2019 à 8:39 :
Toute l’ambiguïté vient du fait que Macron n'arrête pas de dire comme lui ont soufflé la presse des multinationales et de la finance qu'il a été élu pour faire les réformes libérales de l'Europe alors qu'il a été élu pour éviter MLP. les français sont attachés à leur modèle social que l'Europe veut raboter
a écrit le 05/01/2019 à 8:22 :
Macron créateur de trouve sociale 2019 une Anne à risque leS pauvres plus pauvres Jupiter va créer la misère chez LeS retraitees a 1100€ part mois leS vrais gagnats c est leS CRS tapé payers macron et radicalisé
a écrit le 05/01/2019 à 6:30 :
Juju peut bien repeindre toutes les boites aux lettres qu'il veut, tant qu'en france il n'y aura pas une remise a plat totale de l'état, de son pourquoi et son comment quel perimetre ,au profit de quoi, de qui rien ne pourra s'ameliorer. Mais jupiter aura t il le courage ou même seulement l'idée ou l'envie de mener la mere de toutes les reformes en premier?
a écrit le 05/01/2019 à 3:15 :
Normal que ce president fasse tout de travers il " est" a l'ecoute de bismuth.
a écrit le 05/01/2019 à 0:20 :
Mr Macron est devenu inaudible. La confiance est définitivement rompue. Il n'a pas compris qu'il faut changer radicalement de système en commençant par une remise en cause des institutions dont la Présidence de la République
a écrit le 05/01/2019 à 0:15 :
"Plus loin et plus fort", Macron n'a plus qu'à nommer Alain Juppé 1er Ministre et en avant la réforme des retraites !
a écrit le 04/01/2019 à 23:59 :
@Asimon
Le Frexit corollaire du Brexit, c' est M Macron himself qui fourbit tous les jours le mode d' emploi .. M Macron ayant déclaré sur la BBC que le « Frexit » est majoritaire parmi les électeurs français, l’UPR lui demande de cesser ses « initiatives européennes » illégitimes et de respecter la démocratie en organisant un référendum sur la sortie de l’UE.

M. Macron a donné un entretien à la BBC sur sa vision du « Brexit » lorsqu’il était à Sandhurst cette semaine, entretien qui a été diffusé ce dimanche.

Plusieurs médias britanniques, notamment le Daily Mail et le magazine « Express », ont été stupéfaits par un passage au cours duquel M. Macron explique que les Français voteraient probablement pour le « Frexit » si la question leur était posée, comme elle l’a été aux Britanniques, par référendum, s’agissant du « Brexit ».

Se rendant compte de l’aveu qu’il fait, M. Macron s’empresse de tempérer son propos, après quelques secondes de flottement, en expliquant que le contexte français serait, cependant, très différent du contexte britannique : on se demande bien en quoi, sauf s’il veut rappeler que l’économie britannique va bien mieux que l’économie française avec un taux de chômage au plus bas depuis 1975 !
https://www.upr.fr/actualite/communique-de-presse-macron-ayant-declare-bbc-frexit-majoritaire-parmi-electeurs-francais-lupr-lui-demande-de-cesser-initiatives-europeennes-illegitimes-de-respect/
M. Macron révèle donc au grand jour qu’il assume parfaitement de conduire une politique ultra-européiste qu’il sait être contraire aux souhaits profonds des Français..
Réponse de le 05/01/2019 à 9:21 :
Prétendre que les anglais vont profiter d'un quelconque avantage à leur repli est mensonger. Ils commencent à peine à se rendre compte de toutes les conséquences négatives du brexit pour leur économie. La liste des désavantages est grande, dont une perte de pouvoir, d'influence au niveau international. L'Europe a intérêt à être unie, ou d'ici une decenie elle risque de ne plus avoir aucune influence sur quoi que ce soit. Chaque pays serait relégué à des rôles subalternes face à des géants mondiaux, grandes puissances et aussi grand groupes tels les gafam. On peut se dire qu'il faut tenter l'expérience et qu'on va voir ce que l'on va voir, sauf qu'il a fallu un demi siècle pour construire l'Union et que tout détruire serait absurde.
Réponse de le 05/01/2019 à 18:31 :
> ROYAUME-UNI : la hausse de l'indice PMI, un trompe-l'oeil ?

L'activité industrielle britannique a connu en décembre sa plus forte croissance en six mois, dopée par la constitution de stocks pour prévenir d'éventuels retards à moins de trois mois de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, montre l'enquête mensuelle auprès des directeurs d'achat.

L'indice PMI IHS Markit/CIPS a progressé à 54,2 contre 53,6 (révisé de 53,1) en novembre, dépassant nettement le consensus Reuters qui le donnait à 52,5.

La hausse de l'indice s'explique par le stockage de composants et de produits finis par les industriels et n'augure pas d'une amélioration des perspectives de l'économie britannique, souligne Rob Dobson, directeur d'études chez IHS Markit.

"Tout effet positif sur le PMI sera probablement de courte durée car ces gains seront inversés plus tard dans l'année quand ces stocks de sécurité seront érodés ou devenus obsolètes", explique-t-il.
On ne sait plus déguiser la réussite d' un Brexit désormais largement embarqué....
a écrit le 04/01/2019 à 23:54 :
une bête gesticule toujours beaucoup avant de s'éteindre.
reconstruisons notre pays et
regardons sereinement celle-ci s'en aller.
elle ne nous ennuiera bientôt plus.
a écrit le 04/01/2019 à 23:08 :
Emmanuel, te souviens tu de notre entrevue non loin du politburo, ou l' un de tes associés social, après m'avoir fait un entretien m avait présenté en faisant une synthèse hors pair ! A laquelle tu avais répondu par autant de mots brillants et flatteurs. Ces jours là ont près de 18ans, et pourtant ! Dès lors la capacité de synthèse et d association autour de tes propos étaient une compétition dans ce bar club branché. Un exercice dans lequel tu excelles toujours.
Hors de ces carabistouilles, il manque un élément cinglant aujourd'hui, le politburo n'est plus. Celui qui apportait une bonne @, une belle idée, la novation d'une technique rebelle ne viennent plus à toi. Pourquoi ?
La réponse se trouve dans une forme de trahison sociale, revanche mal lunée d'une classe arrivée au pouvoir sans en cerner tous les leviers. Puisses tu comprendre que la guerre économique a l œuvre neccessite une mise en œuvre civile incompatible avec Jack Attali.
Réponse de le 06/01/2019 à 22:59 :
@Jeano: des détails! Des détails!
a écrit le 04/01/2019 à 23:08 :
"La petite minorité qui se la pète sur facebook",correspond aux travailleurs pauvres,qui malgré un salaire, n'arrivent pas à boucler les fins de mois .Beaucoup de femmes célibataires qui élèvent seules un enfant (sur les 2 millions de travailleurs pauvres,la moitié c'est des femmes dans ce cas) ont participé aux manifestations des GJ. Quel mépris du macroniste envers les gens modestes!.Une incompréhension totale du mal-vivre de nos compatriotes. Il faut que le travail paie!. Arrêtons de criminaliser les GJ, et écoutons leurs demandes.!.
a écrit le 04/01/2019 à 22:52 :
Il a décidé d'aller chercher les croissance avec tout son dentier.
Que la force du Benalla soit avec lui !
a écrit le 04/01/2019 à 22:29 :
Avec le risque d'une déroute aux. Européennes et d'une grève générale
a écrit le 04/01/2019 à 22:11 :
Les 10 milliards en faveur du pouvoir d'achat en 2019,ne sont pas tels.4 milliards correspondent à du pouvoir d'achat existant,qui ne sera pas retiré,car les taxes sur l' essence n'augmenteront pas. Par ailleurs 1.5 milliard correspond à du pouvoir d'achat qui a été retiré à une partie des retraités en 2018,avec l'augmentation de la CSG de 1.7% et qui sera rétabli en Juillet 2019.Mais, par ailleurs tous les retraites y compris les petites retraites,auront une perte de pouvoir d'achat de 1.3% en 2019.Les 3 milliards pour augmenter la prime pour l'emploi,seront financés par le contribuable(nouvelles taxes?,dette?).La non fiscalisation des heures supplémentaires ,coûtera quelques dizaines de millions d'euros. Au total, il n'yaura pas d' augmentation du pouvoir d'achat et donc pas de relance par la demande. EM persiste et signe sous la pression de ses sponsors. Il mène la France dans le mur et il accélère. Il va se fracasser contre le mur.
a écrit le 04/01/2019 à 21:48 :
E. Macron dit les choses comme elles sont.
Et ne va pas laisser une petite minorité qui se la pète un max grâce à Fakebook faire la loi.
En espérant toutefois qu'il écoute bien cette petite minorité.
Ce qui n'aurait rien d'étonnant : il ne fait rien comme les autres politiciens.
Qui n'ont pas réussi beaucoup de choses depuis 30 ans, et c'est ce qu'on paie aujourd'hui.
a écrit le 04/01/2019 à 21:31 :
Macron allait déjà dans le mur et il a décidé d accélérer...
a écrit le 04/01/2019 à 21:27 :
Difficile situation. Le vrai problème de la France, n'est pas son élite; pas si bien éduqué que la population pense, d'ailleurs, mais le problème c'est la majorité des français qui sont très mal éduqués et sous l'emprise d'une croyance dans la "force de l'état". Cette (petite) majorité est fort heureusement assez hétérogène mais d'une tendance extrémiste et violente.
M. Macron va devoir agir d'une manière déterminé mais très prudente pour enfin casser ce cauchemar (un rêve -non-réalisable- pour la majorité des français) de l'état providence qui ne pourra plus être financer. Sa fin ne sera pas belle mais il faudra limiter les dégats!
a écrit le 04/01/2019 à 21:05 :
Compte tenu de la dégradation de la situation politique, sociale et économique de la France ces derniers mois, je crains fort que l'obstination et l'aveuglement de Macron à ne pas entendre les revendications, même si elles ne sont pas toutes justifiées, et en dépit des violences et dégradation commises, ne soient l'annonce de jours très difficiles pour le pays. Même si la France doit évoluer, prendre la majorité des gens à rebrousse-poil ne peut que conduire à de graves problèmes. Qui peut faire comprendre cela à ce président monarchique arrogant ?
a écrit le 04/01/2019 à 20:37 :
Je préfère entendre -plutôt qu' un communicant- l' excellent Raufer analyser la géopolitique européenne qui nous dit, il y a trois peuples européens authentiquement et historiquement démocrates, les anglais, les russes et les français et ce sont trois peuples régicides ..
Les anglais brexitent, les russes se tiennent par le choix qu' autorise la seule souveraineté à l' abri de la globalisation ..heureuse promue par A. Minc et Attali quand les français sont coincés par Macron-des-GOPE-de-l'-UE..

L’UPR invite les Français qui ont participé aux « gilets jaunes » à se mobiliser désormais pour la seule question qui vaille : la sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN.
https://www.upr.fr/actualite/avis-aux-gilets-jaunes-soit-on-sort-de-lue-et-de-leuro-soit-on-en-accepte-les-politiques-de-regression-economique-et-sociale/
Pendant toute la campagne présidentielle, François Asselineau et l’UPR avaient annoncé quel serait le VRAI programme des dix autres candidats, qui refusaient tous les dix de proposer aux Français de faire sortir la France de l’UE par la mise en œuvre la plus rapide possible de l’article 50 du traité sur l’Union européenne (TUE). Les Français et des pseudo-spécialistes de l’analyse politique découvrent avec effroi les réformes anti-sociales qui ont lieu depuis le début du quinquennat (SNCF, casse du droit du travail, rabotage de l’ISF, baisse de l’impôt sur les sociétés, hausse de la CSG, baisse de l’assurance chômage, stagnation du SMIC, etc.) alors qu’il suffisait de lire les GOPÉ 2016-2017 et 2017-2018.
Réponse de le 04/01/2019 à 21:54 :
Comment pouvez vous parler de Frexit ?
- le Brexit est déjà un désastre absolu. Il a été inspiré par les Américains pour abîmer l'Europe, et il abîme surtout le Royaume Uni.
- sortez de l'Euro : comment on fera pour rembourser les dettes en Euros avec des nouveaux francs super dévalués ?
Casser le droit du travail tel qu'il est est un devoir : on voit bien que vous n'avez jamais été au chômage.
Rentier retraité franchouillard? Ou juste enfant gâté ?
a écrit le 04/01/2019 à 19:55 :
M.Macron est dans la position du chirurgien, qui n'ose pas sortir son scalpel car son malade lui demande si cela va faire mal...
Réponse de le 04/01/2019 à 20:16 :
Il ressemble plutôt à un zombie votre camarade chirurgien ...
a écrit le 04/01/2019 à 19:47 :
Le peuple Français se battra jusqu'au bout pour la réduction des inégalités de richesses, la proportionnelle a 100%, le RIC.
Trop de suicides, de Burn-Out, de SDF, de manque de nourriture, emplois licencié malgré un bénéfice en dizaines de Millions d'euros.
Des gens qui vivent a 3 avec 1200 euros ou a 5 avec 2500 euros mais le gouvernement ferme les yeux et pendant ce temps là ça construit des piscines, des vols d'avions a 350 000 euros ect...
Trop de Gaspillage d'argent pour des incompétents et beaucoup de copinage.
Le peuple Français est souverain.
Réponse de le 04/01/2019 à 20:00 :
Le peuple français n' est plus souverain mais dépossédé et c' est le néolibéralisme et l' UE des GOPE qui commande à Macron qui lui reste à évacuer ...
Réponse de le 04/01/2019 à 20:56 :
Allez voir ailleurs si l'herbe est plus verte. Si la France manque de nourriture, il se passe quoi en Afrique? Vous êtes incapable de relativiser la position relativement favorable de la France et vous accusez le système. Vous voulez scier la branche sur laquelle vous êtes assis et vous ne vous en rendez même pas compte...
Pour ma part j'habite en Inde, et quand je compare la misère là-bas et la relative misère en France, je me dis qu'on devrait payer un aller-retour( ou aller simple?) à certains gilets jaunes pour qu'ils comprennent que certaines revendications sont exagérées. Mais bon quand on se fait bourrer le mou par des populistes...
Réponse de le 04/01/2019 à 20:59 :
Avec la proportionnelle à 100 % le pays serait ingouvernable. Aucun parti n'aurait la majorité de 50 %. Vous devriez vous informer sur la 4me république où on changeait de gouvernement presque tous les mois.
Le peuple comme vous dites vote démocratiquement et choisit son président et ses députés qui ont été élu par plus de 50 % des votants.
Réponse de le 05/01/2019 à 11:17 :
Comment respecter un gouvernement qui ne respecte pas ses citoyens.
Ils ont peur du RIC car ils n'aiment pas la pensé contraire a eux.
Ils veulent nous faire croire que la mise en place d'une proportionnelle a 100% est impossible car ils (les politiciens) ils ont peur que la majorité l'emporte sur la minorité.
Ils ont aussi peur de perdre leur place et leur placard doré.
La France peut faire beaucoup mieux pour les pauvres et la classe moyenne mais nos politiciens sont des incompétents et des corrompus depuis plus de 30 ans.
a écrit le 04/01/2019 à 19:34 :
J'aimerais, au titre de ma Citoyenneté revendiquée, que les agitateurs dont il est question retirent maintenant leur masque et nous disent de qui ils sont les marionnettes. Autant j'ai soutenu le mouvement à son départ car je l'ai jugé sincère et argumenté, autant j'ai envie aujourd'hui d'envoyer les Drouot au ballon. Quand je vois le cirque qu'il a fait au sortir de sa garde à vue sur sa soi-disant sortie au restaurant et le lamentable lapsus lors de l'interview à chaud, j'ai vraiment envie de lui plaquer un front bien national sur le nez.
Réponse de le 04/01/2019 à 20:19 :
Macron pourrait aussi nous dire que Bruxelles commande réellement au pays France pour sortir enfin d' un malentendu.
Au lieu de cela et pendant un quart d’heure et pour ses ...voeux, M. Macron s’est livré à la justification d’une politique pourtant massivement rejetée. Il a clairement indiqué la voie qu’il comptait suivre pour 2019. Ce sera la confrontation . Ce sera l’épreuve de force.
Réponse de le 04/01/2019 à 23:01 :
Votre clairvoyance est évidente... reste à savoir qui manipule ? L’avantage est toujours donnée au plus intransigeant en cas de désordre!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :