ENA : une suppression, et après ?

 |   |  1127  mots
Emmanuel Macron a annoncé la suppression de l'École nationale d’administration dans son discours du jeudi 25 avril. Fondée en 1945, l’ENA avait pour but de recruter et de former les futurs hauts fonctionnaires de la France.
Emmanuel Macron a annoncé la suppression de l'École nationale d’administration dans son discours du jeudi 25 avril. Fondée en 1945, l’ENA avait pour but de recruter et de former les futurs hauts fonctionnaires de la France. (Crédits : ENA)
Plus qu’une suppression de l’ENA, c’est une réforme globale du recrutement, de la formation et du déroulement des carrières dans la fonction publique que propose Emmanuel Macron, lui-même passé sur les bancs de l’école strasbourgeoise.

L'histoire retiendra peut-être que l'incendie de Notre-Dame aura donné quelques jours de sursis à une autre institution, certes moins vieille, mais qui s'est aussi muée en symbole dans l'imaginaire collectif français. A l'heure où nous mettons sous presse, il était attendu qu'Emmanuel Macron annonce jeudi 25 avril la suppression de l'École nationale d'administration (ENA), mettant ainsi fin à un serpent de mer aussi vieux que l'école elle-même. Depuis sa création en 1945, l'école des hauts fonctionnaires n'a jamais réussi à convaincre pleinement de son utilité, et a même vu les critiques s'accumuler contre elle depuis plusieurs décennies. Pêle-mêle, lui sont reprochés la part disproportionnée de ses élèves issus des classes supérieures, son formatage intellectuel, sa tendance à alimenter un puissant entre-soi.

Nul doute que la suppression de l'ENA est l'effet d'un certain calcul politique de la part d'Emmanuel Macron, et lui permet de marquer les esprits sur un sujet relativement symbolique. Mais y voir une simple concession teintée de démagogie aux demandes des « gilets jaunes » serait réducteur. La mesure s'inscrit au contraire dans le projet de réforme de l'administration que...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2019 à 6:10 :
c'est cette ecole qui a refuse toute les modifications avec leurs ce n'est pas possible
pour mieux saborder le pays a l'image d'un m hollande qui torpillier le ps et la France
incapable d'ecouter le peuple qui grondé
la crise des jilets jaune est sa responsabilite
son virage a droite ou plutôt le retour a ses origines de petit Bourjois
qui pense etre superieurs a toute et tous
dans un autre pays il aurais été juge pour haute trahison
a écrit le 25/04/2019 à 18:37 :
"ENA : une suppression, et après ?"

Ben,les gosses de bourge iront se recaser dans d'autres écoles du même type.
Réponse de le 25/04/2019 à 19:52 :
Bizarrement, je connais des enfants d'ouvriers qui ont fait des grandes écoles et facultés de médecine et écoles d'architecte. Leurs parents n'avaient pas de fric, mais ils ont eu des bourses et c'était des bosseurs , pas des paresseux. C'est évidement beaucoup plus difficile pour eux que pour les enfants de bourges, mais l'intelligence ne s'achète pas ! Et le travail et le sérieux et l'abgnégation et la motivation, ça ne s'achète pas !
Quand tu veux réussir des études ou n'importe quoi dans ta vie, tu ne cherches pas des excuses bidons comme "gna gna gna les enfants de bourges, gna gna gna cet homme est plus beau que moi donc il a du succès gna gna gna cet homme est plus grand donc je le jalouse gna gna gna"...tu sers les dents et tu bosses et tu réussis. Personne ne le fera à ta place.
Réponse de le 26/04/2019 à 8:58 :
@ multipseudos:

"Et le travail et le sérieux et l'abgnégation et la motivation, ça ne s'achète pas ! "

Tu nous gonfles avec tes messes insipides qui n'ont plus aucune valeur à l'ère d'internet et des vérités qui surgissent un peu partout. Si c'est le travail qui payait dans notre société l'oligarchie serait au chômage.

Arrêtez de vous enrichir sur le dos de ceux que vous n'arrêtez pas de faire travailler encore et toujours plus, ta messe devient obscène.

JE t'ai signalé quand même parce que d'inventer de nouvelles histoires à chaque fois démontre un déséquilibre de la fonction cérébrale majeur. C'est pour ton bien.
a écrit le 25/04/2019 à 16:33 :
Ben, il faudra supprimer Sciences-Po de cette façon nous supprimerons la Chapelle et la Cathédrale..
a écrit le 25/04/2019 à 12:55 :
il ne faut pas supprimer l'ena mais faire sur un an quatre stages 3 mois en milieu ouvrier (manutention travaille à la chaine ) 3 mois dans la police 3 mois dans un(( hôpital ou EPAD) 3 mois sur un chantier btp au bas de l’échelle et vivre avec le salaire correspondant alors là on verra l'elite aura une autre vision du peuple.... n'es ce pas JUPITER
Réponse de le 25/04/2019 à 13:25 :
Cela existe déjà... les étudiants des IEP le voient comme un service militaire facultatif permettant de voir, pour la dernière fois, ceux d'en bas....
a écrit le 25/04/2019 à 12:15 :
La nature française ayant horreur du vide, par quoi vont-ils remplacer l'ENA? Il en est de même - hélas! - des impôts et taxes.
a écrit le 25/04/2019 à 11:37 :
L’ENA fait main basse sur la haute administration : ça n’est pas anormal puisque c’est son but ! Mais faire également main basse sur la Politique, ça, ça n’est pas sa mission !!! Finalement le Pays est dirigé par des fonctionnaires de la haute administration et c’est un dévoiement complet de nos institutions !!!
Réponse de le 25/04/2019 à 13:32 :
En fait le problème de l'ENA est quadruple:
- son mode de recrutement qui, pour l'essentiel, s'axe sur du profil IEP Paris... sans aucune expérience longue extérieure
- son contournement pour les corps qui y sont issus sauf pour les "grands corps" (tours extérieurs, concours complémentaires [TA-CAA, CRC, cadre d'orient], intégration directe des ex-militaires, intégration après des détachements de fonctionnaire d'autres corps, le cadre d'orient...)
- la médiocrité de sa formation (cf la nombreuse littérature existante),
- les statuts "hors sols" des corps qui en résultent avec des possibilités de conflit d'intérêt, de pantouflage et autres largement ouverts...

Bon on la supprime et ensuite ?

Supprimer le concours externe de l'ENA et les concours complémentaires aurait très profondément modifié la donne.... sans pour autant avancer dans l'inconnu pour faire un coup politique...
a écrit le 25/04/2019 à 9:04 :
En effet cela ne servirait pas à grand chose puisque oligarchisme oblige, on nous exposerait une nouvelle école ou un nouveau diplôme lui aussi achetable par les mégas riches afin de toujours imposer la médiocrité, au mieux, de leur filiation à la tête de l'économie et de la politique, enfin des serviteurs directs pour ces derniers puisque malgré tout nos politiciens ne restant que des serviteurs.

Ce n'est pas un problème structurel mais bel et bien humain.
a écrit le 25/04/2019 à 8:52 :
Après l'ENA, on va créer l'école du plus fort en "grande gueule" comme on le voit déjà chez certains et certaines personnes politiques à la T.V
Réponse de le 25/04/2019 à 11:10 :
Excellent ! le seul critère de recrutement serait de n'avoir jamais réussi un seul diplôme. Donner leur chance aux Tuches par exemple qui représentent le vrai peuple et pas les "zélites trop intelligents coupés de la réalité " !
a écrit le 25/04/2019 à 8:44 :
une ecole qui ne sert a rien
la preuve est que la gestion de la France est en deficit
car gerer depuis des annees par cette elite coupe du monde reel
qui ne pense que copinage et profit personnel
voir le gouvernement hollande
et vu le resultat
alors que des pays comme l'allemagne n'ont pas ce genre d'ecole
et que la promotion des elites vient de toute corporation
et non d'une caste
a écrit le 25/04/2019 à 8:10 :
Supprimer l ENA fausse bonne idée, il faut plutôt revoir surtout comment on brise cette aristocratie d’etat, qui se distribue les postes et qui s’autoprotège, supprimer le pantouflage, arrêter les aller retour entre le privé et le public. Arrêtez tous les privilèges qu’ils s’accordent sans contrôle
a écrit le 25/04/2019 à 6:19 :
Cette annonce est inutile pour le commun des mortels, absurde et clairement pas une priorité. Le banquier président des riches et son ministre.de l'économie sont en train de régler leurs comptes personnels. Ils ne sont même pas capable de défendre une école de la République qu'ils ont servie
Ils ont été énarques et fonctionnaires Au lieu de défendre la fonction publique au service de tous, il la haïssent si viscéralement que ces ultra-libéraux gangrénés par l'argent de leurs riches petits copains, l éradiquent
Par symétrie des actions, éradiquons aussi ces fossoyeurs de la République, fascinés
pour le privé et pour les cadres qui pantouflent
Ils sont les chancres des conflit d'intérêt personnel, familial, professionnel et favorisent le le népotisme, et la corruption
Le vote aux européennes, puis aux municipales, puis aux législatives doit être décisif pour éradiquer LREM de tout mandat politique civil et social.
a écrit le 25/04/2019 à 4:13 :
Supprimer "l'entre-soi" sera deja une bonne chose. Stop aux privileges.
a écrit le 25/04/2019 à 0:10 :
Mesure idiote tant qu'elle ne sera pas explicitée.

l'ENA est aussi (et surtout) un centre de formation permanente pour des milliers de cadres moyens français et étrangers qui accèdent à des fonctions plus importantes que ce soit par concours interne ou en formation "professionnelle" puisque l'ENA est une école d'application qui n'a pas d'enseignants en propre. Pour 120 "élèves" de promotion, l'ENA forme plus de 6000 stagiaires par an.

On connaît la fascination de Macron pour le privé et sa passion pour les cadres qui pantouflent. Son entourage et la moitié du gouvernement sont des gens en position de conflit d'intérêt personnel, familial, professionnel.
Ce qui est à craindre avec la suppression de l'ENA est un recrutement direct des directeurs d'administration au sens large, par les politiques, avec les risques que ça engendre en matière de népotisme, de corruption et de politisation de la fonction publique.
a écrit le 24/04/2019 à 23:12 :
Ensuite ?
Ensuite, on supprime l'X, Normale sup, Centrale, Mines, Ponts, ... puis on supprime HEC, Essec, Escp, ...
.... et on file le destin de notre industrie, de nos administrations, de la Recherche, du Spatial, ... a des gilets jaunes qui commencent vraiment à me pomper
Réponse de le 25/04/2019 à 2:00 :
Analyse juste et courte , merci
a écrit le 24/04/2019 à 21:00 :
On ne supprime pas une école importante . Il faut la faire évoluer vers un recrutement de haut niveau ayant une expérience professionnelle de 5 à 10 ans . Le corps professoral doit circuler dans les autres grands centres universitaire et à l'international
a écrit le 24/04/2019 à 18:45 :
Combien de ces hauts fonctionnaires issus de Sciences Pipo? Là est le problème de l'ENA, son incapacité à attirer les vrais talents de notre Pays, les jeunes issus des vraies Grandes Ecoles (et quelques Universitaires).. Et évidemment, un diplôme dans la vraie vie (celle du privé) ne saurait garantir une carrière..
Réponse de le 24/04/2019 à 19:06 :
Donc pour toi la vraie vie c'est bosser dans le privé, et la fausse vie c'est bosser dans le public ?
Les policiers ou les pompiers ou les infirmières ou les profs ou les soldats etc etc ne font pas de vrais métiers dans la vraie vie ??!!!!? C'est plutot les personnes comme toi qui connaissent pas la vraie vie.
Réponse de le 25/04/2019 à 8:59 :
Dans la vraie vie, c'est tous les jours que l'on doit s'interroger sur les coûts qu'entrainent son salaire et ses avantages pour son employeur, à comparer avec son efficacité.. et pour mémoire, les dépenses régaliennes ne représentent qu'un tiers de la dépense publique..dès lors, même sans discuter l'intérêt d'une politique de santé, rien n'interdit de s'interroger sur les 57% de PIB gâchés dans la dépense publique et payés par des gens de la vraie vie..
a écrit le 24/04/2019 à 18:31 :
Le but de la création de l'ENA était de permettre l'accès de la haute fonction publique sur la base du mérite et non de la naissance. Ce que devait garantir l'acc-s par voie de concours. Echec total, car le système éducatif, de renoncement en renoncement en termes d'exigence de niveau -et disons-le, d'élitisme, au nom des 80% d'une tranche d'âge au niveau bac et de la chimère du diplôme pour tous, ne parvient plus à réduire les inégalités de chances liées à la naissance dans des milieux sociaux et surtout culturels très différents (rassurez-vous, les enfants de profs s'en sortent souvent très bien, eux). Et c'est à cause de ça, et non de l'ENA, qu'elle est devenue un repère de l'entre-soi. Supprimer l'ENA c'est casser le thermomètre au lieu de soigner la maladie. C'est tout le système éducatif qu'il faut réviser en remplaçant les absurdes objectifs quantitatifs (qui ont conduit au désastre que permettent d'apprécier PISA et TIMMS) par un relèvement drastique des objectifs qualitatifs.
a écrit le 24/04/2019 à 18:13 :
C e sont les avantages qu elle procure qui sont une honte , mais pas son enseignement
Faisons semblant de pas comprendre pour que cela perdure .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :