Faillites d’entreprises : « nous allons vers un scénario plus proche de 2008 que de 2019 »

Dans sa 17e étude annuelle sur les restructurations d’entreprises présentée il y a une dizaine de jours, le cabinet de conseil AlixPartners révèle que 75% des professionnels du secteur des fusions et acquisitions s’attendent à une hausse du nombre d'opérations de rachats d’entreprises en difficulté.
banque
banque (Crédits : RAPHAEL SATTER)

Vague de consolidation en vue. C'est ce que prévoit la dernière étude du cabinet de conseil AlixPartners consacrée aux restructurations d'entreprises. Parmi les 600 financiers et autres avocats du monde entier interrogés, 75% d'entre eux (et 71% des professionnels français) estiment en effet que le nombre d'opérations de fusion et d'acquisition d'entreprises en difficulté va augmenter au cours des 12 prochains mois.

Effet rattrapage

Si les banquiers estiment que les rachats d'entreprises mal en point vont augmenter, c'est avant tout parce que la base de comparaison est très basse. En France par exemple, seules 35.465 faillites d'entreprises ont été recensées en août par la Banque de France, soit un repli de 30,7% par rapport au même mois de l'année 2019. Un climat financier anormalement doux alors même que nombre d'entreprises ont vu leurs bénéfices s'effondrer à cause de la hausse des prix de l'énergie et des matières premières. Mais les nuages s'amoncellent sur les entreprises. Alors que le risque de récession l'an prochain se précise, la réduction, voire la fin des soutiens publics comme les fameux prêts garantis par l'Etat (PGE), menace leur pérennité. Et ce au moment où un grand nombre d'entreprises qui avaient contracté un PGE vont devoir commencer à rembourser leurs dettes

« La question, c'est la sortie du quoi qu'il en coûte au moment où les taux d'intérêt remontent et où les conditions d'octroi de crédits deviennent plus restrictives », interroge Laurent Petizon, l'un des auteurs de l'étude.

Lire aussi : Un quart de l'encours des prêts garantis par l'Etat (PGE) est déjà remboursé

Résultat, les sociétés dans l'incapacité de rembourser leur PGE pourraient bientôt se retrouver en faillite. Pour ne rien arranger, 70% des professionnels interrogés (et 57% des français) anticipent une récession dans les 12 prochains mois quand 77% d'entre eux (95% des Français) voient l'inflation continuer d'augmenter. Les spécialistes du cabinet estiment même que le nombre de faillites atteindra un niveau plus élevé qu'en 2019. « Beaucoup d'indices montrent que nous allons vers un scénario plus proche de 2008 que 2019 », ajoute Olivier Sibenaler, le deuxième auteur de l'étude.

Des secteurs particulièrement surveillés

Les regards des experts des fusions et acquisitions se tournent maintenant vers des secteurs bien particuliers : ceux qui vont le plus souffrir du mauvais climat économique qui vient. Pour 18% des interrogés (et pour 38% des Français), il s'agira de l'automobile quand pour 12% des interrogés (et pour 10% des Français), ce sera le retail. « Cela semble logique car quand il y a une récession, le retail est touché immédiatement et pour l'automobile qui est le deuxième budget de dépense des ménages, quand il y a une baisse de leur consommation, l'automobile en pâti », précise Laurent Petizon qui s'attend à ce que « ce soit les entreprises en bonne santé qui rachètent leurs concurrents en mauvaise santé ».

Lire aussiEntreprises : les faillites bondissent au second trimestre (+49%) et se rapprochent du niveau pré-Covid

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 27/09/2022 à 14:54
Signaler
il y a sûrement besoin de consolidation en France : 4,5 millions d'entreprises, contre 2,8 millions en Allemagne et au UK (Eurostat).

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.