France : création de 31.000 emplois salariés au 2e trimestre dans le secteur privé

 |   |  198  mots
(Crédits : Charles Platiau)
Le secteur privé en France a enregistré un treizième trimestre consécutif de créations nettes d'emplois salariés, avec 31.000 nouveaux postes (+0,2%) au deuxième trimestre, essentiellement grâce au dynamisme des services, selon une estimation de l'Insee publiée vendredi.

Le chiffre confirme toutefois un ralentissement de la progression de l'indicateur, dont c'est la plus faible progression depuis 2015. Sur un an, les entreprises ont créé 241.100 emplois salariés (+1,3%), pour atteindre un record de 19,41 millions de postes.

D'avril à juin, les services marchands (+28.500, +0,2%) concentrent la quasi-totalité des créations d'emplois. L'intérim (+1.100, +0,1%), la construction (+4.100, +0,3%), l'agriculture (+200, +0,1%) et les services non marchands (+1.000, +0,0%) voient aussi leurs effectifs croître.

L'intérim, malgré une hausse nettement moins forte que lors des trimestres précédents, atteint un nouveau record d'effectifs, avec 816.900 postes, tandis que la construction est bien orientée pour le sixième trimestre d'affilée, après huit années, entre fin 2008 et fin 2016, pendant lesquelles elle a perdu plus de 200.000 postes.

Sur le trimestre, seule l'industrie (-3.800, -0,1%) a détruit des emplois. Les usines, qui ont détruit près d'un million d'emplois depuis début 2001, connaissent un début de reprise depuis un an, mais elle reste fragile.

Sur un an, tous les secteurs d'activité sont bien orientés. L'emploi tertiaire marchand (+145.300, +1,3%), l'intérim (+54.600, +7,2%) et la construction (+23.200, +1,7%) sont particulièrement à la fête. Les créations sont moins fortes dans l'industrie (+3.800, +0,1%), l'agriculture (+3.500, +1,2%) et les services non marchands (+10.800, +0,4%).

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/08/2018 à 8:34 :
Avec un taux de chômage en baisse constante depuis novembre 2015, le Portugal, qui était au bord du gouffre économique il y a quelques années encore, fait désormais plus que relever la tête : il peut même regarder de haut ses voisins, au premier rang desquels la France. Alors que le taux de chômage culminait à 17,5% début 2013, il n'est désormais plus que de 7,9% début 2018, c'est-à-dire en-dessous des 8,9% affichés par la France.Les Portugais ont-ils, en bon élèves européens, consenti à un gel ou une baisse de leurs salaires pour retrouver le chemin de l'emploi ? Bien au contraire, le salaire minimum a été augmenté de 530€ à 557€ en 2017 et doit être porté à 600€ en 2019. Lisbonne aurait-elle alors suivi l'exemple français et allemand en soulageant la fiscalité des entreprises ? Là encore, pas du tout : le gouvernement portugais a par exemple créé une taxe pour toutes les entreprises au chiffre d'affaire supérieur à 35 millions d'euros.
En réalité, sur de nombreux points, la politique économique portugaise prend le contre-pied total de celle qui est recommandée par Bruxelles et appliquée par Berlin ou Paris depuis plusieurs années. Le budget 2018 du Portugal prévoit ainsi une hausse des pensions de retraite, un programme de valorisation de la fonction publique ou encore, bien loin de la théorie du ruissellement, une diminution d'impôts pour les classes moyennes. Tandis que Bruxelles théorise et impose une doctrine de rigueur reposant notamment sur la baisse des salaires et la réduction drastique des dépenses sociales, le Portugal semble ainsi contredire toutes les leçons européennes en matière économique.Alors que de nombreux gouvernements européens acquis au dogme libéral et austéritaire exigent de leurs citoyens des sacrifices dont les résultats promis peinent à venir, on comprend le peu d'enthousiasme que suscitent les choix politiques du gouvernement d'Antonio Costa auprès de l'opposition de droite, partisane de la politique de rigueur européenne. Le Premier ministre portugais n'hésite d'ailleurs pas à attaquer de front la ligne jadis suivie par la droite, en conformité avec les attentes de l'UE : «La politique d’austérité suivie ces dernières années a eu pour conséquence une augmentation sans précédent du chômage avec des effets sociaux dévastateurs sur les jeunes et les citoyens les moins qualifiés, ainsi que les familles et les milliers de Portugais au chômage : elle a été aussi associée à une dévalorisation de la dignité du travail et des droits des travailleurs.»
https://francais.rt.com/economie/53308-comment-portugal-se-dirige-vers-plein-emploi-faisant-inverse-exige-bruxelles
Réponse de le 20/08/2018 à 20:45 :
rt, c'est une source non fiable, alignée à la russie qui ne veut pas du bien à la france, trait...re ?
a écrit le 11/08/2018 à 12:52 :
On y verrait plus clair dans l'évolution de la situation de l'emploi si on se décidait
à publier le total des heures travaillées rémunérées (déduction faite des absences
quelles qu'en soit le motif) et le montant de la rémunération correspondante et la
comparer avec la même période de l'année précédente.
Les déclarations sociales des entreprises devraient permettre d'obtenir ces données
qui du coup concerneraient non un échantillonnage mais la totalité des entreprises
quelles que soit leur taille employant du personnel salarié.
a écrit le 10/08/2018 à 17:25 :
Quid du chiffre de la destruction des postes ??? Car le principal chiffre est celui du chômage qui a encore augmenté ce trimestre ...Donc tout ce bla bla pour des résultats faibles avec une industrie (qui préfère logiquement investir dans l'automatisation des outils de productions) dont les emplois sont en chutes libres vu que, de plus, nous ne faisons rien pour la protéger contre la concurrence déloyale de nos "partenaires" Européens, Allemagne en tête et des "champions" asiatiques aux normes sociales inacceptables. Une agriculture en grave crise à part les très gros céréaliers. Les services qui fonctionneront le temps de se rendre compte de l'augmentation historique de la dette des ménages et de leur passage progressif en surendettement ce qui fera décliner fatalement leurs consommations. Le pays vit au dessus de ses moyens et une crise grave de paupérisation générale nous tombera dessus des que l’Italie (pays aussi sous respirateur financier artificiel depuis longtemps) sera à genoux juste avant notre degringolade...
Réponse de le 10/08/2018 à 21:26 :
Ce sont des création nettes !
Je sais c'est trop compliqué pour vous !
Réponse de le 11/08/2018 à 10:24 :
Farid à raison,

Ce sont des mensonges bruts,
c'est l'évidence constatée par les Français

le gouvernement et les parlementaires LaREM Modem LR sont des maîtres du mensonge et de la manipulation médiatique
Réponse de le 12/08/2018 à 4:31 :
Pour infos @Patriot: le nombre de demandeurs inscrits à Pôle emploi a même augmenté légèrement, de l’ordre de + 0,2 %, entre avril et juin 2018, se fixant à 9,4 %....Donc Ok créations nettes de postes qui vont bientôt sérieusement freiner (avec l'augmentation des prix de l’énergie, pétrole tête) mais insuffisantes pour ralentir le chômage grâce à cette merveilleuse démographie Française trop rapide qui deviendra un boulet a l'heure du développement durable et de la lutte contre le réchauffement climatique.
Réponse de le 12/08/2018 à 15:44 :
A Farid
Cet article apporte une bonne nouvelle, certes les problèmes de la France demeure mais bon bon cela ne sert à rien de sombrer dans la sinistrose.
On parle du secteur marchand, mais pour expliquer le taux de chômage (ce qui n'est pas l'objet de l'article), il faut regarder les départs à la retraite, l'arrivée sur le marché du travail des jeunes ainsi que l'emploi publique (qui est à la baisse avec la baisse des emplois aidés).
Réponse de le 13/08/2018 à 11:23 :
Souvenez vous :"la baisse de la hausse" de M Sapin

Des créations "nettes" avec une hausse du chomage ( oxymore)
a écrit le 10/08/2018 à 16:25 :
un je me méfie de ces stats depuis des années.... ensuite que fait la fonction dite publique, ??? on sait que les mairies département et région ont des politiques assez expansionnistes, mais il sort de nos écoles, 550 000 jeunes par an...je necomprends pas la faible augmentation du chomage....on sait que plus de 150 000 ne savent ni lire ni écrire le Français.....
Réponse de le 10/08/2018 à 20:47 :
L'Etat se décharge de plus en plus sur les collectivités locales sans leur transférer les moyens d'où leur "expansionnisme" forcé.

Un petit exemple parmi 1000 autres. La gestion des PACS ne sera plus confiée aux magistrats mais aux mairies, qui ont hérité des archives, de la conservation à la gestion, qui recevront les demandes, les instruiront, recevront les couples et les feront signer.

Il y a bon an-mal an 190 000 PACS signés et environ 80 000 dissolution de PACS.
Les mairies n'ont pas reçu un centime de plus pour effectuer ce travail alors qu'il a fallu mobiliser un local sécurisé, du personnel, du matériel et des moyens.
Et en cas de problèmes, évidemment c'est vers la mairie qu'on se retournera et non plus envers les tribunaux.

Pour ce qui est de l’illettrisme chez les jeunes de 15 ans, il est en France de 19.8%. Ça paraît énorme, mais les allemands ne font pas beaucoup mieux (18.5%), même le Danemark et la Suède arrivent à peine à descendre en dessous de 15%.
Quand je me vois je me désole, quand je me compare je me console...
a écrit le 10/08/2018 à 16:14 :
Bof, une estimation flash de l'insee, ça ne vaut que ce que ça vaut. Le vrai juge de paix la dessus c'est le trimestriel de l'acoss et il est a craindre que cette année les creations en salariat n'epongent même pas l'augmentation de la labor force. En plus c'est même pas tempspleinisé. Bref, vogue vogue belle galere
Réponse de le 10/08/2018 à 20:49 :
ca ne rend pas compte du caractère de l'emploi (CDD, CDI, interim).
Réponse de le 13/08/2018 à 11:02 :
De quels "emplois" parle -t-on ? des CDD à vie, des "postes" à la journée en intérim. Vous êtes débarqués du jour au lendemain. Du travail à mi temps à la petite semaine.

Venez voir comme ca se passe dans les centres Auswich d'appels. Les déportés tiennent à coup d'anti dépresseur, de canabis fumé à la pause avec l'accord tacit de l'entreprise.

Pensez à regadez Cash Investigation de temps en temps. Il y a des listes de junk companies qui circulent sous le manteau: surtout ne pas y travailler.

Inspection du travail: connais pas.
Syndicat : il fume sa cloppe sur le parking de la boite en appelant sa femme pendant ses heures de délégations
a écrit le 10/08/2018 à 15:05 :
Nous assistons aux annonces blas blas pour masquer la vérité,

le gouvernement Philippe est dans la même nasse que l'entourage de Macron,

c'est la culture des mensonges parfaitement illustrés dans les mensonges et les parjures des politicards LaREM Modem et leurs serviteurs fionctionnaires auxquelles nous assistons dans les affaires Benalla
Réponse de le 10/08/2018 à 16:29 :
chut je dis la meme chose....par contre j'emets un doute j'ai été fonctionnaire pas tres longtemps, mais les bons serviteurs de l'état sont en général honnete, par contre les préfets et surtout les inspecteurs des finances (j'ai en eu sur le dos) ont un culte de l'invention hors de la réalité....ce n'est pas du mensonge mais c'est ce qu'ils pensent....je regarde le beau mensonge de Damanin oui l'impot sera le meme mais on le paiera avec quelque mois d'avance.... il ne se pose pas la question de la trésorerie du Français qui paye des impots sur le revenu...
a écrit le 10/08/2018 à 9:17 :
Cette nouvelle ressemble à toutes celles qu'on a en ce moment.

Ça va (un peu) mieux, mais ça ne va pas durer. C'est ça l'effet Macron.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :