Institutions, impôts... Macron esquisse le second acte de son quinquennat

 |   |  1825  mots
(Crédits : PHILIPPE WOJAZER)
Au cours de son discours prononcé devant 320 journalistes réunis à l'Élysée, le chef de l'État a présenté les premiers enseignements du grand débat qu'il avait lancé le 15 janvier, pour répondre à la crise sociale née en novembre avec le mouvement des "gilets jaunes". Retrouver en replay la vidéo de la première conférence de presse du quinquennat.

LES POINTS A RETENIR

  • Macron estime à "5 milliards" d'euros la baisse de l'impôt sur le revenu
  • Retraite : Macron ne veut pas relever l'âge légal, évoque un allongement de la durée de cotisation
  • Macron prêt à "abandonner" l'objectif de 120.000 suppressions de postes des fonctionnaires
  • Le "travailler plus" : Macron n'est "pas favorable" à la suppression d'un jour férié comme l'on a fait pour le Lundi de Pentecôte
  • Climat : Macron veut mettre en place un "conseil de défense écologique"
  • Macron assume des "désaccords" et des "confrontations" avec l'Allemagne
  • Macron : "je pense qu'il faut supprimer l'ENA"
  • À propose de l'échéance de 2022, "je me fiche de la prochaine élection, je veux réussir ce mandat"
  • Emmanuel Macron "ne regrette pas d'avoir embauché" Alexandre Benalla, mais déplore "des fautes très graves".

__

Emmanuel Macron a débuté la conférence de presse de jeudi par saluer les "justes revendications" portées par les "gilets jaunes", qui ne doivent pas être "occultées par les violences de quelques-uns", dans le propos liminaire de sa conférence de presse organisée à l'issue du grand débat national.

Évoquant "un mouvement inédit", il a remarqué qu'il "s'est ensuite progressivement transformé, tiraillé entre les injonctions contradictoires", avant d'être "récupéré par les violences de la société".

"Mais je ne veux pas que les dérives de quelques-uns occultent les justes revendications portées à l'origine de ce mouvement et profondément soutenues", a-t-il souligné.

Pendant les trois mois de grand débat, il a dit avoir entendu "un profond sentiment d'injustice: injustice fiscale, injustices territoriales, injustice sociale", sentiment qui est "installé". Mais aussi "sentiment de manque de considération", notamment de la part des "élites, toutes les élites", et lui-même "au premier chef", a-t-il dit.

Il a également reconnu qu'"il est difficile de construire quelque chose lorsque la confiance n'est pas rétablie à l'égard de celles et ceux qui doivent être des tiers de confiance, qui décident dans la société".

"Une profonde réorganisation de l'administration"

Edouard Philippe présentera en mai "une profonde réforme de l'administration" destinée à déployer "plus de fonctionnaires sur le terrain" tout en supprimant des postes "en administration centrale", a déclaré jeudi Emmanuel Macron.

Déplorant qu'il n'y ait "plus assez de monde sur le terrain" pour "apporter des solutions", le chef de l'État a notamment annoncé la création dans "chaque canton", d'ici à "la fin du quinquennat", d'un "endroit où l'on puisse trouver une solution aux problèmes", baptisé "France services"

Plus de fermetures "ni d'hôpitaux ni d'écoles" d'ici 2022

Emmanuel Macron a souhaité jeudi "ne plus avoir d'ici à la fin du quinquennat de nouvelles fermetures, ni d'hôpitaux, ni d'écoles sans l'accord du maire".

"Ça ne veut pas dire qu'il n'y aura pas de réorganisation, elles sont parfois indispensables. Ça veut dire qu'il n'y aura plus de disparition, comme on l'a trop vécu", a-t-il ajouté lors de sa conférence de presse organisée à l'issue du grand débat national.

Reconduction de la prime exceptionnelle défiscalisée

Il a annoncé la reconduction de la prime exceptionnelle de fin d'année "sans charges ni impôts" versée aux salariés, pour "que le travail paye" et contribue ainsi à "corriger les injustices".

"Nous avons fait beaucoup" pour cela, mais "il nous faut aller plus loin", notamment avec "la répétition cette année de la prime exceptionnelle sans charges ni impôts décidée l'année dernière dans le cadre de l'intéressement des entreprises si elles décident d'apporter 1.000 euros de plus", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

 Un "nouvel acte de décentralisation" début 2020

Cette nouvelle décentralisation doit être "adaptée à chaque territoire" et porter "sur la politique de la vie quotidienne" comme "le logement, le transport, la transition écologique pour garantir des décisions prises au plus près du terrain", a expliqué le chef de l'État au début d'une conférence de presse, qui clôt la séquence du grand débat national.

"Ce nouvel acte de décentralisation devra s'appuyer sur quelques principes simples, d'abord responsabilité, lisibilité et financement", a ajouté le Président, estimant que les décentralisations menées dans le passé ont été "tout sauf claires, et elles n'ont pas permis ni de faire de véritables économies ni d'avoir une culture de la responsabilité démocratique".

Selon Macron, "on a souvent transféré des bouts de compétences", mais "on n'a jamais transféré la responsabilité démocratique qui va avec".

 Mise en place un "conseil de défense écologique"

La mise en place d'un "conseil de défense écologique" réunira les ministres dédiés pour faire les "choix stratégiques" imposés par "l'urgence climatique".

"Je veux que nous mettions en place un conseil de défense écologique qui réunira le Premier ministre et les principaux ministres chargés de cette transition (...) que je présiderai de manière régulière pour à la fois prendre les choix stratégiques et mettre au coeur de toutes nos politiques cette urgence climatique", a-t-il déclaré devant la presse à l'Élysée, répétant également sa volonté de défendre au niveau européen la mise en place d'une taxe carbone aux frontières.

Les CAF auront des "prérogatives
pour prélever les pensions alimentaires impayées"

Emmanuel Macron souhaite que les caisses d'allocations familiales (CAF) aient la "prérogative pour prélever les pensions alimentaires familiales" et ainsi aider les familles monoparentales.

"Ces fameuses familles monoparentales sont souvent ces mères vivant seules", a souligné devant la presse le président de la République, estimant qu'"on ne peut pas faire reposer sur des mères l'incivisme de leurs anciens conjoints".

Le chef de l'État a également évoqué le cas des aidants familiaux, estimant qu'"il y a des millions de nos concitoyens qui sont là aussi comme oubliés" évoquant "celles et ceux, souvent les femmes, qui ont mis entre parenthèses ou sacrifié leur vie professionnelle pour s'occuper d'un enfant en situation de handicap, d'un proche, une personne de la famille devenue dépendante".

"Nous devons les reconnaître, les nommer, mais aussi dans nos politiques publiques leur bâtir une place pendant la réforme des retraites et leur construire des droits", a poursuivi Emmanuel Macron.

Macron revient sur la sous-indexation des retraites

Le président de la République Emmanuel Macron a annoncé jeudi que les retraites "de moins de 2.000 euros" seront réindexées sur l'inflation en 2020, mesure attendue, mais aussi qu'aucune pension n'augmentera moins vite que les prix à partir de 2021.

"Je souhaite que nous réindexions les retraites de moins de 2.000 euros et qu'il n'y ait plus de sous-indexation de quelque retraite que ce soit à partir de l'année 2021", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse organisée à l'issue du grand débat national.

Mettre fin aux "grands corps" de la fonction publique

Le président Emmanuel Macron souhaitait mettre fin aux systèmes des "grands corps" de la haute fonction publique, dont les membres sont actuellement selon lui "garantis d'une protection à vie".

"On doit (...) mettre à l'épreuve les jeunes hauts fonctionnaires. Ils ne peuvent pas tout de suite accéder aux postes suprêmes et être garantis de ne jamais les quitter. Je souhaite que nous mettions fin aux grands corps", a dit le chef de l'État devant la presse à l'Élysée, sans évoquer la suppression de l'ENA, une "rumeur" selon lui.

Réduction des impôts et maintien de la suppression de l'ISF

Emmanuel Macron, tout en défendant la suppression de l'ISF, a annoncé son intention de réduire "significativement" l'impôt sur le revenu, une mesure financée "en travaillant davantage", en supprimant "certaines niches fiscales" pour les entreprises et en réduisant la dépense publique.

"Je ne veux pas de hausse d'impôts et je veux des baisses pour ceux qui travaillent en réduisant significativement l'impôt sur le revenu", a-t-il affirmé lors de sa conférence de presse organisée à l'issue du grand débat national pour répondre à la crise des "gilets jaunes".

"J'ai demandé au gouvernement de mettre en oeuvre cette baisse d'impôt en la finançant par la suppression de certaines niches fiscales pour les entreprises, la nécessité de travailler davantage et des réductions de notre dépense publique", a-t-il ajouté.

Une baisse des impôts financée en travaillant "davantage"

Le président de la République n'a pas précisé s'il envisageait de supprimer un jour férié supplémentaire pour financer cette baisse d'impôts.

"Il me semble que la meilleure orientation pour répondre aux besoins de justice fiscale n'est pas d'augmenter les impôts de tel ou tel, mais plutôt de baisser les impôts pour un maximum de nos concitoyens, en particulier pour celles et ceux qui travaillent", a-t-il affirmé, en se référant spécifiquement aux classes moyennes.

Emmanuel Macron a également défendu la suppression de l'Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) dès le début de son quinquennat, une mesure souvent critiquée lors du grand débat et lors des manifestations des gilets jaunes.

À ses yeux, il s'agit d'une "réforme pour produire, pas une réforme pour les plus fortunés". Il a toutefois souligné que la suppression de l'ISF serait "évaluée en 2020". "Nous regarderons son efficacité. Si elle n'est pas efficace, nous la corrigerons", a-t-il assuré.

Macron prêt à "abandonner" l'objectif de 120.000 suppressions de postes

Emmanuel Macron s'est dit prêt à "abandonner" l'objectif de 120.000 suppressions de postes de fonctionnaires qu'il avait fixé "si ce n'est pas tenable", demandant au gouvernement de lui "donner son analyse d'ici l'été".

"Quand on doit réinvestir dans la sécurité, dans l'éducation et dans la justice, je ne vais pas donner des injonctions contradictoires au gouvernement", a déclaré le chef de l'État lors d'une conférence de presse, ajoutant qu'il assumerait "totalement si ce n'est pas tenable d'abandonner cet objectif".

"Travailler plus" : Macron évoque un allongement
de la durée de cotisation

Emmanuel Macron a estimé que travailler plus ne pouvait pas passer par la suppression d'un jour férié ou un recul de l'âge légal de départ à la retraite, tout en relevant qu'on peut "laisser le libre choix" en ce qui concerne l'allongement de la durée de cotisation.

"Ce sur quoi peut travailler le gouvernement avec le Parlement, c'est de regarder si on peut allonger la période de référence sans bouger l'âge légal pour avoir un système de décote qui incite à travailler davantage, mais sans forcer tout le monde", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à l'issue du grand débat national.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2019 à 23:21 :
Incontestablement, Macron paie le prix du massacre fiscal auquel s'est livré Hollande à l'encontre des particuliers durant les 2 premières années de son mandat, et particulièrement à l'encontre des français qui travaillent. Hollande a littéralement fait exploser les impôts sur les revenus du travail (hausse de la GSG, gel du barème, forte réduction du plafond de la demi-part, imposition de la mutuelle, multiplication par 2.5 des impôts sur intéressement, nouvelle tranche etc): le taux de prélèvement sur les revenus du travail a atteint un niveau totalement confiscatoire, le différentiel entre le salaire versé par l'employeur et le revenu net est devenu aberrant (moins de 50%), ça devait exploser, tout le monde le savait... On y est. Le retour de balancier va être rude. Hollande doit bien se marrer...
a écrit le 26/04/2019 à 14:51 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 14:49 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 14:47 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 14:47 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 14:46 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:38 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:37 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:36 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:36 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:36 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:36 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:36 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:25 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:25 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:25 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:25 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:25 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:25 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:24 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:24 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:23 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:23 :
Si vous ne voulez/pouvez pas assumer mon commentaire vous ne le diffusez pas, vous ne le laisser pas salir par hercule.

Vous avez vraiment du temps à perdre non ?

Étrange...
a écrit le 26/04/2019 à 13:21 :
Toujours pas question de s'attaquer à l'évasion fiscale dans les paradis fiscaux qui nous fait perdre pourtant 100 milliards chaque année pouvant résoudre la plupart de nos problèmes.

On étouffe en oligarchie.
a écrit le 26/04/2019 à 11:59 :
Parfois je me demande si cet énarque est conscient dans quel état de santé arrive un ouvrier artisan du bâtiment ou employé de l'industrie sur des lignes de production à 50 55 ans pour continuer à travailler au-delà de 60 ans. Quand je vois des enseignants, des policiers, des agents CHU, des cheminots qui passent leur journée pour les policiers à se promener sur les trottoirs ou assis sur des sièges de leur voiture de fonction et qui partent plus tôt à la retraite me dis que la France est très inégalitaire ne prend pas en compte de la réalité des métiers et privilège une catégorie injustement. Inadmissible dans une société aussi développé comme la France.
a écrit le 26/04/2019 à 11:49 :
ressemble à un cirage de pompes des fonctionnaires puis critique des niches fiscales en en créent t d'autres ,,,,,???ex heures sup pour certains MAIS LES AUTRES ,,??
a écrit le 26/04/2019 à 11:37 :
Nous avons 5 millions de fonctionnaires , encore une fois le chiffre ne va pas diminuer.
Réduction de la dette repoussée aux calendes grecques. Heureusement que 250 quidams tirés au sort vont pouvoir débattre sur la décentralisation. Ouf , on est sauvé
a écrit le 26/04/2019 à 11:14 :
« Il pense », « il est prêt », « pas favorable »...
Qui gouverne la France aujourd’hui ?
a écrit le 26/04/2019 à 11:11 :
Rien six mois après le début des mobilisations... Il n'y avait rien à attendre du Président Macron et il n'est rien sorti de sa très longue période de réflexion ou si peu que cela revient au même. Un gros cinoche qui n'a servi qu'à lanterner le plus grand nombre. Un petit boulot de sous-secrétaire d'Etat. Et des médias voudraient nous faire croire que le quidam a changé et s'est amélioré alors qu'il reste le forcené de la décision solitaire.

pas de reconnaissance des votes blancs ;
pas de référendum d'initiative populaire ;
pas de recul sur les taxes des hydrocarbures ;
pas de coup de pouce significatif au pouvoir d'achat des petites catégories de retraités et salariés précaires ;
pas d'effort de solidarité des gros revenus, des grandes fortunes et des placements boursiers et financiers ;
etc, etc...

Je crois tout simplement que personne au sein de la France d'en bas et du milieu n'y retrouvera son compte puisque les délais d'application des mesurettes sont tels que les retards ne seront jamais rattrapés et que les mieux lotis de la France d'en haut tirent leur épingle du jeu sans bobo.

Si, il en est sorti tout ce que l'on pouvait en attendre et qui a illustré une fois de plus cette résistance forcenée à l'agrandissement de la surface démocratique du pouvoir et ce mépris dans lequel il tient les français qu'il n'a jamais cessé de considérer comme immatures et inintelligents.
Ce qui aurait été la garantie d'un équilibre plus ajusté par l'égalité des souverainetés représentative et populaire a été tout simplement rejeté.
Nous avons compris que tous les appareils politiques de quelque bord qu'ils soient, reliant l'extrême gauche à l'extrême droite, s'arqueboutent sur le pouvoir uniquement représentatif par des élites qui ont organisé le pays à leur seul profit.
C'est tout l'esprit de la constitution d'octobre 1958 qui est trahi, alors que les français attendaient un retour à l'équilibre des souverainetés.
RIEN A FAIRE DU PEUPLE, ET SURTOUT NE PAS LUI LAISSER LA MOINDRE PARCELLE DE POUVOIR.
IL Y A BEL ET BIEN HAUTE TRAHISON.
Macron n'a pas compris que ce refus obstiné de partage va déclencher une véritable révolution.
Il met tous clans politiques ralliés à ce déni de démocratie dans le plus grand danger.
Je n'ai plus aucun doute sur le pente que va dorénavant prendre le rejet des institutions politiques du pays par la population car il n'est pas permis de douter que Big Mac a très certainement consulté tous les bords pour refuser la voie de la souveraineté populaire... puisque le mot « peuple » est devenu synonyme de demeurés populistes. Ces imbéciles s'imaginent qu'ils vont pouvoir museler l'émancipation que revendique la nation.
Macron veut redécouvrir l'art d'être français. Il va surtout découvrir que l'art d'être français est aussi de se lever contre l'oppression.
Ma religion était faite dès les premières semaines de mobilisation. Il sera le seul responsable de ce qui doit advenir et il est dorénavant complètement grillé dans l'esprit des français.
Réponse de le 26/04/2019 à 13:34 :
Vous avez seulement écouté?

1 million de signataires = 1 initiative citoyenne. La taxe carbone c'est fini depuis un bon moment. Les vote blancs évidement c'est quoi votre solution?
les comptabiliser pour quoi faire? 1000 euros pour les retraités en minimum + indexation sur l'inflation jusqu'a 2000 euros. 5 milliards en moins pour les 1ère tranche sur le revenu. Vous investissez en bourse? surement que non. Sinon vous auriez remarqué la surenchère fiscale délirante et typiquement française qui plombe notre compétitivité au point de menacer le financement des entreprises. Fin de l'avoir fiscal, CSG-RDS sur tout même le PEA, 30% de taxe forfaitaire, 1% de taxe sur l'achat d'action pour les grosses capitalisations ,etc... Stop à la démagogie merci.
Réponse de le 26/04/2019 à 15:59 :
" IL Y A BEL ET BIEN HAUTE TRAHISON " .....
Ici le 15, on a repéré votre IP, on envoie une ambulance ....:-)
a écrit le 26/04/2019 à 11:07 :
Excellent article informatif. Certains seront déçus qu'il ne soit pas engagé à guérir les ecrouelles
Paradoxal cette nostalgie monarchique de nos concitoyens qui dans le même temps demandent plus de démocratie!
a écrit le 26/04/2019 à 10:57 :
Les enseignants de l'éducation nationale sans objectifs, sans évaluation, sans contrôle, des arrangements avec les syndicats de l'enseignement publique pour avoir toujours une note au-dessus de la moyenne pour l'ensemble des profs, 3 mois de congés, un absentéisme culturel et stratosphérique... Macron Jupiter parle de la revalorisation des enseignants ? Ils sont besoin surtout du bâton et de la carotte et salaire au mérite suivant résultat scolaire... Le Président se montre très conciliable avec cette caste cela vient-il de son épouse Brigitte ex-enseignante ? Décidément la République des copains à toujours bon jour en France.
a écrit le 26/04/2019 à 10:41 :
Augmenter la durée de cotisation pour une retraite à taux plein: il est fou ! Cette durée est déjà de 43 années pour la génération née après 1973, c'est énorme et c'est presque la plus élevée de toute l'Union Européenne: 35 ans en Allemagne et en Espagne, 40 ans au Portugal, en Grèce, en Hongrie et en Suède, 42 ans au Luxembourg et en Italie... il n'y a guère qu'en Belgique qu'elle soit supérieure (45 ans). Surtout que la pension de retraite de la sécurité sociale française est très faible (plafonnée à 1500 euros). Si l'objectif est de faire partir les cotisants en retraite à 70 ans, le système par répartition n'a strictement plus aucun intérêt: autant le supprimer, augmenter le salaire net de l'équivalent des cotisations, et laisser chacun investir et s'organiser pour partir plus tôt s'il le souhaite.
a écrit le 26/04/2019 à 10:38 :
Rien sur l'enfer fiscal de la France. Cet enfer qui nous distribue des bons d'achat et des taxes adhoc afin de nous inciter à des comportements vertueux, comme si l'optimisation fiscale était la meilleure politique de transformation des mentalités en vue de la transition finale.
Réponse de le 26/04/2019 à 14:43 :
+1, il me semble que l'on est passé de 2200 milliards de prélèvements sous Chirac à 4400 milliards aujourd'hui. l'enfer est pavé de bonnes intentions.
a écrit le 26/04/2019 à 10:14 :
qui veut trop prouver ne prouve rien . les mauvais bergers sont la ruine du troupeau
a écrit le 26/04/2019 à 10:01 :
on n"as pas du lui apprendre à faire une synthèse parler 1h pour ne rien dire (si j'avais eu des profs comme lui j'aurai dormi au milieu du cours) le grand débat c’était donc une foutaise beaucoup d'argent gaspillé on vois qu'il n'en ressort rien la réindexation des retraites c'est une injonction du conseil constitutionnel sondage LCI 74 pour cent pas convaincu il est a cotés de la plaque et il aggrave la situation dans 1 mois tout sauf macron
Réponse de le 26/04/2019 à 11:24 :
Et toi, papiencolere, tu devrais enfin apprendre l'orthographe...
Réponse de le 26/04/2019 à 14:46 :
Retraite minimum : 1000 euros taux plein. indexation sur l'inflation jusqu'a 2000 euros. Informez vous avant de râler.
a écrit le 26/04/2019 à 9:45 :
2 bons points pour Macron :

- suppression (dilution) des grands corps de l'Etat (c'était le cancer consanguin du pays)
- immigration débattue à l'Assemblée.

Pour le reste, bcp de vent et démerde Sie Sich
a écrit le 26/04/2019 à 9:31 :
Quoi a faire pour sauver un pays en faillite (dette 100% du PIB) ? Soit reformer, soit un frexit accompagne avec par un degradation de 22% du pouvoir d'achat, les valeures des vous salaires, vous biens, vous retraites etc inclus.
a écrit le 26/04/2019 à 9:30 :
À quand rend il ce qu'il a rackette aux vieux. Ce mec me donne envi de gerber et il a été interrogé par des courtisans et non des journalistes.
Réponse de le 26/04/2019 à 10:50 :
les retraites coutent en france 4 % de PIB de plus qu en allemagne. Il faudrait au contraire faire bien comprendre aux retraites qu ils vivent sur un trop grand pied. Surtout que ceux ci sont quand meme bien responsable de l etat depolorable du pays. Qui a vote Mitterramd ou Chirac, pas les gens qui ont 20 ans aujourd hui et qui vont devoir payer les dettes accumules par les boomers !!!
a écrit le 26/04/2019 à 9:21 :
J'ai entendu parler de 20% de proportionnelle, c'est ridicule, clairement insuffisant pour ameliorer le role du parlement devant l'executif. La conception de la democratie en republique française est vraiment tres speciale.
a écrit le 26/04/2019 à 8:35 :
Les GJ c'est moins de1%des français. Ils attendaient 2o% sur le Smic et les retraites ! Avec quel pognon ? Déjà 22oo milliards de dettes
Avec un Smic et des avantages sociaux les plus élevés du monde qui font fermer nos usines, il faut travailler plus, réduire tous ces avantages payés par la dette. Que les français arrêtent le cannabis les téléphones à 800 pour les gamins, les vacances à répétition les grosses bagnoles les villas payées en 3o ans, qu'ils arrêtent de dépenser et de faire des emprunts à tout va
Qu'ils regardent ce que font nos voisins, Smic à 600 €, retraite à 65, 68 ans etc
Réponse de le 26/04/2019 à 9:23 :
Je suis assez d'accord avec votre lecture et je pense que cette dette monstrueuse et hors de contrôle est une des deux causes, à mon avis, qui risque d'entrainer la France dans une catastrophe mais pour en sortir il faut d'abord en parler, regarder ce problème en face et proposer un vaste catalogue de décisions pour en sortir. Hors sur cette dette le silence est assourdissant, aussi j'imagine qu'elle profite à certains. Bref, faut-il attendre passivement une crise financière qui pourrait se métastaser comme en 40..Qu'en pensent nos chers Enarques ? Pour ma part, je considère que le fondement de la crise est l'organisation du commerce mondial.
Réponse de le 26/04/2019 à 9:33 :
Pervers narcissique avec le mode de fonctionnement habituel, je séduis, je manipule et je tiens en mon pouvoir ; sauf que les français refusent désormais le modèle néolibéral des GOPE bruxelloises ou feuille de route à Macron, CQFD
Réponse de le 26/04/2019 à 10:34 :
je vois pour vous faut revenir à l’esclave je pense que vous êtes bien nanti vos propos sentent la haine
a écrit le 26/04/2019 à 8:31 :
Perso, j'ai trouvé M.Macron assez bon; l'exercice était bien sûr très difficile: entre les attentes des râleurs et une ligne dure axée sur le réalisme des chiffres, le cap me paraît raisonnablement posé. Et oui, il va falloir s'y mettre, remettre de l'ordre dans les structures archaïques de l'état (mais qui peut dire en France qu'il comprend les services publics que sont sensés rendre nombre de fonctionnaires -nous ne parlons évidemment pas des fonctions régaliennes de l'état + l'enseignement de nos enfants et jeunes-?). Je suis aussi favorable au démantèlement des niches fiscales aux particuliers et aux entreprises, et plus globalement de la kyrielle d'aides sociales et/ou environnementales complexe, couteuse, et qui in fine est source de mauvaise perception de l'impôt et de fracture sociale entre les français, et entre les français et les entreprises: faire plus simple et moins cher. Seul bémol: je croyais que le quinquennat était déjà commencé.. l'ambiance est donc au travail pour les français, et au travail dans les structures de l'état et des collectivités locales (je crois que la plupart de nos fonctionnaires dans les écoles, lycées, tribunaux ou commissariats sont au travail depuis des siècles..).
a écrit le 26/04/2019 à 8:26 :
Macron n as riant changer ?? Les CRS en gilets jaunes en maladie 😷
a écrit le 26/04/2019 à 8:10 :
En fait, rien ne change: ce Président de la roi-publique fait comme ses prédécesseurs; il s'occupe de choses qui sont du ressort des partenaires sociaux et néglige celles qui sont du sien, comme la dépense publique. La France n'a que la prétention à un régime démocratique, la faute à nos parlementaires qui sont toujours des godillots au service du roi; cette "intelligentsia" bénéficie de trop d'avantages dans sa vie quotidienne pour représenter le peuple; je ne vois pas pourquoi elle bénéficie d'une caisse de retraite, d'une cuvée de champagne, d'une salle de sport, d'un logement parisien, d'un restaurant à prix d'ami...Quant aux "datchas" du Président, du Premier Ministre... L'ordre est-il menacé quand des français manifestent pour demander que leur quotidien soit pris en considération? On répond en leur envoyant 60000 "forces de l'ordre"; la police ne suffit pas: on missionne l'armée. Il y a de quoi déespérer!
a écrit le 26/04/2019 à 8:08 :
Comme dab, il maitrise bien ses dossiers et n'est pas dogmatique, toutes ses mesures sont marquées par de la réflexion et du bon sens.
Heureusement qu'on a pas une grande gueule ou un populiste sanguin à l’Élysée.
Réponse de le 26/04/2019 à 8:40 :
C'est vrai qu'un populiste aurait proposé de supprimer l'ENA et créé un nouveau comité Théodule pour résoudre les problèmes...
On l'a échappé belle !
Réponse de le 26/04/2019 à 9:05 :
Fermer l'ENA pour la remplacer par les Universités avec par des docteurs dans différents domaines ne me semble pas un un coup de tête ni un mauvaise chose ( ça se passe dans de nombreux pays qui s'en sortent pas si mal ), la réflexion est dans les airs depuis des années et il laisse les choses se mettre en place.
a écrit le 26/04/2019 à 8:01 :
Il faut que les gilets jaunes se taisent et cessent d'occuper la rue. Les Français ont voté. Dès lors, soit on respecte le vote des Français, et les gilets jaunes n'ont qu'à présenter des candidats aux élections et se faire élire, soit ils sont incapables de se présenter ou de se faire élire et leur occupation violente de l'espace publique relève d'un mouvement de nature fasciste à tendance gauchiste... Quant aux opposants à Emmanuel Macron, ils ont été battus largement et ce n'est pas en décridibilisant la démocratie, le contrat social et la République qu'ils donneront aux Français envie de voter pour eux... Lachez-nous les baskets et (re)mettez-vous au travail !
Réponse de le 26/04/2019 à 10:31 :
Hélas, la France est devenue une république populaire : président élu à la minorité (43%) d' électeurs choqués par un débat dogmatique entre le bien et le mal, députés élus à la botte du président dans les 40 jours. La suite ne peut être qu'une répression populaire sanglante. L'Europe est le dernier garde fou de la liberté des idées politiques. Diffusion of this video is restricted in your country.
a écrit le 26/04/2019 à 7:45 :
Les policiers n'ont pas fini d'être fatigués.
a écrit le 26/04/2019 à 7:12 :
Pas un mot sur la réduction des dépenses publiques,sur le mille-feuille territorial.Chapeau le magicien!
a écrit le 26/04/2019 à 6:46 :
Bof, encore des gadgets, des cosmetiques. C'est une remise a plat totale du systeme français qu'il faudrait, fiscal, social, etatique. a commencer par les institutions de la Veme, hyperpresidentielle qui est pré-totalitaire. Je n'ai regardé que le debut, ce qui m'a surpris, enervé (et je suis même pas nationaliste) c'est qu'a chaque fois qu'il disait la france, il rajoutait l'europe. La clique supranationale-socialiste qui nous dirige me fait de plus en plus peur
a écrit le 26/04/2019 à 0:58 :
Les grands enfants qui attendaient le père Noël ont été déçus. Ils ont simplement oublié que nous ne sommes pas encore le 25 décembre.
a écrit le 26/04/2019 à 0:40 :
Un discours défensif, teinté de démagogie et son corollaire des hausses de la dépense publique qui ne satisfera pas ses opposants, qui continuera à creuser les déficits tout en conservant une pression fiscale insupportable et surtout qui maintiendra le pays dans le chômage de masse avec une croissance anémique.
a écrit le 25/04/2019 à 23:19 :
Acte 3 de Macron c est là démission
Réponse de le 26/04/2019 à 9:45 :
Sainte Marie priez pour nous. Que Macron soit remplacé illico presto par le père noël qui nous comblera de cadeaux. Vivement le 25 décembre.
a écrit le 25/04/2019 à 23:19 :
globalement c est pas mal ?, pour les retraites mais il a dit beaucoup je souhaite la reindextion et un ratrapage pour les petites retraites jusqua 1000euros en2020 2021, c est vrais que depuis le debut de la revolte des gilet jaunes il a promis pour environ 19milliards ,? il vas lui falloir trouvez des gens qui payent cela vont il y arriver sans fraine l ecnomie et sans faire fuir les patrons c est possible car il ne leurs a rien demande : laissons lui du tempt,?pour la recentralisation cela est bien aussI plus de fonctionnaires dans les campagnes et arret des fermetures de classes et d hôpitaux et 20%de proportionelle pour les minorite afin que lsoit mieux represente et aussi moins d elues il na pas tous solutionne mais pour l essentiel c est pas mal, il a aussi promis le payement des pensions aux femmes seules avec enfants a charges c est bien aussi,?il y aussi la baise de petite tranche d impot et la supretions des impots locaux?et la baise de effectifss dans les petite classes ce qui favoriseras les enfants dans les premieres annees d aprentisage des bases éducatives,???///MERCI AUX GILET JAUNES///
Réponse de le 26/04/2019 à 0:11 :
gaver encore plus de ponctionnaires, détruire encore et toujours plus d'entreprises vous trouvez cela pas mal ????
a écrit le 25/04/2019 à 23:11 :
globalement c est pas mal ?, pour les retraites mais il a dit beaucoup je souhaite la reindextion et un ratrapage pour les petites retraites jusqua 1000euros en2020 2021, c est vrais que depuis le debut de la revolte des gilet jaunes il a promis pour environ 19milliards ,? il vas lui falloir trouvez des gens qui payent cela vont il y arriver sans fraine l ecnomie et sans faire fuir les patrons c est possible car il ne leurs a rien demande : laissons lui du tempt,?pour la recentralisation cela est bien auss plus de fonctionnaires dans les campagnes et arret des fermeturesde classes et d hôpitaux et 20ùde proportionelle pour les minorite afin quelsoit mieux represente et aussi moins d elue il na pas tous solutionne mais pour l essentiel c est pas mal, il a aussi promis le payement des pensions aux femmes seules avec enfants a charges c est bien aussi,???
Réponse de le 29/04/2019 à 23:15 :
a: bertrand, un peut est toujours mieux que rien?, si tu nest pas content rendez le mai dans les rues de France, moi j y serais, salut camarade a mercredi???
a écrit le 25/04/2019 à 22:03 :
Je veux ...., je veux ..., je ... Quel égocentrique ! Et tout ce bavardage creux et inutile pour au final ne pas répondre aux préoccupations des Français
Réponse de le 25/04/2019 à 22:26 :
On peut pas accepter servilement les GOPE de Bruxelles et regarder les français qui virent au jaune, il faut choisir et moi j' ai choisi de choisir Asselineau et le Frexit ...
Réponse de le 25/04/2019 à 22:39 :
C'est le président donc oui c'est lui décide, il a été élu. Je me demande si tu connais le sens du mot démocratie, car tu parles au nom des Français, mais tu ne représentes rien à part toi meme, tandis que le président a été élu par les Français, donc tu n'as aucune légitimité pour parler, sauf en ton nom. Donc évite de parler au nom des Français à l'avenir.
Réponse de le 26/04/2019 à 1:02 :
Et quand vous dites, je veux plus d'allocations, je veux plus de salaire, je veux moins d'impôts, je veux ..., je veux..... je veux.... c'est quoi ?
a écrit le 25/04/2019 à 21:40 :
Le blabla usuel qui nous dit pour qui voter aux européennes
a écrit le 25/04/2019 à 21:17 :
Macron n as riant fait pour calmer les gilets jaune ? La société d en bas Macron ils et vides riant pour les retraitées Macron un grand conservateur en marches arrière je crois que les gilets j ils vont continuer Macron un vrai pompier 🧯 pyromane ils a raté dommage
a écrit le 25/04/2019 à 21:03 :
Avant de partager la richesse il faut la créer.
Les caisses de retraite sont exsangues ,le statut quo c’estla Faillite.
Paraphrasons Kennedy: ne demandez pas ce que le pays peut faire pour vous mais ce que vous pouvez faire pour votre pays!
a écrit le 25/04/2019 à 20:57 :
La France est un pays qui intervient militairement au quatre coins de la planète, qui investi dans des projets EPR rentables dans les 70 ans, qui est le pays le plus avantagé au monde par un climat tempéré et épargné en permanence de catastrophe naturelle, qui est équipé d'outils les plus avancés en technologie et équipements militaire. La France n'a absolument rien à craindre, héritage depuis la seconde guerre mondiale et réaffirmé pendant le gouvernement Chirac. Les autres pays Européens bien plus à l'aise économiquement ne font pas le tiers. Reste les problématiques d'organisation interne...un détail
a écrit le 25/04/2019 à 20:40 :
Que la réforme préconise de bouger l’âge légal ou d’allonger les trimestres : c’est du pareil au même , la deuxième solution proposée est pire que la première

Car admettons qu’une personne est déjà âgée et usée et qu’elle n’a pas ses trimestres qui ne cessent de s’allonger ?

Dans ce cas là , il vaut mieux allonger l’âge légal à 64 ans ( quel que soit le nombre de trimestre cotisée )

Par ailleurs les banquiers devraient changer ou inventer un nouveau produit qui serait de fiscalisé complètement et à peine à 1% de frais de gestion pour permettre aux gens de cotiser une assurance retraite parallèle.

A mon avis , c’est un bon plan pour l’avenir de généraliser ce genre de produit .

Après , ce qui est important au niveau du travail pour gagner la confiance des populations est d’arrêter «  la précarité de l’emploi « 

Notamment après un an de CDD tous secteurs confondus obligation d’un CDI et baisser les taux pour les embauches et refaire un bilan global et généralisé pour économiser «  les recettes sociaux «  voire comment contrer les abus et les gaspillages de tous les secteurs confondus.

Trouver un moyen pour dynamiser tout le monde vers des activités
Augmenter les formations.

Je suis d’accord avec M.Macron qu’il faut mettre à l’épreuve les jeunes fonctionnaires car rien ne tombe du ciel gratuitement , les expériences multiples et professionnelles forgent les caractères de demain.
a écrit le 25/04/2019 à 20:37 :
Grand désastre du discours Macron ce soir (travailler plus pour gagner moins et moins de France pour plus d ' UE!), c est terrible, votez Asselineau et l' UPR, vite ...
a écrit le 25/04/2019 à 20:22 :
Monsieur Macron vous gérer une 'usine à gaz'.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :