Macron, Acte II, scène I

 |   |  546  mots
Le président de la République Emmanuel Macron.
Le président de la République Emmanuel Macron. (Crédits : Philippe Wojazer)
ÉDITO. Le Grand débat national qui vient de s'achever marque le début de la seconde partie du quinquennat d'Emmanuel Macron défini par un cap clair : baisser les impôts et réformer l'État. Pour cela, le président de la République devra faire des choix cohérents avec l'exigence de justice exprimée par les Français et ne pas réitérer les erreurs du passé. Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction

« Grand bla-bla » pour les plus réfractaires des « Gilets jaunes », grand fatras pour le plus grand nombre qui auront bien du mal à se retrouver dans les innombrables contributions individuelles et collectives versées aux cahiers de doléances, le Grand débat national qui vient de s'achever fait penser à la formule : le problème de la France, c'est qu'il y a 66 millions d'entraîneurs de l'équipe de football ! Surtout quand elle perd... Emmanuel Macron, qui doit dire ce qu'il retient de cet exercice démocratique inédit qu'il a voulu pour renouer avec les Français, est conscient de ce risque : « Il n'y aura pas de sortie positive si chacun ne prend pas sa part de responsabilité », a-t-il prévenu. Pas sûr qu'il soit entendu quand il s'agira, bientôt, de réformer l'État, l'assurance-chômage et les retraites...

N'en déplaise aux esprits grincheux, pour qui le pouvoir n'a retenu que ce qui l'arrangeait et qui s'étonnent qu'il ait fallu cinq mois depuis le déclenchement de la crise, le 17 novembre dernier, pour se rendre compte que le ras-le-bol fiscal était devenu une exaspération, il faut se féliciter qu'on entre enfin dans l'acte II du quinquennat avec un cap clair et cohérent :...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2019 à 10:07 :
Cela sera sans surprise que l'on entendra de sa bouche tout sa douleur face a une "Cathédrale" mais pas une mot sur la douleur ressentie par les français symboliquement présenté par "le mouvement des gilets jaunes"!
a écrit le 15/04/2019 à 17:58 :
Ce que l'on vous donne d'en "haut", vous sera retiré dans "haut", seul le R.I.C vous permettra de le garder!
a écrit le 15/04/2019 à 13:48 :
Tout ce qui sera donné d'en "haut", sera retiré d'en "haut" et seul le R.I.C. vous le gardera!
a écrit le 13/04/2019 à 8:28 :
Je crois que Macron a acté qu'il ne ferait pas de deuxième mandat donc l'avis du pays il s'en tape !
Tout ce qu'il cherche c'est qu'il n'y ait pas de casse mais va continuer plus ou moins ouvertement a imposer sa politique !!!
a écrit le 12/04/2019 à 16:41 :
comme il a fait du théâtre brigitte lui fait réviser tartuffe ou l’imposteur et comme il prend le peuple pour des idiots il termine par le malade imaginaire car pour lui tout va bien
a écrit le 12/04/2019 à 13:49 :
Quel que soit les mots qu'il alignera, nous ne comprendront rien! Il faut qu'il risque véritablement de perdre le pouvoir pour regagner un peu de légitimité!
Le R.I.C. pour éviter les conséquences des manifestations de rue et permettre le contrôle de nos représentants effacera De Gaulle de notre histoire contemporaine!
Réponse de le 13/04/2019 à 8:29 :
Pas de RIC : trop risqué ....ils vont tout faire pour le couler !
a écrit le 12/04/2019 à 12:21 :
il va nous annoncer qu'i a privatisé la française des jeux pour y mettre la femme de gille legendre macron c'est les copains tous des coquins c'est pire que l'ancien monde ,une hausse de 6 pour cent de l'electricité il s’avère qu'il n'y a eu que 250000cntributions le reste c'est des copier coller,macron c'est servi du frand debat pour sa propagande et nous enfumer
a écrit le 12/04/2019 à 9:46 :
Pendant ce temps :

La moitié des contributions des Français n’ont pas été analysées à temps pour la restitution du grand débat. Cette information, repérée par Les Jours mercredi, était dissimulée dans l’un des rapports publiés sur le site du grand débat depuis mardi.

Des délais particulièrement resserrés n’ont ainsi pas permis à la Bibliothèque nationale de France (BNF) de numériser à temps l’intégralité des documents. Seule une partie des cahiers citoyens, des comptes rendus des réunions d’initiative locale et des lettres envoyées à la mission du grand débat ont par ailleurs été pris en compte.
53,8 % de contributions traitées

Dans le détail, 5058 contributions libres ont été traitées, sur les 16 874 numérisées par la Bibliothèque nationale de France. 5481 comptes rendus de réunions d’initiative locale l’ont été, sur les 9454 restituées. Quant aux cahiers citoyens, 13 644 ont été analysés sur 18 647.

Au total, seuls 24 183 documents ont fait l’objet d’un traitement, sur les 44 975 qui ont été numérisés, soit une bonne moitié seulement (53,8 %), comptabilise Les Jours.
Des documents toujours pas scannés ?

La barre des moins de 50 % pourrait même être franchie. Le rapport indique que 680 comptes rendus de réunions locales n’ont pas été transmis à la mission du grand débat. Les Jours assurent par ailleurs que des milliers de lettres ne semblent toujours pas avoir été scannées.
a écrit le 12/04/2019 à 8:44 :
Tant que les banquiers auront la main sur lui il ne pourra que faire n'importe quoi forcément au détriment du peuple français, s'il arrive enfin à apprendre à mordre la main de son maître qui ne lui veut pas forcément du bien, c'est ce qu'il faudrait qu'il comprenne il peut devenir un bon dirigeant.

Mais le pauvre il part de tellement loin...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :