La cote de popularité de Macron retrouve des couleurs

 |   |  653  mots
Selon la dernière vague du baromètre BVA-La Tribune-Orange, avec 45% d'opinions positives, Emmanuel Macron a interrompu la chute de sa cote de popularité. Mais le président apparaît comme de plus en plus clivant: si les retraités et les milieux aisés le soutiennent, il perd du terrain chez les actifs et les milieux populaires.
Selon la dernière vague du baromètre BVA-La Tribune-Orange, avec 45% d'opinions positives, Emmanuel Macron a interrompu la chute de sa cote de popularité. Mais le président apparaît comme de plus en plus clivant: si les retraités et les milieux aisés le soutiennent, il perd du terrain chez les actifs et les milieux populaires. (Crédits : GONZALO FUENTES)
L'enquête mensuelle BVA-La Tribune-Orange indique une légère remontée de 2 points de la cote de popularité d'Emmanuel Macron (45% d'opinions favorables contre 43% en août). Mais le président est jugé de plus en plus clivant.

Pour cette rentrée, Emmanuel Macron connaît une embellie. Alors qu'entre juillet et août, sa cote de popularité avait chuté de 11 points, passant de 54% à 43% d'opinions favorables, en septembre, le président regagne 2 points (45%), selon la dernière vague de septembre de l'Observatoire de la politique nationale qui associe BVA, La Tribune et Orange(*). Alors, certes, il y a toujours davantage de gens (51%) à avoir une opinion négative de lui, mais, au moins, la chute enregistrée depuis quatre mois semble enrayée.

Un président de plus en plus clivant

Le problème pour le président, c'est qu'il apparaît de plus plus clivant. Il est mieux soutenu par les retraités - malgré la hausse annoncée de la CSG - , les Français les plus favorisés, et les sympathisants de la droite, alors qu'il est en perte de vitesse à la gauche du PS, chez les actifs, et dans les catégories populaires. Ainsi, dans le détail, les bonnes opinions en faveur du président progressent de 9 points chez les Français âgés de plus de 65 ans (56%), alors qu'elles régressent de 2 points (39%) chez les moins de 50 ans, et de 4 points auprès des salariés (40%). De même, les bonnes opinions restent faibles chez les Français ayant des revenus mensuels inférieurs à 2.500 euros (-2 points, à 38%), alors qu'elles progressent de 11 points chez ceux gagnant plus de 3.500 euros.

Par couleur politique, la popularité du président baisse de 5 points chez les sympathisants de gauche (25% de bonnes opinions) et même de 10 points auprès de la gauche non socialiste (13%). En revanche, les proches du PS restent de bons soutiens, en progression de 10 points (61%). A droite aussi, les bonnes opinions progressent (+11 points à 49%)... même au Front National où Emmanuel Macron gagne 14 points, avec, tout de même certes, seulement 24% d'opinions favorables.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, profite lui aussi de l'accalmie avec 48% d'opinions positives, soit un gain de 2 points en un mois.

Un gouvernement jugé cohérent  mais inégalitaire

Point intéressant, l'enquête BVA-La Tribune-Orange s'est livrée à un comparatif historique des premiers gouvernements d'un président. Il apparaît ainsi que le gouvernement d'Emmanuel Macron est globalement mieux jugé que les premiers gouvernements d'Hollande, Sarkozy et Chirac sur la cohérence, mais moins bien concernant l'égalité sociale. Ainsi, l'opinion reconnaît globalement la conformité entre les engagements de campagne et l'action menée: 71% des Français considèrent que les engagements sont tenus, ils étaient 58% à l'époque de François Hollande après 4 mois de mandat, 54% pour Nicolas Sarkozy et 48% sous Jacques Chirac.

De même, 42% jugent que l'exécutif mène les réformes à un bon rythme, ce qui en fait le gouvernement le "mieux" évalué par rapport aux autres débuts de gouvernement, tels ceux de François Hollande (29%), de Nicolas Sarkozy (40%) et de Jacques Chirac (28%). A noter que 36% des sondés estiment que l'actuel gouvernement va même trop vite...

En revanche, sur la question des efforts demandés aux Français, les résultats sont plus mitigés. Seuls 25% des Français jugent que le gouvernement répartit équitablement ces efforts. Ce qui place le gouvernement du président Macron au niveau de Jacques Chirac en 1995 (25%) et en dessous des premiers gouvernements sous Hollande (41%) et Sarkozy (31%).

Au sein du gouvernement, portées par l'actualité, certaines personnalités commencent à émerger. C'est le cas de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, qui progresse de 8 points à 48%, et du porte-parole Christophe Castaner, en hausse de 9 points à 60%.

 Enfin, s'agissant des personnalités politiques hors gouvernement, il est à noter qu'au Front National, les bisbilles internes ont laissé des traces : la cote de popularité de Florian Philippot chute ainsi de 12 points (54%) auprès des militants, et celle de Marine Le Pen de 7 points (88%).

___

(*) Enquête réalisée du 25 au 26 septembre auprès d'un échantillon de 1.092 personnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2017 à 15:14 :
" alors qu'elles progressent de 11 points chez ceux gagnant plus de 3.500 euros".

Comme quoi, si la lutte des classes n'existe plus pour certain ,le vote de classe lui perdure.
a écrit le 27/09/2017 à 11:36 :
Le paradoxe, c'est que les français sont majoritairement contre cette UE technocratique
et qu'ils ont Macron , élu avec 25 % des voix (le deuxième tour étant un plébiscite contre le FN).
a écrit le 27/09/2017 à 9:36 :
= hausse du minimum vieillesse et du rsa, enfin simple annonce pour le moment...
a écrit le 27/09/2017 à 8:03 :
Quand certain pensent gagner le pactole, ils ne peuvent qu'être satisfait momentanément!
a écrit le 26/09/2017 à 19:59 :
Il est intéressant de savoir que l'institut de sondage "BVA" est détenu par Rotchild et le groupe Bolloré (ce dernier qui a été classé 10ème fortune de France en 2011 avec un patrimoine professionnel évalué à 3,8 milliards d'euros - voir "Challenge" juillet/août 2011, détient également l'institut "CSA", ainsi que le groupe "Havas" et plusieurs journaux gratuits).
Honnêtement, qui peu croire sérieusement que notre bon roi du fond de teint, Macron, et son barbu de 1er ministre remontent tous les deux dans les sondages d'opinion, alors même qu'aujourd'hui, ce mardi 26 sept. 2017, on apprend que le chômage a de nouveau bondi à la hausse ce mois d'août 2017, tout comme ce fut le cas au mois de juillet 2017. Encore et encore de la Com' et de la manipulation médiatique à tout va. De la poudre de perlimpinpin comme dirait notre monarque présidentiel Macron lui-même !
Réponse de le 26/09/2017 à 20:55 :
Macron la houpette n' en finit pas de nous fatiguer avec sa com pravdaienne ...


Sa dernière lubie ...? Nous faire croire qu' il va réanimer le mythe du couple franco allemand et qu' il va .. peser sur frau Angela qui ne veut pas investir un yota pour aider le reste de l' Union qu' elle a pillé !
a écrit le 26/09/2017 à 19:11 :
nos journalistes de l information ecrite ou télévisée font ils encore leur vrai métier ? ?
Réponse de le 26/09/2017 à 21:11 :
Comme disait quelqu'un de sérieux, un journaliste c'est soit un menteur ou soit un chomeur, il y a qu'a choisir ?
a écrit le 26/09/2017 à 19:04 :
Comprend pas Il y a quelque chose de louche:
Il ponctionne les petits, Le chomage augmente et tout le reste et il gagne des points
Ce ne serait pas un peu truqué par hasard.??
a écrit le 26/09/2017 à 18:45 :
Sondage effectué auprès d'un panel de personnes presentent dans la Cour de l'Elysée à l'occasion d'une réception organisée par Brigitte.....
a écrit le 26/09/2017 à 18:16 :
Tiens ,nouveau record de demandeurs d'emploi +24 600 à 5,65 millions.Et ça c'est avant l'application de la loi travail dans sa totalité avec la facilitation des licenciements et tout le reste . Macron va surement gagner encore 1 ou 2% c'est sur.
a écrit le 26/09/2017 à 16:23 :
Les sondages comme la météo ont une constante. c'est le changent . De plus, il s'agit d'une arme de persuasion massive directement connectée à l’Élysée.
a écrit le 26/09/2017 à 15:42 :
effet momentané de la politique inégalitaire .. apres les paroles ..! des actes suivront ils pour tous ?
a écrit le 26/09/2017 à 15:39 :
"certaines personnalités commencent à émerger. C'est le cas de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, qui progresse de 8 points à 48%"

Surement l'effet du million d'euros en plus-value sur ces stock-options , ca marche toujours sur les classes aisés..
a écrit le 26/09/2017 à 15:36 :
En revanche, les proches du PS restent de bons soutiens, en progression de 10 points (61%). A droite aussi, les bonnes opinions progressent (+11 points à 49%).

L'aile droite du PS et les LR ,les deux favorables à une loi travail pour les salariés mais sans être concerné
a écrit le 26/09/2017 à 15:34 :
"progressent de 9 points chez les Français âgés de plus de 65 ans (56%)"

L'effet CSG ,ah,ah
Réponse de le 26/09/2017 à 18:44 :
on voudrait nous faire croire que les retraites ont tous azeimer et on deja oublier la baisse de leur pouvoir d'achat prevu par Macron!!!!!!!
a écrit le 26/09/2017 à 15:33 :
S'il tient bon face aux routiers, cheminots, insoumis et autres, sa cote retrouvera un excellent niveau.
Réponse de le 26/09/2017 à 18:15 :
@bruno_bd 26/09/2017 15:33
Pas certain que la cote de notre Président remonte ou soit un jour au beau fixe car si on se réfère aux résultats du 1er tour de la Présidentielle, il y a quand même 45-50 % des Français qui ont voté pour des populistes (MLP, JLM) et des extrêmes (NPA, LCR, ..)
En outre, le parti LREM "n'existe pas" (pour ne pas écrire qu'il est constitué de bric et de broc) dans le sens qu'il n'a pas une fondation stable comme le PS, la droite classique ou le centre, quoique pour ces derniers, cela tangue beaucoup depuis un certain temps......
Cordialement..
a écrit le 26/09/2017 à 15:00 :
Macron n' a aucune marge de manoeuvre entièrement dépendant des GOPE bruxelloises et de l' oligarchie qui l' a fabriqué et installé aux manettes, les français le savent, le sentent ..

L' étranger lui se gausse de ce Jupiter terrassé tous les jours un peu plus, même les polonais lui rappelaient récemment que son avis comptait pour 1 sur 27 cad en gros pour du beurre dans cette formidable tour de Babel unioniste paralysée et irréformable.

https://www.upr.fr/conferences/pourquoi-europe-comme-elle-est
Réponse de le 26/09/2017 à 15:39 :
même en dehors de l'UE, les GOPE sont des mesures générales de saine gestion que n'importe quel pays devrait avoir à coeur d'appliquer. Exemple : quel est l'intérêt d'avoir un salaire minimum élevé et qui augmente sans fin si c'est pour condamner une partie toujours plus large de la population au chômage ?
Réponse de le 26/09/2017 à 19:22 :
@bruno bd Le problème c' est l' alignement de la France dans l' Ue sur le moins disant social qui a ruiné ce pays ..
Où les 90 % d' emplois industriels français perdus grâce à l' Ue ...? A l' est..
Comment demain lutterez -vous contre le salaire moyen à 62 euros quand cette bande de ouf aura décidé d' intégrer l' Ukraine ...?

Regardez donc dans quel état était l' économie française avant de rentre dans l' Ue.

https://www.youtube.com/watch?v=W1GR1QWplUM
Réponse de le 27/09/2017 à 21:21 :
Avec le cout salarial le plus élevé de l'UE la France est loin de s'aligner sur le moins disant social. Le problème est que le niveau de sa production économique est loin de justifier d'un tel niveau de coûts salariaux. Exmple, l'automobile. On produit des Renault, pas des BMW. Et les tentatives de montée (ex : la marque Premium DS) sont très laborieuses.
a écrit le 26/09/2017 à 14:21 :
Étant donné le niveau moyen du bac +2, merci Jospin, en France, il suffit de faire une promesse qui plait pour gagner des points et de dire quelque chose qui laisse à penser qu'on va morfler pour obtenir l'inverse. Je pense 1) que seuls qui paient des impôts devraient avoir le droit de voter et que 2) un examen civique minimum (savoir lire et écrire correctement notamment) devrait être exigé des électeurs :-)
Réponse de le 26/09/2017 à 15:36 :
il est vrai que le niveau moyen de compréhension des français des grands mécanismes économiques est assez pitoyable. S'ils avaient un peu de connaissances économiques les français seraient les premiers à exiger des restrictions à la dépense publique et généralement une politique beaucoup plus rigoureuse.
a écrit le 26/09/2017 à 14:19 :
Étant donné le noveau moyen du bac +2, merci Jospin, en France, il suffit de faire une promesse qui plait pour gagner des points et de dire quelque chose qui laisse à penser qu'on va morfler pour obtenir l'inverse. Je pense 1) que seuls qui paient des impôts devraient avoir le droit de voter et que 2) un examen civique minimum (savoir lire et écrire correctement notamment) devrait être exigé des électeurs :-)
Réponse de le 26/09/2017 à 17:25 :
Votre commentaire est hallucinant de condescendance. Le niveau d'étude n'a JAMAIS été une preuve d'intelligence (preuve en est votre commentaire) et payer des impôts ne fait pas de vous un "super" citoyen qui aurait plus voix au chapitre que le salarié payé au Smic.
Malgré votre signature en forme de smiley (digne de ma petite sœur) vous êtes un bien triste personnage
Réponse de le 26/09/2017 à 18:03 :
@ Chich 26/09/2017 17:25
D'après ce que j'ai compris (mais je peux me tromper) Patrickb vit au Canada ou le suffrage est universel (sauf cas particuliers). Dictatures exceptées, il y peu de pays dans le monde où le suffrage n'est pas universel.
Cordialement
Réponse de le 27/09/2017 à 8:28 :
@chich: 1) quand on a un minimum d'éducation, on sait pour quoi on vote au lieu de se laisser manipuler par les démagogues de tous bords 2) quand on paie des impôts, on participe à la société dans laquelle on vit au lieu de vivre aux crochets des autres grâce aux allocations diverses et variées. Bonjour à ta petite sœur :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :