La croissance sera « faiblement positive » en 2023 avant un retour « plus normal », prédit la Banque de France

Le gouverneur de la Banque de France s'attend à une croissance « probablement faiblement positive » en 2023, après une année 2022 où elle devrait atteindre 2,6%. Des prévisions bien plus pessimistes que celles du gouvernement, qui table sur 1% de croissance. François Villeroy de Galhau estime que l'économie française retrouvera « une route plus normale » ensuite, avec moins d'inflation et plus de croissance.
« Ce que nous excluons aujourd’hui, c’est un atterrissage brutal de l’économie française et européenne, compte tenu des signes de bonne résistance » de la croissance dans l'Hexagone a notamment déclaré François Villeroy de Galhau.
« Ce que nous excluons aujourd’hui, c’est un atterrissage brutal de l’économie française et européenne, compte tenu des signes de bonne résistance » de la croissance dans l'Hexagone a notamment déclaré François Villeroy de Galhau. (Crédits : BENOIT TESSIER)

Sombres prévisions pour l'économie française. Celles de 2022 sorties hier prédisent une croissance de 2,6% sur l'ensemble de l'année. Loin du +7% de 2021. 2023 s'annonce encore plus morose. « Ça ne sera pas 2,6% » l'an prochain, a averti le gouverneur de la Banque de France sur Franceinfo. Mais « probablement une croissance faiblement positive », a précisé François Villeroy de Galhau.

« Nous abordons avec 2023 un virage plus serré », a commenté François Villeroy de Galhau. Et de préciser : « Je ne peux pas exclure une récession mais ça n'est pas notre scénario central ».

Le gouverneur de la Banque de France a également indiqué que le taux du livret A, actuellement à 2%, serait de nouveau relevé début février.

Aussi, l'institution doit dévoiler la semaine prochaine ses projections jusqu'en 2025. Dans sa dernière estimation de septembre, l'institution tablait sur une croissance comprise entre -0,5 et 0,8% du PIB en 2023. Soit une estimation plus pessimiste que celle du gouvernement qui espère 1% de croissance. Pour beaucoup d'économistes, les prévisions de l'exécutif sont de moins en moins crédibles en raison de l'inflation, loin de redescendre même si quelques signes laissent présager un ralentissement.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) anticipe, elle, une progression de 0,6% du PIB en 2023 et le Fonds monétaire international (FMI) table sur 0,7% en 2023.

Lire aussiL'économie française fait du surplace au dernier trimestre (Banque de France)

Du mieux après 2023

Le gouverneur de la Banque de France se veut toutefois rassurant. « Ce que nous excluons aujourd'hui, c'est un atterrissage brutal de l'économie française et européenne, compte tenu des signes de bonne résistance » de la croissance dans l'Hexagone.

Cette dernière devrait s'établir à 0,1% au quatrième trimestre 2022, selon la dernière enquête de conjoncture de la Banque de France publiée jeudi. Elle ferait ainsi du surplace après 0,2% au troisième trimestre. Sans surprise, c'est la crise de l'énergie qui affecte particulièrement l'activité, et ce de tous secteurs confondus.

Si 2023 sera difficile, « nous devrions retrouver une route plus normale avec progressivement moins d'inflation et plus de croissance » après, estime néanmoins François Villeroy de Galhau.

Lire aussiLes perspectives économiques s'assombrissent : la croissance mondiale pourrait passer sous les 2% en 2023 (FMI)

(Avec agences)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.