Les syndicats unis dans le rejet de la réforme des retraites

 |  | 972 mots
Lecture 7 min.
(Crédits : JEAN-PAUL PELISSIER)
Le Premier ministre Edouard Philippe a dévoilé les détails de la réforme des retraites. Des annonces qui n'ont pas convaincu les syndicats qui appellent à poursuivre le mouvement, notamment lors d’une nouvelle mobilisation le 17 décembre.

Edouard Philippe devait les convaincre, calmer leur colère. C'est raté. A l'unisson, les organisations syndicales ont vivement critiqué le projet de réforme des retraites présentée par le Premier ministre devant le Conseil économique social et environnemental (CESE), ce mercredi 11 décembre. Mécontents des annonces, nombre d'entre eux, à commencer par ceux de la SNCF, appellent à poursuivre la grève avec, comme point d'orgue, le mardi 17 décembre pour une journée de mobilisation interprofessionnelle massive.

Alors que la fronde s'amplifie, Edouard Philippe s'est attiré les foudres de la CFDT, seul syndicat partisan de la retraite universelle. Motif : l'âge légal de départ qui restera à 62 ans, avec "un âge d'équilibre" progressivement amené à 64 ans et "un système de bonus-malus", a précisé le premier ministre. Une mesure qui a fait sortir le syndicat de ses gonds. "La ligne rouge est franchie", a noté, sèchement, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger.

"Il y avait une ligne rouge dans cette réforme, c'était le fait de ne pas mélanger la nécessité d'une réforme systémique (...) et la réforme paramétrique qui demanderait aux travailleurs de travailler plus longtemps, cette ligne rouge est franchie [...] On nous montre un chemin dont on aurait soi-disant les manettes pour le choisir, mais on sait finalement qu'il y aura un âge d'équilibre à 64 ans fixé par cette réforme."

"Élargir" le mouvement et l'installer "dans la durée"

Le numéro un de la CFDT doit réunir les instances de son syndicat dans l'après-midi pour "décider des actions dans les jours à venir". De son côté, l'UNSA, le second syndicat à la SNCF, dit regretter des mesures qui ne sont "pas à la hauteur" des revendicationsLaurent Escure, son secrétaire général, a évoqué sa "déception".

Lire aussi : "Le temps du système universel est venu, celui des régimes spéciaux s'achève" Édouard Philippe

Il a, lui aussi, estimé qu'une "ligne rouge" avait été dépassée avec la décision d'instaurer un âge pivot à 64 ans. "On a eu la désagréable surprise, qui est une ligne rouge pour nous, qui est la question de la mesure d'âge", a déclaré M. Escure qui a assuré que la mobilisation de ses fédérations à la SNCF, la RATP et chez les enseignants pourrait "se globaliser". En début d'après-midi, l'UNSA a appelé à "élargir" le mouvement et à l'installer "dans la durée".

"Le gouvernement s'est moqué du monde" a réagi, pour sa part, le numéro un de la CGT Philippe Martinez qui "ne croit pas que les cheminots seront satisfaits" par le discours d'Edouard Philippe. "Le gouvernement veut individualiser le système de retraite (...). Tout le monde va travailler plus longtemps, c'est inacceptable".

Alors que la grève dure depuis une semaine, le discours d'Edouard Philippe "ne peut que confirmer la nécessité de renforcer la mobilisation", analyse Force ouvrière. Le syndicat appelle "l'ensemble des salariés du privé et du public à s'y associer".

Le Medef approuve, Mélenchon dénonce une 'injustice"

La CFE-CGC reste elle aussi "dans le camp des opposants", selon son président François Hommeril qui juge la "réforme de plus en plus dangereuse". Dans la fonction publique, l'annonce de la "sanctuarisation" du niveau des pensions des enseignants, avec une revalorisation progressive à partir de 2021, n'a pas non plus satisfait.

"Le mécontentement et la détermination restent entiers", a réagi Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, première fédération syndicale chez les enseignants. "On ne sait toujours pas ce qu'Edouard Philippe propose pour compenser la fin du calcul des pensions sur les six derniers mois", a-t-elle déclaré.

Visiblement satisfait, le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux a, lui, qualifié de "bon équilibre" les propositions présentées par Edouard Philippe, tout en regrettant d'avoir "perdu six mois""Du côté des entrepreneurs que représente le Medef, c'est un bon équilibre entre une réforme qui est redistributive (...) et la nécessité que tout ça doit être financé par quelqu'un et donc qu'il faut, quand c'est possible, qu'on travaille plus longtemps".

Côté politique, le président de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon s'est exprimé sur Tweeter.

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2019 à 17:28 :
Il aura au moins réuni les français sur un sujet : Macron go home !
a écrit le 12/12/2019 à 12:39 :
Macron dans sa grande "sagesse" a adopté "le programme" de Bruxelles pour ne pas avoir a réfléchir! On comprend mieux pourquoi les "Présidents" sont de plus en plus jeune!
a écrit le 12/12/2019 à 12:32 :
Macron dans sa grande "sagesse" a adopté "le programme" de Bruxelles pour ne pas avoir a réfléchir!
a écrit le 12/12/2019 à 11:03 :
La pire des retraites pour la fonction publique. Les primes exorbitantes des cadres de la fonction publiques vont se transformer en point dans la limite de 120 000 € annuels alors que les catégories C , les sans dents de la fonction publique, auront les miettes ! Pas un commentaire dans les médias contre ce scandale d'état.
a écrit le 12/12/2019 à 9:32 :
....il serait souhaitable que les gens ( TOUS ! )se rendent compte qu'ils se battent pour leurs enfants plus que pour eux mème et pour un modèle de société , pas pour une épicerie !
a écrit le 12/12/2019 à 9:06 :
Bien sûr, tout le monde aimerait pouvoir profiter du bon temps de la retraite le plus tôt possible. Pourtant il faut trouver une solution viable à notre système de répartition qui ne fonctionne plus depuis des années. Les autres pays européens l'ont fait (regardez ce qu'il se passe ailleurs), mais nous irréductibles gaulois, non. Parceque nous avons une productivité meilleure? Parceque nous avons une espérance de vie plus courte? Non, simplement parceque nous ne voulons pas voir la réalité en face. Nous avons toujours l'espoir que quelqu'un d'autre paiera à notre place. On entend dire par les syndicats que ce serait une histoire d'arbitrage budgétaire; On serait donc prêt à poursuivre le système bancale sous la perfusion de l'impôt...? C'est surtout un moyen pour les syndicats de boter en touche et de ne pas assumer leurs responsabilités en la matière: Ils n'ont pas la compétence de l'impôt par contre ils sont pleinement impliqués et responsables dans la gestion paritaire des retraites et donc dans la paternité de ce déficit.
a écrit le 12/12/2019 à 9:00 :
on s'attendait a ce que la cgt soit contre de toute facon elle est toujour contre tout pas de dialogue ,pas de proposition sauf dans son interet pour recuperer de l'argent et avoir des avantages sans "bosser" avec de tel revendication on attend que les personnes qui veulent travailler se revoltent et tapent sur les grevistes nantis qui veulent proterger leur petits privileges
a écrit le 12/12/2019 à 1:42 :
Vous avez raison ! Faut réveiller le paradis de gauche perdu des salariés... pardon des travailleurs.
Mais y a qd même un hic!
68, ça me rappelle la révolution BCBG de la nation pompidolienne faussement de gauche. Bien!
Mais y a eu au même moment, le printemps de Prague et là c'était nettement moins marrant... pour les tchèques dû à un coup de gueule des Guides suprêmes du paradis des travailleurs de l'époque contre cette horde hétéroclite et nauséabonde de libéraux tchèques, des étudiants, des artistes, des intellos de tt poil, parasites bien identifiés de ce paradis malheureusement perdu.
Si Gorbi était encore vivant, pas sûr qu'il ferait la promotion du paradis de gauche auprès de nos commissaires de l'UE, une sorte de Perestroika à l'envers.
Je n'ai pas eu cette chance de partir en pré retraite en ayant poussé jusqu'à 65...Mais j'aurais accepté volontiers plutôt que de cracher ds la soupe, d'autant plus que ce système a permis que perdurent sans vergogne des régimes spéciaux d'un autre tps avec des départs à 50-52 ans, pour lesquels, contribuables ou consommateurs privés ou public nous casquons pour près de 6 mds par ans !!
Désolé pour ce défoulement derrière l'écran.
Réponse de le 12/12/2019 à 9:20 :
Il y a une touche pour me répondre.

"Je n'ai pas eu cette chance de partir en pré retraite en ayant poussé jusqu'à 65"

Même pas la retraite à 60 ans ? ,décidément tu as pas de bol,concernant ton couplet sur Prague , cela ne m’intéresse pas ,désolé.
a écrit le 12/12/2019 à 0:30 :
Je propose qu'on aligne tous les régimes de retraite sur celui de SNCF. La France coulera en moins de 10 ans et on pourra repartir sur des bases saines.

C'est quoi ces gens qui manifestent pour le maintien des inégalités et des privilèges ?
a écrit le 11/12/2019 à 20:56 :
J'ai bien entendu , en 2075 un 13eme mois sera versée à tous les retraites .
a écrit le 11/12/2019 à 17:43 :
Je propose qu'on crée un régime le même pour tout le monde. Le même qu'ils ont la RATP et le SNCF !
Réponse de le 11/12/2019 à 19:18 :
Supprimons la prime de Noel pour tous les syndicalistes CGT!
a écrit le 11/12/2019 à 17:34 :
Réaction à chaud ce jour de François Asselineau président de l' UPR au scandaleux discours d'Édouard Philippe sur la réforme des retraites : LA MOBILISATION DOIT S'AMPLIFIER !

Les forces de l'ordre (CRS) vont-elles finir par lâcher Macron et la dictature européiste qui règnent par le mensonge permanent, le verrouillage médiatique, la neutralisation de tous les corps intermédiaires et la répression féroce des manifestants ?
Réponse de le 12/12/2019 à 0:21 :
Asselineau c'est qui déjà ? Ce serait pas un mec qui a fait 0,7% à la présidentielle ? :-)
a écrit le 11/12/2019 à 16:49 :
Le peuple doit réagir par un blocage illimité de l'économie. Arrêt des usines toutes confondues (automobile. Centrale nucléaire. Sidérurgie. Raffineries etc)
Suspendre la distribution d'argent liquide.
Réponse de le 12/12/2019 à 0:22 :
Ca va pas être facile de bloquer l'économie d'un pays de 67 milllions d'habitants avec 300 000 personnes. Bonne chance toutefois ! :-)
a écrit le 11/12/2019 à 16:12 :
Moi je tiendrais coute que coute, y compris quitte à perdre mon poste. Pourquoi ? ben juste pour qu'une fois ces privilégiés aux régimes spéciaux se retrouvent comme les copains, tout le monde pareil. Déjà un mois de grève ils seront lessivés alors tenez bon les politiques, pour une fois pas de démagogie mais l'intérêt général !
Réponse de le 12/12/2019 à 8:45 :
l'intérêt général c'est la retraite à 1 000 € pour tout le monde !!! les agriculteurs sont à 300 € par mois et eux ils travaillent jusque 70 h par semaine !!!
a écrit le 11/12/2019 à 15:59 :
C'est le grand classique, quoi qu'ait annoncé Philippe, ça ne convient pas et cela ne conviendra jamais. Les syndicats hurlent, ils veulent la capitulation en rase campagne de l'exécutif, la dernière remontant au CPE de De Villepin et cela commence à dater. Sachant que cette défaite face aux syndicats se termine toujours par une sanction dans les urnes.
a écrit le 11/12/2019 à 15:55 :
pourtant, pour financer le status quo, il aurait suffit de 2 3 mesures de justices sociales
confisquer les 30 milliards que les syndicats se fourrent dans les fouilles profondes, confisquer le 1% CE qu'ils voelent et exploitent sur l'ultra dos laborieux des gens qui n'ont pas de CE
enfin, pour reduire les inegalites et financer les retraites ' payees par personne', une cotisation de solidarite sur les rentiers de la fonction publique qui gagnent 10% de plus que les clochards du prives voles sur leur dos exploite, ca aurait ete juste et n'aurait rien coute a personne
a écrit le 11/12/2019 à 15:53 :
Quelque chose de simple m'échappe : La retraite par points était dans le programme présidentiell de Macron. Il était en tête au premier tour et largement élu au second tour. La démocratie a simplement parlé. A moins évidemment que le débat démocratique n'ait pas eu lieu. Si tel est le cas, alors une nouvelle occasion de s'exprimer se présentera en 2022...
Réponse de le 11/12/2019 à 16:01 :
Rectificatif votre honneur, 8 français sur 10 n' ont pas voté Macron, où avait-il dit qu' il allait tout virer en épargnant son fond de commerce, celui des très riches ?
Réponse de le 11/12/2019 à 16:19 :
La France est une démocratie parlementaire. L'assemblée vote les lois "proposées" en général par le gouvernement. les députés à quelques exceptions sont élus sans aucune majorité pire parfois avec un pourcentage ridicule à cela se rajoute une assemblée nationale plus que clairsemée lors des votes. Je regrette de vous décevoir mais la France n'est pas une démocratie mais plus une autocratie car le Président a tous les pouvoirs y compris celui d'envoyer des troupes hors de nos frontières sans l'aval du parlement pardon pour le mot parlement sans la bergerie serait plus juste. A titre personnel je pensais, certainement naïvement, que cette majorité allait changer ce manque de démocratie, cette autocraties erreur, mais comme vous l'écrivez 2022 me permettra de m'exprimer sur la base du rien ne change donc sanction. Bonne soirée.
Réponse de le 11/12/2019 à 17:03 :
@ Bof : Votre honneur, avez seulement remarqué qu'après la présidentielle, il y a eu les législatives ? Et que LREM est passé haut la main ? Alors mauvais joueur, quand on perd on met en cause la démocratie ? Dois-je comprendre que tous ceux qui ont voté Macron sont des super riches ?
Réponse de le 11/12/2019 à 17:44 :
Si 68 est ton année de naissance ,tu vas donc y échapper ,un peu comme nos retraités de droite ici qui sont favorable à modifier le système actuel des retraites ,mais ...pour les autres , tout en étant partis en pré-retraite à 55 ans dans une boite du privé ,mais chut ,tapons plutôt sur les fonctionnaires, ça permet de se défouler derrière son écran .
Pour l'instant , seul le Medef et la FNSEA sont pour ,ce qui montre l' idéologie libérale de cette réforme ,bon, faut dire qu'il s'agit d'une demande de la commission européenne depuis des années et elle même est de droite comme nos 27 derniers commissaires élus sur ..27 ! .Bref, une régression de plus contre les salariés.
Réponse de le 11/12/2019 à 18:33 :
La démocratie c'est pas seulement un jour tous les 5 ans, où l'on désigne un homme qui appliquerait un programme unique.

L’illusionniste Macron avait vendu une retraite sans changement d'âge de départ ni baisse de pension. Il avait aussi vendu un aéroport à NDDL et plus un seul SDF fin 2017. Il avait aussi promis une gouvernance débarassée de ses pratiques "anciennes" de corruption et de patits jeux politiciens entre amis.

Et inversement, il a aussi décidé d'un certains nombre de mesures qu'il n'avait pas annoncé et qui sont d"inspiration très droitière, voire plus (Chomage, imigration...)
Réponse de le 12/12/2019 à 0:20 :
Démocratie, démocratie, comme vous y allez !!
Si le président s'appelait "abstention", il serait élu à chaque présidentielle au 1er tour.
Finis les fils conducteurs d'antan: royalisme, républicanisme,communisme, socialisme et leur dogmes quasi religieux... où les groupes sociaux se confrontaient à gds coups de luttes de classe et d'utopies.
Fini le collectif. Place au corporatisme, à l'individualisme forcené, au Moi tout puissant qui se révèle à coup de réseaux sociaux pour montrer qu'il existe en exprimant sa Vérité et son Désaccord.
Ouais! Il faut bien élire un président... par défaut. Mais surtout qu'il ne bouscule pas nos petits privilèges et avantages, car y a plus que ça qui nous tient...
Bref, l'anarchie prend le pas avec une ste de + en + ingouvernable... Jusqu'au jour où arrive le Gd Méchant Loup. Et là ! La fête est finie.
Ah oui ! Y a paraît il un nx mouvt à la mode chez les Zelites " les collapsologues".
Réponse de le 12/12/2019 à 0:27 :
Tous ceux qui veulent délégitimer Macron nous sortent des formules du genre "75% des Français n'ont pas voté pour lui".
C'est vrai, mais on leur rappellera que 77% n'ont pas voté pour Marine, 80% n'ont pas voté pour Mélenchon et 81% n'ont pas voté pour Fillon.

Ca va mieux comme ça, vous arrivez mieux à comprendre le fonctionnement d'une élection à deux tours ? :-)
a écrit le 11/12/2019 à 15:50 :
Les syndicats unis dans le rejet de la réforme des retraites

La très grande majorité des Français soutiennent le rejet de la déforme ...

les retraites des chauffeurs de camion vont trinquer aussi

les agriculteurs ne comprennent pas qu'ils sont les dindons de la farce, laissons les rêver !!! ils auront ce qu'ils méritent si ils se désolidarisent des Français leurs premiers consommateurs !!!

Reste à organiser une grève totale et des blocages des centres névralgiques, Paris, les aéroports, Rungis, Lyon Bordeaux Nice Marseille Nantes et leurs aéroports, les ZI centres logistiques

les Z I de logistiques éparpillés en France, les dépôts pétroliers, etc ...
Réponse de le 11/12/2019 à 16:06 :
Le fantasme du blocage, j'ai tout raté alors je tiens ma revanche en bloquant.
a écrit le 11/12/2019 à 15:22 :
Bonjour Les syndicats proposent quoi, sauf commen toujours etre contre? Nous sommes pris en l'otage de ceux qu'ont les plus !
Réponse de le 11/12/2019 à 18:14 :
Cette réforme concerne tout les salariés y compris le privé. comme le calcul sur sa carrière entière et non les 25 meilleures années.
a écrit le 11/12/2019 à 15:13 :
Les syndicats vont perdre l'opinion car on sent derrière leur refus de cautionner ce nouveau système la défense des régimes dits spéciaux. Les syndicats ont une nouvelle fois perdu car incapable expliquer aux salariés du privé qu'ils ne sont pas forcément des nantis par une retraite nette qui est bien loin d'une vie de cocagne. Les syndicats n'ont pas compris la leçon des GJ jaunes qui souvent venaient du privé et galéraient. Les syndicats sont trop corporatismes pour être considérés comme crédibles par une vision globale du monde du travail. Je pense que le gouvernement a gagné et plus les syndicats défendront le corporatisme avec la galère des transports plus le gouvernement gagnera des points. Une nouvelle fois le syndicalisme sortira affaibli de cet affrontement et s'enlisera un peu plus dans la défense non pas de l'ensemble des salariés, des artisans, des commerçants, des agriculteurs mais d'un système que les salariés du privé et les professions libérales, rejettent les régimes spéciaux. Si le gouvernement est intelligent il laisse les syndicats s'enliser.
Réponse de le 11/12/2019 à 18:18 :
"la défense non pas de l'ensemble des salariés, des artisans, des commerçants, des agriculteurs"

Ces 3 professions ont leur propre syndicat comme la FNSEA ou le Modef pour une partie des agriculteurs.
a écrit le 11/12/2019 à 14:58 :
Pourquoi croyez vous que "les institutions" se sont mis en chasse contre les "infox " si ce n'est pour instiller les siens parmi la population en accusant les autres!
On ne peut avoir confiance sans consultation par référendum!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :