Réforme des retraites : l'heure de vérité a sonné

 |   |  813  mots
Décalage dans l'application de la réforme, périodes de transition pour les régimes spéciaux, âge pivot... autant d'options que le Premier ministre va lever, ou non, ce mercredi.
Décalage dans l'application de la réforme, périodes de transition pour les régimes spéciaux, âge pivot... autant d'options que le Premier ministre va lever, ou non, ce mercredi. (Crédits : Reuters)
"Ce n'est pas parce que je fais un discours que les manifestations vont cesser", a averti le premier ministre Édouard Philippe, qui doit présenter, ce mercredi à midi, l'intégralité du projet de réforme des retraites.

Le Premier ministre dévoile, ce mercredi, sa réforme des retraites et les compromis, voire les concessions, auxquels l'exécutif est prêt pour tenter de calmer la colère, lors d'une septième journée de grève qui engendre toujours de fortes perturbations dans les transports.

Édouard Philippe s'exprimera à 12h devant le Conseil économique, social et environnemental (CESE) et a promis d'y présenter "l'architecture" de la réforme visant à fondre les 42 régimes de retraite actuels (spéciaux, fonctionnaires, salariés du privé, libéraux, artisans, agriculteurs...) en un seul système universel par points.

Lire aussi : Réforme des retraites: Édouard Philippe présentera mercredi "l'intégralité du projet du gouvernement"

Trains à l'arrêt, lignes de métros fermées, crèches et écoles au ralenti, blocages de raffineries... La France vit depuis une semaine au rythme de la mobilisation, qui s'est toutefois affaiblie entre la première manifestation du jeudi 5 décembre et la deuxième de mardi.

Mercredi ne fait pas exception: les conditions de déplacements restent très difficiles. La SNCF assure la circulation de trois TER sur dix, un train Intercités et un TGV sur quatre. En Île-de-France, neuf lignes de métro sur seize circulent et 40% des liaisons en bus sont assurées.

Quatre dépôts de bus bloqués à 6h ont été libérés par les forces de l'ordre à 8h, a assuré la préfecture de police.

Partie à 6h15 et après deux heures de bus pour venir de Bourg-en-Bresse, Ella, rencontrée à la gare routière de Lyon-Part-Dieu, en a "assez de la grève". "Chez moi en Russie ce n'est pas comme ça", témoigne t-elle emmitouflée dans son écharpe.

Le trafic routier restait particulièrement dense. Vers 8h30, près de 450 kilomètres de bouchon étaient enregistrés en Île-de-France, un niveau exceptionnel, selon le site d'information routière Sytadin.

"On peut pas travailler comme ça. Ces bouchons, c'est pas possible", a commenté un chauffeur de VTC excédé.

Près de Rouen, entre 200 et 300 personnes dont des "gilets jaunes" ont installé un barrage filtrant les poids lourds au rond-point des vaches, bravant l'interdiction préfectorale et perturbant la circulation.

1975 plutôt que 1963 ?

Mardi, l'intersyndicale CGT/FO/FSU/Solidaires et quatre organisations de jeunesse ont appelé à des actions locales jeudi et samedi, puis à une journée de mobilisation interprofessionnelle mardi 17 décembre à Paris, en même temps que la manifestation des personnels hospitaliers.

Dans ce contexte, les annonces d'Édouard Philippe sont particulièrement attendues. Même si lui-même ne se fait pas d'illusions quant à leur effet immédiat. "Ce n'est pas parce que je fais un discours que les manifestations vont cesser", a averti le chef du gouvernement lors d'une réunion à huis clos avec des députés LREM.

Décalage dans l'application de la réforme, périodes de transition pour les régimes spéciaux, éventuelle revalorisation des carrières de la fonction publique, notamment des enseignants, âge pivot, pénibilité, droits familiaux... autant d'options que le Premier ministre va lever, ou non, ce mercredi. Il interviendra ensuite au 20 Heures de TF1.

L'idée d'une mise en œuvre de la réforme à partir de la génération 1975, au lieu de 1963, s'est précisée au dîner de "calage" mardi à l'Élysée avec des ténors de la majorité, selon un participant.

Lire aussi : Retraites: Macron recevra la majorité mardi soir et non pas lundi

Des gestes ont déjà été promis aux enseignants et aux policiers. Le gouvernement a également laissé entendre qu'il n'y aurait pas de mesure budgétaire supplémentaire.

Macron joue gros

Devant l'Assemblée nationale mardi, le Premier ministre a néanmoins répété mardi qu'il fallait "dire la vérité aux Français" et "cela passe progressivement par un allongement de la durée de travail, progressivement de façon à préserver les choix individuels de chacun".

Une position qui ne convainquait déjà pas le patron de la CFDT, Laurent Berger, avant la grève. Sa réaction sera particulièrement scrutée.

Des gestes clairs sont également attendus par la CFTC, l'Unsa et la CFE-CGC, dont l'adhésion même partielle au mécontentement est exceptionnelle.

Les partis d'opposition attendent le Premier ministre au tournant. À droite, on est prêt à reprocher tout recul jugé excessif. À gauche, notamment la France insoumise, on continue à réclamer le retrait pur et simple d'un projet "néfaste" voire "dangereux".

Lire aussi : Retraites : le gouvernement doit avoir le courage d'aller jusqu'à 65 ans, juge Xavier Bertrand

Le président de la République, qui a fait de la "transformation" du pays la raison d'être de son quinquennat, joue gros et risque de perdre des deux côtés, auprès de ses détracteurs comme de ses fidèles, en cas de recul.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2019 à 0:46 :
On comprend bien que c'est le privé d'une façon ou d'une autre qui finira par payer les retraites de la plethore de fonctionnaires puisque l'état ne les paye qu'en empruntant.
En tout s'ils veulent faire une retraite par points faudrait que les fonctionnaires qui débutent aient des salaires corrects pour cotiser correctement, fini l'instit sous les 2000€/mois,
être mal payé c'est mal cotiser, il n'y a pas photo.
Pour moi avec tous les concours les salamaleks pour s'ennuyer fonctionnaire: c'est personne en dessous de 3000€.
Réponse de le 13/12/2019 à 18:37 :
Comment ça se passe pour un fonctionnaire qui perçoit 6000 euros par mois ?
Il cotise ou ne cotise pas ?
Beaucoup de salaires sont au dessus des 3000 euros hors secteur enseignement .
Comment ça se passe le calcul des cotisations,pensions et retraites pour les fonctionnaires ?
a écrit le 11/12/2019 à 16:14 :
Je ne veux pas cotiser à la retraite, je peux ?
Ah bah non
Je ne veux pas cotiser à la sécu je peux ?
Ah bah non
Donc au final je paye tous les mois pour un truc que j'aurais jamais.
Les privés font dix fois mieux pour bien moins chère
La retraite à 67 ans pour quoi faire si je veux continuer a travailler.
Ou est le choix ou est cette liberté
Revenons au régaliens et seulement au régaliens
a écrit le 11/12/2019 à 14:38 :
Ce qui nous a été présenté est une feuille de route qui ressemble trait pour trait au rapport Delevoye.

Pour la présentation, c'est informe, on a l'impression que tout reste à discuter. Il y a beaucoup de pommade et de promesses catégorielles à effet différé, qui n'engagent que ceux qui y croient.

Il y a de quoi négocier (sérieusement) pendant plus d'un an, mais le gouvernement veut forcer le passage avec une loi votée en février.

J'ai beau chercher, il n'y a rien de satisfaisant là dedans. Même la promesse d'une pension minimale à 1000 € n'est pas enthousiasmant. Le minimum vieillesse est de 900€ !

C'est pas ça qui va me décider à stopper la grêve.
a écrit le 11/12/2019 à 14:31 :
Quid de le "TVA sociale" qui remplacerai en parti la TVA actuelles? Notre recherche de compétitivités dans l'UE est primordiale mais le gouvernement se contente de nous uniformiser dans la zone, c'est dire régresser!
a écrit le 11/12/2019 à 14:12 :
"Les trois principaux syndicats de gardiens de la paix Alliance et Unsa-Police, rejoints par Unité-SGP, ont promis lundi de durcir leurs actions si le gouvernement n'apportait pas des garanties pour la défense du régime spécifique de retraite des policiers, rapporte l’AFP."

Si la police lâche enfin Macron, c' est plié. Il faudra venir à la table des négociations avec humilité et s' expliquer ou capituler. La police a jusqu' alors seule permit à ce jour en cognant les GJ et en muselant les grèves de sauver ce gouvernement, bien servie il est vrai par un appui consensuel et inconditionnel de la presse néolibérale pro UE.
a écrit le 11/12/2019 à 13:59 :
Et voila le résultat, il vient de perdre le seul allié qui était pour la reforme : la CFDT !
Pour la CFDT par la voix de L BERGER ," La ligne rouge est franchie !"
Tout un programme pour les jours a venir !! il ne manquait plus eux !
Sinon en ce qui concerne la reforme, que dire...un système universel ...sauf pour... ! et de facto ce n'est plus universel ! Concernant les hauts salaires ils faut qu'il cotisent a la même hauteur qu'un ouvrier(e) qui gagne le SMIC, si le taux c'est 28% (c'est un exemple) il faut que celui qui touche plus de 120000€ cotise sur le même taux, sans droit supplémentaire, c'est ça la solidarité et la justice !
a écrit le 11/12/2019 à 13:47 :
Les gens nés après 1975 vont clairement se faire avoir... J'espère que les syndiqués les plus âgés seront solidaires et poursuivront la grève!
On nous demande de payer pour les retraités d'aujourd'hui, sans aucune garantie pour notre propre retraite.
a écrit le 11/12/2019 à 13:40 :
Une petite piqûre de rappel: ----- Merci patron Merci patron
Quel plaisir de travailler pour vous
On est heureux comme des fous
Merci patron Merci patron
Ce que vous faites ici bas
Un jour Dieu vous le rendra
Réponse de le 11/12/2019 à 14:35 :
Alors qu'attendez vous pour monter une petite affaire ? Si c'est si facile, travaillez pour votre compte. Soyez cohérent avec vous même et prenez des risques.
a écrit le 11/12/2019 à 13:29 :
Ceux qui peuvent crier victoire sont tous les hauts fonctionnaires et les fonctionnaires de catégorie A (hors éducation nationale) qui ont des primes importantes, parfois plus de 100 000 €. Tous ces fonctionnaires qui avaient des retraites calculées sur leur salaire indiciaire, vont voir leur retraite doublée avec l’intégration des primes. Par contre les catégories C vont voir leurs retraites baissées s’ils partent avant 64 ans. Peu vont comprendre la finesse, mais le plafond à 120 000 € est en fait l’arnaque que les hauts fonctionnaires ont glissé en douce dans les annonces d’aujourd’hui.
a écrit le 11/12/2019 à 13:17 :
Changer de stratégie pour l'éducation de vos enfants et de leurs avenir. Ne leur faite pas faire de trop longues études cela ne sert plus à rien. Au contraire au lieu de les voir ingénieurs, médecins, etc...... faites les rentrer dans la Police, la Gendarmerie, L'armée, les douanes. C'est le bonheur assuré de grille indiciaires avantageuses, d’avancement hors norme, d'avantage en nature 'appartement de fonction gratuit pour certains', prime en tout genre: prime de risques, prime d'habillement, un cinquième de temps tous les cinq ans travaillés, possibilité de faire campagne outre-mer (1 jour travaillé = 2 jours cotisés), prime à l'air pour les pilotes et tout personnels naviguant etc.......
a écrit le 11/12/2019 à 13:16 :
Changer de stratégie pour l'éducation de vos enfants et de leurs avenir. Ne leur faite pas faire de trop longues études cela ne sert plus à rien. Au contraire au lieu de les voir ingénieurs, médecins, etc...... faites les rentrer dans la Police, la Gendarmerie, L'armée, les douanes. C'est le bonheur assuré de grille indiciaires avantageuses, d’avancement hors norme, d'avantage en nature 'appartement de fonction gratuit pour certains', prime en tout genre: prime de risques, prime d'habillement, un cinquième de temps tous les cinq ans travaillés, possibilité de faire campagne outre-mer (1 jour travaillé = 2 jours cotisés), prime à l'air pour les pilotes et tout personnels naviguant etc.......
a écrit le 11/12/2019 à 12:59 :
Quid de le "TVA sociale" qui remplacerai en parti la TVA actuelles? Notre recherche de compétitivités dans l'UE est primordiale mais le gouvernement se contente de nous uniformiser dans la zone, c'est dire régresser!
a écrit le 11/12/2019 à 12:53 :
Il ne faut pas s' y tromper, le but du gouvernement est de faire diversion, tout le monde va trinquer et les retraités du privé seront très largement touchés qui paieront d' abord les pots cassés, F Asselineau et l' UPR rappellent comment le financement pérenne des retraites peut être assuré :

– en reconstruisant une politique de la famille digne de ce nom,

– et en remettant la France sur le chemin de la croissance grâce au Frexit et à la sortie de l’euro. Cela engendrera une relocalisation d’activités agricoles, industrielles et de services en France et fera baisser le chômage, et donc augmentera le nombre de cotisants et les cotisations.

Le maintien de la France dans l’Union européenne et dans l’euro ne peut, a contrario, que conduire au démantèlement de notre système de retraites, à plus ou moins brève échéance.


Le collectif "reformedesretraites" quant à lui s' en explique,

– un salarié non cadre du privé verra une baisse de 23 % de sa pension (qui représente aujourd’hui 72,5 % de son dernier salaire, et qui ne représentera plus que 55,8 % après réforme) ;

– un fonctionnaire de catégorie B verra une baisse de 15 % de sa pension (qui représente aujourd’hui 64,1 % de son dernier salaire, et qui ne représentera plus que 54,4 % après réforme) ;

– un employé au SMIC verra une baisse de 21% de sa pension (qui représente aujourd’hui 81,6 % de son dernier salaire, et qui ne représentera plus que 64,8 % après réforme)

Il n' y aura pas de solution sans Frexit, UPR, vite..
a écrit le 11/12/2019 à 12:34 :
Pourquoi les primes des fonctionnaires ne sont-elles pas soumises à cotisation ? Rien que dans la fonction publique d'Etat, ces cotisations, parts salariales et patronales réunies, rapporteraient à l'Etat entre 5 et 7 milliards d'euros, chaque année selon mes calculs,. Et je ne parle là que d'une partie de la Fonction publique. Il y a 5,5 millions de fonctionnaires dans notre pays, dont à peine 20% de contractuels. Les contractuels, eux, ne touchent pas les primes, le reste du personnel, oui. Par conséquent, le manque à gagner par le biais des cotisations sur primes se situe aux alentours de 10 milliards d'euros par an pour l'ensemble de la FP. On n'entendrait plus parler de déficit des retraites, plus besoin de faire des réformes, de descendre dans la rue. Plus question de toucher aux revenus des retraites de plus en plus durement gagnés, le tout dans une société qui se bâtisse non pas les uns contre mes autres, mais les uns avec les autres
Alors, qu'attendez-vous donc, messieurs-dames les politicien(ne)s ? Bougez-vous donc et pensez aux générations futures, non pas en grignotant sur des retraites avec lesquelles plus personne ne pourra vivre ni aider ses descendants, plus personne ne paiera d'impôts à l'Etat, mais en faisant cotiser sur des parts de salaire non encore soumises à cotisation, et je me demande par quel mystère elles ne le sont pas.
En France, il n'y a pas de dialogue. Le Gouvernement et le Parlement n'en finissent pas d'imposer. Ils ne sont pas le reflet de l'opinion publique ni des besoins de la société.
Mesdames et Messieurs de la classe politique,vous invite à faire vos comptes et à agir avant de faire face à des règlements de comptes...et de faire vos valises !
a écrit le 11/12/2019 à 12:07 :
Une gestion financière doit être fidèle à une image sincère et réelle .

Pour moi dans la mesure que ds l’antécédent , bien avant 2001 , les décrets et amendements sont passé ni vu et ni connu , une veille de Noël ou un week-end...

C’est «  une programmation « 
Pour la démocratie, les populations ont le droit normalement d’adhérer ou pas «  à un régime de retraite « 

Voici le deal ;
Appel à la concurrence des assurances du privé , pour que nous ayons le «  droit de choisir notre couverture » sans nous faire spolier.
Stop aux plans d’arnaques.

Tout ce qui se passe «  tue » la confiance vis à vis des institutions, toutes les institutions.
a écrit le 11/12/2019 à 11:38 :
revaloriser les enseignants peut etre mais en echange plus d'heures de travail AVEC plus de trois mois de vacances ils peuvent faire leurs formations en dehors des heures de cours
ils peuvent également faire des h de soutient les cours ne sont pas suffisamment mis en application
Réponse de le 11/12/2019 à 12:03 :
Une fois de plus, le temps de travail n'es pas UNIQUEMENT celui devant les élèves. Si l'on compte préparation des cours, correction de copies, réunions diverses et nombreuses dont certaines imposées par l'administration, rendez-vous avec les parents, c'est à multiplier environ par 3. Et si le métier vous intéresse, les portes vous sont grandes ouvertes, on manque d'enseignants dans diverses matières
a écrit le 11/12/2019 à 11:24 :
Voila un gouvernement mal élu qui a peur de retourner devant le peuple pour une question majeur de l'orientation de la société , un gouvernement qui s'y est mal pris des le départ et a aucun acquis de réussite positive pour le bien des citoyens. Je vois que tout le monde se prépare et n'attend rien du discour du 1er Ministre de cette formation , le jeux sont faits et ils l'ont bien compris . Le système est au bout de ce qu'il pouvait produire .
a écrit le 11/12/2019 à 11:18 :
Enfin la fin tant espérée de cette clique de parvenus arrogants et ignorant ?
a écrit le 11/12/2019 à 11:15 :
Pour Edouard PHILIPPE , c'est une décision douloureuse à prendre ...

Démissionner lui donnera un tantinet de grandeur, sa douleur passera avec un cachet d'aspirine...

rester, insister, s'enfermer dans les erreurs, l'enterreront avec Macron dans l'histoire politique sombre et ténébreuse.
a écrit le 11/12/2019 à 10:45 :
Certaines reformes sont vitales pour le pays France.
Le projet de retraite a point est une arnaque pour les plus faibles, ce qui en France une majorite de la population.
a écrit le 11/12/2019 à 10:40 :
pédagogie pour une copie inachevée ! affligeant . les décideurs ne sont pas concernés.

jeunesse sacrifiée? chomage ! trop simple de niveller en commençant par le haut pour certains cumulards
a écrit le 11/12/2019 à 10:30 :
a midi les futurs salariés de black rock vont nous dire comment dériver 340 milliards de retraites vers les fonds de pension, qui vont jouer tout cela à la bourse, et si cela s'écroule il se seront gavés de votre argent et vous auront perdu le reste, tout ceci sans impôt naturellement.
80 milliards de fraude fiscale
14 milliards de fonds de retraites dispersés
14 milliards de fraude tva
7 milliards ISF
10 milliards au bas mot de flat taxe
40 milliards ex cice devenu baisse de cotisations sociales (tiens serait ce celles qui manquent ?)
à la bonne vôtre
Réponse de le 11/12/2019 à 12:30 :
Pas 40 milliards de CICE, mais 100 milliards. Pour quoi ? Pour 130 000 emplois créés (faites le calcul pour 1 emploi !) contre le million promis par le MEDEF au non du patronat.
Réponse de le 11/12/2019 à 14:48 :
Plus c'est gros plus c'est sensationnel. Le CICE est de 20 Milliards et non de 40. L'année 2019 est exceptionnel, car il fallait en parallèle financer le CICE de 2018 et les baisses de charges de 2019. Pour 2020 il n'y a plus de CICE, il ne restera que les 20 milliards de baisse de charges.
Réponse de le 12/12/2019 à 10:31 :
Encore un illuminati qui après avoir un reportage sur arte est devenu éclairé et soudainement perspicace...😂😂alors pour éclairer leur lanterne, on va résumer simplement :
Le régime universel est fondé sur la solidarité nationale, jusqu’aux 120.000 euros annuels (concernera 4% de cadres, de hauts fonctionnaires et de prof libérales environ 300k
Citoyens) je vous souhaite d en faire partie mais au vue de l angle de vue étriquée ça risque de coincer 🤣, bref tout le monde cotisera au même taux pour s’ouvrir des droits dans la limite de ce montant”. Et au-delà de ce montant, les plus riches paieront une cotisation de solidarité plus élevée qu’aujourd’hui (2,8%) qui financera non plus des droits pour eux, mais des mesures de solidarité pour tout le monde


Thomas Piketty (votre idole) qui a plusieurs fois déclaré que cette réforme était un cadeau aux plus riches. les hauts revenus paieront plus que dans le système actuel. Mais en contrepartie, ils auront une plus grande liberté sur l’utilisation de leurs revenus pour préparer leur retraite. In parle donc d environ trois milliards d’euros pourraient alors se tourner vers l’épargne retraite, soit moins de 1% des cotisations retraite actuelles.
Si cela génère un flux d’un milliard par an et que 10% seraient placés en ETF BlackRock, cela ferait un enjeu de revenus annuels de 500.000 euros pour BlackRock… dès lors on mesure l Ampleur Du complot.”
a écrit le 11/12/2019 à 10:26 :
Edouard PHILIPPE : "Ce n'est pas parce que je fais un discours que les manifestations vont cesser"

behhh si il annonçait la démission de son gouvernement ... de facto destination la poubelle du Rapport fumeux Delevoye le trouble,

sûr que les grèves cesseraient, son annonce serait SALUTAIRE pour la France.
a écrit le 11/12/2019 à 10:03 :
"chez moi en Russie, ce n'est pas comme ça" ...Ça on avait bien compris ! Ici, on est en France, la Démocratie n'est pas qu'un mot, les libertés existent et notre pays n'est pas accusé de dopage généralisé et malhonnêtetés en tout genres . On ne met pas les gens en prison pour raison politique et on ne tue pas les journalistes (Rip. Poliskaya).
Chez nous ce pas comme en Russie et c'est très bien ainsi (même si parfois ça fait ch..r).
a écrit le 11/12/2019 à 9:58 :
Lamentable premier ministre et président de la république. Quel manque de courage face aux syndicats du publics ! Une avalanche de concessions faites aux enseignants et transports du public. Encore le privé qui va payer l’addition pour une minorité d'agents et salariés du public qui endettent notre pays par leur privilèges d'un autre temps. J'ai voté Macron quel regret aujourd'hui. Un beau parleur qui a la seule capacité à réformer les demandeurs d'emploi et les plus démunis sans défenses. Le secteur marchand qui crée la richesse le secteur public ruine notre pays avec une dette pas loin des 100% du PIB le jour aux les intérêts remonterons et que la France se retrouvera en difficulté c'est l'ensemble des français qui trinquerons... Encore des politiciens incapables de gouverner la France... Lamentable !
Réponse de le 11/12/2019 à 10:45 :
Je partage pas du tout votre avis. Dans le public, le changement est énorme : des 6 derniers mois, on va passer au 42-43 années de pris en compte... La prise en compte des primes ne suffira pas à compenser ce delta et ceux qui changent de grade en cours de route seront très impactés lors de leur retraite par cette réforme. Les gros perdants de cette réforme sont les fonctionnaires. Ceci-dit dans le privé, beaucoup seront également perdants, surtout ceux qui ont une carrière très ascendante. En conclusion beaucoup beaucoup de perdants, quelques gagnants (agriculteurs, etc.). Dans ces conditions, je ne vois pas la grève s'arrêter de sitôt.
a écrit le 11/12/2019 à 9:45 :
"dire la vérité aux Français"

Oh !? A savoir qu'il faut que nos mégas riches soient de plus en plus riche sur le dos de tout le monde ?

Hum... j'y crois peu ! Mais bon des fois, la fatigue, une mauvaise nuit, un réveil long...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :