La décentralisation en question aux Assises de l'Avenir (1/2)

 |  | 354 mots
Lecture 2 min.
Les Assises de l'Avenir sont co-animées par Nicolas Bouzou, président des Rencontres de l'avenir, directeur de la société Asterès.
Les Assises de l'Avenir sont co-animées par Nicolas Bouzou, président des Rencontres de l'avenir, directeur de la société Asterès. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
ÉPISODE 1. Les Assises de l'Avenir, organisées en partenariat avec La Tribune, le cabinet Asterès et l'Institut Sapiens, sont des rencontres périodiques entre dirigeants politiques, économiques ou experts, autour de sujets de fond visant à nourrir les discussions et les programmes en vue de la présidentielle de 2022. Au menu de cette première séance : la décentralisation.

« Quels sont les écueils de la décentralisation ? Comment définir une décentralisation efficace aujourd'hui ? Que mettre en œuvre pour amorcer le changement ? » Voici quelques-unes des questions qui furent à l'ordre du jour, en juin dernier, de la première séance des Assises de l'Avenir, organisées en partenariat avec La Tribune, le cabinet Asterès et l'Institut Sapiens.

Les Assises de l'Avenir sont des rencontres périodiques entre dirigeants politiques, économiques ou experts, autour de sujets de fond visant à nourrir les discussions et les programmes en vue de la présidentielle de 2022.

« Dans la perspective des élections présidentielles de 2022, nous ne souhaitons pas présenter un candidat, mais des idées à même de nourrir un programme. Ces idées susceptibles d'améliorer la vie de nos concitoyens ne peuvent émerger que d'un débat public de haut niveau. », explique Constance Peruchot du cabinet Asterès dans le compte-rendu de la première séance.

Retrouvez, ci-dessous, les échanges de cette première rencontre, co-animée par Nicolas Bouzou, président des Rencontres de l'avenir, directeur de la société Asterès, Olivier Babeau, président de l'Institut Sapiens et Grégory Bozonnet, directeur de cabinet, formateur pour l'INET, le CNFPT et Dalloz.

Autour de cette première table-ronde virtuelle, Raul Magni-Berton, professeur de sciences politiques à Sciences Po Grenoble. Spécialiste des systèmes démocratiques contemporains, expert du think tank Generation Libre, rédacteur de la note « Le pouvoir aux communes ». Josiane Chevalier, préfète de la Région Grand Est, précédemment préfète du Rhône, du Tarn, des Pyrénées-Orientales, de l'Essonne et de Corse. David Lisnard, maire de Cannes. Agnès Michel, essayiste spécialisée dans les sujets de la fiscalité, l'industrie et l'écologie, membre du comité éditorial de Terra Nova. François-Xavier Priollaud, maire de Louviers. Jean Rottner, président du Conseil régional du Grand Est. Président du Conseil de surveillance du Groupe Hospitalier de la Région de Mulhouse et Sud-Alsace.

Lire aussi : Décentralisation: les régions attendent du concret de la part du gouvernement

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2020 à 4:23 :
Il n'existe qu'un eceuil en France, il se nomme ena.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :