Perquisitions chez Olivier Véran, Édouard Philippe, Agnès Buzyn et Sibeth NDiaye

 |  | 246 mots
Lecture 1 min.
Au moment de la publication de cette information, l'entourage d'Olivier Véran n'avait toujours pas réagi aux sollicitations des journalistes de Reuters.
Au moment de la publication de cette information, l'entourage d'Olivier Véran n'avait toujours pas réagi aux sollicitations des journalistes de Reuters. (Crédits : Reuters)
À la suite du dépôt de dizaines de plaintes, une information judiciaire a été ouverte par la Cour de justice de la République le 3 juillet dernier portant sur le délit "d'abstention de combattre un sinistre".

Des perquisitions ont été menées jeudi matin aux domiciles et bureaux de plusieurs personnalités politiques françaises dont le ministre de la Santé Olivier Véran et l'ancien Premier ministre Édouard Philippe dans le cadre d'une information judiciaire sur la gestion de la crise liée au Covid-19, selon BFM TV.

Lire aussi : Covid-19: un rapport (commandé par Macron) critique le gouvernement et sa gestion de la crise sanitaire

Dépôt de dizaines de plaintes

À la suite du dépôt de dizaines de plaintes, une information judiciaire a été ouverte par la Cour de justice de la République le 3 juillet dernier portant sur le délit "d'abstention de combattre un sinistre".

Outre Olivier Véran et Édouard Philippe, l'ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn, l'ancienne porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye et l'actuel directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, sont concernés.

Selon BFM TV, toutes ces personnalités ont fait l'objet d'une perquisition.

"Tout s'est passé de façon très courtoise"

La mairie du Havre a indiqué que "la mairie et le domicile d'Edouard Philippe ont été perquisitionnés ce matin. Tout s'est passé de façon très courtoise, avec la pleine coopération du maire", selon les informations de BFMTV.

Quant à Olivier Véran, son entourage, joint par Reuters, n'a pas réagi dans l'immédiat.

Lire aussi : La France en pénurie de masques : aux origines des décisions d'État

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2020 à 16:36 :
les chiens ne se mangent pas entre eux
a écrit le 15/10/2020 à 13:10 :
Pour Melenchon et une suspicion on avait trouvé cent policiers. Pour la mort de 30000 de nos compatriotes combien?
Ce n'est plus deux poids deux mesures ca devient la tonne de plomb et la plume légére. Espérons tout de même que courtoisement la justice avait informée à l'avance histoire de s'assurer que le ménage soit fait.
Enfin on progresse lentement on perquisitionne des ministres du gouvernement.
Manquerait plus que l'on retrouve le coffre de monsieur Benalla.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :