Retraites : des milliers de personnes mobilisées ce samedi à Paris contre la réforme

Cette nouvelle journée de manifestation dans la capitale ne serait que le début d'une série. Les syndicats ont appelé à une nouvelle journée de grève nationale et de manifestations le mardi 31 janvier, pour « inscrire dans la durée » le mouvement de contestation. De son côté, le gouvernement tient à défendre les bienfaits de sa réforme, notamment sur la mobilité des carrières.
Des manifestants à Paris, samedi 21 janvier 2023.
Des manifestants à Paris, samedi 21 janvier 2023. (Crédits : BENOIT TESSIER)

La gronde ne faiblit pas contre la réforme des retraites. Des milliers de personnes se sont rassemblées samedi à l'appel de La France insoumise et d'organisations de jeunesse pour manifester contre le projet de réforme des retraites du gouvernement.

Selon LFI, 150.000 personnes ont défilé à Paris. La préfecture de police a indiqué qu'elle ne donnerait pas d'estimation de participation, la manifestation ayant été déclaré par un parti politique, a rapporté BFM TV.

Des partis de gauche comme le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) ou Europe Ecologie-Les Verts (EELV) ont également participé aux rassemblements.

Les syndicats ont appelé à une nouvelle journée de grève nationale et de manifestations le mardi 31 janvier, pour « inscrire dans la durée » le mouvement de contestation.

Les manifestants s'opposent au projet du gouvernement, qui prévoit notamment le report de l'âge légal de départ à la retraite, de 62 ans à 64 ans, en 2030.

« La retraite à 64 ans, ça veut dire en fait partir de son travail et aller directement au cimetière pour la plupart des gens », a déclaré à Reuters Sadia Lakel, une manifestante de 53 ans qui défilait à Toulouse.

Certains manifestants brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire des slogans comme « Perdre sa vie à essayer de la gagner » ou « Macron nuit à votre santé ».

Présent dans la foule, Jean-Luc Mélenchon s'est pour sa part contenté de quelques mots au micro sur le toit du camion des organisateurs, à l'adresse d'Emmanuel Macron. « Soyez maudit de vouloir transformer toute notre existence en marchandise (...) tout salir, tout gâcher, tout réduire, tout quantifier », a-t-il lancé.

Mieux aménager les carrières

Face à la fronde, le gouvernement tente de déminer point par point les arguments de la contestation. Ainsi, un tiers des économies réalisées par la réforme des retraites proposées par le gouvernement sera utilisé pour mieux aménager les carrières de tous, a affirmé samedi le ministre de la Fonction publique Stanislas Guerini.

« Ce qui est en jeu derrière la réforme, c'est comment on aménage les carrières. C'est aussi pour ça que cette réforme va consacrer beaucoup d'efforts - un tiers des économies dégagées sera mis dans ces efforts-là - à pouvoir se doter d'outils pour mieux aménager les carrières », a-t-il déclaré sur FranceInfo.

Sur les 17,7 milliards d'euros d'économies visées d'ici 2030, six milliards d'euros seront dédiés à « corriger les injustices », a-t-il précisé, soulignant que « c'est sans comparaison avec les réformes des retraites précédentes ».

« La réforme de 2010, c'est 30 milliards d'euros d'économies, dont 1,5 milliard était consacré à corriger les injustices », a-t-il comparé.

Parmi les dispositifs envisagés, le ministre de la Fonction publique a notamment mis en exergue l'introduction de « la retraite progressive » pour les professeurs. « Elle permet de se mettre à temps partiel à la fin de la carrière sans perdre de rémunération car on va pouvoir bénéficier par anticipation de sa pension de retraite », a rappelé M. Guerini.

La réflexion porte aussi selon lui sur « comment on peut permettre de rendre une fin de carrière plus acceptable, comment on peut permettre davantage aux fonctionnaires de changer de métier, d'avoir plus de mobilité. »

Le gouvernement prévoit de présenter sa réforme des retraites en conseil des ministres le 23 janvier, avant un examen prévu début février à l'Assemblée nationale où Emmanuel Macron ne dispose plus de la majorité absolue mais compte sur le soutien de la droite pour faire adopter le texte.

(Avec Reuters et AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 22/01/2023 à 9:08
Signaler
On lit des pancartes vraiment instructives lors de ces manifs comme "RETRAITE = LIBÉRATION DE L'EMPLOI"

à écrit le 22/01/2023 à 0:42
Signaler
On nous parle de mobilité professionnelle ? lol … faudrait déjà que les polypensionnes n aient pas de décote quand ils changent de secteurs … ex: vous étiez salarié dans le privé vous passez ds le public ou vice et versa : chaque régime des retraite...

à écrit le 21/01/2023 à 23:25
Signaler
C'est bizarre, tous ces gens qui ont peur de mourir avant d'être à la retraite. C'est un objectif, dans la vie, d'être à la retraite ? Pas pour moi, en tout cas. Depuis que je suis enfant, j'ai toujours rêvé de travailler, en revanche, je n'ai jamais...

le 22/01/2023 à 0:47
Signaler
Et bien Vous êtes minoritaire…les 2/3 des français subissent leur emploi plus que ce soit un choix … par rapport aux années 90, on est sur- sollicité, tout est urgent , les managers sont agressifs , les technologies et la culture du reporting sont c...

le 22/01/2023 à 7:15
Signaler
La plupart des gens aiment travailler mais pas dans n'importe quel domaine et pas dans n'importe quelles conditions de rythme, de management, de salaire, ....... . La preuve en est que les retraités sont nombreux à travailler bénévolement dans des as...

le 22/01/2023 à 14:14
Signaler
Bien d'accord avec Charlie : tant qu'à être obligé de travailler pour bouffer, il ne faut pas que ce soit em...dant. C'est le principe de base : "il n'y a pas sot métier". Dommage pour ceux qui subissent leur travail : "il n'a pas de sot métier, il...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.