Smic, CSG, heures supp : une opération déminage à 10 milliards pour Macron

 |   |  1285  mots
(Crédits : Reuters/Yves Herman)
Lors de son intervention télévisée lundi 10 décembre, Emmanuel Macron a annoncé un arsenal de mesures en faveur des retraités et des travailleurs à bas revenus. Le président de la République veut clairement doper le pouvoir d'achat de ces catégories mais beaucoup de questions subsistent sur les conditions de financement de tous ces dispositifs.

Emmanuel Macron a décidé de passer à l'offensive pour le pouvoir d'achat. Après plusieurs semaines de mobilisation des "Gilets jaunes", le président a annoncé une série de mesures, assurant entendre "une colère juste" à bien des égards. Dans son allocution lundi 10 décembre, le chef de l'État a principalement visé les salariés autour du Smic et les retraités avec des dispositifs rapides à mettre en place.

Dans les prochains mois, Emmanuel Macron veut coordonner un vaste débat national auquel il a prévu d'associer le gouvernement, les parlementaires, les partenaires sociaux et les associations afin de bâtir "un nouveau contrat pour la Nation." Ce changement de méthode peut représenter un tournant dans la présidence d'Emmanuel Macron, parfois critiquée pour "son centralisme" et "sa verticalité du pouvoir." Cette stratégie d'apaisement, à plusieurs milliards d'euros, pourrait en revanche compromettre la promesse présidentielle de maîtrise de la dépense publique.

Lire aussi : Promesses de Macron: le déficit de la France restera sous les 3%, affirme l'Élysée. Vraiment ?

100 euros en plus pour les salariés au Smic

« Le salaire d'un travailleur au SMIC augmentera de 100 euros par mois dès 2019 sans qu'il en coûte un euros de plus pour l'employeur » a déclaré le président de la République.

Cette annonce, qui a particulièrement marqué les esprits et parfois semé la confusion, ne correspond pas à une hausse du salaire horaire versé par les entreprises. L'annonce de Macron vise en fait à une accélération de la revalorisation de la prime d'activité, conjuguée à la baisse des cotisations chômage et maladie.

Dans son programme, Emmanuel Macron avait prévu que « tous les smicards qui bénéficient de la prime d'activité toucheront par exemple l'équivalent d'un 13e mois de salaire, soit 100 euros nets de plus chaque mois. » Le coup de pouce pour cette prestation n'aura pas les mêmes effets qu'une revalorisation du Smic pour les travailleurs rémunérés entre 0,5 et 1,2 Smic.

Actuellement, 2,6 millions de foyers bénéficient de ce dispositif largement critiqué par le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin il y a quelques mois et financé par les contribuables. « En 2016, quand la prime d'activité a été créée, c'était 4 milliards d'euros. Aujourd'hui, c'est 6, alors qu'on a une croissance économique et des créations d'emplois ». La montée en puissance de cette prestation dans les prochains mois pourrait accroître encore davantage cette somme.

Par ailleurs, la prime d'activité est soumise à un certain nombre de critères précis comme la composition et les revenus du foyer. Ce qui pourrait exclure des travailleurs.

Lire aussi : Prime d'activité : quel impact sur l'emploi ?

Défiscalisation des heures supplémentaires

La défiscalisation des heures supplémentaires annoncée par le chef de l'État avait été une mesure phare de Nicolas Sarkozy, symbole du "travailler plus pour gagner plus". Le dispositif avait été abrogé sous François Hollande avant un rétablissement partiel prévu pour le premier septembre 2019.

Le budget 2019 de la sécurité sociale prévoit, en effet, d'exonérer les salariés de payer les cotisations sociales sur les heures supplémentaires conformément au programme présidentiel. Ce qui ne figurait pas en revanche, est la défiscalisation des heures supplémentaires. Le dispositif qui visait notamment à accroître le pouvoir d'achat des personnes qui travaillaient plus a représenté un manque à gagner pour les finances publiques évalué à 4,5 milliards d'euros par an pour l'État. Il a bénéficié à environ 9,5 millions de salariés pour un gain annuel de pouvoir d'achat de 450 euros selon un rapport parlementaire de 2011.

Annulation de la CSG pour les retraités modestes

Les retraités ont à plusieurs reprises exprimé leur colère depuis l'arrivé au pouvoir d'Emmanuel Macron avec la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG).

Pour apaiser ces mécontentements, le président de la République a annoncé que « pour ceux qui touchent moins de 2.000 euros par mois, nous annulerons en 2019 la hausse de CSG subie cette année ; l'effort qui leur a été demandé, était trop important et il n'était pas juste. »

Selon des chiffres communiqués par le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, 70% des retraités ne seront pas assujettis à la hausse de cet impôt contre 40% auparavant. En revanche, le président n'est pas revenu sur la désindexation des pensions de retraite sur l'inflation.

 Les entreprises sollicitées

Le chef de l'État multiplie les appels auprès des entreprises.

Dans son intervention, Emmanuel Macron a demandé « à tous les employeurs qui le peuvent, de verser une prime de fin d'année à leurs employés et cette prime n'aura à acquitter ni impôt ni charge. »

Cette mesure qui est facultative pourrait ainsi profiter aux salariés des entreprises en bonne santé mais de nombreuses petites et moyennes entreprises (PME) pourraient avoir des difficultés pour financer cette prime. Dans un communiqué, la confédération des PME (CPME) a bien expliqué que « si la prime défiscalisée et nette de charges, à l'initiative de l'employeur, est positive, il convient toutefois - pour éviter de laisser penser que l'ensemble des salariés en bénéficieront - de bien préciser que le nombre de PME en capacité de distribuer une prime de ce type restera malheureusement limité. »

Le locataire de l'Élysée a également indiqué que s'il ne voulait pas revenir sur l'impôt sur la fortune, symbole de crispation chez les "Gilets jaunes", il voulait concentrer ses efforts sur la lutte contre la fraude fiscale.

« Le dirigeant d'une entreprise française doit payer ses impôts en France et les grandes entreprises qui y font des profits doivent y payer l'impôt, c'est la simple justice. »

Financement : la grande inconnue

La multiplication de ces annonces a suscité de vives interrogations sur leurs financements. D'après les chiffres communiqués par le secrétaire d'État en charge de la fonction publique, Olivier Dussopt, ou de la ministre des Transports Élisabeth Borne, les coûts pourraient s'élever entre 8 et 10 milliards d'euros. Ce mardi après-midi, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a précisé que "l 'arrêt de la taxation carbone pour 2019 [...] représente 4 milliards de recettes en moins [...] Les mesures annoncées par le président de la République sont autour de 6 milliards."

Interpellé à l'Assemblée nationale ce mardi après-midi, le Premier ministre Édouard Philippe a rappelé que l'accélération de la hausse de la prime d'activité "sera financée par l'État."

Pour la CSG, le ministre en charge du budget a ajouté que, "c'est un peu moins de deux milliards d'euros."  Sur les heures supplémentaires défiscalisées et désocialisées, "c'est autour de 1,6 milliard d'euros". Enfin, pour la prime d'activité à 100 euros, il n'a pas avancé de somme. Le Président de la République a tout de même rappelé qu'un certain nombre de ces mesures étaient prévues "dans la trajectoire budgétaire."

Lors de son allocution télévisée, Emmanuel Macron a simplement évoqué que « nous répondrons à l'urgence économique et sociale par des mesures fortes, par des baisses d'impôts plus rapides, par une meilleure maîtrise des dépenses plutôt que par des reculs. »

Dans l'hypothèse d'une croissance au ralenti pour 2019, l'équation budgétaire pourrait se compliquer rapidement pour la majorité qui se prépare déjà au scrutin des élections européennes. La Commission européenne a d'ailleurs annoncé qu'elle va étudier attentivement l'impact budgétaire des mesures annoncées lundi dernier.

Lire aussi : "Gilets jaunes" : les craintes sur la croissance se multiplient

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2018 à 12:39 :
C'est bizarre :

La taxe d'habitation "supprimée", on la paye encore, et en plus, elle a augmentée

Les heures sup "défiscalisées", ben, c'est pareil, on continue a payer les impôts, la CSG, et tutti quanti plein pot (certaines rumeurs affirmes qu'on pourrait y gagner un ou deux euros patr ci par la si on est bien sage !
a écrit le 13/12/2018 à 15:22 :
La france pais de taxes de dingues 6 morts pour riant 1789 d'Anton Robespierre 2018 monsieur macro E Philippe darmanin le maire buzyns hulot ?
a écrit le 12/12/2018 à 17:18 :
il s agit seulement d un renforcement de la précarité.
a écrit le 12/12/2018 à 15:04 :
Smic, CSG, heures supp : une opération déminage à 10 milliards pour Macron avec l'aval de Bruxelles qui veut conserver son poulain dans la place! Les français doivent se rendormir vite fait et laisser les" grandes personnes" agir dans leurs "propres" intérêts!
a écrit le 12/12/2018 à 13:54 :
Le gouvernement espagnol a revaloriser le smic de 22% en espagne pas de grève pas de gilets jaunes pas de morts pas de blésais des gendarmes et la population pas de dégradation ils niais que Jupiter pour leS grevais en france copies monsieur Le president avancer
a écrit le 12/12/2018 à 13:49 :
comme, pour le secteur prive qui depuis maintenant 50ans
la reforme de l'etat se doit de suprimer des haut fonctionnaires
a écrit le 12/12/2018 à 13:33 :
Macron a un problème avec les retraitees ils veut leS mètres en dangers a la précarité dans la misère monsieur macron doit revaloriser les retraite indexé sur l inflation voila Le president des riches les cadeaux pour les plus riches 40€ annuelle pour les retraitees une honte monsieur Le predident respectes leS retraites ils sont des francai comme Le riches
Réponse de le 12/12/2018 à 15:15 :
MAIS il donne de sérieux PRIVILEGES aux ,GISCARD..SARKO .CHIRAC;;
HOLLANDE aussi aux anciens ministres de l'interieur etc etc
a écrit le 12/12/2018 à 11:47 :
L'Allemagne et Bruxelles ont déjà réagi négativement aux déclarations de M. Macro. Ce qui veut bien dire qu'il était possible depuis longtemps de faire ce que M. Macro. propose de faire, mais les "chiens de garde" de la finance veillent, aboient et finissent par mordre (voir ce qui s'est passé pour la Grèce, ce qui se passe pour l'Italie et qui a de très fortes chances de se passer pour la France). Il est temps de se débarrasser de l'UE et de l'euro pour construire une Europe des Nations et une monnaie semblable peu ou prou à l'écu (qui a précédé l'euro).
a écrit le 12/12/2018 à 10:03 :
encore des mensonges la suppression de la csg c'est pas pour les retraites touchant 2000 euros... pour un couple c'est 2750 LE plafond pour moi 2000x2 c'est 4000 c'est encore un enfumage comme les 100 euros du SMIC on jongle avec la prime d'activité beaucoup ne sont pas concerné les gens qui ne savent pas compter vont gober... le comble c'est sarko qui conseille le jeuno n'est pas assez mur pour nous diriger pauvre france
Réponse de le 12/12/2018 à 12:52 :
@papiencolere: Oh, les pauvres couples des retraités avec plus de 2750 euros/mois! C'est quasi-impossible de survivre surtout pour ils sont en grande majorité des propriétaires sans crédit immobilier sur le dos avec des enfants adults! Vous êtes sérieux? En France, au moins un quart des familles avec des enfants vivent au dessous de cette somme. Ne me racontez pas que c'est difficile, j'ai vécu des périodes avec un revenu plus faible ayant des enfants et un crédit immobilier à charge. C'était juste-juste, mais pas la misère.
Si vous n'êtes pas au courant, c'est la même chose pour le calcul de minimum vieillesse: pour le couple c'est pas deux fois plus que pour un retraité qui vit seulement seul.
a écrit le 12/12/2018 à 9:34 :
Le "déminage", c'est pour Macron
La note des "10 milliards", apparemment n'est pas le problème des 1%
Rien n'a été fait en fait.
Et Quid du Référendum d'Initiative Populaire ?
L'économie c'est bien, mais c'est la démocratie qui concerne tout le monde !
a écrit le 12/12/2018 à 9:18 :
Si cette "générosité jupitérienne" est financée par des économies budgétaires cela va à l'encontre des souhaits des gilets jaunes qui demandent le maintien voir le rétablissement des services publics encore une fuite en avant avec tapi dans le bois l'UE!
a écrit le 12/12/2018 à 8:29 :
Il suffit de lire les commentaires sur ce forum pour constater qu'en dépit de nos dépenses publiques à un niveau pharaonique, personne n'est content..Nous avons un problème.
Réponse de le 12/12/2018 à 8:41 :
Oui mais si vous autres comptables vous bossiez vraiment au lieu de venir nous souler avec vos messes sur les forums peut-être que l'économie se porterait mieux non ? Et les caisses publiques mieux tenues.
Réponse de le 12/12/2018 à 10:05 :
oui le probleme vient deNOS DEPUTES qui vont voter une augmentation du deficit alors que nous pouvons faire des economies sans toucher aux ecoles hôpitaux police. EX LES PRIVILEGES des anciens presidents , ministreS de l'interieur ?deputes , les sous prefectures qui ne servent à rien les comites bidons GENRE 3 à l'ecologie cout estime par la cours des comptes 18 milliards,pour plus de 1200 agences . LA SECU DES mines 5000 agents plus de cotisants ,les sommes non justifiées aux syndicats, ETC ETC
Réponse de le 12/12/2018 à 11:57 :
Si M. Macro. avait ajouté à son panel de mesurettes, la taxation des moyens de transport à fort niveau polluant (porte conteneurs, avions...), une taxe sur les superbénéfices des grandes entreprises, des pénalités sur les évasions fiscales et, en même temps, de véritables mesures qui réduisent de manière drastiques le train de vie de l'Etat et de ses dirigeants, la suppression de belles feuilles du millefeuille administratif français, l'arrêt de l'immigration et du "pognon de dingue" qui lui est consacrée (je vous laisse le soin de faire vous même des recherches dans cette direction), l'arrêt de nos interventions militaires en Afrique Noire et en Moyen et Proche Orients, une rise de distance avec l'UE qui coute un bras et demi à la France (ne venez pas me dire que l'UE reverse de l'argent à la France), bref des vraies mesures qui diminuent fortement les "dépenses publiques au niveau pharaonique", tout le monde, je vous assure, aurait été content. Moi le premier ...
a écrit le 12/12/2018 à 7:48 :
Les 4 milliards de la taxe carbone avaient été prévus pour 2019, mais non encaissés, ne me semblent pas pouvoir être considérés comme une dépense.
a écrit le 12/12/2018 à 7:10 :
A dire vrai sur cette séquence institutionnelle, ni Hollande, ni Macron n avaient besoin de infliger de telles souffrances budgétaires aux Français, cela révèle la vrai nature du pouvoir, empirique emprunte de sadisme.
a écrit le 12/12/2018 à 6:24 :
C'est génial...les caisses sont vides en France et il n'y a pas d’argent pour les gilets jaunes...mais 80 millions d'€ au total sont généreusement offerts aux Palestiniens par le gouvernement !
C'est bien l'argent offert avec l'argent des gilets jaunes qui manifestent depuis 4 semaines pour une diminution d’impôts !!!!!
Tout ça à l'insu du peuple..
Réponse de le 12/12/2018 à 10:08 :
LE TGV AU MAROC 1 milliard par La france et tous ces faux mineurs ISOLES


qui apres font venir toute la famille en regroupement familiale
a écrit le 12/12/2018 à 6:06 :
Ce minus a senti le vent du boulet, comme de bien entendu, en pareil cas, il faut lacher du leste.
Ces profiteurs vident le pays de ses potentiels. Aucuns desseins, sauf bouffer a la gamelle sur le dos des citoyens.
Aucuns pour relever l'autre.
On creuse la tombe des generations futures et tout le monde applaudit.
Pathetique.
a écrit le 12/12/2018 à 3:55 :
Plus de 1000 millards d impots dans les caisses d état mois 750 et monsieur macron revalorises les retraites Que de 0.3% cest 3€ parts mois LeS retraitees sonts pompes part macron
a écrit le 12/12/2018 à 3:39 :
Sur le coût des mesures, il semble qu'on mélange tout. La désocialisation des heures sup, n'est pas un coût. L'argent qui ne sera pas payé en charge sociales, se retrouvera en bénéfice, et sera taxé a 35%. L'augmentation du SMIC coûtera à l'état, d'après le Président. Mais cet argent étant dépensé il reviendra a l'État sous forme de TVA.
Donc le coût de ces mesures semble un peu plus compliqué à définir que ce qui est fait en ce moment.
a écrit le 11/12/2018 à 23:20 :
100€ pour le smic en 2019 pour leS retraitee gel en 2018 quasi gel en 2019./20 une une tevalorisation de 0.3% plus 3 euros parts mois 19/20 , de Quoi vomir 🤢 mercis monsieur macron
a écrit le 11/12/2018 à 22:25 :
Les gilets jaunes ont sur les ronds points découvert la camaraderie de bidasses privés du service militaire . A l'heure de la quille on echange les adresses et promet de se revoir
a écrit le 11/12/2018 à 20:58 :
La seule organisation a applaudir des deux mains et sans aucune réserve les annonces de Macron c'est le MEDEF.

De facto, ces mesures sont un gros cadeau fiscal à plusieurs milliards € qui est fait aux entreprises.

Celles ci ne débourseront pas un centime de plus pour des heures sup et des salariés au SMIC mieux rémunérés.
Et pour ce qui est de la prime de noël défiscalisée, le MEDEF a déjà prévenu que ce sera à sa guise.

Elle est pas belle la vie avec Macron?
a écrit le 11/12/2018 à 20:52 :
fumage et ça continue :

Macron laisse entendre qu’il est issu de Normale Sup. Faux : Macron a échoué deux fois au concours d’entrée de l’Ecole Normale Supérieure. Par contre, il était élève du lycée élitiste Henry-IV. Mais ce n’était pas un étudiant brillant. Un de ses anciens camarades a indiqué à Marianne que Macron “arrivait à utiliser suffisamment de mots savants pour donner le change” à l’oral.


> > > > > > > >

Macron fait croire qu’il est docteur en philosophie. Le problème est que l’on n’a jamais retrouvé sa thèse. Il prétend alors qu’ il n’a produit qu’ un mémoire.


> > > > > > > >

Mais lorsque les journalistes de Challenges interrogent son supposé directeur de mémoire, le professeur de philosophie Etienne Balibar, celui-ci répond “ne pas avoir de souvenir ni de trace de cet épisode”.


> > > > > > > >

Le 6 avril 2016, Macron lance son mouvement “En Marche” par un clip vidéo mettant en scène la diversité et les talents de la population française. Mais le lendemain, Yann Barthès, présentateur du Petit journal, révèle la supercherie : le clip de Macron n’est qu’un copier-coller de vidéos étrangères, notamment américaines. Par exemple, une supposée Française est en réalité une Américaine figurant dans un clip de campagne des primaires démocrates de Bernie Sanders.


> > > > > > > >

Le 10 avril 2016, au JT de France 2, Macron affirme que son parti En Marche a dépassé les 13000 adhérents. Baliverne! Le Canard Enchaîné révèlera le 12 avril qu’en réalité il ne s’agissait que de 13000 visites d’internautes sur le site de Macron.


> > > > > > > >

En juin 2016, le ministre Macron ouvre le capital de l’aéroport de Toulouse. Macron affirme qu’il ne s’agit pas d’une privatisation car les investisseurs chinois n’acquerront que 49,9% du capital. L’Etat garde 10% et les collectivités locales possèdent le reste. Mais Médiapart révèlera l’existence d’un pacte secret d’actionnaire liant l’Etat, non pas aux collectivités publiques, mais aux Chinois et qui leur donne les pleins pouvoirs.


> > > > > > > >

Le 11 août 2016, dans une interview à Paris Match , Macron prétend qu’il dialogue régulièrement avec l’intellectuel tunisien Abdelwahab Meddeb au sujet de la religion et de la place de l’islam en France. Les journaliste de Match (trop occupés à faire la promotion de Macron ?) ne vérifient pas. Heureusement pour la vérité, le rédacteur en chef de TV5, Xavier Marquet, éventera le mensonge : Meddeb est décédé depuis deux ans !


> > > > > > > >

Selon le livre Dans l’enfer de Bercy , Macron aurait utilisé 120000 euros d’argent public pour financer sa campagne électorale.


> > > > > > > > Macron a-t-il l’étoffe d’un homme d’Etat ?

Laissons répondre Jacques Attali (qui fut pourtant un de ses premiers supporters en 2012) :
> > > > > > > > Jacques Attali (dans Challenges du 13 mai 2016) : “Macron n’incarne que le vide”.
> > > > > > > >
> > > > > > > > Conclusion


> > > > > > > > On le constate, Macron est un pur produit du système. D’autre part, il est trop beau et trop parfait pour être vrai. On se demande si Macron n’est pas pas un leurre, un masque, un avatar ? Un concept markéting de l’oligarchie politico-médiatico-financière, un faux candidat anti-système façonné pour capter les voix des électeurs écœurés par les politiciens traditionnels et avides de nouveauté ?


> > > > >

ALLEZ, TRANSFEREZ Chers concitoyens !Toute une vie d'en
a écrit le 11/12/2018 à 20:00 :
Macron a exercé son enfumage avec des annonces bidonnées ;

les Députés LREM Modem devraient être poursuivis en Justice pour traitrise envers le Peuple de France,

les européennes vont démontrer le rejet MASSIF des menteurs LREM MODEM et de leurs affidés PS LR
a écrit le 11/12/2018 à 19:36 :
Le problème est qu'est-ce qu'on fou avec une armée surpuissante, des engins digne de la guerre des étoiles dont le pouvoir destructeur est inconnu, un centre des armées supérieur au pentagone, une dépense induite stratosphérique. Que faisons nous avec tout ça, positionnées en permanence partout sur le globe terrestre ?
C'est déjà la première question avant tout autre préalable.
a écrit le 11/12/2018 à 19:27 :
Déminage à 10 milliards : pas pour Macron, mais pour nous !
a écrit le 11/12/2018 à 19:19 :
Retraités de France et des territoires d'Outremer vous allez déchanter pour un très grand nombre, lorsque vous allez comprendre comment calcul le montant exact de votre retraite le banquier de l'Elysée, pour avoir droit à la restitution des 1,7% de CSG.
a écrit le 11/12/2018 à 19:08 :
Il y a une Cagnotte : LA variable d'ajustement budgétaire : Les Armées (en ruine). La Secrétaire d'état déléguée aux Armées, et Porte-Parole aux Armées, auprès de Darmanin, son Ministre, Anti-Armées-Acharné : Mme Parly, a confirmée hier matin 8H15 sur Europe1, le coup de rabot supp 2019 et 2020.


La Loi de Programmation Militaire 2019-2025 est un énorme mensonge :
L'essentiel des équipements " prévu " pour l'Après-Macron 2023 et 2024, après coup de rabot programmé pour 2021, dans la L.P.M.
a écrit le 11/12/2018 à 18:48 :
Comme quoi, on résout beaucoup de choses par la violence; sans elle, les GJ n'auraient rien obtenu...
a écrit le 11/12/2018 à 18:47 :
Non il ne s agit pas d'une opération de 10 milliards pour Macron comme le suggère votre titre mais bien encore 10 milliards pour ceux qui payent des impôts.
a écrit le 11/12/2018 à 18:10 :
"Après plusieurs semaines de mobilisation des "Gilets jaunes"

Ailleurs:

Selon l'agence de presse Associated Press (AP), les autorités égyptiennes ont, en toute discrétion, pris des mesures pour interdire la vente de gilets jaunes dans le pays, de crainte de voir une contagion du mouvement français. Ou du moins une imitation. Elles redouteraient, à l'approche de l'anniversaire du soulèvement populaire de janvier 2011, qui a conduit à la chute d'Hosni Moubarak, que des opposants Egyptiens ne s'emparent de ce symbole pour remettre en cause le pouvoir d'Abdel Fattah Al-Sissi.
Citant des sources des services de sécurité de l'Etat et des commerçants, AP affirme que les marchands d'équipement de sécurité ont eu comme instruction de ne pas vendre de gilets jaunes à des gens qui viendraient directement chez eux et de vérifier que les entreprises qui achètent leurs produits ont bien une autorisation de la police. On leur a dit qu'ils seraient punis s'ils transgressaient ces règles. Six détaillants du centre-ville du Caire, où se concentrent les magasins de matériel de sécurité, ont déclaré qu'ils ne vendaient plus de gilets jaunes. Deux ont refusé de les vendre sans donner d'explication. Quatre ont raconté que la police leur avait interdit de le faire.
a écrit le 11/12/2018 à 17:57 :
Gilets jaunes aux patrimoine universel des droits de l homme
a écrit le 11/12/2018 à 17:37 :
Phénomène intéressant, les mesures annoncées par Emmanuel Macron viennent contredire les positions prises par certains des principaux ministres les jours et heures précédents : Bruno Le Maire (Economie et finances) se prononçait lundi matin contre la baisse de la CSG pour les retraités, tandis que Muriel Pénicaud (Travail) s’opposait à un coup de pouce au SMIC, lequel se traduirait selon elle par une destruction d’emplois. Dans le même temps, le premier ministre Edouard Philippe va répétant qu’il se refuse à augmenter les déficits publics, afin de ne pas « léguer une dette incontrôlable à nos enfants. »
Réponse de le 11/12/2018 à 20:04 :
"tandis que Muriel Pénicaud (Travail) s’opposait à un coup de pouce au SMIC, lequel se traduirait selon elle par une destruction d’emplois."

Avec les heures supplémentaires défiscalisées aussi :

Cette mesure pourrait également détruire 10.000 emplois d'ici 2020, rapporte une note de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) publiée lundi 1er octobre 2018.

https://www.latribune.fr/economie/france/l-exoneration-des-heures-supplementaires-pourrait-plomber-l-emploi-792423.html
a écrit le 11/12/2018 à 17:18 :
ils etaient rigides comme les fourches caudines du fisc concernant les nouvelles taxes qui allaient leur couter 4 milliards et peut etre sauver la planete....
non seulement ils ne rentrent pas 4 milliards, mais en plus ils sortent 10 milliards pour se faire pardonner!
ca fait une manque a gagner de 14 milliards, et vu qu'il n'y a aucune economie de prevu, il y aura soit 2 points de tva, soit une augmentation de la csg des revenus du capital ( a 25%+ irpp) et ou a la surprise generale on va se rendre compte de ce qu'il se passe, ou une majoration exceptionnelle donc permanente d'impots sur les societes ( avec un etonnement dans 3 ans quand on verra que les boites vont en allemagne ou en espagne) etc etc etc...........
voila ce que c'est quand on ne fait AUCUNE reforme
et plus les impots vont etre lourds, pire ca sera
et si les taux remontent a 4% il manquera 70 milliards il y aura une petite guerre civile pour tous
Réponse de le 11/12/2018 à 17:46 :
Méfiez vous des chiffres annoncer. La plupart des mesures sont juste des mesures prévu avancée de quelques mois. Pour les nouvelles comme celle de la CSG, elles ne rapporteront que 30 euros max par foyer fiscal et ne concerne que les plus pauvres... Il en faut beaucoup de pauvres... Combien a couté la piscine de vacances du président et la nouvelle vaisselle?

Faut relativiser. De plus ce que les citoyens n'ont pas compris c'est également le coup de pouce du smic... C'est pas donner de l'argent qu'il aurait dû faire mais réduire la TVA !!! Là il va ce passer quoi? Tous les prix vont augmenter et pour 1 euro de smic en plus ont paiera tous 3 euros en pain, loyer, assurance, edf...
Réponse de le 11/12/2018 à 17:54 :
Les réformes, en novlangue bruxelloise, vous voulez dire les GOPE de Bruxelles en français ..?
https://www.upr.fr/actualite/europe/les-gope-grandes-orientations-politique-economique-feuille-route-economique-matignon/
Pourquoi ne pas oser mettre un nom sur cette situation qui est à la génèse du problème cad vouloir coller à tout prix et au chausse-pieds la France -comme les autres pays- sous la barre psychorigide des 3 %, par une politique exogène et avec le même résultat?
Expliquez nous.
a écrit le 11/12/2018 à 17:13 :
De la poudre, on en a eu pour notre peu d'argent :
- poudre de perlimpinpin, poudre aux yeux, de la part de ce petit marquis poudré, qui s'est montré empaillé, insensible, sinistre, malgré ses protestations d'amour de la France et des Français.

Comment voulez-vous que, par cette allocution empruntée, sans âme (enregistrée depuis le Musée Grévin !), il ait pu entraîner l'enthousiasme des Citoyens. Il n'en est pas capable. Ce n'est pas dans sa nature...

Par ailleurs, le coût des mesures annoncées, comment sera t'il couvert ? Par des ponctions sur le budget de la Sécurité sociale (pourtant, normalement, indépendant du budget de l'État) ?
Les prestations risquent encore de diminuer !
Sans compter le manque à engranger pour le budget de la Sécu, "grâce" à la suppresion des cotisations sociales sur les heures supplémentaires.

Quoi qu'il en soit, ces dépenses supplémentaires, si non-compensées par des recettes (par exemple par le rétablissement de l'Impôt de "SOLIDARITÉ" sur la fortune !), vont alourdir le déficit du Budget, au point d'être critiquées, voire sanctionnées, par la Commission éuropéenne.
Ah, les arbitraires 3%, sortis du chapeau de ceux qui travaillent de même ! 🤠

Déjà qu'on nous dit que le relèvement du Smic ne sera pas appliqué immédiatement.

Attendons nous à ce que les mesures annoncées retombent, inappliquées, dans le vase qui a pourtant déjà débordé !

C'est pourquoi, en soutenant la poursuite de la mobilisation pacifique des Citoyens "Gilets jaunes",
nous nous engageons, avec François Asselineau et l'UPR - Union Populaire Républicaine, à confirmer, pour sortir le pays de l'impasse politique, institutionnelle, au moins ces revendications fondamentales :

- l'instauration du référendum d'initiative populaire/citoyenne, pour un peu plus de Démocratie (cette demande, les "Gilets jaunes" l'on déjà bien intégrée dans leurs revendications) ;

- encore et toujours le lancemenrt par les parlementaires courageux (!) de la procédure de destitution de l'incapable Macron, en raison de ses nombreux manquements à ses devoirs, incompatibles avec l'exercice de son mandat (Artcle 68 de la Constitution) ;

- et, bien sûr, la mise en oeuvre, par l'Article 50 TUE, de la sortie de l'U.E., de l'Euro et de l'OTAN (UPR-Asselineau- La Sortie De L'UE ,EURO ET OTAN).
a écrit le 11/12/2018 à 17:11 :
j'éviterais de parler de tous ces effets d'annonce de notre président. Moi j'ai vu un homme qui ne sait décidément point s'adresser au peuple de FRANCE : quand il fait semblant de comprendre ses erreurs et de s'excuser timidement il serre les dents de rage et pire lorsqu'il parle d'un avenir plus radieux pour tous les oubliés depuis le début de son mandat il pose ses deux mains à plat sur son bureau montrant visiblement son hostilité au dialogue à moins que ce ne soit lui qui impose les règles.Comment voulez-vous adhérez à son futur alors que le faux suinte à travers son comportemental.
a écrit le 11/12/2018 à 17:00 :
Il s'agit là simplement de cesser de prélever l'indu. Pas question ici de rendre l'indu ou quoi que ce soit : simples erreurs de gestion collective n'est-ce pas? Laissez les collectivités, les entreprises et les carrefours se gérer eux-mêmes Monsieur Président. Ils n'ont pas besoin de Paris.
a écrit le 11/12/2018 à 16:55 :
100 euros pour les smicards.
O euro pour les retraités percevant une retraite de - 1200 euros (car non concernés par la CSG).
Voilà toute une tranche de personnes qui vont rejoindre le groupe des gens considérés comme pauvres en France
Car en effet le seuil de pauvreté établi par L'INSEE est de 1185 euros mensuel.
Donc tous ceux qui sont au-dessus de ce plafond vont très prochainement bascule automatiquement sous le seuil de pauvreté.
Pourquoi ?
Parce que la revalorisation du SMIC va mécaniquement faire remonter le seuil de pauvreté
Conclusion :
Sans l'indexation des très petites retraites sur l'inflation c'est la pauvreté assurée pour tous ces retraités et de bien d'autres par la suite.
Réponse de le 11/12/2018 à 17:37 :
Tres bien annualisé 👍

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :