Valls veut "revoir en profondeur le droit du travail"

 |   |  676  mots
(Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
Le débat sur les 35 heures est "clos" a réaffirmé Manuel Valls dimanche en clôture de l'Université d'été du PS à la Rochelle. Mais le Premier Ministre a ouvert la voie à une révision en profondeur de notre droit du travail pour donner plus de place au dialogue social dans l'entreprise. Sur la politique économique, il confirme le maintien du même cap.

Pas question de toucher au dogme des 35 heures, qui reste un marqueur de la gauche. Mais pour Manuel Valls, il faut "revoir en profondeur la manière même de concevoir notre réglementation" en matière de droit du travail, sujet de controverse à gauche, en défendant le fait de donner "plus de latitude" aux employeurs et aux salariés "pour décider eux-mêmes".

Après les propos polémiques du ministre de l'Economie Emmanuel Macron sur le temps de travail devant le Medef, le Premier ministre a affirmé en clôture de l'université d'été du PS que le débat était "clos". "Il n'est pas question de revenir sur la durée légale du temps de travail", a-t-il lancé sous les applaudissements nourris de la salle. "Ce qui m'intéresse, ce n'est pas le passé (...) mais l'avenir", a-t-il poursuivi.

Mais Manuel Valls a poursuivi sur sa proposition de donner plus de places aux accords d'entreprises qu'à la loi en matière de droit du travail, sujet qui divise au PS. Un rapport du haut fonctionnaire Jean-Denis Combrexelle doit être remis en septembre pour faire des propositions en ce sens.

"On peut lever les contraintes tout en protégeant"

Le Premier ministre s'est appuyé sur les travaux de l'ancien ministre Robert Badinter et du juriste Antoine Lyon-Caen, qui "font ce constat d'un code du travail si complexe qu'il en est devenu inefficace", suscitant des applaudissement mais aussi des huées parmi les militants. "Ceux qui sifflent Robert Badinter dans cette salle, ça m'étonne toujours quand même un peu", a réagi Manuel Valls.

Pour le Premier ministre, les salariés "ne connaissent plus leurs droits et ne sont donc plus protégés" et "il faut revoir en profondeur la manière même de concevoir notre réglementation" en matière de travail. "On peut lever les contraintes, tout en protégeant! C'est ça la gauche, c'est ça la social-démocratie", défendant une gauche "inventive" et qui "s'adapte aux réalités du monde".

"Nous devons donner plus de latitude aux employeurs, aux salariés et à leurs représentants pour décider eux-mêmes de leur politique de formation, d'organisation du travail, d'insertion des jeunes par des négociations au plus près de leurs besoins. Ce sera plus de souplesse pour les entreprises et, grâce à un dialogue social redynamisé, des droits - à la formation, à la prise en compte de la pénibilité - mieux assurés pour les salariés", a-t-il défendu.

Pas de changement de cap

Manuel Valls a déclaré dimanche à La Rochelle que le gouvernement continuerait à agir "avec la même force" pour les entreprises, rejetant les "zigzags" en matière de politique économique, "sables mouvants de la défiance".

"Nous continuerons à agir, avec la même force, pour la compétitivité de nos entreprises. --ce sont elles qui embauchent-- grâce au CICE et au Pacte de responsabilité et de solidarité. Les acteurs économiques ont besoin de visibilité. Sinon, comment bâtir le moindre projet ou embaucher ? La stabilité, la cohérence, c'est le socle de la confiance", a déclaré Valls, alors qu'une partie du PS réclamait une réorientation du CICE.

"Aujourd'hui, la croissance est là ; c'est ainsi que nous ferons baisser le chômage. Oh pas de triomphalisme ! Il y a les incertitudes de la crise financière asiatique. Mais il y a aussi des facteurs positifs : la croissance américaine, la baisse du prix du pétrole, ce qui est bon pour le pouvoir d'achat, la baisse des taux d'intérêt, la baisse de l'euro - bonne pour nos exportations - grâce à la politique favorable de la BCE pour laquelle nous nous sommes battus", a également déclaré Manuel Valls. "Les premiers résultats sont là. Ils sont encore insuffisants pour combattre le désespoir de nombre de nos concitoyens, mais suffisants pour affirmer que nous sommes sur la bonne voie, pour raviver l'espoir, pour réussir", a poursuivi le Premier ministre.

Avec AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2015 à 23:51 :
"La loi détermine les principes fondamentaux (...) du droit du travail ." extrait de la constitution française !
Revenons à ces principes fondamentaux: pour le reste, de l'air !!
Mais bon... je ne crois pas un instant que Valls y fera quoique ce soit !
Mr le premier ministre, svp, faites moi mentir ...
a écrit le 31/08/2015 à 18:02 :
Donc on peut prévoir un deuxième volume pour bientôt.
a écrit le 31/08/2015 à 17:59 :
le travail va bientôt disparaitre donc il emmènera son droit avec lui .
a écrit le 31/08/2015 à 17:11 :
Monsieur VALLS, si je peux me permettre un petit conseil : remettez au goût du jour le servage et si cela ne suffit pas carrément l'esclavage M. GATTAZ vous en sera éternellement reconnaissant ! BIEN A VOUS .
a écrit le 31/08/2015 à 15:11 :
Valls était contre les 35 heures lors de la primaire socialiste maintenant il est pour
Il veut soi disant réformer le code du travail c'est un velléitaire une grande gueule mais un petit faiseur c'est un disciple de j.l Austin pour qui ´ dire c'est faire ´
Dommage qu'on ne puisse traduire en haute cour tous ces malfaisants Hollande Valls
Aubry.
a écrit le 31/08/2015 à 14:05 :
Cela fait un an qu'il est Premier Ministre. Il n'a pas encore abordé le sujet. Cela veut dire que toute evolution ne sera pas mise en place après accord des assemblées avant Septembre 2016. Ce sera alors trop risqué pour Hollande en début de période pré-electoral. Donc a part une louable intention, ce sera sans suite.....
a écrit le 31/08/2015 à 14:03 :
Cela fait un an qu'il est Premier Ministre. Il n'a pas encore abordé le sujet. Cela veut dire que toute evolution ne sera pas mise en place après accord des assemblées avant Septembre 2016. Ce sera alors trop risqué pour Hollande en début de période pré-electoral. Donc a part une louable intention, ce sera sans suite.....
a écrit le 31/08/2015 à 14:02 :
Cela fait un an qu'il est Premier Ministre. Il n'a pas encore abordé le sujet. Cela veut dire que toute evolution ne sera pas mise en place après accord des assemblées avant Septembre 2016. Ce sera alors trop risqué pour Hollande en début de période pré-electoral. Donc a part une louable intention, ce sera sans suite.....
a écrit le 31/08/2015 à 11:37 :
Encore des excuses pour mettre en route le seul programme qu'ils connaissent, celui de Bruxelles!
a écrit le 31/08/2015 à 11:32 :
S'il veut revoir en profondeur le droit travail, il y a des bouquins pour ça!
a écrit le 31/08/2015 à 11:21 :
Mouaip. Il ferait mieux d'embaucher des inspecteurs du travail, des informaticiens au contrôle des finances et des banques et des inspecteurs des impôts pour lutter contre l'exil fiscal, la fraude fiscale et la fraude à la TVA.
La fraude des entreprises sur les cotisations représentent plus de 20 milliards/AN cela comble largement le déficit de la sécu et des retraites.
La fraude à la TVA est du même ordre.
Finalement la situation du budget est alimenté par des entreprises fraudeuses et il faudrait que l'on continue à croire que le problème vient uniquement de la gestion de l’État. De qui se moque-t-on ?
Il faudrait également publier les budgets et comptes de l’État tous les trimestre, idem pour les mairies et les préfectures. Le patrimoine des élus devrait-être consultable par le public sans restriction. Les budgets et comptes des régions et des départements devrait également suivre la même voie. Il est temps de passer à une transparence totale c'est le seul moyen de résorber l'anarchie qui règne actuellement. Tout ceux qui sont contre ce système ont quelque chose à dissimuler. Ce qui est marrant c'est que les pays qui font preuve d’une véritable rigueur budgétaire dans le nord de l'Europe ont mis en place ces systèmes il y a 20 ans et cela se passe très bien. Chez nous on traine des pieds car cela signifierait mettre fin à des décennie de fraude et à un système de vol dans la caisse généralisé.
Réponse de le 31/08/2015 à 15:03 :
Tout à fait d'accord, mais la fraude est inscrite dans le code génétique des Français. Un sacré boulot en perspective
a écrit le 31/08/2015 à 10:41 :
Usage d'un parti et gouvernance "à contre emploi"
Ce "contre courant, ou contre nature" est absurde, aussi bien économiquement que politiquement.
Il suffit de constater :
- les effets récessifs actuels
- le manque de reconnaissance du patronat
- le quasi écœurement de la "vraie gauche", sinon même d'une majorité de la population
- etc...

Qui plus est, si l'on en croit une majorité d’économistes "éclairés", l'avenir est manifestement à une plus juste répartition du travail et des revenus.
Donc théoriquement à une politique de gauche.
Alors qu'eux se précipitent (lau sens propre et a figuré) en sens inverse, laissant la "thématique du peuple" à l’extrême droite.
- Soit c'est stratégie de haut vol (peut être des infiltrés venant saborder le PS ?),
- soit leurs conseillers en stratégie sont des "sans tête", à l’image des sans dents, mais là c'est plus grave.
- soit c'est de l'inconscience ?

En tous cas, cela devient grave.
Réponse de le 31/08/2015 à 11:14 :
Bien d'accord mais la gravité est semble-t-il pire : les décennies depuis 1983 démontrent une complicité objective des pilotes de l'ex-UMPS, aujourd'hui RPS , sinon herpès. Les Français s'en rendent compte si l'on additionne les abstentionnistes et le parti vomi des partis de gouvernement. Que la France se soit droitisée et davantage sa gauche n'a rien changé ; alors ? quelle solution ?
Le parti diabolisé ? qui d'autre ?
a écrit le 31/08/2015 à 10:14 :
Sapin lui a déjà donné la recette : écrire le droit du travail en petits caractères !
a écrit le 31/08/2015 à 9:33 :
Allez plus loin, supprimer le code du travail, supprimer le CDI, abolir la durée légale du travail, plafonner les indemnités pour les licenciements a 1 euros symbolique, dissoudre toutes les organisations syndicales, afin que nous pauvre petits patrons du CAC 40, puissions enfin être payé a la hauteur de notre compétence, et ce en dépit du résultat ! Car aujourd'hui nous (les grands patrons) sommes obligé de faire l’aumône auprès des grandes entreprises, tout ça a cause des salariés, employés, techniciens, cadres qui coutent vraiment trop cher a l'entreprise et impact directement les bénéfices, alors qu'en Inde ou en Chine les ingénieurs sont tout autant compétents et sont payes 5 fois moins ! Et je ne parle même pas des comptables et autre employés de saisie qui sont extrêmement compétitifs aux Philippines, ne parlons pas non plus des Hotlines dont les pays du Maghreb en ont fait une spécialité ! Allez COURAGE ALLONS PLUS LOIN !!!!! pour le bien de la france, mais surtout POUR NOTRE BIEN, CAR NOUS LE VALL(s)-ONS BIEN !!!!
Réponse de le 31/08/2015 à 11:23 :
Personne n'ignore que la désinflation sociale est à l'oeuvre, fort difficile à faire accepter en France ; le courage devrait être chez des détenteurs du pouvoir capables de l'afficher et de le faire adopter, sinon par référendum contournable, par la force. Non ?
a écrit le 31/08/2015 à 9:08 :
las
cette politique destructrice a ouvert le grand boulevard aux autres partis
a écrit le 31/08/2015 à 8:46 :
qui a dit que Valls dépensait l'argent des français sauf pour organiser ses voyages familiaux avec l'argent des contribuables. Hier ce Franco espagnol a inventé la prise de douche en faisant un discours à la tribune du PS il a le sens de l'écologie et je viens de découvrir une coutume espagnole.
Réponse de le 31/08/2015 à 10:09 :
Faut pas s extasier quiconque met une chemise de soie arrive au même résultat , ce sont les verts de St Etienne qui ont inaugurer se stratagème et se faisaient applaudir à tout rompre dans les années 60 .
a écrit le 31/08/2015 à 7:42 :
j'espere que nous profiterons de cette nécessité du code du travail pour le réformer et le mettre en harmonie avec les pays qui ont réussi leurs réformes ( Allemagne, RU) et qu'on ne va pas recréer autre chose.
par la même occasion réformons la fiscalité dans son ensemble. Donnons nous de la lisibilité et de la transparence et de l'égalité sur le sujet.
Réponse de le 31/08/2015 à 19:13 :
Ne le prenez pas en mauvaise part @Caféine mais je vous trouve un peu mou en demandant l'alignement sur le RU et l'Allemagne....Allons plus loin dans la révolution néo libérale que diable ! Reprenez sans plus tarder la lecture d'Ayn RAND que vous avez hélas sans doute trop délaissée ces derniers temps...Un peu de courage et l'horizon radieux des néocon sera à portée de l'élite qui redresser le pays, élite dont nul ne peut plus douter que vous fassiez partie.
a écrit le 31/08/2015 à 1:27 :
Pauvre Macron, réprimandė pour avoir touché un totem de gauche....mais par contre on revoit le code du travail. décidément tous ces gauchistes sont incapables de s'adapter. Les verts, le PS, explosent. Alors profitons de cet état de fait et abolissons les 35 heures, révisons le code du travail, offrons nous une seconde chance et laissons les trotskistes se lamenter et s'organiser en un parti neo contre tout.
a écrit le 30/08/2015 à 21:50 :
Lui aussi devient libéral? Et les "valeurs" alors !!!!!! Terrifiant de voir à quel point le PS et ses "valeurs" a gâché la vie de tant de gens depuis 30 ans. Même Chirac les avait adoptées les "valeurs". Ce pays crève de ses "valeurs". Maintenant on a les millions de chômeurs mais rassurez-vous !!!! L'économie ne prendra jamais le dessus sur les "valeurs". Les socialistes restent les gardiens du Temple des "valeurs". En attendant, mes enfant sont partis au Canada loin des "valeurs".....
a écrit le 30/08/2015 à 20:54 :
Ce que je trouve très intéressant, c'est que plus Valls nous baratine et vire à droite, plus sa tête devient rouge :o

Je pense que c'est un système d'autorégulation.
a écrit le 30/08/2015 à 20:34 :
Alors comme cela le camarade VALLS veut revoir en profondeur le droit du travail en gros revenir sur tous les acquis sociaux et mettre en pratique le programme du patronat en gros tous supprimer rien de plus ..... facile aucune grève en perspective : les syndicats trop divisés sans compter que la CFDT et FO syndicats à la botte du P.S et du patronat alors une seule solution la création DES COMITES OUVRIERS" en mettant de coté les syndicats !
Réponse de le 30/08/2015 à 22:50 :
Décidemment, vous n'êtes toujours pas sorti du XIXe siècle ! Vous continuez de penser que les syndicats savent mieux que les salariés ce qui est bon pour eux !!
Je vous donne un seul exemple qui emm..rde tous les salariés de notre entreprise : obligation, de part la conv collective, de prendre 4 semaines consécutives de congés. Or, l'ensemble des salariés (9 personnes) préfèrerait prendre 2 fois 15 jours plutôt qu'une fois 4 semaines !
Impossible de convenir d'autre chose, l'inspection du travail me l'A confirmé !! Alors vouloir notre bonheur, c'est bien... mais laissez nous en décider !
a écrit le 30/08/2015 à 19:37 :
Y'a que l'embarras du choix!
Pour les petites TPE et les ME (micro entreprises) donner plus de souplesse sur les heures supplémentaires, ce qui permettrait d’augmenter périodiquement le C.A. sans forcément recourir à des embauches
Les coûts de production de l’industrie française ont baissé par rapport à la Z.E. Peux mieux faire !
Mais il faut aussi valoriser le capital de l’industrie, donc absolument augmenter la robotisation au moins sur les secteurs les plus concurrentiels. Pour les autres secteurs au minimum moderniser et monter en gamme.
Abaisser le coût du travail non qualifié, mais aussi proposer plus de formations aux salariés non qualifiés afin de supprimer les barrières physiques et morales à l’évolution de carrière chez les bas salaires.
Les PME de la sous-traitance, rang 2 et 3, doivent monter en gamme et proposer des solutions complètes aux donneurs d’ordres ou aux rangs supérieurs.
Faciliter les rapprochements entre entreprises pour qu’elles travaillent ensemble sur des innovations et donc sur l’attaque de nouveaux marchés avec un cout moindre.
Les banques doivent se mouiller et faciliter l’obtention de la taille critique de chaque entreprise selon le marché visé.
Favoriser le capital risque et développement d’origine privé français (avantages sur la feuille d’impôts pour entreprises enregistrées en France ?).
L’éducation évidement, mettre le paquet, latin et grec (en facultatif) c’est sympa, mais les mathématiques ouvrent les portes des secteurs à plus forte valeur ajoutée, services financiers, R&D, numériques, biotech, etc.
Donc protéger les maths, et les sciences.
Ca implique de laisser personne sur le carreau, et ceci dès la maternelle.
Il ne faut pas faire une éducation « égalitaire » qui nivellerait par le bas, mais une excellente éducation avec de multiples systèmes, à tous les niveaux, pour toujours donner une seconde chance individu qui décrocherait.
Enrayer la chute de l’apprentissage et pour les formations, revoir le système actuel qui n’a jamais fait ses preuves. Laisser le contrôle aux régions dans des limites d’une orientation définie au niveau national avec les chefs de toutes entreprises et services. Le deal syndicats-patronat parait inefficace, couteux et vérolé.
Soutenir fortement la formation, l’apprentissage, l’innovation, la recherche et le design.
Conserver un prix de l’énergie au plus bas pour les entreprises.
Baisser le cout de l’immobilier pour les particuliers comme pour les industriels.
Agriculture, aider les agriculteurs et éleveurs à moderniser leurs installations, à faire les bons choix, à exporter.
Augmenter les productions bio, la demande est forte et les quotas disparaissent, autant en profiter pour libérer et valider des terrains pour le bio.
Parallèlement, l’Europe doit prendre ses responsabilités, sur la traçabilité, la protection des productions régionales, les OGM, les aditifs et produits de Monsanto. L’Europe, c’est l’Europe, exception pour aucun des pays. Règles communes pour la sécurité sanitaire.
Avec traçabilité et plus de contrôles préventifs qui couteront toujours moins chers que de réparer les dégâts de différents scandales récents que nous avons tous en mémoire et que le monde agroalimentaire n’a pas fini de payer.
Continuer d’alléger du coût du travail, à simplifier la fiscalité sur les entreprises et assouplir l’environnement administratif et juridique des entreprises.
Très important, rééquilibrer économiquement les nouvelles régions. Un « Grand Paris » pour chaque région.
Municipalités, supprimer l’inutile, investir utile, pas pour des buts électoraux.
La stabilité des règles fiscales et sociales, à terme, est absolument nécessaire, demande récurrente des chefs d’entreprises, mais aussi des particuliers, « savoir sur quel pied danser ».
Les collectivités locales doivent investir plus sur l’ESS, l’Economie Sociale et Solidaire, favoriser l’ESS dans le cadre des marchés publics. L’ESS pèse bien sur la création d’emploi et intéresse les citoyens, une majorité de français se disent intéressés.
Continuer à mettre la pression sur les paradis fiscaux en commençant par l’U.E., sans oublier l’A.E.L.E., Association Européenne de Libre Echange, Liechtenstein, Islande, Norvège et Suisse.
Ne confondre libre échange et libre truandages.
L’Europe n’existera réellement que lorsque les pays auront des règles financières et économiques communes ou comparables. Après avoir affaiblit les mafias et système crapuleux, donc sans oublier les micro-nations situées entre la Turquie et l’Italie, points de passage de nombreuses mafias.
L’Europe deviendra alors crédible et efficace.
En règle générale, lutter contre l’incivilité, les passe-droits et la fraude dans tous les secteurs.
Oui, le tourisme aussi, donc propreté des villes, sécurité, manque de chambres pour l'accueil, et on arrête d'arnaquer les touristes. Et les croisières? Nous sommes au top dans les chantiers navals, avons une infrastructure portuaire importante, une situation géographique privilégiée et on ne sait pas organiser des croisières alors qu'on dispose d'un immense domaine maritime.
..........
..........
Réponse de le 31/08/2015 à 8:15 :
Pourquoi baisser les bas salaires? Ceux-ci ne couvrent pas les frais fixes des ménages. Ils seront encore plus pauvres. Donc il faudra plus d'aides, donc plus de cotisations. Il vaut mieux faire le ménage dans les frais fixes imposé par le système. Je ne parle pas des enseignants, des médecins, des écoles, des pompiers ... etc , qui sont nécessaires pour vivre. Mais des conseillers en Twitter, en nœud de cravate, en lacet, en col de chemise, de quelques strates du mille-feuille, les copains et les copines.
Je vis dans une ville ou il n’y a jamais eu autant eu de touristes par les croisières fluviales. Mais des bus allemand ou hollandais viennent les chercher pour les visites dans la région et en vitesse. La nourriture vient également de ces pays, je vois les livraisons pendant les escales. Des groupes visitent la ville sans passer par les musées. Les touristes boivent un verre ou pas, ils peuvent acheter un souvenir ou autre chose. Mais les revenus engendrés par ceux-ci sont très bas pour la ville et ses commerçants.
Sinon, je dis oui à la formation professionnelle. Il serait temps de la mettre en place. Je suis globalement d’accord avec vos propos. La robotisation me pose un problème. Un ordinateur, ou I.A. pourra bientôt remplacer un journaliste, un juriste, un conseiller fiscale, un comptable etc. La fin de la classe moyenne et moyenne supérieur ? La fin des impôts qui vont avec ?
a écrit le 30/08/2015 à 19:14 :
3 ans et 3 mois pour cette bande d'incompétents socialistes ...pour finalement évoquer un soupçon d'évidence .....!
Réponse de le 30/08/2015 à 19:42 :
Et encore?
a écrit le 30/08/2015 à 18:46 :
Et dire que ces "gabarits" n'ont jamais travailler de leur vie ce ne sont que des apparatchics du P.s. a commencer par les Assouline Valls Bartolone Sapin Cambadèlis ect....
et ils veulent rénover le droit du travail, ils se foutent de notre gueule...Lamentable !!!!!
a écrit le 30/08/2015 à 17:40 :
Il est très étonnant de voir comment les néolibéraux comme Macron arrivent à faire croire aux gens que la crise financière et bancaire est ..... causée par les salariés trop payés et par les 35 heures ... voir par le droit du travail ! C'est sidérant ! En UE vous avez officiellement 1000 milliards de fraude et évasion fiscale vers les "paradis" en majorité. Un décret d'une ligne en finirait (proposition de Merkel en 2008) : interdiction de tout trafic bancaire avec ces "paradis" sous peine de retrait des licences bancaires.
Le secteur financier vit avec la planche à billet ,100 milliards par ...mois en UE, illimité au Japon , et déjà 5000 milliards aux USA ...Les néolibéraux ne font que reculer la date de l'aveu de leur échec et plus on attend plus le Krach obligataire sera violent . La dette Grecque a doublé depuis les interventions de la BCE et FMI . Les salariés ne sont pour rien dans ce délire néolibéral 3 millions d'Allemands travaillent pour 1 euro de l'heure, les "mini jobs" (vérifiez..) 50 millions d'Américains vivent avec des "foods stamps" des bons alimentaires de 4,5 dollars par jour, soit ...20% de la population....
La finance a organisé un marché noir hors impôt , les dark pool ou shadow banking qui représentent ....50 000 milliards (vérifiez en 2 minutes sur google) Oui vous voyez le néolibéralisme est une folie pure qui n'a plus rien à voir avec le libéralisme. Le retour à l'économie réelle sera violent :ruine des assurances vie et autres placements
Réponse de le 30/08/2015 à 18:37 :
En 1929 le krach de wall street a rendu tout le monde chomeur...Cela va arriver mais on sait pas quand ? Préparez vous à perdre votre emploi et votre femme...? Parano ou réalité ? Vous pensez qu'on va revivre 1929 ? L'argent est il quelque chose de si puissant qu'il peut créer des guerres ? Ou bien l'argent a peu de pouvoir ?
Réponse de le 30/08/2015 à 18:48 :
Affirmatif.
Réponse de le 30/08/2015 à 19:46 :
Réflexions en vrac:
Les banquiers sont toujours coupables. Si ils prêtent avec précautions, on dit qu'il ne prêtent qu'aux riches, si ils prêtent aux pauvres ils fabriquent du sur endettement ( début dernière crise)
Les foods stamps existent en france que ce soit sous forme de chèques repas, banques alimentaires, aides diverses aux scolaires, aux personnes isolées, ...
La crise est loin derrière nous, mais la lourdeur de notre état providence retarde ou éloigne l'amélioration constaté dans dautres pays
La qualification de néo libéral est à éviter car de définition vraiment pas claire...
a écrit le 30/08/2015 à 17:36 :
parlons de la fonction publique et de son emploi du temps !!!
Réponse de le 30/08/2015 à 19:14 :
08h30/12h00 13h30/17h00 sauf le jeudi 08h30/12h00 13h30/19h00

une autre question ?
Réponse de le 31/08/2015 à 8:42 :
Du Lundi au Jeudi 7h00-12h00 13H00-16h10
Le Vendredi 7h00-14H20
Autre chose ???
a écrit le 30/08/2015 à 17:09 :
Et crac! Encore un "la croissance, elle est là" (comme dirait le sinistre du Palais), alors qu'elle est à 0, nada, que dalle, néant... comme l'action de tout ces prédateurs de l'argent "public".
a écrit le 30/08/2015 à 16:48 :
Une des causes du déclin économique (ce ne sont pas les 35 h) : c'est la bureaucratie , la haine de l'idéologie socialiste ( cette bureaucratie associée aux banquiers) envers les entrepreneurs individuels
a écrit le 30/08/2015 à 16:44 :
"Pour le Premier ministre, les salariés "ne connaissent plus leurs droits et ne sont donc plus protégés" ": ni les employeurs, ni la DIRECCTE, ni Pôle Emploi ne le connait !

Ce droit est virtuel. Amusez-vous texte en main à venir demander à ce qu'une disposition soit appliquée sur votre lieu de travail ou bien chez Pôle Emploi ! Vous allez voir et puis vous serez viré, classé " S"...
Réponse de le 30/08/2015 à 17:30 :
il y a un an ou deux , j'ai racheté un code du travail puisqu'il faut en mettre un disponible à la consultation par les salariés.
je l'ai acheté en septembre , il faisait à peu près 3500 pages et était livré avec un supplément de 150 pages correspondant aux ajouts et modifications depuis l'édition du mois de février.
on fait comment pour suivre ?
Je suis sur que , en tant qu'employeur , je ne suis pas en règle avec le code du travail mais je suis incapable de dire où et pourquoi :-)
Réponse de le 30/08/2015 à 19:10 :
Recrutez un(e) juriste ou bien prenez les services d'un avocat spécialisé.
Le droit n'est pas une matière simple: au moins 4 ans d'études très selectives.
L'acquisition d'un code du travail est une bonne chose mais ne suffit pas. Il existe aussi le droit conventionnel, la jurisprudence française et européenne, les grands principes.

NB Si vous dirigez une PME: attention la DIRECCTE s'attaque surtout aux petits. Si vous êtes chomeur: "vous n'avez aucun droit" ( sic)
Réponse de le 31/08/2015 à 16:15 :
@james bond : le problème est là : les TPE n'ont tout simplement pas les moyens de payer un juriste, qui leur coutera plus que ce que rapporte la petite entreprise !! Expliquez donc à votre boulanger, votre coiffeur, etc, qu'il doit payer un juriste : il préfèrera se passer d'un salarié! .... et voilà où on en est !
Seulement dans ce pays, on préfère compliquer les choses, puis créer des postes de juristes et e fonctionnaires pour contrôler tout ça !
a écrit le 30/08/2015 à 16:19 :
Ah pour être un marqueur de la gauche, c'est sur que les 35 heures de la gauche ont marqué les salariés........................surtout les salariés des autres pays qui ne demandaient qu'à travailler plus.
a écrit le 30/08/2015 à 15:47 :
mais quelle hypocrisie chez ce personnage. D'un côté ce matin il se vend à la gauche du ps, et maintenant un coup à la droite du ps (enfin ce qu'il en reste, une broutille de fans) en déclarant "réforme de code du travail" ce que honnit la gauche du ps et les alcoolos d'EELV. Donc comment appelle-t-on quelqu'un qui se vend pour qq chose???
a écrit le 30/08/2015 à 15:44 :
en groupe de reflection pour proposons la dissolution de la cgt qui est un frein l 'emploi
Réponse de le 31/08/2015 à 8:52 :
Et c'est de la faute de la CGT les licenciements chez Renault Truck ? alors même que l'entreprise fait des bénéfices !!!!
Quel est le motif de ces licenciements ?
Je suis sûr que vous avez la réponse !!!!
Réponse de le 31/08/2015 à 16:27 :
@ahbon : le problème, c'est que vous considérez un loi comme une charge seigneuriale à vie ! Une fois un emploi donné, vous voulez être indéboulonnable, comme la statut de Lénine sur la place rouge !
Avec ce genre de pensée, la ville de paris devrait financer des allumeurs de réverbères, des porteurs d'eau, des livreurs de charbon ! Il suffit d'augmenter des impôts et on aura les moyens de payer une force de travail dont on a pas besoin.... on comprend pourquoi la compétitivité de la France chute d'année en année, et pourquoi les employeurs ne créent plus de CDI ! Ils seraient mariés à vie à leur salarié !
a écrit le 30/08/2015 à 15:24 :
Parmi les résultats que l'on observe actuellement, AUCUN n'est la cause des actions du gouvernement !
- le pétrole baisse ? c'est grace aux américains qui ont autorisé l'exploitation du gaz de schiste sur leur territoire !
- l'euro baisse ? C'est parce que les américains ont arrété de battre monnaie !
- il y a une micro croissance ? c'est juste les "restes" de la croissance des autres pays, ceux qui sont bien gérés !
RIEN n'est du aux actions (stupides et malhonnêtes) du gouvernement socialiste
a écrit le 30/08/2015 à 15:19 :
Plus personne ne supporte les blasblas Valssiens. Valls inspire le même rejet que Sarkozy Fillon Raffarin, des gouvernements inutiles et néfastes à la Nation Française.
Réponse de le 30/08/2015 à 17:09 :
En effet ! Valls me colle désormais la même allergie que Sarkozy. La dissonance est la même, la rigidité aussi. Il vise le même électorat et sert les mêmes lobbies.
Les écolos ont bien pris la mesure du personnage, Valls ne roule que pour lui-même. Hollande va porter le chapeau et ne se représentera pas.
Réponse de le 30/08/2015 à 17:51 :
Moi, la Valls me fait tourner la tête...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :