Le successeur de Pascal Lamy saura-t-il donner un second souffle à l'OMC ?

 |   |  1309  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'organisation internationale se cherche un nouveau directeur général. Les Etats-membres avaient jusqu'à mercredi pour choisir les deux finalistes parmi les cinq candidats - dont une femme - encore en lice. Le successeur de Pascal Lamy devrait être désigné avant le 31 mai.

C'est (presque) la dernière ligne droite. La 2e session de la sélection du futur directeur général de l'OMC doit s'achever vendredi 26 avril. Sur les neuf prétendants (dont trois femmes) au départ, deux resteront en lice pour le 3e round des discussions qui devraient s'achever au plus tard le 31 mai prochain.

La sélection se fait sous l'égide d'une "troïka" composée du pakistanais Shahid Bashir, le Président du Conseil général de l'OMC, secondé par le canadien Jonathan Fried, Président de l'Organe de règlement des différends et du suédois Joakim Reiter, Président de l'Organe d'examen des politiques commerciales. Et de cette 2e série de consultations des 158 Etats-membres de l'OMC reçus à tour de rôle, les noms de deux personnalités devraient ressortir parmi lesquelles:

Une femme: Mari Elka Pangestu. Cette Indonésienne de 57 ans est actuellement ministre du Tourisme et de l'Economie créative de son pays depuis octobre 2011. Auparavant, elle a joué un rôle actif à l'OMC, en tant que ministre du Commerce de l'Indonésie de 2004 à 2011. Elle a également fait partie de groupes comme le G33, le G20, le groupe de Cairms ainsi que la Salle Verte de l'OMC.

Et quatre hommes:

  • Le Mexicain Herminio Blanco, ancien ministre du Commerce et de l'Industrie de son pays. Il a notamment participé aux négociations de l"Alena, l'accord de libre-échange nord-américain.
  • Le sud-Coréen Taeho Bark. Le ministre du Commerce âgé de 60 ans s'inquiète des négociations transatlantiques.
  • L'ambassadeur du Brésil à l'OMC, Roberto Carvalho de Azevêdo, âgé de 55 ans.
  • Tim Groser, le ministre du Commerce néo-zélandais âgé de 63 ans.
     

Excepté ce dernier, notons que tous sont des candidats de pays émergents. Le 3e round devrait débuter dans la foulée. Sachant que le but de l'opération, comme l'a rappelé Shahid Bashir, est d'arriver à ce "que le processus prenne fin" au plus tard le 31 mai 2013.

Début de mandat le 1er septembre

Ensuite, le nouveau directeur général devra prendre ses fonctions le 1er septembre. Il aura la lourde tâche de relancer les négociations sur la libéralisation du commerce international, au point mort depuis des années.

En effet, le non achèvement du cycle de Doha, lancé en 2001, semble avoir considérablement affaibli l'institution internationale. Notons toutefois que de grandes nations, comme la Russie, continuent à vouloir faire partie du club. Mais, selon Guillaume Klossa, fondateur du think tank européen et transpartisan EuropaNova, ce serait plus la gouvernance que le principe-même de l'OMC qui serait remis en cause.

Il faut reconnaître que Pascal Lamy, l'actuel président de l'OMC, n'a pas réussi à pousser les pays membres à parvenir à un accord. A l'origine, le cycle avait été baptisé "Programme de Doha pour le développement" compte tenu de son objectif principal : améliorer les perspectives commerciales des pays en développement. Finalement, les négociations se sont essentiellement concentrées sur l'agriculture. Objectif : revoir à la baisse les tarifs agricoles pour permettre un meilleur accès des produits des pays en développement aux marchés des pays riches. Mais le sujet est sensible. Et à Doha, les contradictions entre pays riches et pays pauvres étaient trop fortes. Il faut dire que les pays en développement ou émergents, comme le Brésil, n'ont en effet pas les mêmes intérêts que les très pauvres, comme le Burkina Faso. Et bien que les négociations aient même été prolongées au dernier moment, cela n'a pas suffi à mettre tous les pays d'accord.

Les accords bilatéraux se multiplient

Depuis, les accords de libre-échange bilatéraux ne cessent de fleurir et l'OMC peine à endiguer leur prolifération. En effet, il se crée en moyenne deux accords bilatéraux d'investissement chaque semaine selon un rapport publié en 2006, qui précise que 30 % du commerce mondial sont régis par quelque 250 accords bilatéraux et régionaux de commerce.

Canada, Japon, Inde, Maroc, à elle seule l'Union européenne ne compte plus les accords bilatéraux actuellement en discussion. Mais le plus important est sans doute celui entre l'Union européenne et les Etats-Unis. Sachant que, là encore, l'agriculture est celui qui devrait faire l'objet d'un bras de fer. L'un des prétendants à la direction de l'OMC, le sud-Coréen Taeho Bark s'en est d'ailleurs alarmé. "J'ai peur que les négociations sur un accord transatlantique de libre-échange n'accaparent les ressources de l'Union européenne et des Etats-Unis", a déclaré le ministre du Commerce dans un entretien au quotidien allemand Die Welt début avril.

Régler les litiges internationaux

Selon Bruxelles, grâce à un tel contrat, les deux blocs seraient en passe de redéfinir les règles du commerce mondial puisqu'ils pèsent à eux deux près de la moitié de la richesse mondiale et un tiers du commerce international. C'est pourquoi certains experts, à l'instar de Jean-Marc Siroën, professeur d'Economie à l'Université Paris-Dauphine estiment que cet accord signe sans conteste l'arret de mort de l'OMC. Selon lui, le mouvement va d'ailleurs s'accélérer.

Or les accords de libre-échange vont à l'encontre du principe multilatéral de l'OMC, dont le fonctionnement a été calqué sur le modèle du GATT(General Agreement on Tariffs and Trade) de 1947. L'organisation instituée par les accords de Marrakech en 1994 (mais entrée en fonction le 1er janvier 1995) s'occupe de la réglementation du commerce international. Prônant en principe la libéralisation des échanges, l'organisation appréhende les exportations comme moteur de croissance et de plein emploi. Mais son rôle réside principalement dans le règlement des litiges commerciaux entre les états, comme le conflit USA-UE concernant les subventions à Boeing et Airbus par exemple...

La polémique entrée de la Chine

Et pour cause, si le multilatéralisme et la libre-concurrence paraissaient avoir du sens dans les années 1990, il semble que la donne ait considérablement évolué à l'aube du 21e siècle, (en témoigne la publicité faite autour du "consommer local" et du "Made in France"). Cela dit, de grandes nations, comme la Russie -devenue son 156e membre en août 2012-, continuent à vouloir faire partie du club. Rappelons toutefois que l'arrivée de la Chine en 2001 - après 15 ans de négociations - n'a pas arrangé les choses. Loin s'en faut. Justifiant de son statut de pays émergent, la Chine s'est vue octroyer certaines facilités et souplesse concernant les conditions de son accession. Résultat: le pays est aujourd'hui montré du doigt, accusé de concurrence déloyale. Notons à cet égard que si les exportations de l'Union européenne vers la Chine n'ont cessé de croître depuis 2000 - passant de 26 milliards d'euros en 2000 à 136 milliards d'euros en 2011 d'après les chiffres d'Eurostat - l'Allemagne est le seul pays des 27 à ne pas être déficitaire par rapport à Pékin. C'est pourquoi, les pays préfèrent aujourd'hui conclure des accords bilatéraux, à l'instar de l'Union européenne et des Etats-Unis.

Pourtant, certains experts se veulent optimistes et voient même d'un bon oeil l'éventuel accord transatlantique. A l'instar du candidat mexicain Herminio Blanco, l'économiste Dan Ikenson, du célèbre Cato Institute, estime que cet accord pourrait peut etre créer l'étincelle nécessaire à revitaliser certaines parties du cycle de Doha et permettre de réussir un nouveau succès multilatéral.

Du reste, jamais l'organisation n'a compté autant de candidats pour succéder au poste de Pascal Lamy. Sachant que les neuf prétendants de départ ont tous assuré vouloir s'atteler d'emblée à la relance des négociations pour la libéralisation du commerce international. Alors le sommet de Bali du 3 au 6 décembre prochain va-t-il permettre de donner un second souffle au cycle de Doha?

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2013 à 17:10 :
Tiens pas de commentaire... Et pourtant, si l'on savait l'impact que le commerce a sur notre vie, l'économie, l'activité, l'emploi, la vie politique, la culture, le développement, etc. Malheureusement, aujourd'hui, les conditions actuelles du " tout à l'export", les licences d'importation automatique (de facto une obligation d'importer, non pas en fonction de nos besoins, mais en fonction de critères de nivellement par le bas) incitent aux pratiques de dumping, à la concurrence sauvage, aux délocalisations et à la financiarisation. L'économie circulaire et l'activité locale subissent en premier les conséquences (la crise) de la manière dont le commerce est organisé aujourd'hui.
a écrit le 26/04/2013 à 10:10 :
non ils ne servent a rien , il sont déconnecter de la réalité des peuples qui s'ouffre eux NON

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :