Brexit : la Banque d'Angleterre prédit "un choc instantané" en cas de sortie sans accord

Le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE), Mark Carney, a prévenu vendredi qu'un Brexit sans accord le 31 octobre provoquerait un "choc instantané" pour l'économie britannique.
(Crédits : Hannibal Hanschke)

"Sans accord, le choc pour l'économie est instantané", a expliqué M. Carney sur la BBC alors que le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson n'a pas écarté la possibilité d'un départ de l'UE sans filet le 31 octobre. "Des entreprises ne seront plus en capacité de fonctionner" dans cette hypothèse, a averti M. Carney. Interrogé sur le nombre d'entreprises qui pourraient se retrouver dans ce cas, il a répondu : "Potentiellement, un nombre important".

Le gouverneur de la Banque centrale britannique a souligné que certains secteurs seraient particulièrement touchés par un Brexit sans accord qui ferait brusquement passer les relations commerciales entre le Royaume-Uni et l'UE sous l'égide des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) - avec à la clé des droits de douane et des barrières non tarifaires. M. Carney a désigné notamment les secteurs de l'automobile et plus généralement des transports, ainsi que l'industrie chimique et l'industrie alimentaire.

Du côté de l'alimentation, il a souligné que la grande distribution britannique serait confrontée à un problème très compliqué du côté "des produits périssables" importés de l'UE, qui ne peuvent être gardés longtemps et qui sont donc difficilement stockables par avance. In fine, le banquier central a prévenu que nombre de produits de consommation courante, comme "l'alimentation et l'essence", verraient sans doute leurs prix augmenter au Royaume-Uni dont les habitants subiraient une baisse "de leur revenu réel par rapport à ce qu'il aurait été" dans une situation autre que le "no deal".

Johnson souhaite un Brexit au 31 octobre

M. Carney a expliqué qu'un Brexit sans accord entraînerait une baisse de la livre donc un renchérissement des biens importés. La probabilité d'un Brexit abrupt et sans accord a fortement augmenté dernièrement avec l'arrivée au 10, Downing Street du Brexiter Boris Johnson. Le nouveau chef du gouvernement a promis que son pays quitterait l'Union européenne le 31 octobre, qu'un accord ait été conclu ou pas avec Bruxelles.

Lire aussi : Brexit : Londres accélère ses préparatifs pour une sortie de l'UE sans accord

M. Carney était interrogé vendredi au lendemain de la publication d'un rapport trimestriel de la Banque d'Angleterre sur l'économie britannique. Dans ce rapport, la BoE a abaissé ses prévisions de croissance à 1,3% pour 2019 et 2020, notamment du fait des incertitudes entourant le Brexit qui dissuadent les entreprises d'investir.

Certains observateurs se sont toutefois montrés surpris du fait que la BoE ne présente pas de chiffres précis sur les conséquences d'un Brexit sans accord. M. Carney et la BoE ont été régulièrement accusés par les partisans convaincus du Brexit d'être trop alarmistes quant aux conséquences économiques du départ de l'UE.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 41
à écrit le 04/08/2019 à 17:25
Signaler
N'importe quoi! Boris a dit que c'était une opportunité fantastique.

à écrit le 03/08/2019 à 20:41
Signaler
Les banquiers predisent .. au lieu d anticiper .. ont sais ce que ca donne ..

à écrit le 03/08/2019 à 12:47
Signaler
Pas la peine d'être une banque ou d'avoir fait HEC pour faire cette prédiction !!! Cela est de la pure logique... CQFD... Semper Fi... ;)

le 03/08/2019 à 15:28
Signaler
Vous l'avez vu dans une boule de cristal

à écrit le 03/08/2019 à 12:41
Signaler
Cette "nouvelle " est plutôt enfoncé des portes ouvertes.

à écrit le 03/08/2019 à 8:25
Signaler
Faire un choix, comporte toujours un prix, quelque soit les choix envisagés. Mais peut-on dire que devenir indépendant, est un mauvais choix politique? La politique ne se résume point à l'économie. La liberté a toujours un prix, en toute chose; mais ...

le 03/08/2019 à 9:29
Signaler
" le peuple préfère souvent les chaines" La liberté consiste à faire tout ce que permet la longueur de la chaîne. François Cavanna

le 03/08/2019 à 9:58
Signaler
Tout cela est joliment écrit mais les brexiters n'ont jamais dit qu'il y avait un prix à payer lors de la campagne sur le référendum. Au contraire l'argent allait couler à flot pour le système de santé brittanique disaient-ils. Maintenant ils disent ...

le 03/08/2019 à 12:20
Signaler
L'indépendance n'existe pas c'est un concept creux. Un homme indépendant c'est un nouveau né mort. Une nation indépendante, ce sont les derniers indigènes de l’île de Pâques. Que les anglais le veuillent ou non, ils sont dans des schéma d’interdép...

le 03/08/2019 à 15:29
Signaler
Rien ne suggère que le brexit sera mauvais économiquement.

le 03/08/2019 à 18:20
Signaler
Le RU n'était pas, comme le prétendent les brexiteurs, une victime de l'Europe. Le brexit ne peut rien apporter de plus que ce que le RU avait déjà. A savoir une certaine prospérité économique, une grande liberté commerciale et la liberté de circu...

à écrit le 03/08/2019 à 7:51
Signaler
Brexit = fin du monde !.......mais comment faisaient-ils AVANT ?

le 03/08/2019 à 21:47
Signaler
Le RU n'a rejoint ce qui s'appelait alors le marché commun que parce que son économie était dans un état désastreux.

à écrit le 02/08/2019 à 16:26
Signaler
Y a peut-être du vrai du moins au début. Mais voyez la Suisse au beau milieu de l'UE. Avec un Pub/hab largt sup à tous et qui en plus se paye le luxe de fixer au jour le jour ses droits de douanes pour les produits agricoles importés de France, en ...

le 02/08/2019 à 17:36
Signaler
Comment s'appelle le Sully suisse? A-t-il fait l'ENA?

le 02/08/2019 à 18:35
Signaler
Il y a quand même des sacrés différences entre la Suisse et le RU. Premièrement il y a plusieurs centaines de milliers de travailleurs français transfrontaliers qui sont payés avec un salaire suisse et qui font leurs courses dans les supermarchés f...

le 02/08/2019 à 23:10
Signaler
Avez vous vu le prix des produits alimentaires en Suisse ?

le 03/08/2019 à 0:35
Signaler
Sauf que la Suisse n'a jamais fait partie de l'UE et donc le scenario d'une rupture ne s'y est jamais produit. On ne peut pas décider de ce que sera la situation d'un couple après un divorce en regardant comment vivent les célibataires. La compa...

le 03/08/2019 à 12:59
Signaler
Mouais sauf que la Suisse n'a jamais été dans l'Europe donc commencer par comparer ce qui est comparable, tiens c'est comme la Grèce qui n'aurait jamais dû entrer dans l'Europe avec ses comptes bancaires trafiqués et maquillés comme une voiture volée...

à écrit le 02/08/2019 à 15:48
Signaler
Plus le pouvoir financier s'effondre et plus le pouvoir politique a de l'importance, de ce fait il vaudra mieux parier sur un RU à la puissance retrouvée que sur cette pauvre vieille UERSS noyée dans sa médiocrité. Et si je dois me taper un pot d...

à écrit le 02/08/2019 à 15:32
Signaler
L' UE fera TOUT pour réactiver le Project Fear activé depuis la période électorale qui a précédé le Brexit. BJ : Il est devenu clair qu’il y a des pessimistes chez nous et à l’étranger, qui pensent qu’après trois années d’indécision c...

le 02/08/2019 à 16:17
Signaler
Le "project fear" est un problème anglais, pas européen. Ce sont les anglais qui ont renoncé à sortir fin mars. Ce sont les anglais qui ont mis un an à activer l'article 50. Ce sont les anglais qui ne veulent surtout pas fermer la frontière avec l'Ir...

le 02/08/2019 à 16:39
Signaler
Non mais ça t'arrive de réfléchir posément ? Ce que dit l'article est juste du bon sens.

le 02/08/2019 à 23:15
Signaler
Dans moins de 3 mois on verra si les Cassandre avaient raison ou pas, un peu de patience... Ce qui est à peu près sûr c'est que l'industrie automobile britannique (à part peut être le super luxe comme Bentley ou Rolls Royce) ne se remettra pas d'un n...

à écrit le 02/08/2019 à 14:20
Signaler
En principe, quand on sort d'une tutelle, on se sent revivre d'être en pleine responsabilité!

à écrit le 02/08/2019 à 14:00
Signaler
Pour rappel: La banque d'Angleterre avait promis 17 années consécutives de récession ---dès le lendemain du vote-- en cas de Leave. "Le pays va entrer en récession", "Le chômage va exploser", "La livre sterling va s'effondrer", "Les marchés financie...

le 02/08/2019 à 14:10
Signaler
Sauf que le Brexit n’a pas encore eu lieu, alors votre théorie ne tient pas. Attendez de voir le post 31 octobre (si cette date est tenue), et les années qui suivront. Un pays seul, sur la durée, ne pourra pas être plus puissant que les marchés europ...

à écrit le 02/08/2019 à 13:49
Signaler
Tu m'étonnes que le Trump il soit content, il a trouvé de nouveaux clients qui vont lui mangé dans le creux de la main et qui ne seront pas prêt de la ramener vu leur situation prochaine...

le 02/08/2019 à 23:18
Signaler
Miam miam, du boeuf aux hormones, du poulet javellisé et des OGM. Les britanniques en salivent déjà...

le 03/08/2019 à 16:44
Signaler
Et si en lui mangeant dans la main, il laisse tomber par mégarde des miettes sur ses bottes, il faudra aussi qu'il les lèche.

à écrit le 02/08/2019 à 13:41
Signaler
C'était prévu (par les proBrexit), mais il parait qu'ils en ont vu d'autres (la guerre, du sang et des larmes) et rebondiront, peut-être d'ici dix ans ? Mais y a eu tellement de promesses et scénarios qu'il ne faut croire personne. L'interdépendance...

à écrit le 02/08/2019 à 13:01
Signaler
La vox economi doit elle mener les nations? Et quand on voit leur commerce exterieur, un peut d'isolationnisme ne leur fera pas de mal

à écrit le 02/08/2019 à 12:44
Signaler
Très bonne nouvelle. Un brexit sans Accord rendra les négociations plus aisées et les britanniques comprendront enfin le vrai coût du brexit.

le 02/08/2019 à 14:14
Signaler
De quel coût parlez-vous ? Soyez plus précis svp. Les 40Mds de l'accord portent sur les engagements pris par le RU, ce n'est pas un amende. L'absence d'accord signifie donc un manque à gagner pour l'UE de 40Mds, qui sera partagé entre les pays contri...

le 02/08/2019 à 15:37
Signaler
Non non, l'UE n'est pas le centre du monde, mais disons que c'est un partenaire de proximité. Géographie et culturelle. C'est plus facile pour un britannique de faire du business avec un européen qu'avec un coréen, de trouver des produits communs etc...

le 03/08/2019 à 8:52
Signaler
Par définition, dans un brexit sans Accord il n'y a plus de négociations. Donc si les droits de douanes sont rééchelonnés au niveau prévu par l'OMC, ce sont les pays exportateurs de l'EU qui ont le plus à perdre car le Royaume-Uni a un solde commerci...

le 03/08/2019 à 10:06
Signaler
@morpheux Il suffit de regarder une carte du monde pour comprendre toute l'importance qu'a l'UE pour le RU, ne soyez pas dans le déni. L'UE n'est pas le centre du monde mais pour le RU c'est tout comme.

à écrit le 02/08/2019 à 12:29
Signaler
Les anglais feraient mieux de revoter , la situation devient kafkaïenne .

à écrit le 02/08/2019 à 11:51
Signaler
Jamais un premier ministre et un gouvernement n'a autant méprisé et ignoré les avertissements de tous les responsables économiques, financiers, syndicaux et sociaux sur les choix politiques poussés à outrance par les médias appartenant à Rupert Murdo...

à écrit le 02/08/2019 à 11:42
Signaler
En principe, quand on sort d'une tutelle, on se sent revivre d'être en pleine responsabilité!

le 03/08/2019 à 16:50
Signaler
Quand un poisson sort de l'eau, il revit en effet.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.