Chine : les importations et les exportations continuent à chuter

 |   |  456  mots
Les exportations vers les Etats-Unis et l'Association des pays du sud-est asiatique (ASEAN) continuent de croître, mais les exportations à destination de l'UE (Union européenne) et du Japon déclinent.
"Les exportations vers les Etats-Unis et l'Association des pays du sud-est asiatique (ASEAN) continuent de croître, mais les exportations à destination de l'UE (Union européenne) et du Japon déclinent." (Crédits : STRINGER SHANGHAI)
Le commerce extérieur chinois pâtit notamment d'une baisse de la demande en Europe et au Japon. En août, le pays a enregistré son 10e mois consécutif de chute des importations (-13,8%) et un nouveau recul de ses exportations (-5,5%). Certains analystes s'alarment, d'autres pas.

Après les mauvais résultats du côté de son activité manufacturière en août, la Chine est confrontée à de mauvaises nouvelles pour la santé de son économie du côté de son commerce extérieur. En août, ses exportations, --qui représentent environ 1 point du PIB chinois en 2014 (*)--,  ont reculé de 5,5% après un recul de 8,3% en juillet sur un an à 196,9 milliards de dollars. Selon les douanes chinoises, l'Europe et le Japon sont en partie responsables de ce nouveau ralentissement:

"Les exportations vers les Etats-Unis et l'Association des pays du sud-est asiatique (Asean) continuent de croître, mais les exportations à destination de l'UE (Union européenne) et du Japon déclinent", ont-elles indiqué dans un communiqué.

Les importations, elles, ont connu leur 10e mois de recul consécutif. Avec un ralentissement plus fort. Elles ont chuté de 13,8% en août après une contraction de 8,1% en juillet. En baisse de 14,5% sur les huit premiers mois de l'année comparé à la même période en 2014. L'excédent commercial atteint toutefois 60,24 milliards de dollars.

"La Chine est en train de rater son objectif de croissance des exportations"

"La Chine est en train de rater son objectif de croissance des exportations pour cette année. Et il n'y aura pas d'aide en provenance de la demande extérieure pour soutenir la croissance économique", prédit Liu Xuezhi, un analyste de la Bank of Communications à Shanghai, interrogé par Bloomberg.

Du côté de Capital Economics, cité par le Wall Street Journal, on nuance le poids des mauvais chiffres des indicateurs du commerce extérieur chinois.

Les fortes exportations constatées en août 2014 ont rendu celles d'août 2015 faibles par effet de comparaison, explique le groupe de recherche. En outre, l'organisation estime que l'effondrement des prix des matières premières a fait baisser la valeur en dollars des exportations. Pour Capital Economics, le volume reste bon.

La dévaluation du yuan n'a pas eu encore d'effet

"La modeste dévaluation du Yuan (enclenchée le mois dernier, Ndlr) doit encore montrer ses effets sur les exportations", souligne Liu Xuezhi. Pour rappel, la Chine a agi pour dévaluer sa monnaie pour améliorer ses exportations en réduisant les prix des produits exportés à l'étranger.

Les effets ont peu été ressentis au mois d'août. Selon des économistes cités par le Wall Street Journal, il faudra attendre deux à trois mois pour observer un impact significatif de la dévaluation du renminbi.

___

(*) "La croissance chinoise de 7,4% se répartit ainsi: 3,8 points pour la consommation, 2,6 pour les infrastructures et 1 point pour les exportations" (lire : "Le Chengdu d'aujourd'hui est le Shanghai d'il y a cinq ans" ; interview de François Candelon du BCG)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2015 à 15:22 :
A mon humble avis, il y a quelques problèmes:
- les pertes de USD 5 000 Mlds des bourses continentales pourraient avoir un effet sur la consommation interne,
- d'après ce que je lis (est-ce vrai ?), il y a eu de très nombreux projets dans les infrastructures qui n'ont aucune rentabilité. On peut supposer que les dirigeants étudieront plus en détail avant d'investir de nouveau,
- baisse de USD 400 Mlds de réserves de la banque de Chine (probablement pour soutenir les marchés) et ce n'est peut-être pas terminé,
Pour les exports aucune idée. La dévaluation du yuan paraît faible pour aider de façon significative.
Cordialement
a écrit le 08/09/2015 à 14:49 :
Grosse erreur dans l'article, les exportations ont participé pour 1 point à la CROISSANCE du PIB en 2014, mais ils représentent bien plus d'un point de pourcentage dans la PIB !
a écrit le 08/09/2015 à 12:38 :
Ca, c'est parce qu'il n'y a pas de crise économique mondiale. Y'aurait une bonne crise type 1929, la Chine se porterait 'harchement bien... Si vous ne me croyez pas, demandez à Mahame L'Hagarde. Elle sait elle, que tout va bien dans son monde.
Réponse de le 08/09/2015 à 14:35 :
La crise style "1929" n'est pas encore là...là on traverse une mini mini mini mini mini crise par rapport à celle qui va venir .....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :