Hong Kong : manifestation monstre attendue dimanche après celles de samedi

 |   |  869  mots
Les manifestants pro-démocratie se préparent à un grand rassemblement dimanche 18 août.
Les manifestants pro-démocratie se préparent à un grand rassemblement dimanche 18 août. (Crédits : Kim Hong-Ji)
Les milliers de manifestants pro-démocratie réunis ce samedi encore à Hong Kong se sont dispersés en début de soirée, avant un rassemblement dimanche à l’initiative d’une organisation non violente. Signe des divisions qui se font jour, d’autres manifestants pro-gouvernementaux étaient aussi rassemblés samedi après-midi contre le mouvement pro-démocratie et en soutien à la police.

Dix semaines de protestations ont plongé le centre financier international dans la crise, la Chine continentale dirigée par les communistes adoptant un ton de plus en plus dur, allant jusqu'à qualifier les actions les plus violentes des manifestants de "quasi-terroristes".

Les militants pro-démocratie ont prévu deux rassemblements, samedi et dimanche, pour montrer à Pékin et aux dirigeants non élus de la ville que leur mouvement bénéficie toujours d'un large soutien public, malgré un comportement de plus en plus violent de la part d'une minorité d'éléments radicaux.

Dérapages et récupération chinoise

Mardi, les manifestants avaient bloqué l'embarquement des passagers à l'aéroport de la ville et ensuite agressé deux hommes qu'ils accusaient d'être des espions chinois.

Ces images ont terni un mouvement qui s'en était pris jusque-là principalement à la police ou aux institutions gouvernementales, mais elles ont déclenché un examen de conscience parmi les contestataires.

La propagande de Chine s'est aussitôt emparée de ces violents dérapages, les médias d'État s'empressant de diffuser un déluge d'articles, d'images et de vidéos sur le sujet. Ils ont également diffusé des images de soldats chinois et de transports de troupes blindés massés de l'autre côté de la frontière, à Shenzhen.

Washington a prévenu Pékin qu'une intervention militaire serait une "grosse erreur", tandis que les experts estiment qu'elle serait un désastre du point de vue économique et en terme d'image pour la Chine.

L'Union européenne a lancé samedi un appel à un "dialogue large et inclusif" afin de "désamorcer la situation" à Hong Kong, estimant essentiel de "faire preuve de retenue et de rejeter la violence".

Rassemblement pro-gouvernement

Les rassemblements de samedi ont débuté par une marche de milliers d'enseignants sous une pluie torrentielle pour soutenir le mouvement pro-démocratie, en grande partie emmené par de jeunes militants.

Dans l'après-midi, une foule encore plus importante s'est rassemblée pour marcher à Hung Hom et à To Kwa Wan, deux quartiers portuaires populaires auprès des touristes chinois du continent.

Certains manifestants s'en sont pris aux locaux de la Fédération des syndicats, une organisation pro-Pékin, les couvrant de graffitis et les bombardant d'oeufs.

"Le gouvernement n'a pas encore répondu à une seule revendication et a intensifié la pression policière pour réprimer la voix du peuple", a déclaré à l'AFP un manifestant de 25 ans disant se prénommer Mars.

"Si nous ne descendons pas dans la rue, notre avenir, notre prochaine génération sera confrontée à davantage encore de répression ", a-t-il ajouté.

De l'autre côté du port, des partisans de Pékin se sont réunis également en nombre dans un parc où plusieurs orateurs ont dénoncé la violence des manifestants pro-démocratie, pendant que des vidéos diffusées sur un écran géant montraient quelques récents affrontements avec la police. "Leurs actes ne sont pas humains, ils (les pro-démocratie) sont tous devenus des monstres", a déploré Irene Man, retraitée de 60 ans soutenant le gouvernement. "Ce sont des émeutiers, dénués de raison, sans pensée".

Ce rassemblement pro-gouvernement s'est dispersé sans incident un peu avant la tombée de la nuit.

Mais le véritable test de la détermination des militants pro-démocratie comme de celle des autorités pro-Pékin la principale manifestation du week-end est attendu dimanche, à l'occasion d'un grand rassemblement à l'appel du Front civil des droits de l'Homme, une ONG non violente déjà à l'origine des manifestations record de juin et juillet auxquelles ont pris part des centaines de milliers de personnes,

Interdiction de défiler dans la rue dimanche

Les militants pro-démocratie purs et durs ont fait face à la police dans le quartier de Mong Kok dans les nouveaux territoires (nord), où de multiples affrontements ont eu lieu ces dernières semaines.

Ils ont bloqué des routes et pointé leurs rayons laser sur la police anti-émeute qui a mené quelques charges, dispersant les manifestants qui se sont brièvement rassemblés.

En début de soirée, la plupart des militants clamant qu'ils réservaient leur énergie pour le grand rassemblement pro-démocratie attendu dimanche, se sont séparés. Le Front civil des droits de l'Homme a souligné que ce rassemblement devait être "rationnel, non violent".

La police a donné son feu vert à ce rassemblement dans un grand parc de l'île de Hong Kong, mais a interdit aux manifestants de défiler dans la rue. Ce genre d'interdiction a presque systématiquement été ignoré par les manifestants ces dernières semaines, donnant lieu à des heurts avec les forces de l'ordre.

Les autorités justifient ces interdictions par les violences de plus en plus récurrentes lors des cortèges, les manifestants s'en prenant aux commissariats. Le mouvement ne plie pas, malgré l'arrestation de plus de 700 personnes en plus de deux mois de manifestations.

Née en juin du refus d'un projet de loi controversé autorisant les extraditions vers la Chine, la mobilisation a depuis élargi ses revendications pour demander notamment l'avènement d'un véritable suffrage universel, sur fond de crainte d'une ingérence grandissante de Pékin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/08/2019 à 11:49 :
la dictature communiste chinoise va enfin perdre la face aux yeux du monde entier libre , son avancée économique va trébucher , nos dirigeants européens trop sinophiles vont devoir manger leur chapeau .
a écrit le 18/08/2019 à 8:37 :
C'est tout de même autre chose que les gilets jaunes que, pourtant, les télévisions soutenaient à bout de bras, soulignant qu'ils étaient "déjà" des centaines quand quelques dizaines seulement se mettaient en marche...
Réponse de le 19/08/2019 à 11:56 :
Les gilets jaune soutenus? Quel média les a soutenu? Tout les media de notre pays travaillent POUR le gouvernement en place !! Du temps de Sarkozy ils allaient dans son sens aujourd'hui ils sont dans le sens de Macron !!!
a écrit le 17/08/2019 à 19:14 :
Tous ces posts français anti Chine ... C'est ridicule
Réponse de le 18/08/2019 à 12:12 :
Vous avez bien raison ! Je dirais même que c'est absurde de la part de citoyens d'un pays probablement plus communiste que la Chine...
Réponse de le 19/08/2019 à 12:00 :
Pourquoi anti-Chine? Moi ce que je constate c'est que les chinois réputé pour être fortement endoctrinés dès leur plus jeune âge sont aujourd’hui fortement en désaccord avec la politique... Je ne sais pas ou on va mais voir un pays comme celui là se rebeller me semble présager un fin de notre monde tel qu'on le connaît... Y a pas que la France qui va mal c'est le monde... Prochaine étape soit détruire la bourse qui détruit notre monde soit sortir la guillotine pour raccourci tout ces grands de ce monde qui se croit plus intelligent et au dessus de tout les autres? L'avenir nous le dira mais on y va rapidement !!!
a écrit le 17/08/2019 à 18:36 :
Voilà qui prend le relais des GJ en vacances dans les médias, vive la rentrée!
a écrit le 17/08/2019 à 18:22 :
Il n y a qu’une solution pour les habitants
Partir
Avant que les dictateurs chinois arrivent

Car c’est bien une dictature avec un seul parti et des mafias officielles
Les chinois sont déjà très fort à part Trump personne n ose les contrarier .ils vont finir pas envoyer l armée

Partez brave gens
Sauvez votre peau
a écrit le 17/08/2019 à 18:07 :
Les communistes de Pékin vont ils céder une nouvelle fois à la violence ? Les Paris sont ouverts.
Ils ont le choix entre une image désastreuse à l'étranger et le risque d'une contamination à l'intérieur. Ils sont de toute façon perdants et je les sens bien sacrifier leur image à l'étranger, voire provoquer des tensions qui pourraient mener le Monde au bord du chaos et de la barbarie.
Réponse de le 18/08/2019 à 12:15 :
Les Hongkongais sont admirables de subtilité et de courage. Ils ne veulent pas lâcher prise sur le régime communiste totalitaire de Pékin qui de toute façon ira jusqu'au crime contre l'humanité, comme place Tiananmen il y a quelques décennies, pour imposer son autorité car il y va de sa survie. Donc perdu pour perdu, autant aller jusqu'au bout. Seul un effondrement économique de la Chine serait la solution pour mettre à bas la dictature chinoise qui a réussi l'exploit de surpasser la fiction du roman d'Orwell 1984.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :