La Nigériane Okonjo-Iweala et la Coréenne Yoo seules en lice pour diriger l'OMC

Du jamais vu... Deux femmes - la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala et la Coréenne Yoo Myung-hee - restent seules en lice dans la course pour le poste de chef de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).
(Crédits : DR)

Les deux noms ont été annoncés officiellement jeudi en fin de matinée, par le porte-parole de l'OMC, Keith Rockwell, au siège de l'organisation à Genève. L'OMC, qui est en crise notamment à cause des assauts répétés de l'administration Trump, a jusqu'à présent toujours été dirigée par des hommes et la candidate retenue pour en prendre les rênes doit être désignée à l'issue d'ultimes tractations au début du mois de novembre.

Les deux femmes avaient eu un soutien de poids en début de semaine de la part de l'Union européenne, après le ralliement à l'avis des autres membres de l'Union de la Hongrie, qui soutenait deux autres prétendants - Liam Fox, ancien ministre du Commerce extérieur britannique, pro-Brexit, et la candidate kényane Amina Mohamed.

Le Saoudien Mohammed Al-Tuwaijri a lui aussi été éliminé.

Des femmes d'expérience

Ces deux femmes "sont particulièrement qualifiées", a souligné M. Rockwell, ajoutant que ce sont "des personnes avec beaucoup d'expérience et qui ont l'habitude de traiter de sujets épineux".

Mme Ngozi Okonjo-Iweala, 66 ans, a été la première femme de son pays à avoir dirigé les ministères des Finances et des Affaires étrangères. Economiste de formation elle a également été directrice des opérations de la Banque mondiale.

Jusqu'à très récemment elle a aussi présidé l'Alliance mondiale pour les vaccins et vaccinations (Gavi) et piloté l'un des programmes de l'Organisation mondiale de la santé dans la lutte contre le Covid-19.

A 53 ans, Yoo Myung-hee est la première femme de son pays à avoir dirigé le ministère du Commerce. Elle a pris en charge en 1995 le dossier OMC au ministère du Commerce puis dirigé les négociations sur des accords de libre-échange, notamment celui liant la Chine à la Corée du Sud. Elle a également travaillé auprès de l'ambassade sud-coréenne en Chine (2007-2010).

La présidence sud-coréenne a estimé dans un communiqué publié peu après l'annonce, que Mme Yoo "est la personne adéquate pour faire de l'OMC une organisation plus résiliente et plus alerte, tout en renforçant ses capacités".

Une (très) lourde tâche en période de tensions

L'une de ces deux femmes devrait donc succéder au Brésilien Roberto Azevedo, parti fin août de l'OMC, un an plus que tôt que prévu, pour raisons familiales, en plein marasme économique mondial, laissant l'institution en crise.

Le prochain chef de l'institution devra affronter la crise économique mais aussi la crise de confiance dans le multilatéralisme et dans le bien fondé de la libéralisation du commerce mondial, le tout sur fond de guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques mondiales, la Chine et les Etats-Unis.

"Il est évident que celle qui décrochera le poste aura fort à faire dès son premier jour de travail", a reconnu le porte-parole.

Washington, s'estimant "inéquitablement" traité par le gendarme du commerce mondial, a menacé de quitter l'organisation, dont il réclame la refonte, et paralyse depuis décembre le tribunal d'appel de son organe de règlement des différends.

La donne pourrait bien sûr totalement changer en fonction des résultats de l'élection présidentielle du 3 novembre, si Donald Trump est défait par son adversaire démocrate Joe Biden, qui a été le vice-président de Barack Obama pendant huit ans. Mais pour l'heure, les craintes que la campagne américaine ne paralyse le processus ne se sont pas matérialisées. "Je ne crois pas que la situation politique d'un quelconque pays ait fait partie de l'équation", a estimé M. Rockwell.

Un faible rebond pour 2021

Mardi, l'OMC a publié ses nouvelles prévisions, qui montrent que le commerce mondial, une des principales victimes économiques de la pandémie de Covid-19, est moins malade qu'initialement prévu mais que le rebond sera bien plus faible que ne le pensait l'organisation encore au mois d'avril. Elle estime que les échanges commerciaux internationaux vont baisser de "seulement" 9,2% en volume cette année, là où en avril elle tablait plutôt sur une chute de 12,9%.

Pour 2021, elle table sur un rebond de 7,2% là où elle imaginait presque 21,3% de hausse lors de ses prévisions du mois d'avril.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 08/10/2020 à 16:19
Signaler
Normal de refiler les boules puantes aux femmes ? L’OMC = bombe à retardement !

à écrit le 08/10/2020 à 13:21
Signaler
Hériter de ce poste à ce moment précis là c'est loin d'être un cadeau, mais vraiment pas, donc avant de crier victoire, attendons de voir.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.