Le chômage s'envole en Chine et se rapproche de son niveau historique

Le Covid sape la consommation et propulse le chômage à 6,1% en avril, un niveau déjà atteint en 2020, au plus fort de la pandémie. Alors que le redémarrage devait être fulgurant, la crainte de confinements et les fermetures de commerces non essentiels ainsi que des lieux publics fragilisent l'activité. En conséquence, les principales Bourses européennes sont attendues en baisse lundi.

3 mn

(Crédits : Jason Lee)

La Chine va-t-elle atteindre cette année l'objectif de croissance de 5,5% qu'elle s'est fixée ? Rien n'est moins sûr. Alors que la seconde économie mondiale applique toujours des restrictions anti-Covid drastiques, les économistes commencent à envisager la plus faible une croissance atteinte depuis 1990 - hors année Covid en 2020. Au lieu de poursuivre son redémarrage en fanfare, le moteur chinois montre en effet plusieurs signes de ralentissement.

En conséquence, les principales Bourses européennes sont attendues en baisse lundi après la publication de plusieurs indicateurs économiques chinois inférieurs aux attentes. Le CAC 40 a ouvert à -0,64%.

Particulièrement surveillé par le pouvoir chinois, le taux de chômage s'est ainsi établi à 6,1% en avril. Un niveau proche du record absolu de 6,2% en février 2020, au plus fort de la vague épidémique initiale. A noter aussi qu'en Chine, le chômage est calculé pour les seuls urbains et exclut de fait les millions de travailleurs migrants, particulièrement vulnérables.

Pour rappel, en 2020, la Chine a été le seul pays à enregistrer un PIB positif, à 2,3%, quand toutes les autres économies sombraient en récession. Mais le contexte de la guerre en Ukraine rebat les cartes du commerce mondial et la "stagflation" (croissance atone, inflation élevée) guette les économies développées.

Pékin se fixe comme objectif de créer cette année quelque 11 millions d'emplois, un chiffre en baisse par rapport à 2021 (12,69 millions). Mais ce critère ne renseigne en rien sur le nombre d'emplois détruits à cause de la crise sanitaire.

La production industrielle en recul

Aussi, la production industrielle de la Chine a décliné en avril de 2,9% en rythme annuel, marquant un net ralentissement après une croissance de 5% en mars, montrent des statistiques officielles.

Les analystes n'anticipaient qu'un fort ralentissement (+0,5%), au moment où la mise sous cloche de Shanghai perturbe les chaînes d'approvisionnement.

Face à ces risques de ralentissement, Shanghai a d'ailleurs du assouplir sa politique anti Covid avec la réouverture ce lundi de certains commerces.

Les ventes au détail ont, elles, poursuivi leur recul, en baisse sur un an de 11,1% le mois dernier, après une baisse de 3,5% en mars, du fait d'un resserrement des restrictions sanitaires face au Covid-19.

Quant à l'investissement en capital fixe, sa croissance s'est tassée sur les quatre premiers mois de l'année à 6,8% contre 9,3% à fin mars, selon le BNS.

Au coeur du ralentissement, se trouve d'ailleurs le danger de l'investissement privé immobilier, à l'image du scandale du promoteur Evergrande.

Lire aussi 3 mnDe nouvelles têtes arrivent à la direction d'Evergrande : la Bourse anticipe un sauvetage de Pékin

Pékin relativise

L'impact du Covid sur l'activité sera de "courte durée", a tenté de rassurer un porte-parole du BNS, Fu Linghui, jugeant qu'une reprise se profilait.

Surtout, Pékin pourrait avoir recours à des mesures spéciales, principalement des allègements fiscaux pour soutenir son économie. Une nouvelle baisse des taux directeurs, augmentant l'endettement public, pourrait aussi être envisagé.

En décembre, la Banque centrale de Chine avait déjà abaissé ces deux taux pour la première fois depuis 20 mois. Le taux directeur s'établit aujourd'hui à 3,7%. Le but est de faciliter les conditions de crédit pour les ménages et les entreprises.

En 2021, la Chine avait enregistré une croissance annuelle de 8,1%, au plus haut depuis près d'une décennie.

(Avec AFP et Reuters)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 16/05/2022 à 14:55
Signaler
Si la Chine vous intéresse, lisez "Un siècle chinois" de Jean Tuan (C.L.C. Éditions), publié en avril 2022. Préfacé par Marie Holzman, sinologue respectée, ce récit évoque le parcours du père de l'auteur venu en France en 1929 depuis la Chine, leur i...

à écrit le 16/05/2022 à 10:10
Signaler
"6,2% en février 2020, au plus fort de la vague épidémique initiale. A noter aussi qu'en Chine, le chômage est calculé pour les seuls urbains et exclut de fait les millions de travailleurs migrants, particulièrement vulnérables."c ' est sur qu avec u...

à écrit le 16/05/2022 à 10:10
Signaler
"6,2% en février 2020, au plus fort de la vague épidémique initiale. A noter aussi qu'en Chine, le chômage est calculé pour les seuls urbains et exclut de fait les millions de travailleurs migrants, particulièrement vulnérables."c ' est sur qu avec u...

à écrit le 16/05/2022 à 9:38
Signaler
Peut-être serait il temps d'arrêter les euphémismes, deux ans de fermeture économique par notre classe dirigeante mondiale et maintenant une guerre décidée par notre classe dirigeante mondiale font que 2023 va être une catastrophe économique majeur. ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.