Le Japon doit faire face à la pire chute de son PIB en 5 ans

 |   |  787  mots
La consommation des ménages, principale responsable de la dégringolade constatée à la fin de l'an passé, a dévissé de 3% sur un trimestre.
La consommation des ménages, principale responsable de la dégringolade constatée à la fin de l'an passé, a dévissé de 3% sur un trimestre. (Crédits : Thomas White)
Affectée par une augmentation de la très impopulaire taxe sur la consommation et placée sous la menace du coronavirus, l'économie nippone pourrait entrer en récession.

Le Japon a subi au 4e trimestre 2019 la pire chute en 5 ans de son produit intérieur brut (PIB), plombé par une augmentation de la très impopulaire taxe sur la consommation. Il est désormais sous la menace du coronavirus.

Une récession (deux trimestres consécutifs de recul) apparaît probable en raison des répercussions négatives encore difficiles à mesurer de l'épidémie de la nouvelle forme de pneumonie virale originaire de Chine et dont le Japon est à l'heure actuelle le deuxième foyer (355 cas issus du paquebot en quarantaine Diamond Princess, 59 cas autres).

Lire aussi : Coronavirus : l'économie chinoise asphyxiée, l'activité mondiale menacée

Comparé à celui des trois mois précédents, le PIB de l'archipel a lâché 1,6% entre octobre et décembre dernier, essentiellement victime de l'effet dissuasif sur la consommation de la hausse de TVA intervenue en octobre.

Ce déclin marqué, le premier constaté en cinq trimestres, était attendu par les analystes. Il est néanmoins plus sévère que prévu et inédit depuis celui de 1,9% qui avait suivi une précédente augmentation de cette même taxe sur la consommation en avril 2014.

Transcrit en rythme annuel, le recul du 4e trimestre 2019 correspond à une chute de 6,3%, a précisé le gouvernement.

Sur l'ensemble de l'année 2019, la croissance nippone s'est ainsi établie à +0,7%, a précisé l'exécutif, un chiffre toutefois susceptible d'être revu ultérieurement, de même que celui du 4e trimestre.

Investissements en berne

La consommation des ménages, principale responsable de la dégringolade constatée à la fin de l'an passé, a dévissé de 3% sur un trimestre et les investissements des entreprises du secteur privé (hors biens fonciers) ont reflué de 3,7% "le pire plongeon depuis celui enduré lors de la récession en 2008/2009", souligne dans une note Marcel Thieliant de Capital Economics.

"La baisse de la consommation des ménages est en phase avec les attentes, mais celle investissements des entreprises est vraiment forte", a souligné pour sa part Kazuma Maeda, de Barclays Securities, pour l'agence Bloomberg.

La hausse de 0,4% de la demande publique n'a pas suffi à compenser.

Auparavant fixée à 8%, la TVA est passée à 10% sur la plupart des produits et services le 1er octobre 2019, hormis pour l'alimentation non consommée sur place et les journaux.

Le gouvernement a pris diverses dispositions pour limiter les dégâts sur l'activité économique (ristournes sous forme de points en cas de paiement par carte ou porte-monnaie électronique), mais cela n'a pas empêché les consommateurs d'effectuer leurs gros achats avant l'augmentation, d'où le contrecoup constaté ensuite.

Les Japonais ont aussi souffert du passage de plusieurs typhons meurtriers, dont Hagibis en octobre, ce qui a aussi un impact important sur le commerce.

S'ajoutent à cela les effets négatifs de la guerre commerciale sino-américaine sur les exportations japonaises.

Coronavirus, l'inconnue

La signature d'un accord préliminaire entre Pékin et Washington a apaisé les craintes sur ce volet, mais l'émergence soudaine du nouveau coronavirus en Chine fait planer une menace d'ampleur.

"Est-ce qu'il faut craindre une nouvelle décroissance en janvier-mars à cause de ce virus? Difficile à dire, mais la chute est telle sur la période précédente qu'on peut au moins s'attendre à un petit rebond de la consommation", estime M. Maeda.

"Il faut se préparer à une décroissance aussi au premier trimestre 2020", juge en revanche Marie Iwashita de Daiwa Securities.

Pour Takashi Shiono de Credit Suisse Securities, "des répercussions massives du coronavirus sont à redouter sur le secteur des services".

Le flux de touristes chinois qui alimentait ces dernières années la croissance économique nippone est stoppé net depuis que Pékin a de facto interdit à ses ressortissants de passer leurs vacances à l'étranger.

Des magasins de Tokyo, des hôtels traditionnels de Hokkaido et autres lieux qui n'étaient pour ainsi dire fréquentés que par de riches Chinois sont désormais quasi désertés.

Cette épidémie, dont certains redoutent qu'elle ne se transforme en pandémie, tombe d'autant plus mal pour le Japon que doivent se tenir dans moins de six mois les jeux olympiques de Tokyo.

Lire aussi : Coronavirus : à 6 mois des JO de Tokyo, les organisateurs japonais "extrêmement inquiets"

"Avant même la publication des chiffres de 4e trimestre 2019, nous étions parmi les rares à penser que le PIB japonais se contracterait cette année 2020, mais désormais notre pronostic d'un recul de 0,2% nous semble optimiste", précise M. Thieliant.

Afin de conjurer le pire, le gouvernement japonais a déjà annoncé, avant même que ne surgisse le coronavirus, un plan massif de soutien économique de près de 110 milliards d'euros, recette traditionnelle du Japon pour doper l'activité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2020 à 19:01 :
Ils ont choisi le travail au lieu de profiter de la vie. Ils ont choisi de bosser 24h/24 au lieu de faire des enfants. Ils finissent comme un pays de vieux, un pays sans humanité ni coeur. C'est leur choix, qu'ils assument leur choix.
a écrit le 17/02/2020 à 22:23 :
C'est vraiment étonnant tout ça, non ?
Avec toute la publicité qu'ils ont faite sur l'affaire Carlos Ghosn, on aurait parié que les investisseurs étrangers allaient s'empresser d'investir dans leur beau pays médiéval...
a écrit le 17/02/2020 à 13:58 :
Je suis actuellement à Tokyo et la ville est étrangement vide. Quelques touristes européens et américains mais si peu par rapport aux années précédentes. Asakusa et sensoji sont presque vide et le skyliner depuis Narita aussi.... côté prix, la différence est minime. €1. Achete grosso modo ¥120 et à ce cours là, les prix semblent raisonnables pour l'européen que je suis. On peut toujours manger pour moins de 1000 yen et globalement on s'en sort bien. Imaginons un peu une TVA à 20% comme. Chez nous..... Cela serait dramatique...
a écrit le 17/02/2020 à 12:37 :
Le PIB du Japon, comme de tous les autres pays, dépend de la disponibilité des ressources naturelles, or, comme celle-ci diminue, le PIB diminue. C'est tout bête, mais bizarrement, aucun média ne semble faire le lien, on parle de paramètres économiques, de taxes ... La taxe sur la consommation japonaise n'est qu'une conséquence, et non une cause.
Réponse de le 17/02/2020 à 14:05 :
Ce n'est pas sur ses ressources naturelles que je Japon s'est appuyé pour bâtir sa réussite économique puisqu'elle n'en a quasiment pas. Le Japon n'a pas essayé d'envahir l'Asie du sud-est pour rien.
a écrit le 17/02/2020 à 12:25 :
Les japonais sous-traitent énormément de leurs composants industrielles de bas de gamme aux chinois qui leur achètent (avec les européens) les produits finis (imprimantes, écrans haut de gamme, même le textile "haut de gamme",...). Le coronavirus casse complétement cette logique. Les 2 économies sont très dépendantes l' une de l' autre bien qu'ils se gardent pour des raisons historique et idéologiques de le reconnaitre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :