Malgré une inflation à près de 80%, la banque centrale turque baisse encore son taux

C'est la stratégie adoptée par la banque centrale turque, et derrière elle, le président Recep Tayyip Erdogan, à rebours de celle privilégiée par les autres banques centrales, européennes et américaine qui tentent d'éteindre l'incendie de l'inflation. D'autant que cette dernière atteint 79,6% en juillet sur un an en Turquie. Malgré cela, l'institution a annoncé une nouvel assouplissement monétaire et une baisse de son taux directeur de 14% à 13%.
A 79,6% sur un an en juillet, selon les chiffres officiels, elle atteint son plus haut niveau depuis vingt-quatre ans.
A 79,6% sur un an en juillet, selon les chiffres officiels, elle atteint son plus haut niveau depuis vingt-quatre ans. (Crédits : Reuters)

Alors que l'inflation frôle désormais les 80% en Turquie, la banque centrale a, une nouvelle fois, abaissé son principal taux directeur. Après l'avoir déjà baissé à plusieurs reprises au cours du second semestre 2021, elle l'avait maintenu depuis décembre à 14%. Il est désormais passé à 13%, à rebours de la stratégie adoptée par toutes les banques centrales dont les pays connaissent une forte poussée des prix.

En juillet, la Réserve fédérale américaine (Fed) avait ainsi décidé de relever ses taux directeurs de trois-quarts de point de pourcentage, comme en juin, soit la plus forte hausse des taux aux Etats-Unis depuis 1994. De son côté, la Banque centrale européenne (BCE) a relevé ses taux d'intérêt, pour la première fois depuis 11 ans, de 50 points de base en juillet dernier et devrait poursuivre cette hausse en septembre. Et pour cause, en augmentant ainsi leurs taux, les banques centrales comptent freiner l'afflux de liquidités, espérant stopper l'envolée des prix provoquée par la forte reprise de l'activité après deux ans de crise sanitaire et qui a été renforcée par le déclenchement de la guerre en Ukraine. Cette dernière a provoqué une flambée des tarifs de l'énergie, gaz et pétrole en tête.

Lire aussiLégère accalmie sur l'économie européenne au second trimestre, l'inflation continue d'assombrir l'horizon

De son côté, la banque centrale turque a opté pour une politique inverse, dictée par le président Recep Tayyip Erdogan. « Le processus de désinflation débutera avec le rétablissement d'un environnement de paix dans le monde et la disparition des effets de base de l'inflation », justifiait ainsi l'institution monétaire en juin dernier. Erdogan a bâti, ces dernières années, un modèle économique qui repose largement sur la consommation et l'investissement encourageant de vastes projets immobiliers et qui serait donc mise à mal par une hausse des taux d'intérêts.

Effondrement de la livre turque

Le président a donc laissé une inflation à deux chiffres s'installer durablement, et ce, depuis 2017. A 79,6% sur un an en juillet, selon les chiffres officiels, elle atteint son plus haut niveau depuis vingt-quatre ans. D'autant que selon le Groupe de recherche sur l'inflation (Enag), composé d'économistes turcs indépendants, elle atteignait en réalité 175,5% sur un an en juin, soit plus de deux fois le taux communiqué par l'Office national des statistiques (Tüik).

Lire aussiInflation en Turquie : pourquoi la politique d'Erdogan pourrait provoquer une crise monétaire

Mais en refusant de combattre la hausse des prix, le chef de l'Etat a fait s'effondrer la devise nationale. Une forte inflation a, en effet, fait chuter le taux de change de la livre turque par rapport aux devises étrangères, notamment l'euro et le dollar. Elle a, ainsi, perdu 44% face au dollar en 2021 et plus de 25% depuis le 1er janvier, malgré des interventions de la banque centrale et l'annonce fin juin d'une mesure de soutien à la livre turque.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 18/08/2022 à 17:29
Signaler
Les ottomans rétrogrades enseignent toujours la multiplication par jalousie donc cela ne devrait étonner personne que leur économie soit en déroute structurelle...

à écrit le 18/08/2022 à 16:33
Signaler
L'intéressant là dedans serait la substantifique moelle, à savoir comment la population le ressent et comment s'en dépatouille t'elle ? Les argentins c'est 40 % de la population sous le seuil de pauvreté et le troc, mais quid des turcs ? On pourrait ...

à écrit le 18/08/2022 à 15:54
Signaler
Erdogan pourra t il tenir sur cette ligne longtemps ...même si Poutine lui vend du gaz, du pétrole et des céréales à prix d'ami? Le jeu est risqué. Mais que peut on attendre d'autre d"un dictateur?

à écrit le 18/08/2022 à 15:05
Signaler
Bon, pour le coup, c'est de l'incompétence totale

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.