Seul un travailleur sur quatre dans le monde a un emploi stable

 |   |  456  mots
Les disparités selon les régions sont fortes. Dans les économies développées et en Europe centrale et du Sud-Est, environ huit travailleurs sur dix sont des employés.
Les disparités selon les régions sont fortes. Dans les économies développées et en Europe centrale et du Sud-Est, environ huit travailleurs sur dix sont des employés. (Crédits : REUTERS/Toru Hanai)
Plus de 60% des travailleurs n'ont aucun contrat de travail, alors que seuls 42% des salariés bénéficient d'un contrat à durée déterminée, relève l'Organisation internationale du travail.

Il s'agit d'un véritable changement de paradigme. Désormais, dans le monde, seulement un quart des travailleurs ont un emploi stable, révèle l'étude annuelle sur l'emploi publiée mardi 19 mai par l'Organisation internationale du travail (OIT) à Genève.

Ce rapport, qui couvre 180 pays totalisant 84% de la main-d'œuvre mondiale, relève que les trois quarts de ces travailleurs ont des contrats temporaires ou de courte durée, des emplois informels souvent sans contrat ou dans des emplois familiaux non rémunérés.

Un écart de revenus croissant

Plus de six travailleurs sur dix sont privés de tout contrat de travail, la plupart d'entre eux étant établis à leur compte ou contribuant au travail familial dans les pays en développement, note l'OIT. Parmi les travailleurs salariés, moins de la moitié (42%) travaillent dans le cadre d'un contrat à durée indéterminée.

Les disparités selon les régions sont néanmoins fortes. Dans les économies développées et en Europe centrale et du Sud-Est, environ huit travailleurs sur dix sont des employés, alors qu'en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne le chiffre est plutôt de deux sur dix. En France, en 2012, les travailleurs sans contrat permanent étaient 27,92%.

L'écart de revenus entre travailleurs permanents et travailleurs temporaires s'est par ailleurs accentué au cours de la dernière décade. Par exemple, il s'élève à 65% en Uruguay et à 43% aux Philippines.

Les travailleurs de moins en moins protégés

Selon Guy Ryder, directeur général de l'OIT, "ces tendances nouvelles sont le reflet de l'insécurité qui touche les travailleurs dans le monde aujourd'hui". Mais elles ont de lourds coûts:

"Ce passage que nous constations des formes classiques d'emploi à ces formes inhabituelles est dans de nombreux cas associé à la montée des inégalités et de la pauvreté dans de nombreux pays", souligne-t-il.

Le rapport demande donc aux Etats de renforcer leur législation pour mieux protéger les travailleurs contre des traitements arbitraires et non équitables. En effet, "en Europe, la protection des travailleurs a généralement diminué depuis 2008, quand la crise financière globale a commencé", affirme le rapport. La mauvaise conjoncture a conduit à une forte augmentation du travail à temps partiel, notamment pour les femmes entre 2008 et 2013.

Un travailleurs sur dix gagnait moins de 1,25 dollar par jour en 2014

Le rapport note néanmoins une amélioration quant au nombre de travailleurs sous le seuil de pauvreté. Il y a vingt ans, la moitié des travailleurs dans le monde gagnaient moins de deux dollars par jour. Ce chiffre est de 25% en 2014.

Toutefois, 10% des travailleurs dans le monde ont encore dû se contenter d'un revenu quotidien inférieur à 1,25 dollar en 2014.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2015 à 1:36 :
Comme d'hab avec ces organismes qui étudient pour justifier un agenda, c'est la course au n'importe quoi. On mélange les emplois "familiaux" (pourquoi seraient-ils moins stables? Bizarre j'aurais pensé le contraire) les salariés et non (pour les salariés le chiffre est de 42%). Aucune justification du biais (pourquoi stable est-il meilleur?), ni étude des évolutions souhaitables autres que ce paradigme (mobilité accrue, multidisciplinarité, innovation hors cadre, liberté d'entreprendre, % de fonctionnaires et assimilés dans les chiffres etc.). Faites un tour pour lire l'étude, même en diagonale, c'est toujours un grand moment de perplexité quand on pense que ce sont ces experts qui vont nous expliquer comment on doit vivre demain (cf la grand messe de l'ONU en septembre) et avec notre argent...
a écrit le 20/05/2015 à 2:58 :
C’est amusant de voir des administrateurs d’Etats qui n’ont pas mis le pied dans une entreprise. On n’est pas dans les relances prétoires, voire pétoires pour des petits larcins financiers, on n’est pas dans les médaillés au front, en 14 la moitié du corps, résistant en 40 et l’indochine le tout avec médaille et rang d’officier. Ça ne fait pas un petit laurence d’arabie.
a écrit le 19/05/2015 à 22:18 :
Le poste de bourreau en Arabaie Saoudite peut-il être considéré comme un emploi stable ? merci d'avance pour la réponse. :-)
Réponse de le 20/05/2015 à 16:25 :
Stable je ne peux pas vous dire mais qu'il devient de plus en plus prisé, ça c'est sûr. :-)
a écrit le 19/05/2015 à 20:03 :
Pauvre monde

Sans verser dans le communisme à la Mélanchon je suis sidéré que nos gouvernants laissent faire sans sourciller
a écrit le 19/05/2015 à 19:42 :
En France, nous avons 85% de CDI. Ce qui n’empêche pas les français, qui ne voyagent pas, de se plaindre.
Réponse de le 19/05/2015 à 20:01 :
Encore un agrégé d'économie qui a eu son diplôme au bistrot du coin

De grâce cessez de raconter n'importe quoi
Réponse de le 20/05/2015 à 3:04 :
J'avais préparé une réponse de 2 pages, j'ai fini par abandonner. Je vous laisse prendre connaissance vous-même de votre ineptie. Essayez de retrouver les baromètres et indices indiquant l'évolution du moral des cadres depuis 2008 et dites-vous que ce sont les mieux lotis.
Réponse de le 20/05/2015 à 8:48 :
En fait, nous avons 87,3% de CDI en France, ce sont des données de l'ONG Bourse de l'emploi directement liée à l'OIT. Lors de mes voyages à Genève, par un de ces hasards de la vie, je me retrouve souvent à côtés d'un fonctionnaire de cette organisation internationale et eux, tous, sont unanimes à me dire : "Vous, en France, vous êtes des privilégiés, vous avez les emplois les plus stables du monde." Il ne faut pas préparer des réponses biaisées à mon commentaire cinglant de vérité, elles seront irrecevables, point à la ligne.
a écrit le 19/05/2015 à 11:21 :
Les quelques concessions faites par les maîtres des capitaux durant la lutte idéologique contre le communisme sont en train de disparaître.
Le retour en esclavage est en cours, et a déjà plus que commencé. L’explosion des inégalités en témoigne. Il y a de plus en plus de pauvres qui dépendent des soupes populaire.
Bref, le fric aux « entrepreneurs », la mendicité pour les travailleurs. Un monde libéral tel qu’il se doit d’être.
a écrit le 19/05/2015 à 11:00 :
A propos, l'Arabie Saoudite, nos chers clients des Rafale, cherche actuellement 8 nouveaux bourreaux pour décapiter quelques-uns sur lesquels sont tombées les foudres des Émirs. C'est pas une blague. Et alors.... bourreau en Arabie Saoudite – un emploi stable pour les Français, dans l'avenir ? ;-)
a écrit le 19/05/2015 à 10:13 :
C'est quoi pour vous un emploi stable? Qui aujourd'hui peut être sûr de finir sa carrière dans l'industrie ou il travaille? Combien d'entreprise ferme alors qu'ils font des bénéfice juste pour délocaliser et faire encore plus de bénéfices laissant sur le carreau tous les travailleurs même avec un emploi "stable"? Encore un exemple: les réformes de nos administrations: les limites d'âges existent et font que ceux qui ne progressent pas dans leur carrière seront lourdés avec une retraite mini...

Alors ma question est bien qu'est ce pour vous un emploi stable et surtout existe il encore des emplois stables?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :