TPP : "Nous sommes près de boucler l'historique Partenariat transpacifique" (Kerry)

 |   |  452  mots
Comme dans n'importe quelle négociation complexe (...), il reste des détails à régler, a reconnu John Kerry. Mais le secrétaire d'Etat américain se veut confiant.
"Comme dans n'importe quelle négociation complexe (...), il reste des détails à régler", a reconnu John Kerry. Mais le secrétaire d'Etat américain se veut confiant. (Crédits : POOL)
L'accord - qui concerne 40% du commerce mondial - serait quasi bouclé, à en croire le secrétaire d'Etat américain John Kerry, lequel s'est révélé plus qu'enthousiaste à Singapour. Un vrai rebondissement, trois jours après l'échec des négociations entre les douze protagonistes.

Marché presque conclu. Voici ce qu'a assuré mardi le secrétaire d'Etat américain John Kerry à Singapour, trois jours après un échec de négociations entre les 12 pays concernés qui représentent 40% du PIB mondial.

"Mes amis, c'est une occasion exceptionnelle pour l'Asie-Pacifique. Nous sommes près de boucler l'historique Partenariat trans-pacifique", le TPP, s'est exclamé John Kerry lors d'un discours dans une université de Singapour. "La semaine dernière à Hawaï, nous avons bien progressé vers l'un des accords commerciaux les plus importants de l'histoire", a lancé le chef de la diplomatie américaine devant des hommes d'affaires, responsables officiels, diplomates et étudiants.

Mais cette réunion à Hawaï, dans la nuit du 31 juillet au 1er août, s'était au contraire soldée par un échec, les 12 pays riverains du Pacifique engagés dans les pourparlers sur le TPP n'étant pas arrivés à s'entendre. Ce que reconnaissait peu ou prou John Kerry:

"Comme dans n'importe quelle négociation complexe (...), il reste des détails à régler."

"Les Etats-Unis continueront de travailler avec leurs partenaires pour promouvoir un ordre stable et fondé sur des règles en Asie-Pacifique. Et le TPP va doper cet élan", a-t-il encore affirmé.

Washington milite pour ce partenariat commercial et économique entre les Etats-Unis et des pays riverains de l'Asie-Pacifique, une région prioritaire pour la politique étrangère du président Barack Obama.

L'administration Obama vante depuis 2009 le fameux "pivot" ou "rééquilibrage" de l'Amérique vers l'Asie, là où justement la Chine a également des ambitions de leader régional.

Des réticences demeurent, y compris chez les démocrates

Mais l'échec des discussions à Hawaï en fin de semaine dernière pose un problème de calendrier pour le président Obama, qui voulait conclure les négociations commerciales avant que la campagne présidentielle de 2016 ne vienne polluer le débat sur la priorité économique de son second mandat.

Aux Etats-Unis, le TPP soulève des oppositions au sein du propre camp démocrate du président.

L'administration américaine a obtenu en juin du Congrès, dominé par des républicains favorables au libre échange, la procédure dite du "Trade Promotion Authority" (TPA) qui obligera le jour venu les parlementaires à se prononcer pour ou contre le texte de tout accord commercial, sans pouvoir l'amender. La Maison Blanche avait dû, pour y parvenir, affronter une rébellion de démocrates.

Le TPP comprend des pays qui représentent environ 40% du PIB mondial dont les Etats-Unis, le Japon, le Canada, l'Australie, mais pas la Chine. Son but est d'alléger les barrières douanières et réglementaires ainsi qu'harmoniser les différentes législations pour faciliter les échanges.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/08/2015 à 22:59 :
c'est pas ce qui peut se lire ailleurs: on parle plutôt d’échec!!!
a écrit le 04/08/2015 à 21:48 :
Et pas le grand Mexique ?..
a écrit le 04/08/2015 à 18:00 :
Et l'Europe qui n'est plus voulue et soutenue par plus aucun des 28, qui se replient les uns les autres individuellement, et gère les affaires courantes, Hollande-Merkel et tous les autres ne voulant plus d'avancée aucune, va etre très seule et très faible dans ses égoismes et divisions. Un déclin accéléré, sauf pour l'Allemagne, et elle seule : formidable puissance économique au niveau du Japon. Et le Royaume-uni qui est une puissance financière et paradis fiscal arrimée aux U.S.A
Réponse de le 05/08/2015 à 23:05 :
Souvenons-nous de l'alena... Catastrophe pour les pays signataires de ce traité de libre-échange
a écrit le 04/08/2015 à 16:14 :
Ce sont toujours des négociations avec un pistolet sur la tempe! C'est toujours les mêmes qui se réjouissent!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :