Ukraine : après le Donbass, les forces russes font une percée dans la région de Kiev, l'Otan ne déploiera pas de troupes

Après avoir lancé tôt ce jeudi matin une opération militaire dans le Donbass, dans l'est de l'Ukraine, les gardes-frontières ukrainiens ont fait état d'une percée des forces russes dans la région de Kiev, et, selon les autorités ukrainiennes, des hélicoptères russes ont attaqué l'aéroport militaire de Gostomel près de Kiev. Alors que l'Otan na pas prévu de déployer de troupes, le rapport de force militaire est totalement déséquilibré en faveur de la Russie.
(Crédits : CARLOS BARRIA)

C'est une guerre éclair que mène la Russie en Ukraine. Après avoir lancé tôt ce jeudi matin une opération militaire spéciale dans le Donbass, dans l'est de l'Ukraine, l'attaque russe va bien au-delà des régions prorusses reconnues par Moscou lundi. En milieu de journée, elle a commencé à toucher Kiev. Plusieurs explosions ont retenti jeudi dans la capitale ukrainienne, selon un journaliste de l'agence Reuters. Les gardes-frontières ukrainiens ont fait état d'une percée des forces russes dans la région de Kiev, alors que, selon les autorités ukrainiennes, des hélicoptères russes ont attaqué l'aéroport militaire de Gostomel près de Kiev. L'armée russe a affirmé jeudi avoir détruit 74 installations militaires, dont 11 aérodromes, en Ukraine.

Débarrasser l'Ukraine des "nazis"

La présidence russe a fait savoir que la durée de l'opération militaire russe en Ukraine durerait le temps nécessaire, en fonction de ses "résultats" et de sa "pertinence",  en précisant qu'idéalement, cette offensive devrait débarrasser le pays des "nazis" et "neutraliser" son potentiel militaire. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a également précisé lors d'une conférence de presse téléphonique que personne ne parlait d'occuper l'Ukraine et qu'il était "inacceptable" d'utiliser ce terme pour décrire les opérations russes en cours. Selon lui, Moscou ne tente pas d'organiser une "occupation" de l'Ukraine et que l'avenir restait "une question de choix du peuple ukrainien". Ce matin, Vladimir Poutine a exhorté les forces ukrainiennes à déposer les armes.

"Les Ukrainiens sont dans une situation militaire impossible avec une maîtrise du ciel totale par les Russes", constate François Heisbourg, conseiller spécial à la Fondation de la recherche stratégique (FRS) à Paris.

"Ca ressemble en version XXIe siècle aux grandes guerres en Europe du XXe. Les forces russes arrivent par Kharkiv (est) suivant les bons classiques de 1941 et 1943 pour prendre à revers les troupes ukrainiennes dans leurs tranchées, qui n'auront d'autre solution que de se rendre après avoir chèrement vendu leur peau", explique-t-il.

L'Otan ne va déployer de troupes

De son côté, l'Otan annoncé qu'elle n'avait pas prévu de déployer des troupes en Ukraine.

« Nous ne prévoyons pas de dépêcher des troupes de l'Otan en Ukraine. Ce que nous faisons relève d'une conduite défensive", a indiqué son secrétaire général, Jens Stoltenberg.

L'Alliance atlantique, a annoncé qu'elle allait prendre de nouvelles mesures pour renforcer sa capacité de dissuasion et de défense et qu'elle convoquait un sommet extraordinaire vendredi. Ces nouvelles mesures "permettront de déployer des capacités et des forces, y compris la Force de réaction de l'Otan" dans les pays d'Europe orientale, selon Jens Stoltenberg, en rappelant qu'aucun soldat de l'Otan n'était présent en Ukraine, le pays n'étant pas membre de l'Alliance.

"L'Alliance, qui a activé son processus de planification de défense pour faciliter les mouvements de troupes, prévoit de renforcer ses effectifs sur son flanc oriental. Nous sommes en train de renforcer notre présence dans la partie orientale de l'Alliance et nous allons continuer de le faire dans les jours et semaines à venir", a déclaré Jens Stoltenberg.

Selon le ministre slovaque des Affaires étrangères Ivan Korcok, l'Otan prévoit de mettre en place des bataillons multinationaux sur son flanc est - y compris en Slovaquie - sur le modèle de ceux dont l'Alliance dispose déjà dans les pays baltes.

"Il s'agit d'une invasion délibérée, de sang-froid et planifiée de longue date", a déclaré le secrétaire général de l'Otan en estimant que "l'attaque injustifiée, sans aucune provocation, lancée par la Russie sur l'Ukraine menaçait de nombreux innocents en raison des attaques aériennes et des tirs de missiles.

L'Alliance avait précisé dans son communiqué que les mesures envisagées "sont et resteront préventives, proportionnées et sans escalade.

Rapport de forces disproportionné

Militairement, la Russie est un ogre par rapport à l'Ukraine, faiblement doté en moyens antiaériens malgré une aide militaire croissante des Occidentaux.

Selon ces derniers, la Russie a massé 150.000 hommes à ses frontières avec l'Ukraine et 30.000 autres, au nord, chez son allié bélarusse, dont des forces stratégiques, dotées des équipements les plus modernes et qui se sont aguerries sur le théâtre syrien depuis 2015. La Russie a également massé des unités navales en mer Noire, fermé à la navigation la mer d'Azov, qui baigne au sud les territoires ukrainien et russe, et entamé jeudi des frappes en profondeur sur le sol ukrainien.

En face, l'Ukraine, en grande partie encerclée - il ne lui reste qu'une ouverture vers la Pologne et la Slovaquie à l'ouest, la Hongrie, la Roumanie et la Moldavie au sud - compte au total environ 200.000 hommes.

Cette ex-république d'URSS, en grande partie encore dotée d'équipements soviétiques, a entrepris une modernisation accélérée de ses forces armées, avec une mise aux normes de l'Otan, depuis la première agression russe et l'annexion de la Crimée par Moscou en 2014.

Les Etats-Unis lui ont fourni pour 2,5 milliards de dollars d'aide militaire depuis cette date, dont plus de 400 millions en 2021. Le Congrès américain a voté une aide supplémentaire de 500 millions de dollars pour faire face à une invasion russe.

Des soldats américains forment leurs homologues ukrainiens au maniement de l'armement que Washington a fourni à l'Ukraine, notamment des armes légères, des navires de patrouille et des lance-missiles antichars Javelin, susceptibles de freiner l'incursion terrestre russe.

L'Estonie, la Lettonie et la Lituanie ont également livré à Kiev des Javelin et des missiles antiaériens Stinger, eux-aussi de fabrication américaine. Le Royaume-Uni, en première ligne également en matière d'aide militaire, apporte des Javelin et a entraîné 22.000 soldats ukrainiens depuis 2015.

L'armée ukrainienne, dont les effectifs avaient fondu après la chute de l'URSS, est aussi beaucoup plus étoffée et mieux entraînée qu'en 2014 et peut s'appuyer sur 900.000 réservistes, laissant présager une forte résistance intérieure face aux Russes.

L'offensive conventionnelle russe pourrait enfin s'accompagner d'une vague de cyberattaques visant les infrastructures stratégiques ukrainiennes. Plusieurs sites internet gouvernementaux ukrainiens ont été bloqués mercredi, après avoir déjà été ciblés en janvier. Kiev attribue ces attaques à des opérateurs russes, ce que Moscou dément.

L'Union européenne a à cet égard prévu d'activer son équipe de réaction rapide aux cyber-attaques afin d'aider l'Ukraine.

-----------------

L'Europe centrale se prépare à accueillir des réfugiés ukrainiens

Les pays d'Europe centrale se préparent jeudi à accueillir des personnes fuyant l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la Pologne ayant mis en place des points d'accueil à sa frontière alors que la Hongrie prévoit d'envoyer des troupes pour créer un couloir sécurisé pour des réfugiés. Les pays situés sur le flanc oriental de l'Union européenne sont des anciens signataires du Pacte de Varsovie qui était dirigé par Moscou, et sont aujourd'hui membres de l'Otan. Parmi eux, la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie et la Roumanie partagent une frontière terrestre avec l'Ukraine.

"Dans les prochaines heures, des points d'accueil pour des réfugiés venant d'Ukraine seront créés", a déclaré l'agence de presse PAP citant le ministre adjoint de l'Intérieur polonais Pawel Szefernaker. Huit postes seront créés près de la frontière dans un premier temps, afin de fournir de la nourriture, de l'assistance médicale et des informations aux éventuels réfugiés, a-t-il précisé. La Hongrie a déclaré qu'elle enverrait un nombre indéterminé de soldats dans sa zone frontalière avec l'Ukraine pour des raisons humanitaires et sécuritaires. Aucun signe de déploiement n'a toutefois été constaté jeudi matin. Un porte-parole du gouvernement polonais a déclaré que les missions diplomatiques polonaises en Ukraine resteraient ouvertes "aussi longtemps que possible", mais le ministère des Affaires étrangères a demandé aux citoyens polonais en Ukraine de quitter le pays. La Hongrie a également déclaré que son ambassade à Kiev restait ouverte. La République tchèque a fermé sa mission diplomatique dans la capitale, bien que son consulat dans la ville de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, reste ouverte.

(avec AFP et Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 25/02/2022 à 6:13
Signaler
L’OTAN va mettre dès bataillons multinationaux en face des russes …au Cas ou … soit ils sont débiles soit il le font exprès. Aucune cohésion possible dans cette situation et sous pression entre des individus qui n’ont ni la même langue , ni la même ...

à écrit le 24/02/2022 à 19:52
Signaler
Il est où le gars sur la tribune qui a écrit un papier comme quoi les guerres de maintenant elles étaient cool parce que cyber ? 200 lignes. Il est ou ?

à écrit le 24/02/2022 à 18:45
Signaler
Au royaume des aveugles les borgnes sont rois.

à écrit le 24/02/2022 à 17:52
Signaler
Jusqu'à preuve du contraire, Poutine n'a que deux objectifs: permettre aux habitants du Donbass d'être russes (comme ils l'ont exprimé dans les urnes quand on le leur a permis) et empêcher l'Ukraine d'intégrer l'OTAN. Difficile de comprendre l'obsti...

à écrit le 24/02/2022 à 17:49
Signaler
Jusqu'à preuve du contraire, Poutine n'a que deux objectifs: permettre aux habitants du Donbass d'être russes (comme ils l'ont exprimé dans les urnes quand on le leur a permis) et empêcher l'Ukraine d'intégrer l'OTAN. Difficile de comprendre l'obsti...

le 25/02/2022 à 20:35
Signaler
Ça fait bizarre du bon sens! En effet, il n'y a pas eu de référendum pour le Kosovo mais une décision américaine reconnue dès le lendemain par la France. Les russes n'ont pas le droit de se défendre ni d'avoir d'intérêt.

à écrit le 24/02/2022 à 15:09
Signaler
Il n'y pas de rapport de force entre l'Otan et la Russie. Il y a un rapport de force entre la Russie et l'Ukraine. Les médias devraient arrêter d'attiger : c'est dangereux, puisqu'on est presque dans une situation à la juillet 14. Le problème est ...

le 25/02/2022 à 20:37
Signaler
C'est assez curieux d'avoir un allié comme l'OTAN...

à écrit le 24/02/2022 à 15:07
Signaler
Il a suffit de menacer de Sanctions pour obtenir l'effet inverse ...

à écrit le 24/02/2022 à 14:56
Signaler
POUTINE A PEUR ! Macron réagit à l'invasion russe en organisant une réunion de crise chorégraphiée dans le sous-sol de l'Élysée. Avec caméras, sunlights, visages maquillés, feuilles de papier à brasser avec l'air soucieux Face à la puissance de l'...

à écrit le 24/02/2022 à 14:56
Signaler
Ce qui est caractéristique des actions militaires de la Russie, ce sont les chars et les fameuses orgues de Staline, en fait des batteries de rockets qui donnent un air suranné aux images que l’on voit qui pourraient aussi bien s’appliquer à la batai...

à écrit le 24/02/2022 à 14:27
Signaler
LES MATAMORES AU PIED DU MUR Voici 3 jours, vpecresse a exigé «une fermeté d'acier vis-à-vis de Moscou» Voici 1 heure,Macron a -«condamné fermement» l'invasion russe -exigé qu'il y soit «immédiatement mis fin» -déclaré «la France est solidaire d...

le 24/02/2022 à 15:10
Signaler
Excellent ! L'opération américaine de pillage de l'Europe occidentale a commencé. La première étape est de couper l'Europe des ressources russes bon marché habituelles, la seconde est de vendre des ressources américaines chères, la troisième et les ...

à écrit le 24/02/2022 à 14:22
Signaler
sur une guerre conventionnelle, les ukrainiens n ont aucune chance. par contre la guerilla risque de poser des problemes aux russes comme ca l a ete a l URSS ou aux USA en afghanistan. En tout cas, ca prouve bien l utilite de l OTAN que notre presid...

le 24/02/2022 à 14:41
Signaler
Justement, ce conflit réveille l'OTAN. Quand à "l'armée" allemande, son grand chef vient d'avouer qu'elle était "à nue". Seule la France et l'Angleterre disposent d'une véritable armée. Les autres pays, c'est surtout pour la parade et quelques OPEX....

le 24/02/2022 à 15:39
Signaler
l'armée US ne se mettra pas action sans le feu vert de DT le seul commandant en chef

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.