Qu'y a-t-il dans la corbeille de mariée Bayrou-Macron ?

 |   |  974  mots
François Bayrou s'est déjà présenté en 2007 et en 2012 à l'élection présidentielle.
François Bayrou s'est déjà présenté en 2007 et en 2012 à l'élection présidentielle. (Crédits : © Pascal Rossignol / Reuters)
Le leader centriste a apporté son soutien à Emmanuel Macron. Quelles sont les idées que le fondateur d'En marche peut emprunter au président du Modem ?

Le 22 février, François Bayrou annonçait apporter son soutien à Emmanuel Macron, le fondateur du mouvement En marche. Sachant que le président du Modem hésitait jusqu'à cette date à se présenter à l'élection présidentielle, on ne connait pas encore quelles idées de réforme il peut suggérer à l'ancien ministre de l'Economie de François Hollande. Nous devons donc nous contenter de relire les programmes présentés en 2007 et en 2012.

Quelles sont les propositions alors formulées par le candidat centriste qui atteignit respectivement les troisième et cinquième rangs lors de ces deux scrutins ?

"La France de toutes nos forces." C'est avec ce slogan qu'en 2007 François Bayrou avait tenté de convaincre les Français. Dans le domaine économique, pour relancer l'emploi, que proposait alors celui qui était encore le candidat de l'UDF ?

Concrètement, son programme prévoyait l'autorisation de créer deux emplois sans charges dans chaque entreprise pendant cinq ans, la suppression des contrats de travail existants au profit d'un CDI universel à droits progressifs, l'unification des minima sociaux en une allocation unique, conciliable avec un salaire de manière dégressive, la "libération" du système des 35 heures, avec des heures supplémentaires rémunérées 35% de plus, y compris dans la fonction publique.

Un small business act à la française

Pour accélérer le développement des entreprises, le candidat centriste souhaitait faire voter un "small business act" à la française qui devait comprendre les mesures suivantes : une fiscalité avantageuse pour les PME, des exonérations de charges, une simplification des démarches administratives. Autant de mesures qui ont été décidées par l'exécutif lors des deux derniers mandats.

Avec ces mesures, François Bayrou espérait faire reculer un taux de chômage qui se maintenait encore sous la barre des 8%. Il s'élève actuellement à 9,7% en France métropolitaine. En mai 2007, la France comptait un peu plus de 2,1 millions de demandeurs d'emplois en catégorie A, contre plus de 3,4 millions environ selon les derniers chiffres du ministère de l'Emploi datés de janvier.

A noter, François Bayrou fut au cours de la campagne le candidat qui a le plus insisté sur la nécessité de faire reculer l'endettement de la France. En cas de victoire, il entendait faire interdire constitutionnellement tout budget déficitaire. Avec 18,57% des voix, soit plus de 6,8 millions d'électeurs, François Bayrou est arrivé troisième lors du premier tour de l'élection présidentielle, derrière Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, vainqueur au second tour.

Peu de différences entre les programmes de 2007 et 2012

Quatre ans plus tard, la France est encore sous le choc de la crise bancaire et financière de 2008-2009 qui s'est ensuite propagée à la sphère réelle de l'économie. Pour sortir la France de la crise, François Bayrou, dont le slogan de campagne est "un pays uni, rien ne lui résiste", reprend à peu de choses près les mesures de son programme économique de 2007. A nouveau il entend conjuguer redressement des finances publiques et lancer une vaste politique de l'offre.

Dans ce domaine, précisément, il entendait à nouveau créer un "environnement favorable à la production". De quelle manière ? Une nouvelle fois, le candidat du Modem proposait de simplifier les contraintes administratives et fiscales, de relever les seuils sociaux, de "mettre en réseau les grandes entreprises et les PME", de créer un livret d'épargne industrie et de mettre en place un établissement public de financement régionalisé. Pour réduire le nombre de demandeurs d'emplois, il proposait de permettre aux entreprises de moins de 50 salariés, aux artisans et aux commerçants de créer un emploi sans charges, pendant deux ans, si elles recrutent un jeune en premier emploi ou un chômeur sous la forme d'un CDI, à condition de n'avoir pas préalablement supprimé de poste de travail.

Revaloriser le made in France

Sans surprise, François Bayrou voulait également revaloriser le « made in France » en créant un label indépendant pour que les consommateurs puissent connaître la provenance, ou la part française des produits qu'ils achètent, en associant les consommateurs à la démarche du "produire en France", en développant l'image de marque du "produit en France" et en privilégiant la qualité en allongeant à cinq ans la durée de garantie légale des produits.

En 2012, ce programme avait beaucoup de points communs avec celui de Nicolas Sarkozy. En revanche, les points de convergence avec celui de François Hollande, plus keynésien, étaient bien plus rares, à l'exception de la priorité accordée au redressement des finances publiques. Pourtant, François Bayrou soutiendra François Hollande, qui dès 2014 mènera une politique de l'offre que n'aurait pas renié ni Nicolas Sarkozy, ni François Bayrou...

Quelle valeur ajoutée ?

Au regard des premiers détails connus du programme d'Emmanuel Macron, quelles sont les nouvelles ressources en termes d'idées qu'apporte François Bayrou ? Sans surprise, rares sont les points de divergence, compte tenu de la proximité des deux nouveaux partenaires. Mais là n'est pas l'essentiel. Ce que propose Emmanuel Macron, c'est de transformer la société française, et donc son économie, en profondeur.

Plus que des pistes de réforme, assez consensuelles, c'est une méthode dont Emmanuel Macron a besoin. Une méthode capable de faire accepter ces réformes au sein de la société, des administrations, des partenaires sociaux, afin que celles-ci emportent l'adhésion et n'entraînent pas de blocage. De ce point de vue, l'apport, la valeur ajoutée de François Bayrou est-elle précieuse ? Compte tenu du contenu de ses programmes présentés en 2007 et en 2012, la question mérite d'être posée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2017 à 20:48 :
Je suis curieuse de savoir si la nuit de noce a été consommée et leurs impressions!
a écrit le 28/02/2017 à 16:23 :
Bayrou est un voyageur sans bagages. Alors il n'y a rien dans la corbeille!
a écrit le 28/02/2017 à 8:37 :
ce matin sur BFM on apprend que la juridiction sur le financement de la campagne
de MACRON n'est pas competente ; TROIS jours apres le canard sur FILLON
elle l'était ,,,,,,,????????? peut on croire en la LA JUSTICE INDEPENDANTE
Merci mrs les journalistes de nous informer
a écrit le 28/02/2017 à 3:52 :
Qu'y a t-il dans la corbeille ? Mais la reponse est dans la question: Si le micron est elu, le bearnais aura un maroquin, 1er ministre. Ce dernier doit en rever, et puis, quelle revanche sur tous ses detracteurs & ennemis et ils sont nombreux.
Quel suspense, d'ici on se mord les doigts d'angoisse.
a écrit le 28/02/2017 à 0:15 :
Qu'y a-t-il dans la corbeille ? Une demande de poste de 1er ministre pour Bayrou et des places pour ses potes :-)
a écrit le 27/02/2017 à 21:55 :
Si le leader minimo centriste avait des idées neuves que Macron pourrait utiliser, il y a longtemps que ça se saurait non ? Laisser le sublissime ministre de l'EN qu'il fut terminer sa retraite tranquille à Pau entre une partie de Palla et un verre de Jurançon et basta. Tout ce galimatia devient insupportable de narcissisme et de prétention.
Réponse de le 27/02/2017 à 23:06 :
Ministre IMMOBILE !!!!!! FIGé, de la Déséducaton Nationale, mars 93-juin97 : trouille telle de leur syndicats. Le monsieur je sais tout, donneur de bon-mauvais points.
a écrit le 27/02/2017 à 21:26 :
si macron veut survivre, le mieux c'est qu'il ne suive aucun conseil du loser patente..... vendre son ame pour si peu, c'est mesquin
la france est tombee bien bas
a écrit le 27/02/2017 à 21:07 :
Bayrou est un voyageur sans bagage. Comme tout les voyageurs sans bagage il ne rapporte rien avec lui.
Réponse de le 28/02/2017 à 3:54 :
Votre proposition est inepte. On peut-etre un voyageur sans bagage et etre bankable. Sortez de votre hexagone.
a écrit le 27/02/2017 à 20:45 :
rien
a écrit le 27/02/2017 à 19:46 :
Ce qu'il y a ? Du vent, de la guimauve, de la rancoeur, de la prétention, de la suffisance, de l'inconscience, et surtout beaucoup de fraises : celles qu'on ramène...
a écrit le 27/02/2017 à 17:51 :
Bayrou , combien de divisions comme disait le général? Rien, insignifiant , un homme presque seul à la tête d'un Modem microscopique. Un politique qui penche à droite, à gauche au centre , et qui a des vapeurs , des principes qui selon lui, guide ses décisions.
Bayrou veut soutenir Macron qui pourtant est responsable de l'échec du quinquennat Hollande. Macron n'a t-il pas voté et soutenu la politique fiscale confiscatoire des socialistes? 40 milliards de hausse d'impôts en 5 ans à la charge d' une classe moyenne à bout de souffle. Macron, c'est aussi cette usine à gaz qu'est le CICE , un truc mal pensé qui après analyse a coûté beaucoup et rapporté peu. Le Macron nouveau look est arrivé et que propose t-il ? une hausse de la CSG qui pénalisera les salaires et les retraites, une exonération de l'ISF pour la Bourse ,c’est à dire les valeurs mobilières. Et pour financer ce manque à gagner, taxer l'immobilier des français qui ont économisé pendant des années pour enfin être propriétaires et ne plus payer de loyers. Bayrou doit forcément être d'accord avec ce programme , un paradoxe lorsqu'on prétend ne pas être socialiste.
a écrit le 27/02/2017 à 17:40 :
BAYROU veut surtout marchander la proportionnelle seul facon de sauver le MODEM

ce qui rendra la FRANCE ingouvernable Les lecons de morale il peut les garder

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :