Brexit : Boris Johnson appelle Theresa May à "sauver le Brexit"

 |   |  610  mots
L'ancien ministre des Affaires étrangères Boris Johnson a claqué la porte du gouvernement trois jours après la réunion de Chequers, le 9 juillet.
L'ancien ministre des Affaires étrangères Boris Johnson a claqué la porte du gouvernement trois jours après la réunion de Chequers, le 9 juillet. (Crédits : Reuters)
Dix jours après sa démission du gouvernement, l'ex-chef de la diplomatie britannique Boris Johnson a estimé, devant le Parlement le 18 juillet, qu'il n'était "pas trop tard pour sauver le Brexit", au moment même où Theresa May négocie la sortie du pays de l'Union européenne.

La courte, mais vive, déclaration post-démission ("resignation speech") de l'ancien ministre britannique des Affaires étrangères devant la Chambre des Communes le 18 juillet, a été très commentée outre-Manche. Dans son discours (publié en intégralité sur son compte Twitter), il a une nouvelle fois reproché à la cheffe du gouvernement Theresa May d'avoir dévié vers un "Brexit qui n'a que le nom" et lui a demandé "de changer de tactique". "Nous avons encore le temps dans ces négociations", a-t-il affirmé, prônant une coupure nette avec l'Union européenne, alors que la Première ministre se dirige plutôt vers un Brexit "doux" qui maintiendrait des liens étroits avec l'UE.

L'ex-chef de la diplomatie a par ailleurs invité May à renouer avec la vision du Brexit qu'elle avait exposée en janvier 2017, dans son discours de Lancaster House. Elle y faisait alors miroiter un Royaume-Uni "fort et indépendant", qui quitterait la juridiction de la Cour européenne de justice, l'union douanière et le marché unique, et pourrait conclure de nouveaux accords commerciaux.

--

--

Possible successeur de Theresa May ?

Il a opposé la "vision glorieuse" de 2017 à la "pitoyable incertitude" qui a émergé, selon lui, de la réunion de Chequers, le 6 juillet, lors de laquelle le gouvernement a élaboré son projet pour l'après-Brexit, immédiatement critiqué de tous côtés. Le ministre avait démissionné trois jours après cette réunion et la publication du plan du gouvernement, estimant que le rêve du Brexit était "en train de mourir".

Aujourd'hui, il est vu comme l'un des candidats possibles pour remplacer la Première ministre, contestée au sein de son parti conservateur, à la fois par les europhiles et les eurosceptiques. D'ailleurs, lors de sa visite officielle à Londres, Donald Trump avait provoqué un léger malaise outre-Atlantique en déclarant que Boris Johnson avait "toutes les qualités nécessaires pour devenir un "grand" Premier ministre".

Lire aussi : Brexit : après David Davis, Boris Johnson démissionne à son tour

May a "tergiversé" dans les négociations, "par manque de confiance en soi"

Pendant que le turbulent Boris Johnson, redevenu député, dénigrait sa stratégie devant les députés, Theresa May s'appliquait à défendre son projet devant les membres d'une commission du Parlement britannique qui l'ont questionnée pendant près de deux heures. Elle a une fois de plus assuré qu'elle "mettrait en oeuvre ce pour quoi les gens ont voté" et qu'elle se fixait pour objectif d'obtenir un accord avec Bruxelles.

"Le problème, ce n'est pas que nous n'ayons pas réussi à faire valoir la nécessité d'un accord de libre-échange comme celui qui a été présenté à Lancaster House, c'est que nous n'avons même pas essayé", a déclaré Boris Johnson au Parlement. "Nous devons essayer aujourd'hui parce que nous n'aurons pas d'autre chance de bien le faire", a-t-il lancé, dans un discours passionné.

Il a accusé le gouvernement d'avoir "tergiversé" dans les négociations, par "manque de confiance en soi". Mais selon lui, "Il y a encore du temps, et si la Première ministre peut renouer avec cette vision ... alors je crois qu'elle peut mettre en oeuvre un Brexit formidable pour le Royaume-Uni".

Londres et Bruxelles sont censés parvenir à un accord d'ici octobre, pour permettre aux Parlements européens et britannique de le ratifier avant la concrétisation du Brexit, prévue le 29 mars 2019. Les négociations trainent en longueur et butent en particulier sur la question de la frontière qui va séparer l'Irlande, entre le nord, membre du Royaume-uni, et le sud, membre de l'UE.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2018 à 12:34 :
Tout le monde se focalise sur le rétablissement des contrôles à la frontière en Irlande .En réalité il y a des frontières terrestres ,maritimes ,et Aériennes .Toutes marchandise venant de GB présentée dans un port,un aéroport ou a la sortie du tunnel devra faire l'objet d'une déclaration en douane .Et ce sera la même chose au RU !la sortie de l'UE est la plus débile des décisions !
a écrit le 20/07/2018 à 0:13 :
Quand l'article dit Outre-Atlantique, j'imagine qu'il faut comprendre Outre-Manche... Je ne doute pas que les Américains se passionnent pour le Brexit, mais avec Trump ils ont déjà bien assez à s'occuper !

Et sur le fond... A part Outre-Manche (et encore...), tout le monde se moque de ce que raconte mad Boris. S'il est appelé mad ce n'est pas pour rien, ni uniquement pour sa coiffure. C'est juste un des poivrots les plus bruyants dans la chorale d'ivrognes que l'on appelle le parti conservateur britannique.
a écrit le 19/07/2018 à 19:55 :
Brexit doux...Brexit dur ... même entre eux, ils ne sont pas d'accord !!
Il serait mieux pour les British de revoter en connaissance de cause, et départager les 3 options : Brexit dur, Brexit mou... ou pas de Brexit du tout !
En tout cas, ce n'est certainement pas à l'Europe de faire des concessions pour autant.
a écrit le 19/07/2018 à 18:53 :
Tant que l'UE de Bruxelles ne sera qu'une administration, elle n'aura aucune légitimité pour représenter une nation!
Réponse de le 19/07/2018 à 23:18 :
Elle a confisqué le pouvoir et commande à Macron via les GOPE, enfantin et les français souscrivent à cette comédie qu' un ..président français pilote l' avion !!
Du fait de l’engagement de la France dans l’euro et dans l’Union européenne, toutes les grandes décisions de notre politique économique et sociale sont directement dictées par les « recommandations » de la Commission européenne, également intitulées « grandes orientations des politiques économiques (GOPÉ) », que l’institution technocratique bruxelloise publie chaque année à la mi-mai.
https://www.upr.fr/actualite/france/la-feuille-de-route-economique-et-sociale-d-emmanuel-macron-est-mise-a-jour-les-grandes-orientations-des-politiques-economiques-gope-2018-2019
Réponse de le 20/07/2018 à 4:34 :
En attendant, cette Europe de Bruxelles fait la pluie et le beau temps.
Votre niveau de vie degringole ? Allez demander pourquoi a...Bruxelles.
a écrit le 19/07/2018 à 18:43 :
Boris Johnson, c'est pas ce monsieur qui n'a pas voulu du poste de 1er ministre après la démission de Cameron en 2016 ?
C'est tellement plus simple et plus populaire de critiquer que de gouverner.
a écrit le 19/07/2018 à 15:30 :
"Les négociations trainent en longueur et butent en particulier sur la question de la frontière qui va séparer l'Irlande, entre le nord, membre du Royaume-uni, et le sud, membre de l'UE"

Le vrai visage, hideux, de notre union européenne, c'est à vomir car l'UE sait très bien qu'anglais et irlandais se sont massacrés pendant des décennies retrouvant la paix surtout grâce à la fin des frontières entre les deux pays.

Imposer de nouveau ces frontières c'est faire revenir le spectre de la guerre, c'est proprement scandaleux ce que fait cette ue mais c'est également la marque de sa fabrique, aucune intelligence, aucun talent, aucune originalité, aucune humanité, le fric, encore le fric toujours le fric... . Vite un frexit.
Réponse de le 19/07/2018 à 17:32 :
Si l’Écosse veut rester en UE ça fera une frontière de plus à gérer. :-) La GB va finir en confettis (mais les pro-'leave' ne l'avaient pas dit aux gens).
Réponse de le 19/07/2018 à 18:26 :
Si la on ne rétablit pas la frontière alors il y a libre circulation des biens entre l'UE et le Royaume-Uni, ce n'est pas ce que veulent les partisans du hard brexit. Pour rappel citoyen blasé, les irlandais du Nord ont voté pour le maintien dans l'Union et l'UE a proposé le maintient de l'Irlande du Nord dans l'Union douanière. C'est bien les brexiters qui veulent rétablir la frontière encore une fois.
Réponse de le 19/07/2018 à 20:01 :
Vous évoquez un problème exact (celui de la frontière intra-irlandaise), mais vous inversez les responsabilités, juste parce que ça arrange vos théories ! Qui recrée une frontière, sinon les Brexiteurs ? Pour qu'il n'y ait pas de frontière, c'est simple : pas de Brexit, par exemple... ou sécession de l'irlande du nord qui rejoindrait la république irlandaise ... mais le nationalisme, c'est précisément ce qui re-crée des frontières !!! ... et le Frexit que vous invoquez, vous l'imaginez sans frontière, peut-être ??
Réfléchissez donc un peu avant de poser des mots !
Réponse de le 20/07/2018 à 9:11 :
@multipseudos

"Pour qu'il n'y ait pas de frontière, c'est simple : pas de Brexit, par exemple..."

Voilà, merci de confirmer que vous êtes un européiste forcené vous reprenez les mêmes arguments que le consortium européen financier.

Ça ne marche plus les gars, faut changer de stratégie...

Les anglais ne veulent plus de frontières au sein du RU mais l'UE l'impose s'ils veulent sortir.

A vomir.
a écrit le 19/07/2018 à 14:04 :
Boris Johnson croyait que les britanniques avaient voté pour sa vision du Brexit mais ce n'est pas le cas. Il y a eu les élections anticipées et le résultat est clair : la composition actuelle du parlement ne permet pas un Hard Brexit comme le souhaite Boris et laisse une marge de manoeuvre limitée à Theresa May. Boris Johnson fait du Boris Johnson, il cherche à déstabiliser et à rester sur le devant de la scène.
a écrit le 19/07/2018 à 13:51 :
Comme Puigdemon en Catalogne, pur apparatchik qui n'a pas compris le poids des entreprises britanniques et filiales d'entreprises étrangères qui ont absolument besoin du libre-échange avec leurs usines, clients et fournisseurs en UE. Bouf.fon inconséquent qui rêve d'un retour à l'empire ou à une indépendance sans intérêt : y a-t-il une seule décision de la Cour de Justice qui a causé un préjudice au Royaume-Uni ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :