Brexit : l'UE très inquiète après le vote britannique en faveur du projet de loi qui viole le droit international

 |  | 540 mots
Le négociateur en chef pour le Brexit, Michel Barnier (ci-dessus à Londres le 10 septembre 2020) qui comme la Commission européenne s'est pas non plus exprimé après le vote du Parlement britannique, doit faire le point sur la situation mercredi avec les États-membres.
Le négociateur en chef pour le Brexit, Michel Barnier (ci-dessus à Londres le 10 septembre 2020) qui comme la Commission européenne s'est pas non plus exprimé après le vote du Parlement britannique, doit faire le point sur la situation mercredi avec les États-membres. (Crédits : Reuters)
"Le Royaume-Uni est en train de jouer sa réputation internationale", s'est exclamé un eurodéputé après l'approbation du Parlement britannique par 340 votes "pour" et 263 "contre" du projet de loi controversé de Boris Johnson qui viole le droit international, de l'aveu même du gouvernement britannique. Le texte remet en cause des dispositions douanières pour l'Irlande du Nord. Le spectre du "no deal" se fait jour après jour plus consistant.

Les Européens restaient mardi "gravement préoccupés" par l'approbation lundi soir au Parlement britannique du projet de loi de Boris Johnson revenant en partie sur les engagements pris dans le cadre du Brexit.

"L'UE reste gravement préoccupée par la violation du droit international que représente ce projet de loi", a réagi une source européenne, qui appelle à ce que les parties du texte jugées illégales soient supprimées.

Lire aussi : Brexit: les députés britanniques déboussolés par le dernier projet de loi de Boris Johnson

Populisme

Contactée par l'AFP, la Commission européenne n'a elle pas souhaité réagir.

Le négociateur en chef pour le Brexit, Michel Barnier, qui ne s'est pas non plus exprimé, doit faire le point sur la situation mercredi avec les Etats membres.

"Incroyable de voir où va l'une des plus anciennes démocraties du monde. Le Parti conservateur est devenu un parti populiste", a réagi auprès de l'AFP l'eurodéputé allemand Bernd Lange (S&D, gauche), membre du groupe de coordination sur le Royaume-Uni au Parlement européen.

"Le Royaume-Uni est en train de jouer sa réputation internationale", a souligné le Luxembourgeois Christophe Hansen (PPE, droite), contacté par l'AFP.

"J'ai du mal à comprendre comment on peut signer et voter un accord pour essayer de le rompre seulement quelques mois plus tard", a-t-il ajouté.

Le projet de Boris Johnson, qui viole le droit international de l'aveu même du gouvernement britannique, a franchi lundi un premier obstacle au Parlement britannique malgré la fronde d'une partie du camp conservateur, en étant approuvé par 340 votes pour et 263 contre.

La suite du cheminement parlementaire de ce projet de loi sur le marché intérieur, qui contredit certaines parties de l'accord de retrait de l'UE signé par le Premier ministre britannique il y a moins d'un an, s'annonce cependant plus incertaine.

L'insoluble question de la frontière de l'Irlande du Nord

Le texte remet en cause des dispositions douanières pour l'Irlande du Nord destinées notamment à éviter le rétablissement d'une frontière physique entre la République d'Irlande, membre de l'UE, et la province britannique.

Lire aussi : Pourquoi l'Irlande du Nord rejette le Brexit

La Commission demande le retrait d'urgence des mesures controversées

Les Européens ont donné à Londres jusqu'à la fin du mois pour retirer les dispositions controversées, au risque d'une action en justice.

Dans une lettre envoyée au ministre d'Etat britannique Michael Gove, dont l'AFP a pris connaissance mardi, le vice-président de la Commission européenne réitère cet ultimatum.

"Nous demandons au gouvernement britannique de retirer d'urgence ces mesures du projet de loi. Cela devrait être fait avant la fin du mois afin de pouvoir rétablir la confiance", insiste-t-il.

Dans ce contexte, Européens et Britanniques tentent toujours de négocier un accord sur leur future relation commerciale. Mais les dernières discussions n'ont permis aucune percée majeure.

Les deux parties ont affirmé qu'un accord devait être conclu en octobre pour éviter un "no deal" qui se traduirait par des droits de douane entre le Royaume-Uni et le bloc européen et risquerait d'aggraver la crise provoquée par le coronavirus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2020 à 18:59 :
Les fans du Brexit habituels qui disaient que le RU avait obtenu un super accord et avait roulé l'UE dans la farine peuvent dire ce qu'ils veulent, les britanniques ont voté un accord et revienne dessus comme quoi cet accord n'était pas si terrible. Tout cela ne donne pas l'impression qu'ils maitrisent la situation. Franchement ça sent l'improvisation .
a écrit le 16/09/2020 à 16:39 :
Le but prioritaire de la GB c "est la souveraineté!!ensuite, la GB n 'a pas l'euro qui plombe la france par exemple;vous oubliez que l'accord avec le japon est plus avantageux pour la GB que celui entre UE et JAPON quand la GB en faisait partie!D autres traités ont été signés avec suisse , corée du sud etc;on oublie que meme avec des taxes de douane pour exporter dans l UE avec une livre dévaluée de 20% ils seront encore compétitifs!En conclusion ils peuvent signer des accords avec plein d"autres pays surtout si la chambre des lords retoque le projet de loi de BORIS JOHNSON.Je suis confiant pour la GB car c'est un pays pragmatique et ils ne subiront plus la dictature économique et politique de bruxelles qui étouffe la france ;on en reparlera par exemple quand l 'euro explosera
Réponse de le 16/09/2020 à 19:00 :
La GB ne se dépêche pas d'atteindre le but prioritaire, c'est le moins qu'on puisse dire.
a écrit le 16/09/2020 à 13:56 :
Perfide Albion, rien de neuf sous le soleil ! On plaint M. Barnier d'avoir à négocier avec de tels interlocuteurs. Bon courage à lui et ses équipes.
a écrit le 16/09/2020 à 12:20 :
Le RU arrive au terme d'une longue bataille pour sa liberation du carcan europeen.
La France et l'Allemagne font le forcing, car ils ont le plus a perdre, en vain, Bojo, emportera la mise.
La City va ecumer tres bientot, direct aux portes du channel. Tant pis pour vous.
Réponse de le 16/09/2020 à 13:15 :
Bonjour,
J'ai toujours autant de difficultés à comprendre ce "discours" ...... la durée des négociations est directement liée aux atermoiements des Anglais (rien du côté de l'Europe .....). Le % des échanges entre les 2 parties est suffisamment éloquent pour qu'il n'y ait pas de débat sauf si les chiffres sont faux ?
Quant à la City si elle perd les accès aux places financières européennes ...
Et puis concernant l'eldorado du RU, leurs incroyables contrats 0 heures (j'ai travaillé en Angleterre j'ai pu en voir les conséquences) me laisse vraiment "rêveur".
Mais je peux me tromper !
Cordialement
a écrit le 16/09/2020 à 10:44 :
L'AFP dans un précédent article parlait de "députés britanniques déboussolés" par le projet de loi de B. Johnson .... voté pourtant avec 340 voix pour et 263 contre soit à une écrasante majorité . l'AFP se permet en plus de titrer cet article avec le commentaire " un projet de loi qui viole le droit international " .
le ridicule ne tuant plus , l'AFP a encore un bel avenir dans l'information politique
a écrit le 16/09/2020 à 10:21 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:20 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:19 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:18 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:15 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:12 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:12 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:12 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:12 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:11 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:10 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:09 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:08 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:08 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:07 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:07 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:07 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:07 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:07 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:06 :
@Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:03 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:01 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:01 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:00 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:00 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 10:00 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 9:59 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 9:59 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 9:59 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 9:59 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 9:58 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 9:58 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 9:56 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
a écrit le 16/09/2020 à 9:31 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
Réponse de le 16/09/2020 à 9:46 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
Réponse de le 16/09/2020 à 9:47 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
Réponse de le 16/09/2020 à 9:47 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
Réponse de le 16/09/2020 à 9:47 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
Réponse de le 16/09/2020 à 9:47 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
Réponse de le 16/09/2020 à 9:48 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
Réponse de le 16/09/2020 à 9:48 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
Réponse de le 16/09/2020 à 9:49 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
Réponse de le 16/09/2020 à 9:50 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
Réponse de le 16/09/2020 à 9:50 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
Réponse de le 16/09/2020 à 9:50 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
Réponse de le 16/09/2020 à 9:50 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
Réponse de le 16/09/2020 à 9:50 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
Réponse de le 16/09/2020 à 9:52 :
Réponse de LdA1960 le 15/09/2020 à 21:40 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
Signaler un contenu abusif
Réponse de @Jiphoune le 16/09/2020 à 0:04 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
Réponse de le 16/09/2020 à 18:26 :
Je crois qu’il est en train de dérailler complètement, un vrai régal.
Bonne continuation.
a écrit le 16/09/2020 à 9:31 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
Réponse de le 16/09/2020 à 16:33 :
Tout dépend des informations en votre possession! Mais la Démocratie n'est ressentie que par le peuple concerné, non pas par les États voisins!
a écrit le 16/09/2020 à 9:30 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
Réponse de le 16/09/2020 à 9:37 :
Pour nuancer votre jugement sur Napoléon, il est important de resituer le contexte historique ds lequel il a commencé l'exercice de son pouvoir et ses talents de chef militaire.
La France révolutionnaire était confrontée depuis ses debuts à une coalition guerrière d'Etats européens conduite par l'Angleterre, cherchant à éradiquer le cancer démocratique créé au sein de l'Europe monarchique, ennemi mortel de ts les pouvoirs totalitaires basés sur les privilèges de classe que la révolution française avait abolis.
Confronté à une infériorité numérique systémique, N.ne dut son salut du moins au début, que par une capacité de stratège militaire innovant, la qualité de son artillerie ( suite à sa formation d'officier artilleur), la force et la vivacité de ses relais de commandement et la pratique d'une guerre totale et impitoyable ds les territoires conquis ( où les exactions militaires sur les populations locales n'étaient pas rares, comme en témoigne la douloureuse campagne espagnole de sinistre memoire).
Réponse de le 16/09/2020 à 9:37 :
Je rappelle aux eurolâtres que la France dégage un excédent commercial structurel (c'est à dire durable) de plusieurs Milliards d'€ avec la Grande Bretagne (chiffres vérifiables partout sur internet). Et on joue les "va-t'en-guerre" contre les anglais ! On perd la tête ! Une fois de plus, le gouvernement français défend les intérêts... des allemands, des grecs, des bulgares, etc, etc.... c'est quand qu'il se décide à dire "les intérêts français d'abord!" ??? Assez !
a écrit le 16/09/2020 à 9:29 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:29 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:29 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:29 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:29 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:28 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:28 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:27 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:27 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:27 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:27 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:26 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:26 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:26 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:26 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:26 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:26 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:25 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 9:25 :
Erdogan, Trump, Poutine,... quels beaux modèles de démocratie vous avez là!
J'aime beaucoup votre humour quand vous prétendez que l'UE est à la botte de la finance (vieille rengaine), alors que la principale place financière d'Europe est... la City de Londres, qui se frotte déjà les mains du brexit pour installer un paradis fiscal au Royaume Uni.
Quant à citer Napoléon Bonaparte, cela ne manque pas de sel non plus! En voilà un pour qui la vie humaine comptait peu, lui qui a cherché à unifier l'Europe par la force au prix de millions de morts ! Un parfait contre-exemple de l'Union Européenne qui, ne vous en déplaise, s'est construite de façon pacifique et démocratique.
a écrit le 16/09/2020 à 6:49 :
On voit bien que les dirigeants de l'UE ne sont pas à la hauteur.
Macron voulait calmer Trump, Poutine, Erdogan, ...
On a vu... rien.
Et là Barnier qui vole d'échecs en échecs se plaint comme un enfant qui n'a pas compris les règles du jeu et qui va voir les adultes pour leur dire que c'est lui qui devrait gagner.
Tout ça est pathétique: chaque crise est l'occasion de montrer l'impuissance de l'UE, ils n'en ratent pas une.
a écrit le 15/09/2020 à 22:50 :
Situation explosive des 1973, situation non résolue car les accords du vendredi saint pérennisent la partition de l'île et l'ancrage Britannique de l'île via la CTA et le refus d'une frontière en dur...soit il y a une frontière, soit les nord irlandais votent pour la réunification... réunification non urgente avant le Brexit mais devenue Centrale aujourd'hui.
a écrit le 15/09/2020 à 21:52 :
Ce qu'une loi fait, une autre le défait. Une majorité succède à une autre. Hollande a détricoté ce que Sarkozy avait fait. C'est le principe de la démocratie. Les lois et les accords changent donc continuellement. Seules les dictatures et les systèmes totalitaires prétendent figer l'évolution et empêcher les adaptations. Sans parler du "Reich pour mille ans", on pourrait simplement essayer de se souvenir du nombre de régimes constitutionnels et de fait connus par la France depuis 1789...
a écrit le 15/09/2020 à 21:12 :
Quand-est-ce que ces dirigeants de l'UE comprendront qu'on n'en peut plus, de leur gouvernance stupide. Le monde entier en a marre, de l'UE.
Réponse de le 15/09/2020 à 22:51 :
C'est qui tout le monde??? Vous?
Réponse de le 16/09/2020 à 8:03 :
Ah oui 70 ans de paix entre nations ca commence à bien faire...vous avez raison, chacun pour soi et tous à la merci de la russie, chine et usa
a écrit le 15/09/2020 à 19:34 :
Voté par 340 voix contre 263 ? Le Parlement britannique n'y est donc pas si opposé qu'écrit dans ce journal il y a peu...
a écrit le 15/09/2020 à 17:47 :
On ne le répètera jamais assez:

Les Anglais ce sont des pirates et de fins négociateurs ...... l'histoire nous l'a toujours prouvé et encore une fois avec cette loi !
a écrit le 15/09/2020 à 17:22 :
Le grand CHARLES avait bien raison de ne pas en vouloir .
a écrit le 15/09/2020 à 16:09 :
Quand on monte un "château de carte" qui a pour nom; "Union Européenne", il y a toujours beaucoup d'inquiétude!
a écrit le 15/09/2020 à 15:12 :
""Le Royaume-Uni est en train de jouer sa réputation internationale","

LOL !

Erdogan aussi, Trump aussi, Poutine aussi et-c... on ne compte plus le nombre de gens qui "jouent leur réputation internationale en s'opposant à l'UE" pour qu'au final rien ne change pour eux ou bien en mieux.

Pitoyables dirigeants européens incapables de défendre les intérêts des citoyens européens parce que seulement campés sur les seuls intérêts de l'oligarchie européenne.

Dramatique entité supranationale, qui a mit le fric avant la vie pour construire son consortium financier totalement vide, seulement là pour briller alors que faisant bien rigoler tous les autres chefs d'états du monde.

Ne rigolons pas trop nous par contre même s'ils nous en font baver, même s'ils nous font honte, de leurs déboires à nos pitres européens si ça se trouvent eux aussi y ont intérêt à nous couler, c'est bien ça le plus grave danger quand on place le fric avant la puissance politique, plus rien n'a de goût, même pas la vie humaine, du moins les nôtres parce que les leurs en ont certainement de la valeur à leurs yeux mais bon sang pour quoi faire !?

Vite un frexit, très vite même, ça commence sérieusement à sentir le sapin là.

"Lorsqu'un gouvernement est dépendant des banquiers pour l'argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. L'argent n'a pas de patrie ; les financiers n'ont pas de patriotisme et n'ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain."

Napoléon Bonaparte
Réponse de le 15/09/2020 à 21:54 :
Votre citation de Napoléon en guise de conclusion à votre commentaire arrogant "donneur de leçon", sur le pouvoir de l'argent et son rôle décisif ds les prises de décisions des politiques, traduisent plutôt le désarroi et l'impuissance de ce dernier à inverser le cours des choses, malgré le pouvoir absolu dt il était investi.
Qd par ex en 1802, il abroge le décret d'abolition de l'esclavage ds ttes les colonies voté par la Convention en 1794, tt en rétablissant la traite négrière par la force face aux populations révoltées, sous la pression des gdes familles béké propriétaires, dt celle de sa femme, la future impératrice Eugénie.
Plutôt que de perorer, éclairez notre lanterne en citant l'ex probant d'un État qui a réussit à préserver l'intérêt de ses administrés, face aux diktats des puissances d'argent du pays.
a écrit le 15/09/2020 à 14:45 :
y a pas a etre inquiet
si y a plus d'accord ya aun accord quand meme, le droit commun
si le uk n'a plus acces a l'europe, le cousin americain va lacher le royaume fissa
ca va faire tres mal, et bojo va devoir faire en urgence ce qu'il avait dit, a propos de creer une grande zone commerciale avec les excolonies ( bon depuis on n'en n'entend plus parler...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :