Brexit : un accord annoncé in extremis, mais déjà rejeté par le parti unioniste nord-irlandais

 |   |  532  mots
M. Juncker, qui avait appelé le Premier ministre britannique dans la matinée, a qualifié l'accord d'équitable et équilibré.
M. Juncker, qui avait appelé le Premier ministre britannique dans la matinée, a qualifié l'accord d'"équitable et équilibré". (Crédits : Reuters)
"Nous en avons un !", s'est félicité le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker sur son compte Twitter à propos de l'accord, qui devra encore être ratifié par les parlements britannique et européen. Le parti unioniste nord-irlandais DUP, allié clé des conservateurs, et le chef des travaillistes, principale formation d'opposition, ont rejeté jeudi cet accord.

Un accord sur le Brexit a été annoncé jeudi par Jean-Claude Juncker et le premier ministre britannique Boris Johnson, juste avant un sommet européen et à l'issue de longues journées de tractations épineuses.

"Nous en avons un !", a lancé le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker sur son compte Twitter, alors que Boris Johnson se vantait d'"un excellent nouvel accord".

M. Juncker, qui avait appelé le premier ministre britannique dans la matinée, a qualifié l'accord d'"équitable et équilibré". Il a recommandé aux dirigeants des 27, qui commençaient à arriver à Bruxelles pour le sommet, de donner leur feu vert. De son côté, Michel Barnier, négociateur en chef de l'UE, s'est félicité d'un accord "juste et raisonnable".

Le feu vert du Parlement britannique incertain

Dans la foulée de ces annonces, la livre a gagné 1% face au dollar, les milieux économiques redoutant les conséquences potentiellement dévastatrices d'un "no deal" le 31 octobre.

Lire aussi : Brexit: en cas de "No-Deal", 88% des importations britanniques seront libres de droits de douane

Cet accord devra encore être ratifié par les parlements britannique et européen. À ce propos, Emmanuel Macron s'est dit "raisonnablement confiant" sur une ratification au Parlement britannique.

Pour autant, le parti unioniste nord-irlandais DUP, allié clé des conservateurs, et le chef des travaillistes, principale formation d'opposition, ont rejeté jeudi l'accord de Brexit obtenu à Bruxelles, rendant son approbation au Parlement très incertaine.

Boris Johnson, qui veut coûte que coûte un divorce à la fin du mois, a appelé les députés britanniques à approuver cet accord lors d'une séance parlementaire exceptionnelle samedi.

La mission de Boris Johnson devant son parlement sera délicate, car il n'a plus de majorité, et devra donc compter sans le soutien du DUP.

Lire aussi : Brexit: accord possible avec Londres mais ça coince toujours avec la frontière nord-irlandaise

Questions sensibles

Les pourparlers entre Londres et Bruxelles ont porté sur plusieurs questions sensibles: la manière d'éviter le retour d'une frontière entre l'Irlande, membre de l'UE, et l'Irlande du Nord, partie du Royaume-Uni, afin de préserver la paix sur l'île tout en permettant des contrôles douaniers, le droit de regard accordé aux autorités nord-irlandaises sur l'accord de divorce ou encore la relation future.

Les derniers développements sur le Brexit avaient créé un flottement autour de l'organisation du sommet européen. Le déroulé de la réunion n'a été publié que jeudi matin.

Après le Brexit, les chefs d'État et de gouvernement doivent évoquer la situation en Turquie et revenir en particulier sur la réponse européenne à l'offensive d'Ankara contre les milices kurdes dans le nord-est de la Syrie. Ils aborderont également la question de l'élargissement de l'UE à la Macédoine du Nord et l'Albanie, avant de se lancer dans la question budgétaire vendredi.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2019 à 8:17 :
Attention ! ....cette pantalonnade est loin d'etre terminée . .!
Entre laxisme de l'UE et symagrées des anglais ça va durer encore des mois et mème sortis les anglais continueront a pourrir la vie des voisins !!!
a écrit le 18/10/2019 à 7:00 :
Très bien joué de la part de l'UE : permettre à BoJo de sauver la face et donc exonérer l'UE de toute responsabilité ou de toute accusation d'intransigeance. L'accord trouvé, encore bien plus tordu que le précédent, sera sans doute largement rejeté par le parlement britannique où BoJo n'a pas de majorité, a fortiori sans le DUP. Et l'UE aura beau jeu de souligner qu'en matière de brexit, décidément le RU ne sait pas ce qu'il veut.
a écrit le 17/10/2019 à 22:05 :
TM avait un accord aussi mais sa majorité n'en voulait pas. BJ n'a pas de majorité mais un accord qui peut lui permettre de faire campagne pour obtenir nouvelle une majorité. La dynamique politique est radicalement différente. Le problème des unionistes est qu'ils sont de fait minoritaires maintenant en Irlande du Nord. Aussi UK peut très bien fonctionner avec une Irlande et une Ecosse indépendantes. Les paradis fiscaux affiliés à UK existent déjà : iles de Man, Jersey, Guernesey et sont des états indépendants.
Réponse de le 18/10/2019 à 8:19 :
l'Irlande du Nord est-elle une province ou .....une colonie ?
La seconde proposition semble plus exacte .....
Réponse de le 19/10/2019 à 1:35 :
Finalement, c'est ce Samedi 20 Octobre 2019 que le "Royaume" DIT "Uni" va réussir à se suicider pour de bon ... Après c'est un trou noir qui attend les 4 fragments de cette moribonde UK... et parions que ce sont (encore une fois ) les Ecossais qui trahiront les premiers et porteront le premier coup fatal en déchirant l'Union Jack...après suivrons les Irlandes et le pays de Galles, et resteront les Angles avec une tumeur européenne nommée London en leur sein...c'est enfin la preuve historique que le plus vaste empire connu de l'Humanité était une construction aussi prestigieuse que bancale...alors Vive la mort de l'UK, et un grand merci à tous les menteurs qui ont permis le NO au Référendum !!!
a écrit le 17/10/2019 à 19:15 :
Un accord annoncé en grande pompe que l'Irlande du Nord rejette, ou le sauvetage en catastrophe de carrières politiques et de leurs prébendes.
a écrit le 17/10/2019 à 18:39 :
Vivement que le brexit s'accomplisse ;

on peut préparer le frexit et l'italexit avec sérénité, on n'a pas d'irlande qui nous gêne,

on a les corses qui seront d'accord sans réserve
a écrit le 17/10/2019 à 18:38 :
"Nous en avons un"! La plupart en ont 2 et ce n'est pas un exploit !
Juncker en a t il? Trêve de trivialité, mais pourquoi faut il que les informations soient révélées sur les réseaux sociaux? D'autant qu'il y a peu de chances que cet accord soit ratifié en l'état. Ne peut on plus attendre que tout soit au clair pour faire l'annonce d'un vrai accord, et réellement applicable? Ces modes de communication sont in-su-ppor-ta-bles.
Réponse de le 18/10/2019 à 9:00 :
Ne les lisez pas. Vous ne serez plus insupporte.
a écrit le 17/10/2019 à 18:13 :
Le Nord va devenir une zone franche sous autorité britannique et donc un paradis fiscal!
a écrit le 17/10/2019 à 18:04 :
Un accord ??

Avec Boris qui n a même pas la majorité au parlement ??
Cet accord est meilleur que celui de theresa qui elle avait la majorité ??
Ça pourrait bien finir en queu de poisson et le parlement britannique rejeter encore tout ce bazar
Boris avait au moins raison pour demander des élections générales
a écrit le 17/10/2019 à 17:25 :
Si Bojo est malin et rusé, il abbatra une dernière concession joker qu'il a peut-être sous le coude en accord avec les négociateurs de l'UE, pour permettre le ralliement des parlementaires du DUP ce qui assurera la ratification du parlement.
a écrit le 17/10/2019 à 16:44 :
envisager de faire entrer la macedoine du nord et l albanie alors que l UE est totalement bancale et ne sait même plus pourquoi elle est faite semble surréaliste......

quant à l accord sur le brexit.... wait and see......sachant que les allemands , l 'europe du nord et l est de l europe sont pour une sortie avec accord ou pas de sortie du tout, les anglais le savent et peuvent faire durer la plaisanterie......sachant que le parlement refuse une sortie sans accord mais n est pas du tout pressé de se mettre d accord.....
a écrit le 17/10/2019 à 15:21 :
Décryptage : L'accord est celui de l'Allemagne qui dirige de fait l'agenda de lUE, car c'est de loin la plus grande puissance européenne, et qu'elle est attachée à ses exportations moins brillantes actuellement. Pour le reste, les fonctionnaires de l'UE ne se font pas d'illusion, cet accord pourrait bien être rejeté par le parlement anglais, Corbin a appelé en ce sens ce matin, mais ils pourront dire que ce n'est pas de leur faute, et pour eux cela compte. Macron, lui, fera ce qu'on lui dit, comme d'habitude, avec une sauce fade communicante.
Réponse de le 18/10/2019 à 15:20 :
Macron n' a fait que de jouer son role de "bad cop" pour mettre la pression sur BJ et son Gov.
a écrit le 17/10/2019 à 14:58 :
"s'est félicité " c'est un truc des politiques égocentriques.
a écrit le 17/10/2019 à 14:55 :
Les Européens pourraient mettre la pression: refuser d'avance tout nouveau report du Brexit. L'accord est donc à prendre ou à laisser, et dans ce cas c'est un NO DEAL. Mais on voit bien que les Européens sont mous et incapables de fermeté comme toujours. Alors faire plier les Turcs!!!
a écrit le 17/10/2019 à 14:35 :
Faire croire que l'Écosse et l'Irlande du Nord vont rester sans broncher. J'ai de sérieux doutes. Pour l'instant, ce doit être champagne et petits fours à Bruxelles.
a écrit le 17/10/2019 à 14:29 :
l'UE passe pour un chevalier blanc a peu de frais.... sachant que leurs nervis au parlement Britannique feront capoter l'accord. A moins que la Reine tape une nouvelle fois du point sur la table, aucune chance que l'oligarchie laisse le Royaume peu Unis sortir sans encombre
a écrit le 17/10/2019 à 14:24 :
Je reste pour moins perplexe.
a écrit le 17/10/2019 à 14:06 :
L’accord signé à Bruxelles ne sera pas approuvé par le Parlement du Royaume-Uni.
Donc ce sera automatiquement une demande de report acceptée par Bruxelles dans la foulée.
Ensuite, Bojo démissionnera-t-il ? Des élections seront-elles convoquées? Y aura-t-il un brexit sans accord? That are the questions.
Le chaos politique britannique va continuer, ça c'est la seule certitude acquise à l'heure actuelle.
a écrit le 17/10/2019 à 13:53 :
Le temps de traverser la Manche et l'accord sera déjà caduque, puisque le parlement britannique ne va pas l'approuver.
Même joueurs, jouent encore....!
a écrit le 17/10/2019 à 13:52 :
La négociation est donc terminée et la sortie devrait avoir lieu le 31 octobre .Si le Parlement vote l'accord, modifié ,samedi..Sinon il sera responsable de la sortie sans accord .Et ce ne sera pas l'Union .Reporter la date semble bien dérisoire .
a écrit le 17/10/2019 à 13:06 :
Certes l'UE a un accord avec le premier ministre de la GB.

Sauf que ce projet d'accord n'a aucune chance d'être validé puisque les députés du DUP, une bonne soixante de députés conservateurs et les travaillistes viennent d'annoncer leur opposition.

On est revenu à la situation précédente, sauf que bojo à remplacé Mme May dans le rôle du premier ministre désavoué quoi qu'il fasse.

Ca n'étonnera personne. Tant que les anglais n'auront pas fait le clair avec eux-même, rien ne peut se construire.
a écrit le 17/10/2019 à 13:01 :
J'ai entendu ça à france info, une édition spéciale de plus pour un report de plus, au moins on rigole bien devant tout ces journalistes obligés de nous faire croire qu'une union européenne existerait bel et bien !

IL doit y avoir des infos gênantes dont il ne faut pas parler certainement alors ça bavarde...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :