De moins en moins "transitoire", la hausse de l'inflation met à l'épreuve la BCE

Le niveau des prix a continué de flamber en janvier dans la zone euro, à 5,1% sur un an, après 5% en décembre. Des chiffres qui vont donner des arguments aux membres "faucons" du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), qui tient une réunion intermédiaire ce jeudi.
Robert Jules
Christine Lagarde, président de la Banque centrale européenne (BCE).
Christine Lagarde, président de la Banque centrale européenne (BCE). (Crédits : Reuters)

La publication ce mercredi des chiffres sur l'inflation dans la zone euro va rendre de plus en plus difficile pour Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne (BCE), de continuer à caractériser la hausse des prix de "transitoire", comme elle l'a fait au cours des dernières réunions des membres de l'institution monétaire. Les observateurs en auront une idée à l'issue de la conférence de presse qui suivra la tenue jeudi de la réunion intermédiaire de Conseil des gouverneurs de la BCE.

Le consensus tablait sur un ralentissement

Selon les données publiées par Eurostat ce mercredi, les prix à la consommation dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique ont progressé en janvier de 5,1% par rapport à janvier 2021. Il s'agit là d'un record historique depuis la création de l'euro. Le consensus établi par l'agence Reuters tablait sur un ralentissement, à 4,4%, après le niveau record atteint en décembre, à 5%.

Le principal facteur qui perturbe les anticipations d'inflation est l'énergie. Sa facture s'envole de 28,6% en janvier, alors qu'elle avait déjà augmenté de 25,9% en décembre. Dans des proportions plus modestes, les prix de l'alimentation, de l'alcool et du tabac ont progressé de 3,6%, ceux des services de 2,4% et ceux des biens industriels hors énergie de 2,3%.

En revanche, le rythme de hausse de l'inflation sous-jacente, hors énergie et alimentation, ralentit légèrement à 2,5% contre 2,7% en décembre. Cet indicateur est particulièrement scruté par la BCE, car moins volatil.

En effet, jusqu'à aujourd'hui, la Banque centrale européenne estime que la hausse des prix se nourrit des perturbations des chaînes d'approvisionnement, une situation qui va se résoudre au fil des mois. L'institution projette même que l'inflation repassera sous le seuil des 2% à partir de 2023, l'objectif officiel qu'elle vise.

L'incertitude reste forte

Toutefois, au gré des données égrenées ces derniers mois, un nombre important de responsables ont remis en question la qualité des projections de la BCE et ont fait valoir que l'inflation risquait de terminer l'année à un niveau plus élevé qu'anticipé par l'institution de Francfort. "Christine Lagarde devrait reconnaître la tendance à la hausse de l'inflation, et donc la nécessité de relever sensiblement sa prévision d'inflation pour 2022 en mars, sans doute de plus de 100 points de base, mais l'incertitude reste forte, notamment en ce qui concerne les perspectives d'inflation et de croissance à moyen terme, ce qui conduira la BCE à différer toute annonce significative. Christine Lagarde devrait aussi réaffirmer que des hausses de taux sont peu probables en 2022", commente François Rimeu, stratégiste à La Française AM.

Mais l'institution de Francfort peut-elle ignorer la prise de position de la Fed, qui a indiqué la semaine dernière qu'il y aurait une hausse des taux, dont la première probablement en mars, l'arrêt du rachat du programme d'actifs, et le début d'un allègement du bilan de la Réserve fédérale ?

Lire aussi 4 mnEtats-Unis: si l'inflation persiste, la Fed pourrait remonter ses taux deux fois plus fort

"La hausse incessante de l'inflation a conduit la plupart des banques centrales à entamer une normalisation de leurs positions politiques. La patience des faucons de la BCE risque de s'émousser à mesure que les pressions inflationnistes sous-jacentes continueront de se renforcer au cours des prochains mois", analysent Frederik Ducrozet, stratégiste, et Nadia Gharbi, économiste, chez Pictet Wealth Management. Les deux experts anticipent que "la BCE ramène son taux de dépôt à zéro en deux hausses de 25 points de base en mars et juin 2023, avant de faire une pause au second semestre 2023".

Comme il s'agit jeudi d'une réunion intermédiaire sans communication des projections sur la conjoncture, le Conseil des gouverneurs de la BCE devrait maintenir sa politique monétaire en l'état car les arguments avancés lors des précédentes réunions restent d'actualité. "La vision à plus long terme devrait rester inchangée : la BCE devrait maintenir sa vue d'une inflation sous-jacente sous les 2% en 2023. Par ailleurs, elle pourra également utiliser les derniers développements sur le front de la pandémie avec la diffusion du variant Omicron et le risque de ralentissement des niveaux d'activité au premier trimestre ainsi que les risques géopolitiques pour justifier sa position accommodante tout en soulignant certains risques pour le scénario central sur la croissance", souligne Vincent Manuel, Directeur des investissements chez Indosuez Wealth Management.

Le problème des différences d'inflation dans la zone euro

En outre, un autre point complique la tâche de la BCE par rapport à la Fed: la différenciation des taux d'inflation entre pays. "​​Hausse des taux, hausse des taux... D'accord, mais à quel niveau en Europe ? A quel niveau pour l'Allemagne, pour l'Italie, la Grèce, la France ? Cela, on ne le voit quasiment jamais pour la simple et bonne raison qu'aucun modèle mathématique n'existe aujourd'hui pour les calculer tant la zone euro est dotée d'un système complexe et aux agrégats nombreux et parfois antinomiques", soulignent les experts du gérant obligataire Octo AM. A raison, au regard des différences. La hausse des prix atteint, en janvier, 5,1% en Allemagne, 5,3% en Italie, 6,1% en Espagne, 8,5% en Belgique, 7,6% aux Pays-Bas, mais "seulement" 3,3% en France, le taux le plus bas de la zone euro. De tels écarts rendent d'autant plus complexe l'établissement d'un taux idéal pour tous les pays.

Reste que si la Fed commence à augmenter ses taux directeurs en mars, et resserrer tous les dispositifs de sa politique monétaire accommodante, le mouvement va se propager à travers l'économie mondiale. C'est le chemin que devrait suivre la Banque centrale d'Angleterre qui tient également une réunion ce jeudi. Après avoir déjà relevé, à la surprise générale, son taux directeur de 0,10% à 0,25% en décembre, elle pourrait récidiver en le portant à 0,5% pour enrayer une inflation qui s'affichait à 5,4% en décembre après 5,1% en novembre. Dans ces conditions, la BCE peut-elle rester sans bouger comme l'a fait durant plusieurs mois la Fed, avant de faire volte-face, son président Jerome Powell faisant même un mea culpa en reconnaissant la nécessité d'agir de manière "humble" et "agile" devant l'évolution de la conjoncture ?

Salaires et gaz

"La réponse tient en deux mots : salaires et gaz. Le marché du travail en zone euro ne connaît pas de tensions de salaires, à la différence des Etats-Unis, et la BCE juge qu'il en sera ainsi sur son horizon de prévision. En outre, elle ne peut pas grand-chose pour peser sur les prix de l'énergie qui sont responsables de l'aggravation récente du risque inflationniste", expliquent Bruno Cavalier et Fabien Bossy, chez Oddo BHF. Autrement dit, la position de la BCE dépend aussi de l'évolution de l'affrontement - pour l'instant diplomatique - entre l'Otan et la Russie sur le théâtre des opérations ukrainien et de la capacité des salariés à obtenir des augmentations.

Robert Jules
En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 03/02/2022 à 14:51
Signaler
Ce qui est pas rassurant ce est que les candidat( es) a l élection présidentielle ne sont pas à la hauteur et omette sciemment de dire ceryzinscdetzils: ex la candidate lr accuse Macron de l essence chère … or l île de France qu elle préside depuis d...

à écrit le 03/02/2022 à 14:50
Signaler
Ce qui est pas rassurant ce est que les candidat( es) a l élection présidentielle ne sont pas à la hauteur et omette sciemment de dire ceryzinscdetzils: ex la candidate lr accuse Macron de l essence chère … or l île de France qu elle préside depuis d...

à écrit le 03/02/2022 à 12:49
Signaler
impressionnant! ils sont incompetents, d'une mauvaise foi sans nom, ou ils decouvrent juste ce qu'on leur a appris en macroeconomie, et en econometrie, avec la dynamique des chocs ( modeles varma et consors, entre autres...)

à écrit le 03/02/2022 à 9:39
Signaler
L'inflation se produit quand il y a trop d'argent émis par rapport aux biens et services produits. Une des causes de l'inflation est la planche à billets utilisée pour maintenir le modèle d'organisation sociale. Une autre cause est la raréfaction des...

le 03/02/2022 à 14:43
Signaler
Il ne faut pas oublier la surenchère de la chine - qui n existait pas il y a 25 ans sur les marches miniers pétroliers ou autres…- l Occident dans son délire concurrentiel et court termiste à participer à l émergence d une concurrence économique et...

à écrit le 03/02/2022 à 8:12
Signaler
Et le cours du pétrole nous savons tous qu'il ne répond plus à la loi de l'offre et de la demande depuis belle lurette qu'il est donc totalement instrumentalisé. Il y a donc bel et bien une hausse volontaire du cours du pétrole.

à écrit le 03/02/2022 à 2:04
Signaler
Et dire qu'on pourrait en profiter pour vendre à prix d'or notre électricité, rentabiliser nos centrales et constituer des réserves pour produire de futures centrales en faisant moins appel au crédit bancaire hors de prix. Au lieu de cela, on vend à ...

à écrit le 03/02/2022 à 2:00
Signaler
Lagarde fait ce que Washington lui dicte. Remontee des taux dans pas longtemps. Gare a ceux qui ont des credits long terme.

le 03/02/2022 à 14:36
Signaler
Pas la peine d essayer d effrayer les emprunteurs français:la très grande majorité ont un crédit à taux fixe …donc impossible pour les banques de les augmenter ( ils sont contractualisés sur 15-20ans par exemple pour les prêts immobiliers)

à écrit le 02/02/2022 à 18:48
Signaler
Autrement dit, les gros gras à gros cigare réclament leurs rendements indus en rapport à leur enrichissement récent (doublement rien que ça) du seul fait du prince à savoir le faux monnayeur central... Ils réclament un rattrapage de leur PER sur le ...

à écrit le 02/02/2022 à 18:46
Signaler
En parallèle, les mercenaires du système vous répètent les imbécillités du keynésianisme, c’est-à-dire que l’activité économique est déterminée par la demande. En réalité, l’activité économique est déterminée par l’investissement, lequel est détermin...

à écrit le 02/02/2022 à 18:45
Signaler
Tout le système est adossé à la Bourse, donc tout ne tient que parce que la Bourse lévite. C’est elle qui fait tenir l’échafaudage des collatéraux du crédit et, pour faire tenir cet échafaudage, il faut que le crédit tienne. Et, pour que le crédit...

à écrit le 02/02/2022 à 18:45
Signaler
Avant, la capitalisation boursière n’était que de 40% de la production nationale aux Etats-Unis. Maintenant, elle est de 200%. Ce qui signifie que la contrainte, la dictature du profit, a été envahissante et tyrannique. Cela signifie que tout est ...

à écrit le 02/02/2022 à 18:44
Signaler
Le ratio utilisé en Bourse du multiple cours/bénéfice (ou PER pour price to earnings ratio, en anglais) n’est rien d’autre que le ratio clef qui gouverne sans le dire le système capitaliste, puisque c’est le ratio du profit par rapport au capital ; c...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.