Pour la Buba, un "Grexit" plomberait le budget allemand

 |   |  186  mots
Jens Weidmann, précise l'article du Handelsblatt, a expliqué qu'un Grexit amputerait les bénéfices de la banque centrale nationale, dont une part importante est reversée au budget.
Jens Weidmann, précise l'article du Handelsblatt, a expliqué qu'un "Grexit" amputerait les bénéfices de la banque centrale nationale, dont une part importante est reversée au budget. (Crédits : Reuters)
Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, aurait averti le gouvernement allemand qu'une sortie de la Grèce hors de la zone euro entraînerait une perte de plus de 14 milliards d'euros pour le budget fédéral, rapporte le quotidien économique Handelsblatt.

Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a averti le gouvernement d'Angela Merkel qu'une sortie de la Grèce de la zone se traduirait par un trou de plusieurs milliards d'euros dans le budget de la République fédérale, rapporte dimanche le quotidien économique Handelsblatt en citant des sources gouvernementales.

Les bénéfices de la Buba amputés

Jens Weidmann, précise l'article, a expliqué qu'un "Grexit" amputerait les bénéfices de la banque centrale nationale, dont une part importante est reversée au budget. Le journal précise que dans un tel scénario, les pertes subies par la Bundesbank dépasseraient le montant de 14,4 milliards d'euros de provisions déjà passées au titre de la crise de la zone euro, car la banque centrale subirait des pertes sur les titres grecs qu'elle détient.

"Cela ne serait pas suffisant dans le cas d'un Grexit", rapporte le Handelsblatt, sans préciser sa source. Un porte-parole de la Bundesbank s'est refusé à tout commentaire, de même que des porte-parole du gouvernement allemand et du ministère des Finances.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2015 à 10:39 :
Quelqu'un peut-il m'indiquer où sont passés le 310 milliards de dette de la Grèce?
Quelle proportion de cette dette est revenue dans les poches des pays créanciers, de leurs entreprises, et des institutions financières?
Deux exemples:
- les 45 Mirages vendus par Dassault
- les 600 millions de commission empoché par Golman Sachs pour gérer la dissimilation des dettes...
Réponse de le 06/07/2015 à 10:51 :
600 millions pour 310 milliards, ca fait 0.5 % ...
Meme si maquiller des comptes n est pas une chose dont GS soit etre fier, il faut pas oublier que c est quand meme le gouvernement grec de l epoque qu l a demandé !
Réponse de le 06/07/2015 à 23:20 :
D'après l'institut de recherches économiques IFO, grosso modo un tiers a été utilisé pour payer les banques européennes engagées en Grèce, à savoir 55 mds € pour les banques françaises, 33 mds € pour les banques allemandes et 10 mds € pour les banques britanniques. Le prochain tiers est passé dans la consommation exprimée par le déficit budgetaire, le dernier tiers a financé des transferts d'argent par des Grecs à l'étranger.
a écrit le 06/07/2015 à 9:39 :
la question est de savoir si on finance encore pendant 50 ans la grece a fond perdu ou non. Si c est non, perdre une 20 de milliards est une bonne option, car c est bien moins cher que de subventionner la grece ad vitam eternam

Qu on prenne nos pertes et qu on arrete avec les grecs. Ils ont choisit democratiquement de nous faire un bras d honneur, qu ils assument leur choix. on ne peut pas construire une solution viable contre la population du pays
a écrit le 06/07/2015 à 9:14 :
.... pour la banque de France !
a écrit le 06/07/2015 à 8:06 :
Il serait souhaitable que non seulement Varoufakis mais aussi Jeroen Dijsselbloem, Wolfgang Schäuble und Martin Schulz démissinnent, ils sont responsable pour le pétrin dans lequel l'UE se trouve.

Nich nur Varoufakis, auch Jeroen Dijsselbloem, Wolfgang Schäuble und Martin Schulz sollten zurücktreten, sie sind für den Schlamassel mitverantwortlich.
a écrit le 05/07/2015 à 19:31 :
Comme le nuage radioactif, le grexit n'auras aucune conséquence en France .Valls à déclaré que nous avons rien à craindre.
Réponse de le 06/07/2015 à 7:36 :
Il n'a jamais dit cela...
a écrit le 05/07/2015 à 18:08 :
Avec un excédent commercial supérieur à 200 milliards d'euros en 2014, ces 12 milliards vont avoir un impact beaucoup plus important que Godin et La Tribune ne pourraient nous le faire imaginer :-) Eh Feeney, lance un crowdfunding pour Merkel et Schauble :-)
Réponse de le 05/07/2015 à 19:34 :
Le crowdfunding serait plus approprié pour la France il me semble.
Réponse de le 05/07/2015 à 20:18 :
Pat, je vais t'apprendre une chose : l’activiste de Greek Civil Servants Trade Union, Despina Koutsoumba, estime que l’UE et le FMI n’ont jamais agi comme des sauveurs de la Grèce. Et il a même avertit que les créanciers «sauveurs» de la Grèce ne sont plus les bienvenus dans le pays. Mais arrêtes cette histoire de crowdfunding, c'est de la propagande de Bruxelles, va ! (rires) dis-moi, qu'en penses tu ?
Réponse de le 05/07/2015 à 21:29 :
Moi je le pense aussi. D'ailleurs la presse de Paris veut faire l'Allemagne porter le chapeau mais il y aura bien de pots cassés pour la France, faut-il le rappeler encore ?
Réponse de le 06/07/2015 à 9:05 :
@Marie-Lynne: tout le monde a déjà bien compris (j'espère) que c'était l'argent du contribuable européen qui intéresse la Grèce, pas ces mécréants de terroristes qui ont le culot de demander un remboursement :-) Il faut en tirer les leçons qui s'imposent, à savoir ne plus "prêter" aux Grecs, car cela revient à augmenter les taxes et impôts du contribuable européen qui lui aussi voudrait une relâchement de l'austérité sur son pouvoir d'achat :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :