Société Générale veut reconquérir l'Asie

 |   |  594  mots
L'établissement a recruté (net) plusieurs centaines d'employés en 2013 pour agrandir ses équipes travaillant sur le crédit et sur le marché de la dette.
L'établissement a recruté (net) plusieurs centaines d'employés en 2013 pour agrandir ses équipes travaillant sur le crédit et sur le marché de la dette. (Crédits : Reuters)
La banque française redéploie ses activités de prêt aux entreprises en Asie-Pacifique. La concurrence s'annonce rude face aux établissements asiatiques en forte progression sur le secteur ces dernières années.

Une page se tourne. Suite à des résultats encourageants l'année passée, la Société Générale compte développer avec encore plus d'énergie ses activités obligataires en Asie-Pacifique en 2014, indique lundi le Wall Street Journal. Depuis la crise de la zone euro, les banques européennes avaient pourtant connu un fort recul dans la région, contraintes de réduire drastiquement leurs activités de crédit, dans un contexte de difficulté d'accès à la liquidité en dollars et d'inversion de l'effet de levier (deleveraging).

"On se concentre sur l'expansion de nos activités de crédit en Asie-Pacifique, explique Hikaru Ogata, le directeur général de la branche Global banking & Investor solutions dans la région, au quotidien américain. On se relance essentiellement sur le marché de la dette (debt capital market) "

Opération séduction de l'euro

L'établissement cherche à amener un maximum de sociétés asiatiques à se financer en euros, en les incitant à profiter des taux d'intérêts encore bas. Une stratégie qui a déjà payé l'année passée : "on a obtenu des résultats records en 2013 en Asie-Pacifique", assure le banquier au journal.

En octobre, la Société Générale a participé à l'émission de 550 millions d'euros d'obligations sur 7 ans par le groupe pétrolier chinois Sinopec Corp - un des tout premiers exemples d'émetteur chinois qui vient se financer sur le marché de la dette en monnaie européenne. Véritable succès, le deal a attiré un total de 279 investisseurs pour une demande de plus de 3,3 milliards d'euros.

"En mode recrutement"

Le groupe, qui a récemment ouvert un bureau de représentation en Indonésie et obtenu une licence pour opérer en Corée du Sud, a augmenté ses effectifs de 200 personnes en Asie au cours de l'année 2013. Elle pourrait poursuivre sur cette tendance en 2014.

La banque française n'est pas la seule banque occidentale à revenir dans le jeu asiatique. Alors que les recruteurs rappellent que les perspectives globales d'embauche en banque d'investissement ne sont pas très optimistes pour 2014, l'Asie-Pacifique semble mieux se porter.

"Nous sommes à fond en mode 'recrutement' ", confie James Paradise, directeur de la branche Securities chez Goldman Sachs pour la région, au Wall Street Journal.

En ce qui concerne la Société Générale, on ignore cependant si les rumeurs d'une cession de sa branche Banque Privée dans la région sont ou non avérées.

Compétition des banques asiatiques

Malgré tout, la montée des concurrents locaux, aux frais beaucoup moins élevés, met les Européens et les Américains sous pression. Les revenus totaux des banques d'investissements dans la région Asie-Pacifique (Japon compris) sont tombés à 11,8 milliards de dollars en 2013, leur niveau le plus bas depuis 2008, selon les données de Dealogic.

Principales rivales : les banques japonaises, qui bénéficient d'une forte solidité financière en raison du soutien par le gouvernement, d'une grande expertise en financement de projet, et pratiquent occasionnellement la vente à perte (price dumping). Les banques coréennes, chinoises et australiennes sont aussi en nette progression sur les activités de prêt dans la région. Elles ont profité du vide laissé par les banques européennes depuis 2008.

Les émissions obligataires, les deals de fusion-acquisition et les ventes de participations devraient connaître un pic en 2014 en Asie-Pacifique, rapporte le Wall Street Journal. La Société Générale va devoir se battre férocement pour obtenir sa part du gâteau.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2014 à 14:14 :
Financement en devise Euro : excellent.
Banque privée , sans doute une petite structure conviendrait pour le moment.
Les concurrents japonais : Il n'y aura pas de concurrents japonais. On s'en charge. :-)
a écrit le 10/03/2014 à 13:29 :
Nous souhaitons la Bienvenue aux Français.
Les anglo-saxons , on n'en veut pas.
Réponse de le 10/03/2014 à 16:26 :
mouais la SG c'est pas un cadeau non plus....
Réponse de le 10/03/2014 à 20:12 :
@ Pilou
La SG a de réelles compétences. Et elle connait les activités de Marché.
On a tous droit à une seconde chance...:-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :