L'assurance vie repasse dans le vert en novembre

 |   |  307  mots
Luxembourg: devant les menaces de la loi Sapin 2, la clientèle fortunée a accéléré les transferts de son assurance vie vers le Grand Duché
Luxembourg: devant les "menaces" de la loi Sapin 2, la clientèle fortunée a accéléré les transferts de son assurance vie vers le Grand Duché (Crédits : Reuters)
Après un trou d'air en septembre et octobre, la collecte des assureurs vie est redevenue positive en novembre. Même si la clientèle fortunée accélère le transfert de ses fonds vers le Luxembourg. La collecte de 2016 devrait être proche de celle de 2015

Les "débats" sur la loi Sapin 2, et la possibilité laissée aux autorités de bloquer les gros retraits des contrats d'assurance vie en cas de crise, n'ont manifestement pas eu autant d'impact que cela. Cette loi avait, dit-on, entraîné une une très légère décollecte de l'assurance vie en octobre (retraits supérieurs aux sommes collectées, à hauteur de 100 millions d'euros). Les craintes des assurés sont visiblement apaisées -au moins pour partie-  si l'on en juge par la collecte en novembre. Net des retraits, la profession a collecté 1,1 milliard d'euros le mois dernier, soit un montant à peine inférieur à la moyenne du printemps dernier.

La clientèle fortunée part au Luxembourg

La collecte brute a atteint 10,2 milliards en novembre, soit un niveau comparable à celui de novembre 2015. En revanche, les retraits ont été un peu supérieurs. Les assureurs estiment que les débats sur la loi Sapin 2 ont poussé vers le Luxembourg la clientèle patrimoniale -fortunée-, celle qui pourrait être victime d'un blocage des gros retraits.

Une erreur de jugement de ces clients: en réalité, mêmes les filiales luxembourgeoises des banques et assureurs français seraient concernés par la loi Sapin 2. Ce transfert est donc, de ce point de vue, totalement inutile.

 2016 comme 2015

L'année 2016 devrait finalement ressembler au crû 2015, pour l'assurance vie. Sur les 11 premiers mois de l'année, la collecte a atteint 121,2 milliards, soit un niveau similaire à celui de 2015 (122 milliards). Les versements sur les unités de compte représentent 20% des cotisations depuis de l'année, soit une proportion peu différente de celle de 2015. En fin d'année, ce pourcentage a toutefois augmenté, atteignant 24%, preuve que les efforts commerciaux pour vendre des unités de compte, plutôt que le traditionnel fonds en euros, tendent peut-être à porter leurs fruits.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2016 à 22:04 :
Il semble difficile d'envisager une législation fiscale différente au Grand-Duché en fonction de l'origine des compagnies d'assurance implantées au Luxembourg. A vous suivre le grand duché devait avoir autant de législations qu'il y a de filiales de Cie de pays étrangers ! . En celà votre mention reflète votre absence de recherche sur la législation Luxembourgeoise et un certain manque de professionnalisme. Il eut été plus judicieux de souligner la "relative" inopérance de cette disposition, et les inconséquences fiscales, ce n'est pas nouveau, de la part du gouvernement français qui oublie que la France fait encore partie de l'Union Européenne et a été réguliérement condamnée à rectifier sa législation néo collectiviste.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :