Fermeture de la principale banque mutualiste écossaise

 |   |  520  mots
La principale banque mutualiste écossaise, la Dunfermline Building Society, va être démantelée. Ses principaux actifs seront repris par sa concurrente Nationwide, dans le cadre de son sauvetage par les autorités.

La principale banque mutualiste écossaise, la Dunfermline Building Society, va être démantelée, ses principaux actifs étant repris par sa concurrente Nationwide, dans le cadre de son sauvetage par les autorités (gouvernement et Banque d'Angleterre), ont annoncé lundi celles-ci.
Cette annonce fait suite à une vente-éclair organisée d'urgence ce week-end par la Banque d'Angleterre (Bank of England, BoE), qui a utilisé pour la première fois les pouvoirs qui lui ont été récemment octroyés par le Parlement britannique, pour secourir les établissements financiers en difficulté, à la suite de la chute de la banque Northern Rock en septembre 2007.
Les 530 employés de Dunfermline ont été transférés à Nationwide, les autorités assurant que "les affaires continuent" pour la clientèle, qui ne devrait être affectée en rien par ces changements.
Nationwide, qui est déjà le premier établissement de crédit mutualiste du Royaume-Uni, reprendra aussi son siège, son réseau de 34 agences, ainsi que ses 2,4 milliards de livres (2,6 milliards d'euros) de dépôts et son portefeuille de prêts immobiliers aux particuliers, c'est-à-dire ses activités les plus saines.
En revanche, l'activité de prêts pour le logement social va être placée dans une structure appartenant à la Banque d'Angleterre, le temps que les autorités tranchent sur son avenir, le gouvernement régional écossais s'étant dit prêt à la reprendre.
Enfin, les activités restantes (comme les prêts aux entreprises) ont été placées sous administration judiciaire, dans l'espoir de les vendre au plus offrant.
Ce nouveau sauvetage, qui s'ajoute à une liste déjà longue d'établissements secourus par le gouvernement britannique (dont Northern Rock, Bradford & Bingley, RBS, Lloyds Banking Group...) est embarassant pour le gouvernement britannique, à quelques jours d'un sommet sur la crise économique qui réunira jeudi à Londres les dirigeants du G20, groupe des principaux pays développés et émergents de la planète.
La presse britannique n'a pas manqué de relever que le siège de Dunfermline est situé dans la bourgade écossaise du même nom, qui fait partie de l'ancienne circonscription électorale du Premier ministre Gordon Brown.
Le président de Dunfermline Jim Faulds a indiqué qu'il "saluait chaleureusement" la décision de Nationwide, mais s'est dit toutefois "profondément déçu" que le gouvernement n'ait pas réussi à préserver l'indépendance de son établissement.
Sa préférence serait allée à un prêt gouvernemental de 20 à 30 millions de livres (22 à 33 millions d'euros environ), via le plan de liquidités dont bénéficient les principaux établissements bancaires britanniques, et il a déploré que l'Autorité des services financiers (FSA) "ait mis la barre trop haut" et lui ait refusé un tel prêt, précipitant ainsi sa chute.
Un tel prêt "aurait été garanti par un bon portefeuille immobilier et un portefeuille de logements sociaux solide comme du roc", a remarqué M. Faulds.
La FSA avait conclu samedi que la banque, qui s'apprête à annoncer qu'elle a subi des pertes de 26 millions de livres l'an dernier, n'était plus apte à continuer ses activités sous sa forme actuelle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :