Les bonus des banques de nouveau dans la ligne de mire

 |  | 422 mots
Lecture 2 min.
La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, s'insurge contre le retour des bonus garantis dans la finance, qu'elle qualifie de "honte absolue". Elle appelle le prochain G20 à se saisir de la question.

Le problème des bonus dans la finance revient au premier plan. Les banques américaines, qui ont publié la semaine dernière des résultats globalement positifs pour leur deuxième trimestre, commencent en effet à rembourser les aides reçues à l'Etat et retrouvent leur indépendance. Résultat : les bonus, tant décriés pendant la crise, sont de retour. Et les nouvelles critiques aussi.

Dernière en date à s'indigner, Christine Lagarde, la ministre de l'Economie, qualifie de "honte absolue" le fait que certaines banques recommencent à verser des " bonus garantis". Dans un entretien au quotidien économique britannique Financial Times (FT), la ministre déclare ainsi : "Je pense que c'est une honte absolue que l'on puisse encore verser des bonus garantis pendant plusieurs années ou que certaines personnes songent à rétablir les vieilles façons de rétribuer avec un lien insuffisant entre rétribution et performance durable ou prise de risques".

Christine Lagarde appelle même à ce que le G20 se saisisse de la question lors d'un sommet en septembre. La ministre plaide pour que toutes les grandes économies adoptent rapidement les principes exposés par le Conseil de stabilité financière, un forum international chargé de veiller à la cohérence des règles financières. "Nous avons maintenant des règles. Il n'est pas question de réinventer la roue ou de tergiverser. La question est d'appliquer ces règles qui ont été agréées par le Conseil de stabilité financière. Une priorité absolue doit être accordée à leur mise en application", insiste-t-elle.

Mardi, c'est le président Barack Obama qui réagissait dans le même sens. Le chef de l'Etat jugeait que les acteurs de la finance ne s'étaient pas suffisamment amendés depuis la crise de l'automne dernier. "Le problème, selon moi, c'est qu'on n'a pas l'impression que les gens de Wall Street aient le moindre remord d'avoir pris autant de risques", expliquait-il à la chaîne de télévision PBS.

"On n'a pas l'impression qu'il y ait eu un changement de culture ou de comportement après ce qui s'est produit. C'est pourquoi les reformes du système de régulation que nous proposons sont tellement importantes." Ces réformes devraient empêcher selon lui les compagnies financières de renouer avec les "risques fou" pris avant la crise et donner aux actionnaires davantage de poids dans l'attribution des primes de leurs dirigeants.

Pour rappel, 18 milliards de dollars de primes ont été versés en 2008 aux dirigeants des firmes de Wall Street.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Belle mise en scène de la part d'une ministre qui n'a demandé aucune contrepartie à nos très chers banquiers auquels Sarkoléon a fait des ponts d'or. On la croirait presque sincère ..... touchant .....Emouvant .... mais tout est faux !!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tempêtez, criez, gesticulez Madame la Ministre, vous n'avez aucun pouvoir, après la crise, tout recommencera comme avant; les grands patrons auront toujours 50 à 80 %, voire plus des profits de l'entreprise qu'ils dirigent et laisseront toujours les vrais créateurs de richesse sur le bord de la route.
Alors faîtes quelque chose de concret: prenez 50% du capital de chaque entreprise du CAC40, et là vous pourrez contrôler les attributions de bonus et les rémunérations en tout genre........chiche!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Un G20 pour rien !!!!!! que du bla bla...attaquer le secret bancaire c'est tellement plus simple politiquement parlant...que du pipeau les discourts de nos politiciens !!!!!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On reprend les mêmes et on recommence ! La crise c'est aujourd'hui déjà et demain en prime car rien n'a changé.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Si les politiques laissent faire Goldman Sachs et cie, il y aura de plus en plus d'usines menacées d'explosion .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les comportements ne changeront pas dans la finance !!! On peut donc d'emblée poser la question : à quand la prochaine crise systémique ? Ce n'est qu'une question de temps !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
comme les politiques n'ont pas le courage de limiter par une loi les financiers dans leur orgie d'argent, qu'ils en votent une pour que tout le monde puisse en faire autant. Chaque salarié aura alors le droit de s'octroyer une prime de 10 fois son salaire annuel s'il estime avoir bien travaillé durant l'année. Allez, je met une petite contrainte, il sera obligé de demander l'avis de ses collègues de bureau (mais sans être obligé de tenir compte de cet avis...sait-on jamais)
comment ça? les entreprises n'y survivraient pas? ne soyons pas pessimistes, il suffit de demander une petite enveloppe à l'Etat pour alimenter le système
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les banques sont des entreprises privées qui font ce qu' elles veulent, et concernant l' aide qu' elles ont reçue, elles servaient plus l' intérêt de l' Etat, que c' est des banques au final. Voir des milliers d' emplois détruis et de pauvres épargnants faire la queue dans la rue pour récupérer leurs trois ronds aurait été catastrophique bien entendu. L' Etat n' a pas aidé les banques pour le fun, mais bien parcequ' il n' avait pas le choix. Que ces politiques qui abusent du système en vivant au dessus de leurs moyens, se mêlent une bonne fois pour toute de leur sales oignons.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
18 milliards alors que certain employé de banque comme moi sont quasiment au SMIG... et oui il n'y a pas que des directeurs d'agences. il faut pas croire les guichetiers sont en moyenne payé 1100 net a 1250 (pour les nouveaux...) quand au "conseiller" c'est plustot entre 1150/1350 sachant qu'en moyenne le recrutement se fait a bac+2 (guichet et conseiller). c'est pas cher payé. alors avant de gueuler sur le petit guichetier ou le vilain conseiller faudrait essayer de comprendre que comme partout seul les "chefs" se gave.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Si,un contrôle stricte de ces bonus n'est pas envisageable,dans une économie de libre marché,il parait toutefois évident que si le calcule des bonus se ré-engage sur la même voie qu'avant la crise,il existe une probabilité non négligeable que les mêmes causes provoquent les mêmes effets.Et quoiqu'il en soit toute banque ayant bénéficiée de fond publique devrait avoir non seulement avoir la descence,mais aussi l'obligation de faire passer le remboursement de cette aide avant tout augmentation mirobolante de ces bonus.Il serait vraiment intérrssant que les investisseurs puissent juguler eux-même ces bonus qui aprés tout sont toujours un manque à gagner pour eux,puisqu'ils fionissent par gagner moins que les traders.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Lagarde devrait réviser ses leçons d'économie et de finance : please quelqu'un peut il lui envoyer des livres d'économies ou lui payer des cours de finance ? elle est peut être douée en langue mais en économie et finance c'est une catastrophe !
sa politique économique ne fonctionnant pas, elle s'en prend aux traders avec acharnement. Ils ne sont pas les seuls responsables : il y a les agents immobiliers, les banques de crédit immobilier, les courtiers, les structureurs qui construisent ces produis subprimes, les quants, les banques centrales, les agences de notation... Elle qui a vécu aux Etats Unis, elle ne comprend vraiment rien à l'économie et aux mécanismes financiers. On devrait la remplacer par un pure économiste/financier qui au moins arrêterait de dire des âneries à la télé sur la croissance française, ses estimations et sur la finance en générale.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Nos politicards ne sont que de mauvais acteurs et de mauvais comédiens - Madame Lagarde devrait cesser de jouer le role de la PIPLETTE DE COURE d'ECOLE MATERNELLE et elle a LE DEVOIR D'ENGAGER DES POURSUITE JUDICIAIRES CONTRE LES FINANCIERS VOYOUS, tant pis pour ses proches et ses anciens clients surtout, SI ELLE n'A PAS LE COURAGE DE SON DEVOIR, ELLE DOIT DEMISIONNER et se reposer sur son propre MAGOT
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C?est absolument époustouflant que les banques qui ont intérêt à mettre leurs clients en difficultés pour retirer un maximum de profit continue ce genre de pratique pour un profit personnel à cours terme.
Tant qu?une vrai régulation ne sera pas mise en place, on verra progresser ce genre de pratique jusqu?à une nouvelle catastrophe qui bloquera le système.

a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Lagarde devrait réviser ses leçons d'économie et de finance : quelqu'un peut il offir un livre de finance à Mme Lagarde ou lui payer des cours d'économie et de finance ? Elle est peut être douée en langues mais totalement incompétente en économie et finance ! la honte pour la France lors des sommets des grands Etats !
Sa politique économique ne fonctionnant pas, elle s'en prend aux traders avec acharnement. Ils ne sont pas les seuls responsables : il y a les agents immobiliers, les banques de crédit immobilier, les courtiers, les structureurs qui construisent ces produis subprimes, les quants, les banques centrales, les agences de notation... Elle qui a vécu aux Etats Unis, elle ne comprend vraiment rien à l'économie et aux mécanismes financiers. On devrait la remplacer par un pure économiste/financier qui au moins arrêterait de dire des âneries à la télé sur la croissance française, ses estimations et sur la finance en générale.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quel aveu d'impuissance!
Pourquoi ne pas recommencer comme avant! Pourquoi se gêner!!!
Il n'y a pas eu de sanction ni de demande de remboursement des collosales sommes versées durant des années qui finalement seront payées par le contribuable!
Ces gens vivent entre-eux donc on s'arrange en famille.
Les états cherchent de l'argent, les citoyens s'échinent pour payer leurs impôts: est ce normal de voir des profits aussi monstrueux des institutions financiéres? Qui négocie avec elles pour réduire leur marge!
On dit de l'éducation nationale que c'est un mannouth non réformable. on peut dire que la finance mondiale est un peuple de dinosaures. malheureusement lorsqu'il seront décimés ils entraineront le monde avec eux....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Impuissance naîveté ect... on ne peut pas domestiquer les crocodiles.!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il y a beaucoup d'amalgame ! dans la presse on parle d'aide de l'état ! comme si l'état et le contribuable avaient versés de l'argent à fond perdu pour regénérer le capital des banques. En fait il s'agit de prêts sanctions et pénalisant de l'Etat donnés aux banques, avec des taux intérêts élevés 8-10 %et beaucoup plus élevés que des prêts normaux. Ces prêts ont été assortis de paiement de dividendes par les banques à l'état et donc in fine aux contribuables (sauf si l'état évidemment garde les dividendes pour s'acheter des citroën à Mme lagarde et des petits fours ministériels). Le contribuable n'a perdu aucun sou dans cette affaire :! au contraire l'État s'est enrichi et l'économie a été sauvée car ce sont les banques qui financent l'économie : les écoles, les boulangeries, l'industrie etc...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
OUI , ce SONT LES MEMES BOBARDS, en FRANCAIS et en ANGLAIS. NOS POLITICARDS sont bien plus ROUBLARDS qu'on ne le pense, ILS COMPRENNENT Tès BIEN CE QUI SE PASSE et INFINé ILS EN SONT LES COMPLICES, la TRAITRISE NE LES ETOUFFES PAS, ils en FONT LEUR LITIERE
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le banquier, responsable de tous les maux, qu'on donne en pâture au populo, alors qu'on sabre méthodiquement tous les avantages sociaux, c'est de la bonne grosse manip de gogos orchestrée par le gouvernement. Faire du fric c'est immoral pour la droite maintenant ? C'est nouveau. Pendant que le peuple savate le banquier (généralement guichetier en agence à 1200 euros par mois), il ne voit pas qu'on lui liquide les 35 heures, le repos du dimance, le congé parental, etc. Il reste là, comme un rond de flan. Ca fait vraiment bien rire.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Sachez, Madame le Ministre, que, pour une fois, je partage entièrement votre avis...!
Antoine GED
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Que ces bonus soient reversés à ceux qui ont soufferts des bêtises de ces gens là... Ou que les banques affichent ces pratiques pour informer les clients.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Supprimer les bonus alloués par les conseils d'administration des sociétés pose un problème compliqué: liberté et indépendance des C.A., faisabilité, recrutement des meilleurs...etc. Par ailleurs, il semble que la crise provienne des attributions de prêts trop risqués et de la "titrisation" de ces prêts -opération qui consiste, si j'ai bien compris, à en faire partager le risque à d'autres banques et fonds- qui dé responsabilise le banquier fautif.
Je me demande donc si, pour éviter de nouvelles crises, il ne serait pas plus efficace d'interdire cette "titrisation" afin de laisser à chaque opérateur la responsabilité de ses opérations plutôt que de poursuivre les bonus; ces bonus me font penser aux faibles salaires des hiérarques de l'URSS qui recevaient par ailleurs des salaires en nature plus discrets car nous ne manquons pas, les uns comme les autres, d'imagination pour contourner les lois.
Jje ne sais pas s'il est possible d'interdire la titrisation des crédits mais Mme Lagarde doit le savoir...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ne faudrait-il pas faire la politique du bas de laine en retirant l'argent des banques, faire des virements par mandat comme au bon vieux temps !!!(sans être rétrograde);cela rouvrirait des bureaux de postes. Cela les ferait un peu réfléchir ceux qui s'enrichissent sur le dos des ouvriers.
on râle mais on laisse tout notre argent dans les banques en espérant que les intérêts augmentent. on est tous les mêmes. non ???
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
MERDE!!! à tous ces capitalistes sans srupules qui ne pensent qu'à gonfler leurs poches!!!!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Où dois je déposer mon argent ?
Quand dois je déposer mon argent?
A qui dois je déposer mon argent ?
je veux que mon argent se repose.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Késtennanafout ! Tu vends du crédit à gogo, le marché immobilier se retourne, t'es plus payé, tu menaces de déposer le bilan,le politique prend peur car clients=électeurs, tu promets de faire moins de bêtises la prochaine fois, tu touches la subvention et tu remets les bonus en place en disant que le contrat de travail des traders ilécommçà. Moralité : je privatise les bénéfices, je nationalise les pertes ! Y'a bon les contribuables ! Une solution : boycottez les placements via les banques et vendez toutes vos actions.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
trop de monnaie circule par rapport aux biens et services risque de spéculation inflationniste dans l'écologie à court terme les paradis fiscaux financent nos déficits !! relance par la demande càd les salaires augmenter la fisca sur la spéculation et baisser d'autant sur l'éco réelle la loi est plus forte que le contrat attention à l'incivisme financier à répétition la nature humaine ne change pas
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour répondre à Pierre de Paris ...du 22/07...
Mais les "fameuses" Banques que vous semblez vénèrer CE SONT ELLES QUI ONT FOUTU LE MONDE DANS LA MERDE mon cher !!!... Mais peut-être êtes-vous de cette "famille"...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quand l'on vous dit que les "loups ne se mangent pas entre eux", il faut l'admettre...Et dans ce cas, il faut utiliser les grands moyens = changer de banque, voter utile, dénoncer, comploter, informer....La honte démultipliée est encore une bonne arme.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bonus bancaire ou Bonux ?

Beaucoup de choses ont-été dites sur les bonus des banquiers qu'ils percevaient ou percoivent. Ils sembent quer les l'imaginaire collectif fût largement relayés par des notions qui semblent incomplètes. Ainsi, si le système de rémunération par bonus vient des états-unis telle qu'il est présenté, le droit français connaît tout simplement la rémunération basée en partie sur des primes. A cet égard, ledit bonus apparaît tout simplement comme une prime (Comme toutes celles que l'on connaît en France). La "démesure" de celle attribuée dans le secteur bancaire a seulement et simplement attiré l'attention des simples employés ou salariés - D'où la distinction juridique entre salaire et rémunération. Tout est question de proportion semblen-t-il. Cependant, il ne faudrait pas aller trop vite comme certaines entreprises ou sociétés ont pu le faire, encore faut-il que tout le monde suive. Les bonus aux Etats-Unis révèlent telles qu'ils existent qu'au sein des contrats de travail - ou d' "emploi" - (En fait, pas vraiment des contrats de travail, mais plutôt des salariés sorte d'auto-entrepreneurs aux de firmes) il y a des clauses comme celle du - clawback (claw : griffer ; back : en retour en euphémisant c'est récupération) - qui permettent aux sociétés ou bien aux entreprises de récupérer le bonus donné.
Certaines banques aux Etats-unis comme en France n'hésite pa sà faire exécuter cette clause selon les délais et prescriptions légaux, c'est aussi dire selon les temes des contrats qui les lient à leur similis employés ou salariés. En france, lorsque l'on cite la démesure des bonus dans le secteur bancaire alors qu'à chercher un peu dans d'autres secteurs d'activités, on doit probablement retrouver la même chose.
Pour cette crise - terme générique - on pensa aux banquiers en d'abord, s'en oublier qu'en 2001, c'étaient les auditeurs et expert-comptables, de mon point de vue il s'agit avant tout d'une récéssion car à mon sens il existe au moins six termes économiques pour décrire l'état de ladite économie : Inflation, stagflation, déflation, récéssion, dépréssion et désinflation ; je m'exprima en ce sens une fois au sujet du fait qu'au moins quatre des termes sont formés à parti du mot inflation - en anglais to inflate : (Faire) gonfler.). Mais en général les banques ne font-elles pas que respecter le droit français avec ses permissions et ses ommissions. Ainsi, en est-il semble-til des bonus garantis, encore faut-il rechercher ou parler des clauses dites "clawback"
Par certains côtés, on retrouve ici, la force du droit américain et plus généralement du droit anglo saxon (Common law) et ses règles du :
- Per se (latin : pour/par/ en soi): règles qui se veut d'application strictes et donc littéral ; eg : limitation de vitesse à 50,5 on roule à 51km/h, on est verbaliser
- Rule of reason : norme d'application juridique qui fait appelle à la raison.
Ces deux termes qui se veulent à minima en terme de réglementation et de législation permet au monde l'économie et de la finance d'être souple et stricte à la foisà l'image du droit économique américain transmis par les médias américain notamment.
A tout vouloir rélgementer ou légiférer, vite, plus ou moins, on crér des poches ou encore des omissions que certains et certaines en lisant le droit savent et emploient, en s'éloignant du principal pour ne régler que l'accéssoire. D'où ma réflextion sur l'inflation législative - prés de 50 codes de loi, 120 000 décrets et environs 9000 lois (article rédigé sur l'ex-site : lextalleyrand.com) sans compter les arrêtés, les instructions ministériels ou des administrations (eg : instruction fiscal). On redécouvre donc au final dans les bonus ou "bonux" (Bonux non récupérer par l'employeur) selon la considération de chacun, la lettre des primes que l'on connai-ît si bien France car le système des bonus au moins aux Etat-Unis et en Angleterre, est un système étrange ou l'on marginalise parfois la rémunération principale et l'on principalise l'accéssoire, c'est tout le bonheur d'un pays qui crée le plein emploi mais qui oubli ceux ne suivent pas.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A !, ces pauvres traders,qu'es -ce qu'ils prennent dans les dents,apres les pdg,comme si ils etaient des parasites inutiles ,tout au moins inutiles pour ceux qui leur rentrent dedans.Ils ont un" contrat beton signé avec leurs dirigeants ",ils sont encadrés par des superviseurs et surveillés par leur hierarchie, qui eux meme ont l'aval du "c.a" pour leurs propres rémunérations,le tour de table de "c.a",c'est bien là ou se trouve la majorité des actionnaires qui decident pas vrais?Les traders ne jouent pas l'argent des clients,sauf si ils le veulent,mais bien l'argent des actionnaires;d'ailleurs ,l'argent placé "sur" des epargnants, n'est-il pas en france garantie à hauteur de 70000 euros par depot et que chacun peut en avoir plusieurs(sauf certains) dans plusieurs banques?il m'étonnerait beaucoup parmis les blogueurs de ce site qu'il y en ai qui aillent au dela de ces limites ,à moins que certains de leurs depots passent entre les mains des traders si detestés ;mais la ,on est dans le domaine du risque,et c'est une autre histoire.Ainsi donc, ces gens si hais, serraient la cause de tout?on voudrait leur empecher de toucher les termes de leurs contrats?au dela des recours en justice qu'ils gagneront à coup sur,et bien "passons à la concurence étrangere,nous leur donnerons nos talents",on ferra 10 et ils ferront 6 avec leurs traders de troisieme zonne mal payés,comme ça, les investisseurs se detourneront de ces banques tocardes au rendement minable, et elles finiront par se faire attaquer par les marchés financiers et disparaitre;je parle pas des degats,mais si c'est ce que veulent certains bloogueurs,qu'ils y réflaichissent,ses anonymes de talent ,n'en deplaise à certains, qui peuvent faire gagner chacun à leurs banques plusieurs millions d'euros par an,ils meritent un bon pourçentage ,comme on en donne aux oiseaux rares,et personnellement,je prefere ces gens là dont l'utilité pour gagner de l'argent pour leur banques et leurs salariés,leurs actionnaires , et derriere la societé n'est plus à démontrer ,plutot que n'importe quel bouffeur de micro , amuseur public de petit ou grand écran,ou pousseur de citrouille.Je rappelle comme cela est dis par certains,que l'argent prété aux banques et emprunté par l'état sur les marchés internationnaux,serra rembourse bec et ongles ,capital et interets,l'état remboursent ses propres créanciers ,c'est les actionnaires qui devront attendre avant de toucher quelques dividendes,mais ce n'est que justice,car dans les années fastes passées,ils se sont bien engraissés;les traders sont donc bien là pour permettre aux banques de rembourser l'état en premier et créer de la valeur pour les actionnaires en second,ça ramene à l'état et donc à la collectivité le "tier" de l'argent gagné en prelevements sociaux et fiscaux ,on l'oublie trop facilement.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
TAXER LES BONUS à MINIMUM 80% et ils ne seront plus attractifs, hein ???? Pas normal qu'ils soient défiscalisés !!!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :