BPCE : première étape, la reprise en main de la gouvernance

 |   |  669  mots
Le nouveau patron a renforcé la concentration des pouvoirs au sommet, quitte à prendre des libertés avec le modèle coopératif.

Pour avoir suivi, depuis l'Élysée, les débuts hésitants du rapprochement entre l'Écureuil et les Banques Populaires, François Pérol savait qu'une reprise en main de la gouvernance s'imposait pour mener à bien l'opération dans les temps. Plus que les difficultés liées à la crise, ce sont en effet les rivalités et les querelles d'influence entre "bleus" et "rouges" qui ont provoqué l'enlisement de leur projet de fusion, après avoir mené leur filiale commune Natixis au bord du gouffre. Elles ont aussi poussé l'Élysée à se saisir du dossier et à faire don de son secrétaire général adjoint.

"François Pérol a mis le nouvel ensemble en ordre de marche, quitte à prendre quelques libertés avec l'esprit coopératif ", analyse un bon connaisseur de l'Écureuil, pour qui "c'est ce qui a permis que la fusion se fasse aussi rapidement". Il a commencé par composer une équipe dirigeante resserrée en puisant largement à l'extérieur des deux groupes, notamment pour les finances, la stratégie et les ressources humaines. Mais sa volonté de concentrer les pouvoirs au sein du nouvel organe central, BPCE, a parfois fait grincer des dents. Lors du débat sur la composition du conseil de surveillance, les présidents des établissements régionaux, représentants élus des sociétaires, ont bien failli se voir privés de la majorité simple, avant que les députés ne décident de graver ce principe dans le marbre de la loi, au grand dam de Bercy. Une victoire limitée pour les "barons", puisque les décisions essentielles relèveront de la majorité qualifiée.

La corbeille des mariés
Outre l'organe central du nouvel ensemble, dont il va présider le directoire, François Pérol a pris la présidence non exécutive des filiales Natixis et Océor. Il a étendu son emprise aux deux holdings Caisses d'Épargne Participations et Banques Populaires Participations. Créées pour porter les filiales que les mariés ont décidé de ne pas mettre d'emblée dans la corbeille du fait de désaccords persistants sur leur valorisation, ces structures n'ont aucun lien capitalistique avec BPCE. Gérées par l'organe central, comme l'a exigé le régulateur bancaire, ces structures accueilleront ainsi François Pérol et un autre représentant de BPCE à leur conseil d'administration. Reste à savoir si les barons en obtiendront la présidence, ou si elle sera également contrôlée par l'organe central. Quoi qu'il en soit, François Pérol s'est assuré une grande autonomie dans la gestion de ces filiales, tout en limitant les risques de désaccord quand viendra l'heure de transférer des actifs à l'organe central, ou de les céder.

Risques de révolte
Si certains barons n'y voient aucune malice, mais simplement un gage d'efficacité, d'autres ont fait grise mine en découvrant, dans les résolutions soumises aujourd'hui à l'assemblée générale, que BPCE serait représenté au conseil d'administration des deux holdings. Une amertume qui dessine, en creux, la principale menace qui plane sur la stabilité du groupe : celle que les barons, à force de voir leurs prérogatives rognées, finissent par prendre leur nouveau patron en grippe.

 

MENACES JUDICIAIRES
BPCE reste sous la menace de la justice. François Pérol a en effet été entendu en avril par la brigade financière à la suite de plaintes pour « prise illégale d'intérêt » lors de sa nomination. Si l'enquête préliminaire, qui semble au point mort, ne débouche sur rien, la CGT pourrait se porter partie civile, ce qui déclencherait la désignation d'un juge d'instruction. Des députés communistes ont en outre saisi le Conseil d'État pour contester sa nomination. Et sur le front social, le syndicat SUD Caisse d'Épargne, débouté en première instance, a fait appel pour faire annuler la fusion, arguant d'un défaut d'information des salariés.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
dernière alinéa. La cour d'appel a rendu son verdict et le syndicat SUD caisse d'épargne a enfin été entendu et a gagné hier. C'est le vrai chaos chez nous. Mais nous avons enfin gagné la première bataille car c'est loin d'être fini, hélas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :