Où sont les agences bancaires d'un nouveau type

 |   |  456  mots
L'an dernier, les principales banques européennes auraient fermé ou cédé 5 300 agences.
L'an dernier, les principales banques européennes auraient fermé ou cédé 5 300 agences. (Crédits : reuters.com)
Banque sur mobile, fermeture des petites agences : comment les banques vont évoluer pour survivre.

La banque sur mobile n'est plus de la science-fiction. En France, 86% des contacts entre les clients et leurs banques s'effectuent aujourd'hui via le numérique, en particulier au moyen des smartphones, d'après l'Observatoire 2013 de l'opinion sur l'image des banques, publié par l'Ifop et la Fédération bancaire française. Résultat, la part des agences est tombée à 8%, contre... 33% il y a une dizaine d'années.

Cette évolution va contraindre les banques à adapter leurs réseaux. Ce qui n'est guère aisé, compte tenu, d'abord, des enjeux sociaux, même si les banques seront aidées par les prochaines vagues de départs à la retraite.

Ensuite, aucun établissement ne souhaite essuyer les plâtres en matière de fermetures d'agences, au risque de voir sa clientèle partir à la concurrence. Aussi, lors de la présentation de ses résultats 2013, BNP Paribas avait pris soin de préciser qu'elle n'envisageait « pas de plan national de réduction du nombre d'agences, mais seulement des plans d'adaptation dans certaines régions ». Ainsi, Paris verra la fermeture de 14 agences environ, sur un total de 230. Et si François Villeroy de Galhau estime toujours que les agences représentent « un atout fabuleux pour le service des clients », le directeur général délégué de BNP Paribas n'en prévient pas moins que « leur modèle évoluera ».

La fermeture des petites agences

De fait, en France, la banque va réorganiser son réseau selon trois formats d'agences : « express » pour les opérations de base, « conseil » pour les clients souhaitant dialoguer avec un conseiller bancaire, et « projet » pour les prestations plus complexes, comme l'octroi de crédits immobiliers.

À la fin de 2013, c'est le Crédit agricole Île-de-France qui avait annoncé son intention de fermer une cinquantaine d'agences, sur 325, d'ici à 2015, avec pour objectif de se doter d'agences plus spacieuses.

De la même façon, la Société générale - qui a fermé une trentaine de petites agences en milieu urbain, en 2013, sur les 3.200 que comptent la Générale et sa filiale Crédit du Nord - devrait poursuivre à ce rythme en 2014, avait indiqué Laurent Goutard, directeur de la banque de détail du groupe en France, le 4 décembre, lors d'une conférence de presse. Le but étant, là encore, de regrouper ces petites agences pour en édifier de plus grandes où des conseillers généralistes pourront orienter leurs clients vers des spécialistes du crédit immobilier, de la gestion de patrimoine, etc. Il n'en reste pas moins que les principales banques d'Europe ont fermé ou cédé 5.300 agences, l'an dernier, selon Reuters.

Et le cabinet Bain & Company estime que jusqu'à 40% des agences bancaires en Europe pourraient baisser le rideau, d'ici à 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :