Nassim Nicholas Taleb : "Plus la finance est mathématisée, plus c'est du baratin"

 |   |  1586  mots
Nassim Nicholas Taleb : "Plus la finance est mathématisée, plus c'est du baratin"

Votre ouvrage "le Cygne noir" est assez distrayant. Parfois un peu méchant. Quels enseignements peut-on en tirer ?
L'enseignement numéro un est d'identifier les situations dans la vie où on a tendance à être le dindon de la farce. Vous connaissez peut-être l'histoire de la dinde et du boucher. Pendant mille jours, la dinde va être nourrie tous les jours. Le mille et unième jour, juste avant Noël, ou Thanksgiving pour les Américains, la dinde ne sera pas nourrie. Cela sera une surprise pour la dinde, mais pas pour le boucher. Je voudrais éviter d'être la dinde, ou plutôt me rapprocher de la connaissance du boucher. Nous avons en nous un mécanisme qui nous rend particulièrement dupe devant un monsieur qui porte un habit. Quand on regarde l'histoire de la médecine, on s'aperçoit que l'Académie a été la plus dangereuse pour les patients, pas les petits chirurgiens qui accompagnaient les soldats. Personne n'a osé contester l'autorité du grand médecin en habit qui ordonnait des saignées.

En tant qu'ancien praticien des marchés, avez-vous aujourd'hui identifié des hommes en habit dans la finance ?
En numéro un, les économistes. Les standards scientifiques des économistes sont tellement faibles que leurs papiers ne sont généralement pas réplicables. Cela va de pair avec les gens qui font du risque mathématique, qui appliquent des méthodes d'ingénierie mathématique aux risques des marchés. Ils pensent pouvoir donner une mesure de risque comme on mesure une température, et ils sont convaincus de la pertinence de leur modèle. Votre grand-mère pourrait faire aussi bien sur les mêmes instruments financiers !

En décembre 2007, l'Ecole supérieure de commerce de Paris vous a engagé pour parler devant le comité exécutif d'une grande banque française. Vous ne voulez pas la nommer, mais ses couleurs sont rouge et noir. Que s'est-il passé ?
J'ai exposé ma thèse, puis j'ai demandé à l'assistance, au comité exécutif combien d'entre eux utilisaient les méthodes charlatanesques comme le ratio de Sharpe et la valeur en risque ("value at risk"). Ils ont presque tous levé la main. Après leur avoir donné mon avis, j'ai senti une certaine hostilité envers ma personne. On voyait facilement qu'ils pensaient maîtriser leur risque. C'est le symptôme classique d'une organisation qui ne comprend pas ses risques. Lors du dîner, personne ne voulait s'asseoir à côté de moi.

Quand on lit les rapports annuels des banques, on découvre 5, 10, 15 pages, voire plus, d'explications sur le contrôle des risques. Est-ce du baratin ?
C'est du baratin. Quand vous avez un fort effet de levier, si vous basez vos risques sur des méthodes scientifiques, c'est du baratin. Plus la finance est mathématisée, plus c'est du baratin. Moins c'est prestigieux, moins c'est du baratin. La comptabilité, ce n'est pas du baratin. La statistique financière, c'est du baratin. Les gens ne le perçoivent pas car, pour faire des statistiques financières, il faut porter un habit.

Pourtant, certains chercheurs ont formalisé le contrôle des risques...
Ce sont plus que des charlatans, le premier d'entre eux étant Harry Markowitz. J'ai montré que tout ce qui dépend du calcul d'inspiration gaussienne ne marche pas. Je l'ai dit en 1998 (crise financière russe, après la crise financière asiatique), et je l'ai redit depuis : Harry Markowitz et Myron Scholes sont des charlatans.

Existe-t-il des méthodes permettant aux banques de contenir le risque ?
Oui. Avant le krach de 1987, les gens étaient plus prudents et pragmatiques. Ils ne se basaient pas sur des estimations d'événements rares, et cela marchait très bien. En 1987, on a commencé à donner aux traders des méthodes basées sur une évaluation des probabilités. En octobre, on a eu un krach. Par la suite, Markowitz a reçu le prix Nobel et cela a renforcé sa crédibilité. Le problème aujourd'hui est que sa théorie du portefeuille est enseignée à 150.000 personnes chaque année. Par ailleurs, dans les universités, ceux qui enseignent ne sont pas des praticiens de marché. Vous obtenez une situation où un prof de 35 ans enseigne Markowitz à des étudiants parce que c'est plus facile que de passer par une approche empirique.

Faut-il tout jeter dans l'enseignement financier ?
L'Europe est mieux lotie que les Etats-Unis, car on y apprend encore l'économie politique, qui est un enseignement basé sur des choses pratiques. Certains enseignements basés sur le calcul probabiliste du risque sont à jeter, et cela représente 80 % de la finance moderne. En revanche, il faut conserver l'enseignement concret de la comptabilité.

Comment qualifier la gestion des risques dans les banques ?
C'est un mirage. Les gens font des projections théoriques à partir d'événements qui doivent n'avoir lieu que tous les mille ans ou les dix mille ans, alors que la finance moderne n'a que quinze ans d'existence ! Dans les produits dérivés, 90% du compte de résultat d'un trader peut être réalisé en un jour. Les banques ont 2 comptes de résultat : celui qui vient de la marge d'intérêt du compte courant de votre belle-mère et celui qui vient de la gestion du risque. En 1982, les banques américaines ont perdu en un seul mois tout l'argent gagné dans leur histoire. Elles l'ont encore fait en 1990-1992 et elles viennent de perdre 1.400 milliards de dollars, soit beaucoup plus que ce qu'elles ont gagné au cours de toute leur histoire...

Les méthodes mathématiques de calcul des risques ont-elles des propriétés aveuglantes ?
La chose la plus dangereuse que j'aie découverte auprès des banques est que plus un établissement possède de risk-managers mathématiques et plus il est en risque. Comme ces méthodes ne marchent pas, les gérants vont quand même se sentir à l'aise parce qu'ils auront l'impression d'avoir quantifié le risque. Je démontre dans mon livre que lorsqu'on donne un chiffre à quelqu'un, il se sent automatiquement à l'aise. Or, si vous n'êtes pas sûr de ce chiffre, vous allez causer une montée de la prise de risque de cette personne qui ne sera pas compensée par le chiffre que vous lui avez donné.

L'homme qui dénonce les charlatans des marchés

Pour Nassim Nicholas Taleb, ancien trader, les comités de risque des banques sont aveuglés par des instruments supposés scientifiques. "Vous êtes un charlatan. Je suis membre de l'Académie des sciences, c'est un scandale que quelqu'un comme vous parle ici." Tout se passe bien dans un des amphis de l'Ecole polytechnique le 11 septembre 2006. Le célèbre mathématicien Benoît Mandelbrot doit recevoir les insignes d'officier de la Légion d'honneur de la part de son camarade de classe, le sénateur Pierre Laffitte. Pour l'occasion, il a invité quelques-uns de ses amis à donner un petit speech. Tout se passe bien jusqu'au moment où Nassim Nicholas Taleb prend la parole. L'homme, ancien trader sur options, n'a pas la langue dans sa poche. Il compte bien faire l'éloge de son ami Benoît Mandelbrot, mais il égratigne au passage, et il égratigne sérieusement Harry Markowitz, le père de la théorie moderne du portefeuille. Nassim Taleb sait qu'il s'attaque à un pilier de la finance moderne, mais il l'attaque avec honnêteté. En revanche, il ne sait pas qu'il va déclencher l'ire d'un distingué professeur de mathématiques, qui lui retourne la politesse qu'il avait préparée pour décrire les travaux de Markowitz : "charlatan". Nassim Taleb ne laisse pas indifférent. Certains l'adorent, d'autres le détestent, tous dévorent ses livres. Il a déjà vendu 700.000 exemplaires de son dernier ouvrage "the Black Swan" et, chaque semaine, un millier de personnes l'achètent. La maison d'édition Les Belles Lettres vient de publier la traduction pour la France ("le Cygne noir, la puissance de l'imprévisible", 496 pages, 23 euros). Ce succès de librairie fait de Nassim Taleb l'essayiste vivant le plus vendu au monde. Et ce n'est pas tout. Depuis quelque temps, la formule "Black Swan" est entrée dans le langage courant. Jérôme Kerviel, qui a fait perdre tant d'argent à la Société Générale ? C'est un "Black Swan". La quasi-faillite de la banque d'affaires américaine Bear Stearns ? un "Black Swan". Celle de Lehman Brothers ? un "Black Swann". La déconfiture de Fannie Mae et Freddie Mac ? un "Black Swan" bien sûr, mais un "Black Swan" anticipé par Nassim Taleb. En 2006, pour la sortie de son livre, une note en bas de page stipulait : "Quand je regarde les risques encourus par Fannie Mae, une institution de prêts hypothécaires sponsorisée par le gouvernement, elle semble assise sur une poudrière, sujette au moindre soubresaut." Mais il n'y a rien à craindre : les nombreux "scientifiques" qui en font partie ont jugé ces événements "improbables". La mission de salubrité publique que s'est donnée Nassim Taleb est de dénoncer les "charlatans" qui peuplent les comités de gestion de risque des grandes banques. Quant au "Black Swan" proprement dit, on l'identifie grâce à trois éléments intimement liés :

1) il est totalement inattendu ;

2) son impact est gigantesque ;

3) notre cerveau va trouver des raisons logiques pour l'expliquer a posteriori. Regardez le cas de Lehman Brothers. Des tas de commentateurs expliquent aujourd'hui que sa faillite était inéluctable. P.B.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce livre dénie à la pensée scientifique toute capacité à connaître, donc à prévoir. Depuis 40 ans je traque ce que Monsieur Taleb appelle les cygnes noirs et que les hydrologues nomment les horsains (outliers en anglais). En tant que scientifique, c'est à dire patient et curieux, et avec l'aide de nombreux autre chercheurs, je fais partie de ceux qui onti trouvé des méthodes de calcul de ces horsains, qui permettent leur prévision probabiliste. Ce livre écrit par un amateur expose une bonne intuition des événements accidentels, mais les conceptions naïves de son auteur en rendent la lecture bien indigeste. De plus je n'aime pas que l'o gagne de l'argent en parasite, sans travailler.
J'ajoute que mes conclusions sur le monde en général sont les suivantes: ce monde est régi par deux sortes de lois: les lois déterministes des sciences dures comme la physique ou la chimie et aussi les lois probabilistes tout aussi mathématiques mais trop mal enseignées. L'évolution du vivant est l'exemple même de la combinaison de liens causaux (génétiques) et d'accidents probabilistes (mutations) qui sont source de la grande richesse de notre monde.
Ce n'est pas parce que les probabilités sont mal enseignées donc trop ignorées qu'il faut se permettre de les dénigrer: l'ouvrage de Monsieur Taleb eût été plus utile s'il avait prôné la connaissance scientifique dans le domaine qui l'intéresse, les événements accidentels.
Ajoutons qu'il y a deux sortes d'accidents: une occurrence très exceptionnelle d'un phénomène ordinaire (par pur hasard, l'événement de probabilité très faible se produit aujourd'hui), et le changement de "loi" (déplaçons un objet sur une table: on peut calculer sa trajectoire en fonction de la position du doigt qui le pousse; mais quand il bascule du bord de la table, la loi change).
Je ne veux pas m'étendre sur le sujet, mais dans ces deux cas, sous réserve de recherche scientifique, on peut calculer, on peut prévoir (la prévision probabiliste n'indique jamais quand le phénomène se produira mais seulement combien il pourra mesurer).
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le livre de Mr Taleb s'étends bien au dela de la sphère financière pour celui qui veut bien se donner la peine de lire son livre au delà du contexte dans lequel il est écrit. C'est un ouvrage de référence qui laisse perplexe et intérrogatif sur nombre de nos idées recues. "Ce que nous ne savons pas nous définit bien plus que ce que nous savons", ce sera pour moi l'essence de cet ouvrage. Je ne remercierais jamais assez Mr Taleb et je lui dit "je sais enfin que je ne sais rien mais c'est tellement exaltant".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :