Meilleurtaux.com : le PDG révoqué pour "faute grave"

Christophe Crémer, PDG et fondateur de Meilleurtaux, a été révoqué pour "faute grave" par le conseil d'administration du courtier en crédits immobiliers.

3 mn

Le conseil d'administration, réuni mercredi, a nommé "Bernard Monier en tant que président du conseil d'administration de Meilleurtaux, Christian Camus en tant que directeur général et Frédéric Senan en qualité de directeur général délégué", a déclaré MeilleurTaux dans un communiqué.

Le conseil d'administration "s'est tenu conformément à une injonction judiciaire faite hier à Monsieur Christophe Crémer par le président du tribunal de commerce de Nanterre de réunir le conseil, que Monsieur Christophe Crémer refusait de convoquer, en violation des règles légales de gouvernance".

"Cette révocation pour faute grave est intervenue après avis favorable du comité de la stratégie et des partenariats et du comité des nominations et rémunérations", est-il ajouté. Interrogé par l'Agence France Presse (AFP), Christophe Crémer, 54 ans, s'est dit "sous le choc".

"Je conteste formellement les allégations de Caisse d'Epargne, Maif et Macif (ses actionnaires, NDLR), dont l'unique objet est d'éviter de remplir leurs obligations contractuelles à mon égard", a-t-il déclaré. Refusant de s'exprimer plus en détail, il a ajouté qu'il préparait une réponse "pour les prochains jours" et défendrait sa position lors "d'une conférence de presse début janvier".

De source proche du groupe Caisse d'Epargne, on indique qu'il s'agit de l'aboutissement d'un "conflit de plusieurs semaines" entre l'actionnaire et Christophe Cremer. "Cela n'a rien à voir avec la moralité" de ce dernier, a-t-on précisé.

L'Ecureuil voulait "connaître la situation financière de MeilleurTaux à la lumière de la crise de l'immobilier et dans la perspective de la fusion" de la banque mutualiste avec les Banques Populaires. Un audit a donc été diligenté, lequel, selon cette source, a été bloqué par Christophe Crémer. Une injonction judiciaire lui a donc été faite d'ouvrir les livres de l'entreprise, ce qu'il a refusé, selon cette source.

Bernard Monier, Christian Camus et Frédéric Senan viennent du groupe Caisse d'Epargne qui avait acquis, en septembre 2007, une participation de 50,14% du capital de Meilleurtaux pour 70 millions d'euros. Depuis octobre 2007, le courtier immobilier en ligne est contrôlé à 69,15% par une holding où la Caisse d'Epargne est majoritaire, devant les assureurs mutualistes Macif et Maif et le promoteur immobilier Nexity.

L'activité principale de Meilleurtaux "consiste à conseiller les particuliers souhaitant contracter un crédit immobilier et à les mettre en relation avec les établissements bancaires susceptibles de leur accorder le meilleur taux de crédit". Ces courtiers en crédits immobiliers ont été portés par le "boom" des prix des logements en France, mais depuis le début de la crise économique, leur activité a considérablement diminué, liée à la baisse des crédits accordés par les banques. Sur les neuf premiers mois de l'année 2008, l'activité de Meilleurtaux a reculé de 17% à 31,1 millions d'euros. En mars, le groupe se fixait comme objectif pour l'année 2008 une croissance du chiffre d'affaires supérieure à 15%.

Banquier et informaticien, très médiatique, Christophe Crémer avait créé la société Meilleurtaux en 1999 et l'avait introduite en Bourse en 2005. Il s'agissait même de la première introduction sur Alternext.

 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
voici le résultat d'une mauvaise gestion

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
L'indépendance de jugement et de choix d'un courtier en emprunt peut-elle être certaine quand ses actionnaires sont deux prêteurs, par ailleurs peu avisés ?.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
J'ai toujours été rêveur sur cette activité de conseil en prêts immobiliers quand on a pour actionnaire principaux des etablissements prêteurs .... Quelque chose me gène aux entournures dans cette situation ... Pas vous ?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Tous ces courtiers en prêts ont un rôle superfaitatoire. Ils viennent rajouter une couche supplémentaires aux démarches des emprunteurs quoiqu'ils en disent. En plus ils profitent au détriment des emprunteurs. Leur intermédiation est inutle, une loi ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Les déontologues doivent à la mode du politiquement correct de fleurir dans les établissements dont l'activité nous prouve trop souvent que la déontologie est comme une pochette sur un costume : jolie et inutile. Là, c'est la "gouvernance" qui est mi...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
On ne connait les fondements de cette histoire, mais ce qui reste malheureux, c'est qu'il est la victime du système qu'il a lui même mis en place. N'oublions pas qu'il a vendu sa société il y a 1 an maintenant et qu'il a touché son argent depuis long...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
meilleur taux est une coquille vide sans aucun intéret Il font beaucoup de mousse mais sont d'une inéfficacité notoire

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
ça se règlera avec les avocats et par un chèque...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Où est l'erreur: - Les banquiers qui prennent le contrôle d'un institut de concurrence entre banques? - Le dirigeant de l'institut qui n'a pas vu venir la crise du crédit? D'un bord comme de l'autre, ils se sont "plantés" avec la crise!

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Et oui, la famille Cremer pour les avoir cotoyé professionnellement manque de professionalisme !!! La roue finie toujours par tourner et un beau jour Monsieur C., il faut payer ses erreurs ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Monsieur CREMER l'entêtement est mauvais conseiller vous le savez bien et les fêtes de fin d'année ne vous sont guère favorables,souvenez vous...Tout se paye ! Avec quel dédain vous traitiez vos employés,la roue tourne !

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
meilleur taux.com n'est pas indépendant puisque soutenu par des groupes bancaires désignés.Un peu gênant non ?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Malheureusement, le schéma est simple. Voici encore l'exemple d'un intermédiaire ayant aux heures fastes surfer sur les outrances du capitalisme financier, sans réelle valeur ajoutée. Comme la plupart des intermédiaires et courtiers, il a bien vécu s...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Ah c'est très français ça ... On voit le mal partout, on critique sa

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Ah c'est très français ça !!! Et si ils faisaient leur boulot honnêtement ? Le fait que les actionnaires soient des établissement financier n'impliquent pas que la démarche de meilleurs taux soit mal honnête. Pouuffff ces gens qui ont un avis très ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.