La microassurance, un marché potentiel de 33 à 40 milliards de dollars

 |   |  260  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Encore peu développée, l'assurance des 4 milliards de personnes à bas revenus représente un marché potentiel de 33 milliards de dollars, voire 40 milliards si les Etats subventionnent les activités non commercialement viables, selon Swiss Re.

L'assurance reste aujourd'hui un luxe, puisque 4 milliards de personnes dans le monde n'y ont pratiquement pas accès. Elle pourrait pourtant constituer une "solution efficace et durable de gestion des risques pour les personnes à faibles revenus" de nature à soutenir "le développement socio-économique et la croissance de l'assurance sur les marchés émergents", analyse Swiss Re dans sa dernière étude "sigma".

"Actuellement, les risques couverts par la microassurance sont surtout axés sur l'assurance emprunteur [en lien avec le microcrédit, Ndlr], mais le marché pourrait s'étendre pour couvrir des domaines comme la santé, l'assurance agricole, l'assurance temporaire décès, des produits de retraite abordables et d'autres produits d'épargne", estime le réassureur suisse.

Un potentiel dont les assureurs traditionnels auraient tort de se désintéresser : pour l'auteur de rapport, Amit Kalra, "la microassurance donne aux assureurs l'opportunité d'explorer de nouveaux marchés et de construire un capital-marque fort, qu'ils pourront utiliser par la suite pour vendre des produits d'assurance conventionnels".

Swiss Re estime ce marché potentiel à 33 milliards de dollars sur le segement "commercialement viable" des 2,6 milliards de personnes dont le revenu est compris entre 1,25 dollar et 4 dollars par jour. Quant aux 1,4 milliards de personnes dont les revenus sont inférieurs à 1,25 dollar par jour, qui représente un marché de 7 milliards de dollars, mais non viable commercialement, le réassureur souligne que "les gouvernements peuvent, grâce à des partenariats public-privé (PPP), distribuer efficacement des subventions par l'intermédiaire de programmes de microassurance en finançant intégralement les primes ou en accordant des subsides".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :