Monte Paschi revient en Bourse après 10 mois de suspension

 |   |  433  mots
La plus ancienne banque commerciale au monde encore en activité a été sauvée par l'Etat italien
La plus ancienne banque commerciale au monde encore en activité a été sauvée par l'Etat italien (Crédits : © Stefano Rellandini / Reuters)
La cotation avait été suspendue en décembre, lorsque la banque toscane avait échoué à lever 5 milliards par augmentation de capital. Renflouée par l'Etat italien, la plus ancienne banque au monde encore en activité est engagée dans une vaste restructuration.

[Article publié à 13h13 et mis à jour à 18h15]

Après dix mois de suspension, les actions de Banca Monte dei Paschi di Siena vont reprendre leur cotation ce mercredi. Le gendarme de la Bourse italien, la Consob, a autorisé cette reprise, a annoncé la banque toscane ce mardi. La suspension de cotation avait été décidée en décembre dernier, lorsque la quatrième banque italienne, le plus fragile des grands établissements (si l'on ne prend pas en compte les petites caisses régionales), avait échoué à lever 5 milliards d'euros par augmentation de capital sur les marchés. L'action BMPS était tombée à un plus bas historique de 15 euros et avait perdu plus de 85% de sa valeur.

L'Etat italien avait dû venir à la rescousse de la plus ancienne banque commerciale au monde encore en activité, qui avait obtenu les moins bons résultats aux "stress tests" de l'Autorité bancaire européenne à l'été 2016. Dans le cadre d'une "recapitalisation de précaution" de 8,3 milliards, Rome avait injecté 5,4 milliards d'euros dans Monte Paschi, dont 3,9 milliards directement en trésorerie et 1,5 milliard en rachat de titres auprès de petits porteurs, se retrouvant à la tête de près de 70% du capital. Le solde provient de la mise à contribution des détenteurs d'obligations subordonnées, selon le principe du "partage du fardeau" des sauvetages publics (bail-outs) acceptés par les autorités européennes.

Action prévue en forte baisse

L'action devrait se négocier mercredi en dessous du prix de 6,49 euros payé par l'Etat en août. Selon la presse italienne, certains traders imaginent même un cours inférieur à 4,28 euros qui correspond au prix payé le mois dernier pour le règlement des sommes dues à des investisseurs qui avaient acheté des produits dérivés de couverture (CDS) contre le risque de défaillance de la banque.

Dans son prospectus de retour en Bourse, la Monte Paschi souligne avoir "prudemment valorisé le 30 septembre ses propres actions ordinaires à 4,28 euros", mais précise que le prix après la reprise des échanges "pourrait s'écarter sensiblement d'une telle valeur".

La direction de la banque a présenté un plan drastique de restructuration, passant par la réduction de 20% des effectifs d'ici à 2021, sans licenciement, et la fermeture de 600 agences sur 2.000. Monte Paschi doit aussi céder environ 28,6 milliards d'euros de créances douteuses qui plombent son bilan.

L'Etat italien n'a pas vocation à rester l'actionnaire de contrôle de la banque et envisagera une sortie à moyen terme, dans une perspective industrielle, a expliqué le ministre des Finances, Pier Carlo Padoan, dans une interview à Bloomberg TV en septembre.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2017 à 12:06 :
"On" nous a pourtant affirmé que les banques c'était du solide, que 2008 c'était la dernière fois, que les stress tests et tutti quanti étaient là pour éviter les faillites bancaires...
Alors ?
Qu'en est il de la séparation entre banques de dépôt et banques d'investissement ? Du trading haute Frequences, de l'encadrement des dérivés. etc.., ?
Perso, ma banque ne gère plus qu'un minimum. Plus confiance. On ne peut pas tondre un œuf.
a écrit le 24/10/2017 à 16:19 :
Vu l'état de la Banque, l'état Italien a jeté 5 milliards par la fenétre. (Donc moins d'écoles, d'hopitaux) continuons!!!!!
Réponse de le 25/10/2017 à 9:51 :
Wow je suis impressioné par votre analyse :))))

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :